Ge vous donne des nouvelles, épisode 1, Santé

Ge vous donne des nouvelles, Santé

C’est en préparant notre rendez-vous mensuel avec nos auteurs mis à l’honneur sur Collectif Polar que j’ai remis la main sur ce recueil de nouvelles qui traînait sur les étagères de ma bibliothèque depuis quelques années.

Je l’avais acheté à l’époque pour la bonne cause et l’avais oublié là parmi quelques autres livres en dés-errance

Aussi en commençant à lire ses premières nouvelles, j’ai eu envie, à l’instar de Marc, notre mister Flingueuse, de vous proposer une nouvelle rubrique qui s’intitulerait, « Ge vous donne des nouvelles ». 

J’espère que Marc ne m’en voudra pas de lui avoir emprunter son titre, il m’a paru tellement évident.

Aussi pour ce premier rendez-vous je vous propose de vous parler, Santé

C’est un thème d’actualité en plus.

Le livre : Santé !  collectif les Auteurs du noir. Paru le 19 mai 2013 aux Ateliers Mosésu. 10€. (255 p.) ; 18 x 11 cm

Santé !

Et surtout la santé, hein !

Un rhume, une angine, une grippette voire une petite gastro, on s’en accommode toujours, c’est pas bien grave, il paraît que c’est le corps qui dit stop.

Ah oui ? Et qu’est-ce qu’il dit, le corps, quand on souffre d’une maladie systémique, d’une nanophtalmie, d’une réticulose ou d’une fibrochondrogenèse ? Il ne dit rien, et pour cause. Personne ou presque ne l’écoute. Il souffre d’un manque de moyens, de traitements, et, aussi, il souffre dans l’indifférence.

C’est le propre d’une maladie rare : quelques cas ici ou là, peu de visibilité, peu de moyens, et des familles plongées dans le désarroi.

Alors pour donner un coup de pouce à la recherche, le collectif des auteurs du noir sort un second recueil dont les droits seront reversés à la Fondation maladies rares.

Extraits : 
– Les anges de la mort travaillent dans les milieux médicaux. Sous couvert d’un dévouement très poussé, ils empoisonnent leurs patients, des enfants, des personnes âgées ou des malades en phase terminale, à petites doses pour faire passer leurs crimes pour des morts naturelles ou des suites normales de maladie. Ces individus pensent nous soulager de nos souffrances en écourtant nos vies. En fait, ils veulent surtout le pouvoir de vie et de mort sur nous.

– Les charmettes (Claire Favan )

— Oui, et toutes les charges ont été abandonnées contre lui. Il s’en sort de justesse, grâce à vous. Remerciez encore une fois votre père… enfin… je veux dire monsieur le commissaire. Je pense qu’il préfère que je ne le contacte pas moi-même, surtout en ce moment, mais je veux qu’il sache que je lui suis infiniment reconnaissant d’avoir su trouver si rapidement un assassin pour endosser le meurtre de ce pompiste, dans cette affaire sordide.

UNE BONNE OPÉRATION (Jacques Saussey)

 

Le post-it de Ge

Jean-Luc Bizien, Bérengère de Bodinat, Armelle Carbonel, Luc Doyelle, Claire Favan, Maxime Gillio, Fabien Hérisson, Annabelle Léna, André Marois, Bernard Minier, Mickaël Moslonka, Max Obione, Jean-Marie Palach, Gaëlle Perrin-Guillet, Stanislas Petrosky et Jacques Saussey, des noms connus, des moins connus, des inconnus, tous ont pris la plume pour nous offrir un recueil de nouvelles qui nous permet deux choses, un de faire une bonne action car ce recueil est écrit au profit de la Fondation maladies rares. Deux, de découvrir ou redécouvrir la plume de certains d’entre eux.
Les auteurs du noir se mobilise pour notre plus grand plaisir.
16 auteurs, pour 16 textes, 16 inspirations différentes sur la santé, bonne ou mauvaise.

