Le pacte Allen Dulles de Mark Zellweger

Le livre :  Les espionnes du Salève vol 3 Le pacte Allen Dulles de Mark Zellweger – Paru le 18/09/2020 chez Eaux Troubles éditions – Collection Thriller – 19 € – (281 pages) ; 14.5 x 20.5 cm

 4ème de couverture :

En ce 11 novembre 1942, l’armée allemande envahit la zone sud de la France et tout change pour nos Espionnes du Salève. Désormais, l’ennemi encercle Genève et le lac Léman. Les points de passages deviennent de plus en plus difficiles à franchir. Dans le même temps, la Gestapo de Barbie, l’Abwehr de Reile, s’infiltrent au sein des réseaux de la Résistance. Une hécatombe commence. Les temps sont durs pour la Résistance alors que la rivalité entre Résistance intérieure et Résistance de la France libre du général de Gaulle n’arrange pas les choses. Le représentant des États-Unis à Berne, Allen Dulles, va rajouter de la confusion à foison ! Le point d’orgue est l’arrestation de Jean Moulin le 21 juin 1943 à Caluire sur dénonciation. Mais qui a trahi ? Nos Espionnes vont enfin mener l’enquête. Traquer les armes secrètes des nazis, débusquer les agents doubles, participer aux actions de sabotages du SOE, les Espionnes du Salève sont sur tous les fronts.

Arrestation de Jean Moulin : Et si la vérité était bien différente que celle présentée depuis plus de 70 ans par de nombreux historiens ?

L’auteur : Mark Zellweger, auteur suisse, Fribourgeois, né en 1959. Diplômé d’histoire romaine de la Sorbonne et de marketing stratégique de Business Schools. Il a été directeur marketing-vente dans l’industrie pharmaceutique en Suisse et à l’Étranger une trentaine d’années. En parallèle, il fut conseiller particulier de directeurs de services de renseignement internationaux de tout premier plan. Aujourd’hui, il se consacre à l’écriture et est considéré comme le nouveau maître du roman d’espionnage et d’action par de nombreux critiques spécialisés.

Extraits :
« Dans la tête des Américains, tour était bon du moment que ce n’était pas le Général de Gaulle qui prenait le pouvoir politique en Afrique du Nord. Et, après tout, l’amiral François Darlan semblait avoir pris quelques distances avec Vichy, même s’il n’entendait pas revenir sur la révocation du décret Crémieux qui ôtait la nationalité française aux Juifs d’Afrique du Nord. Les lois vichystes restaient en vigueur. »
« Emmanuel d’Astier de la Vigerie, chef emblématique du réseau Libération-Sud, ne portait pas non plus Jean Moulin dans son cœur. Comme beaucoup, ce qu’il reprochait à l’ancien préfet de l’Eure-et-Loir, c’était de toujours tout ramener à lui et au général de Gaulle. Ce sentiment que ceux qui avaient pris des risques dès juin 1940 en restant en France et en y luttant étaient considérés comme du second choix le prenait à rebrousse-poil, lui qui n’avait rien à envier à Henry Frenay en terme de caractère bien trempé. »
« Pour être franc, que la Résistance s’unisse pour être plus efficace et foutre les Chleuhs dehors, ça me va. Mais que le planqué de Londres nous dise ce qu’on doit faire alors qu’on a des camarades qui sont torturés, là, je dis non. »

 

La chronique jubilatoire de Dany

Le pacte Allen Dulles de Mark Zellweger

Si vous vous attendez à retrouver les Espionnes du Salève à la tâche et les suivre dans leur mission, vous allez être surpris car dans ce tome 3 car elles y occupent un rôle secondaire. En effet nous sommes davantage en présence d’une chronique sur les mouvements de la résistance contre les forces allemandes, du 11 novembre 1942 au 8 juillet 1943, une chronique historique et hyper documentée que nous devons à celui qui nous a fait appréhender l’espionnage de l’intérieur.

L’enjeu : les forces d’occupation veulent réduire à néant les mouvements de résistance en France. Plus précisément, c’est la lutte du Reich contre les principaux mouvements dans le sud-est de la France, aidés par la Suisse, la Grand-Bretagne et les Etats-Unis, alors que le Général de Gaulle semble avoir des difficultés à se voir reconnaître la légitimité du leadership sur ces réseaux multiples. Certes l’unification sous une bannière unique peut revêtir un intérêt et faciliter une meilleure efficacité, mais le choix de Jean Moulin comme chef désigné par l’homme de Londres, ne semble pas, loin de là, faire l’unanimité dans les rangs. Ajoutez à cela les agents doubles, les trahisons, la corruption, les détournements de fonds, les confidences sur l’oreiller et vous avez le paysage dans lequel évoluent tous les acteurs de cette page de notre histoire.

L’auteur a délaissé les espionnes, les admirateurs peuvent le regretter, au bénéfice des acteurs ayant réellement existé. Beaucoup de personnages dès lors et heureusement qu’une liste figure en début d’ouvrage, elle permet au lecteur de retrouver son chemin.

Eclairant cette hypothèse sur la chute de « Max », Jean Moulin, souvent présenté comme un héros mais qui apparait au cours de ces presque 300 pages bien peu sympathique, ambitieux et peu communiquant.

Il reste de cette chronique sur ces huit mois de guerre, la relation des actes de bravoure des militants de l’armée des ombres et de la lutte pour le pouvoir, traitée à la façon d’un roman d’espionnage, avec beaucoup de panache. Très bon moment de lecture.

Devoir : lecteur, après avoir lu ce roman, établissez l’organigramme de la résistance en France … vous avez cinq heures !

Je remercie les éditions Eaux troubles et Mark pour leur confiance

 

   

4 réflexions sur “ Le pacte Allen Dulles de Mark Zellweger

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s