L’ombre du renard de Nicolas Feuz

Le livre : L’ombre du renard de Nicolas Feuz – Paru le 24 juin 2020 chez Le Livre de Poche – collection LDP Thriller – 7.40 €. (281 p.) ; 18 x 11 cm

 4ème de couverture :

Le 16 septembre 1943, sur les hauteurs de Bastia, un convoi SS quitte un couvent avec une mystérieuse cargaison. Chargées sur une barge à destination de l’Italie, les caisses n’arriveront jamais. L’embarcation est la cible d’un avion américain et finit engloutie au large du cap Corse. La légende du Trésor de Rommel est née. Soixante-quinze ans plus tard, un lingot frappé de la croix gammée réapparaît en Suisse, à côté du cadavre d’un vieux bijoutier …
Partie de Neuchâtel, l’intrigue acrobatique de ce roman à tiroirs bouscule le lecteur de la Suisse à la France, entre hier et aujourd’hui, sur fond d’occupation nazie et de domination mafieuse. Comme toujours, chez le procureur Feuz, le style est chirurgical, effroyablement efficace.

 L’auteur : Né à Neuchâtel en 1971, Nicolas Feuz est procureur de la République et auteur de romans noirs.
Il a étudié le droit à l’Université et obtenu le brevet d’avocat, avant d’être élu en 1999 comme juge d’instruction, puis en 2008 comme président du collège des juges d’instruction, et enfin en 2011 comme procureur du canton de Neuchâtel. Depuis plus de 16 ans, il est spécialisé dans la lutte contre le trafic de stupéfiants.
Marié et père de deux enfants, il s’est lancé dans l’écriture de romans noirs en 2010.
La trilogie massaï (Ilmoran, 2010 ; Ilayok, 2011 ; Ilpayiani, 2012) sort d’un bloc en librairies en février 2013 et rencontre un succès immédiat auprès du public helvétique. S’en suit rapidement un thriller ésotérique : La septième vigne, en novembre 2013.
Nicolas Feuz sort son neuvième polar, « Le Miroir des âmes« , en 2018.

site officiel : https://feuznicolas.wixsite.com/romans
page Facebook : https://www.facebook.com/nicolasfeuzofficiel/

Extraits :
« Dans les années quatre-vingt, la French Connection a implanté de nombreux laboratoires d’héroïne en Suisse. En 1990, la Brise de mer a dévalisé plus de trente millions de francs suisses au siège de l’UBS à Genève. Et en 2004, elle a récidivé dans ma ville, à Neuchâtel, où sept cents kilos d’or ont été volés dans l’entreprise Metalor. Également une histoire de trésor immergé, puisqu’une partie des lingots de Metalor aurait dû se trouver dans un coffre au fond de la mer, selon les déclarations d’un Corse détenu en Amérique latine. »

 

« Exploité entre 1941 et 1965, le site d’extraction du minéral cancérogène avait été le seul de l’Hexagone.
— Pourquoi est-il laissé à l’abandon ? demanda Jemsen.
— L’assainissement du site est un véritable casse-tête pour les autorités, répondit un gendarme. Les travaux ont débuté en 2009, mais ils ont dû être interrompus pour raisons sanitaires. Pas assez de garanties pour les ouvriers. L’État a déjà déboursé des millions d’euros dans cette opération. Je vous laisse imaginer : combinaisons, masques à ventilation assistée, trois douches par jour, pas plus de deux heures et demie de travail d’affilée sur le site par ouvrier… Tout ça dans un environnement sujet aux glissements de terrain. Même les chômeurs ne se sont pas pressés au portillon pour proposer leur main-d’œuvre. Il faut dire que sur les quatre-vingts victimes de l’amiante qui ont saisi la justice pour obtenir réparation, cinquante d’entre elles sont déjà mortes. »
 
« La peur conduisait n’importe quel être humain à des réactions surprenantes. La guerre transformait irrémédiablement chaque homme. Les pleurs viendraient. Tôt ou tard. »

 

La chronique jubilatoire de Dany

L’ombre du renard de Nicolas Feuz

Paru le 22 août 2019 Slatkine & Cie

Le fameux trésor de Rommel, l’or du Reich, échoué au large de la Corse en 1943 fait à coup sûr fantasmer tous les chasseurs de trésors. Nicolas Feuz, avec ce roman, nous offre une hypothèse originale.

Une énigme historique refait surface soixante-quinze (septante-cinq) ans après les faits : deux meurtres, l’un en Suisse et l’autre en Corse, un même mode opératoire. Les chronologies des deux époques s’imbriquent dans le récit, sans que l’on s’y perde.
Nicolas Feuz fait travailler conjointement les systèmes judiciaires français et suisse, notamment le Procureur, victime d’un attentat à Neuchâtel, dans Le miroir des âmes. Ce n’est pas un hasard quand on connaît la profession exercée par cet auteur. Cette union de convenance, pas franchement amicale, aura à se frotter à la pègre locale et à un étrange meurtrier.

Et que dire du site d’extraction de l’amiante qui a réellement existé et qui fait frémir, donnant à ce polar mâtiné d’aventure, un vrai look de thriller …
C’est donc une enquête très documentée qui nous est proposée, dans une ambiance où la suspicion nous fait douter à chaque page de la probité des personnages. Les paysages sont magnifiques et sous réserve du budget nécessaire à la mise en scène du final, je verrai bien une adaptation de l’ombre du renard sur grand écran.

Un bon moment de lecture qui peut se lire sans connaître Le miroir des âmes.

Lu en version numérique. – epub  12.99 €…

11 réflexions sur “L’ombre du renard de Nicolas Feuz

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s