Oh chaque nouvelle ne m’a pas touchée de la même manière. Certaines m’ont mise KO, avec d’autres j’ai pris une sacrée claque. Et puis il y en a deux-trois que j’ai moins aimé. Mais vous savez ce que c’est, la lecture, les mots, on les ressent tous et toutes de façon bien différentes. Peut-être que vous, vous auriez apprécié les nouvelles qui m’ont moins marquée. Allez savoir, rien n’est moins sur, mais ce qu’il l’est c’est que nous avons ici 16 nouvelles,
16 styles différents, 16 visions différentes, pour un recueil riche, varié et passionnant.

Ah oui j’allais oublier ce recueil est préfacé par Marina Carrère d’Encausse, médecin échographiste, journaliste et présentatrice du magazine de la santé sur France 5. Qui mieux que Marina pour ce Santé.

 

Autre extrait :
PRÉFACE
Quelle belle idée d’associer les auteurs du noir et la santé !
Il y a bien sûr la générosité du geste puisque ce livre va aider les chercheurs et les familles concernées par les maladies rares, lesquels en ont bien besoin tant la nature a d’imagination quand il s’agit de créer des maladies.
Mais il y a autre chose, qui se retrouve dans la diversité des nouvelles regroupées dans cet opus et plus largement dans les thèmes des « romans policiers », « thrillers » ou « livres noirs » comme vous souhaitez les nommer. C’est à quel point la santé, la médecine, la science sont présentes dans ces livres…
Bien sûr depuis longtemps, les auteurs de thrillers se sont nourris des agressions et blessures qui s’ensuivent, mais aussi des maladies, des accidents, des traumatismes, en fait de la mort qui rôde.
Les lieux de soins comme les maisons de retraite ou mieux les morgues sont le théâtre de drames divers et variés.
Mais quelque chose s’est passé…
Depuis 15-20 ans, la médecine opère sa révolution et dans le même temps elle révolutionne le polar.
L’imagerie, les greffes d’organes, la génétique ont bouleversé la vie et l’avenir des malades. Elles ont aussi transformé le travail de nombreux médecins. Elles ont enfin créé de nouvelles spécialités.
L’une d’elles, fascinante, est à la croisée de la médecine et de la justice, c’est la police scientifique. Et cela a tout changé !
Rappelons-nous le travail du commissaire Maigret et ses moyens d’élucider les meurtres :
– La victime avait des chemises usées au col mais pas aux poignets ? C’était donc un garçon de café…
– Les chaussures d’un suspect sont porteuses de terre ? Qu’à cela ne tienne, on les brosse pour analyser ces éléments qui vont conduire les policiers sur un chemin récemment emprunté par le suspect où l’on retrouve… le cadavre.
– Une victime a disparu ? Le commissaire s’installe chez elle pour tenter de mieux la comprendre afin de savoir ce qu’elle a pu devenir.
Simenon, tout génial qu’il était, ne pourrait plus écrire ses romans aujourd’hui.
On ne pénètre plus sur une scène de crime : on isole tout, on traque le moindre poil, la plus petite goutte de sang, le plus faible soupçon de fluide corporel.
On observe toujours mais… moins les cadavres que les insectes qui les ont profanés.
C’est le règne des scientifiques, des généticiens, des légistes, des anthropologues, des entomologistes, et même des « profilers » chargés de dresser les portraits psychologiques des tueurs !
Pipettes, éprouvettes, microscopes et autres ordinateurs ont remplacé les yeux, les oreilles et parfois le cerveau.
Les méthodes des inspecteurs, commissaires et autres enquêteurs ont donc clairement changé. Et de ce fait l’imaginaire des auteurs du noir a lui aussi évolué.
Les assassins tuent moins souvent leurs parents pour l’héritage ou leur conjoint pour une tromperie…
Ils trucident, torturent, enlèvent pour manipuler des gènes, organiser un trafic d’organes, modifier la mémoire, arrêter le vieillissement.
Les auteurs du noir enquêtent auprès des neurologues ou médecins légistes, développent des connaissances dignes de médecins bien formés et utilisent la médecine à des fins bien… noires !
Pour notre plus grand plaisir. Merci à eux.
Bonne lecture à tous.
Marina Carrère d’Encausse

15 réflexions sur “Ge vous donne des nouvelles, épisode 1, Santé

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s