Comme au cinéma : petite fable judiciaire de Hannelore Cayre

le livre : Comme au cinéma : petite fable judiciaire  de Hannelore Cayre. Paru le 4 octobre 2012 chez  Métailié. 17€. (193 p.) ; 22 x 14 cm

4e de couv :

Parfois dans une société organisée il arrive que des mondes se télescopent.

Le flamboyant Étienne Marsant a été une immense star avant son infarctus. Aujourd’hui il ne boit plus, ne fume plus, ne tourne plus, il s’ennuie et accepte de présider un festival de cinéma de seconde zone à Colombey-les-Deux-Églises.

Tout près, à Chaumont, s’ouvre le procès d’Abdelkader Fournier, un petit voyou qui a cambriolé une douzaine de succursales bancaires armé d’un faux revolver et de beaucoup de fair-play. Le terrible président de la cour d’assises surnommé le boucher de la Haute-Marne est bien décidé à le faire enfermer à perpétuité. Son avocat, ténor du barreau dépressif, rêve de raccrocher la robe. Devant l’injustice manifeste du président et son habileté à manipuler témoins et jurés, il décide de se retirer. Tous les projecteurs sont allumés, le spectacle peut commencer.

Fidèle à son style percutant et caustique, Hannelore Cayre a, dans cette fable judiciaire, tiré un trait d’union entre deux mondes qu’on n’imaginait pas si proches…

l’auteur :  Avocate pénaliste à Paris, Hannelore Cayre est née en 1963, elle vit à Paris. Elle est l’auteur de Commis d’office (Prix polar derrière les murs 2005), Toiles de maître et Ground XO. Elle a adapté au cinéma Commis d’office en 2009.

 

 

 

 

 

Extrait : 
Avant son accident cardiaque, sa force vitale était telle qu’elle sourdait de tous ses pores au point de le rendre totalement intenable pour son entourage.
Pour canaliser ce trop-plein d’énergie, faute de ne pouvoir être pour de vrai le pompier d’une plateforme pétrolière en feu, le héros d’une révolution ou un chirurgien opérant sous les bombes, il le déversait dans le moule des rôles qu’on lui proposait, buvait comme un trou et s’abrutissait de cachets comme un damné. Ainsi, pendant trente années, il avait enchaîné comme un boulimique les films, y donnant toute sa voix, tous ses effets, sans le moindre contentement. Il avait été plus de cinquante hommes différents à l’écran : flic, chômeur, aristocrate, médecin, pilote de course, amoureux, résistant, poète… mais à chaque succès qu’il atteignait, à chaque distinction qu’il obtenait, il ne s’arrêtait que pour mépriser son triomphe. Enquillant parfois cinq films dans l’année, il se jetait sur tous les projets et, avec la rage d’un gamin qui arrache les emballages des paquets-cadeaux à la recherche d’un joujou qu’il ne trouve pas, il torturait ses personnages jusqu’au sublime.… Ce fut dans cette escalade qu’un infarctus vint lui déchirer littéralement le cœur en deux. Les médecins l’avaient récupéré de justesse en le rafistolant avec des morceaux de chair et de plastique et avaient fait naître en lui la peur de la mort. Une peur panique, du genre de celle qui vous fait vous planquer sous le caillou de votre aquarium pour que Dieu ne vous remarque surtout plus.

Le post-it de Ge

Comme au cinéma : petite fable judiciaire de Hannelore Cayre

Depuis qu’un infarctus l’a obligé à arrêter sa carrière d’acteur, Etienne Marsant est au régime et s’ennuie sous le regard de sa femme et agent. C’est pour la fuir qu’il accepte de présider un festival de cinéma de seconde zone à Colombey-les-Deux-Eglises. A quelques kilomètres de là, à Chaumont, s’ouvre le procès d’Abdelkader Fournier, un petit voyou. Les deux événements vont se télescoper.

Du roman judiciaire jubilatoire, ce n’est pas si courant. De plus Hannelore maîtrise bien son sujet puisqu’elle est avocate pénaliste. Mais ce que l’on aime chez cet auteur c’est son coté caustique. Si elle nous dépeint l’univers judiciaire avec réalisme elle le voit aussi avec beaucoup de dérision, beaucoup d’humour.

On est fans !!!

Je suis fan et petite cerise sur le gâteau …, notre auteur met son histoire en scène près de chez moi !

Mais je me demande tout de même, un bon avocat ferait-il un bon acteur ?

J’ai en partie ma réponse. Car ici ça donne un sacré bon livre par une sacrée auteure talentueuse.

9 réflexions sur “Comme au cinéma : petite fable judiciaire de Hannelore Cayre

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s