Je suis un guépard de Philippe Hauret

Le livre :  Je suis un guépard de Philippe Hauret. Paru le 15 mai 2018 aux éditions Jigal Polar. 18€ ; (216p) ;19.5×12.5cm. Réédité en poche le 17 février 2020. 8€50. (214 p.) ; 17 x 11 cm

4ème de couverture : 

Le jour, Lino, employé anonyme d’une grosse boîte, trime sans passion au 37e étage d’une tour parisienne. La nuit, dans son studio miteux, il cogite, désespère, noircit des pages blanches et se rêve écrivain… Un peu plus loin, Jessica arpente les rues, fait la manche et lutte chaque jour pour survivre. Deux âmes perdues qui ne vont pas tarder à se télescoper et tenter de s’apprivoiser, entre désir, scrupule, débrouille et désillusion… Jusqu’au jour où Jessica fait la connaissance de Melvin, un jeune et riche businessman qui s’ennuie ferme au bras de la somptueuse Charlène. Deux univers vont alors s’entremêler pour le meilleur et surtout pour le pire…

L’auteur :  Né en 1963 à Chamalières, Philippe Hauret passe son enfance sur la Côte d’Azur, entre Nice et Saint-Tropez. Après le divorce de ses parents et d’incessants déménagements, il échoue en banlieue sud parisienne. Sa scolarité est chaotique, seuls le français et la littérature le passionnent. En autodidacte convaincu, il quitte l’école et vit de petits boulots, traîne la nuit dans les bars, et soigne ses lendemains de cuite en écrivant de la poésie et des bouts de romans. Il voyage ensuite en Europe, avant de trouver sa voie en entrant à l’université. Après avoir longtemps occupé la place de factotum, il est maintenant bibliothécaire. Quand il n’écrit pas, Philippe Hauret se replonge dans ses auteurs favoris, Fante, Carver, Bukowski, joue de la guitare, regarde des films ou des séries, noirs, de préférence. 
Je suis un guépard est son troisième roman et a obtenu le prix Mille et une feuilles noires 
Extraits: 
« Vers minuit, il déplia son canapé et se coucha. Il devait compter minimum sept heures de sommeil pour affronter dans de bonnes conditions une nouvelle journée de travail. Au plus profond de ses rêves, il se mettait à voyager. C’est ainsi qu’il parcourait des routes interminables, traversait des villes, survolait d’immenses forêts, jusqu’au moment où il finissait invariablement par plonger dans un précipice, ou sombrer dans les abysses d’un quelconque océan avant de se réveiller brusquement, trempé de sueur, suffocant, presque déçu de ne pas être mort pour de bon. » 
 
« Bref, aujourd’hui la seule chose qui nous réunit, c’est la bouffe : on peut passer des heures à s’empiffrer sans se parler. Après on se mate une connerie à la télé, sur laquelle généralement on s’endort, puis on va se pieuter chacun dans notre chambre. Voilà, alors le prochain qui me parle du sens de la vie, je lui fous mon poing dans la gueule. » 

 

Les P’tits Papiers de So

 Je suis un guépard de Philippe HAURET

Je suis un guépard est une véritable découverte. Dans ma PAL depuis plusieurs mois grâce à une amie, il a fallu que le printemps pointe doucement son nez pour que je me décide à l’en sortir.

Il est resté bien trop longtemps à attendre.

Une apparente simplicité qui a pour unique but de nous placer comme observateur de la société.  Ce roman s’attarde sur le destin de plusieurs personnages. Vous parler d’un personnage, ou de quelques uns, serait réducteur. Non pas parce qu’ils sont trop nombreux, mais parce que chacun d’entre eux mérite d’être mis en avant. Chacun d’entre eux représente ce que nous pouvons être, le paumé, le passif, le révolté, le dynamique, l’entrepreneur, l’ouvrier, le riche, le pauvre ; chacun d’entre eux représente ce qu’est la société et ceux qui la compose.

Un beau roman noir, qui fait la part belle à l’humanité. On ne peut qu’être saisit par la beauté qu’il émane de chacun d’entre eux, même le plus sombre.

Lire ce roman, c’est porter un regard sur l’autre, sur notre mode de vie. Point de sermon, point de morale, des tranches de vie purement et simplement, des destins croisés.

Le monde d’en haut, le monde d’en bas, et celui du milieu. Sommes-nous dans l’un ou l’autre ? Le mélange des genres est-il possible ? Que faisons-nous pour faire de notre vie ce qu’on attend d’elle ?

Est-ce ce que nous possédons qui nous rend bien nos pompes ? Et l’autre dans tout ça, a-t-on besoin de lui, a-t-il besoin de nous ?

Lumineux roman noir sociétal, Je suis un guépard brille par son authenticité, un rappel aux origines, une invitation à se saisir de notre vie et à en être acteur, à vivre.

Merci à Maud pour ce joli cadeau, il prend d’autant plus de sens après cette lecture.

8 réflexions sur “Je suis un guépard de Philippe Hauret

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s