L’ami imaginaire, Stephen Chbosky

le livre : L’ami imaginaire de Stephen Chbosky. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jean Esch. Paru le 17 juin 2020 chez Calmann-Lévy dans la collection Calmann-Lévy Noir. 23€90. (747 p.) ; 24 x 16 cm

4e de couv :

Une mère et son fils en cavale trouvent refuge dans la petite communauté de Mill Grove, en Pennsylvanie.

Mais dans ce havre de paix, le petit garçon disparaît.

Quand il émerge de la forêt six jours plus tard, il a l’air indemne.

Lui seul sait que quelque chose a changé.

La voix du bois est dans sa tête et lui dicte une mission.

S’il ne lui obéit pas, sa mère et tous les habitants de Mill Grove risquent son courroux…

L’auteur : Stephen Chbosky est un écrivain, réalisateur, producteur et scénariste américain. Son célèbre premier roman, Le Monde de Charlie, d’abord publié sous le titre Pas raccord (Sarbacane, 2008), a conquis plus d’un million de lecteurs dans le monde. Il a aussi été adapté au cinéma par l’auteur en 2012. L’Ami imaginaire, son deuxième roman, est déjà un phénomène aux États-Unis.
Extrait : 
Le petit David Olson entendit un bruit dans les fourrés. L’espace d’une seconde, il crut que c’était peut-être encore un de ses rêves. Mais non. Il savait bien que non. Il s’obligea à rester éveillé. Malgré les migraines. Il devait y aller ce soir.
Une voiture passa, noyant le brouillard dans la lumière des phares. Le petit David Olson se cacha derrière une boîte aux lettres, alors que du rock’n’roll se déversait de la vieille Ford Mustang. Deux des ados rigolèrent. Beaucoup de gamins étaient incorporés dans l’armée et les délits de conduite en état d’ivresse augmentaient. À en croire son père, du moins.
« David ? » murmura une voix. Tranchante. Un sifflement.
Quelqu’un avait prononcé son nom ? Ou l’avait-il juste entendu dans sa tête ?
« Qui est là ? » demanda-t-il.
Silence.
Ça devait être dans sa tête. Tout allait bien. Au moins, ce n’était pas la dame à la voix sifflante. Au moins, il ne rêvait pas.
Si ?
David regarda, au pied de la colline, le gros lampadaire allumé au coin de Monterey Drive. Les adolescents passèrent devant, emportant tous les bruits avec eux. David vit alors l’ombre d’une personne. Une silhouette se tenait au centre de la flaque de lumière. Elle attendait et sifflotait. Elle sifflotait et attendait. Une chanson qui ressemblait un peu à
Blue Moon.
Les cheveux de David se dressèrent sur sa tête.
N’approche pas de ce coin de rue.
Reste à l’écart de cette personne.
Le petit David Olson coupa à travers les jardins.
Il s’approcha d’une vieille clôture, à pas feutrés. Il ne faut pas qu’ils t’entendent. Ou qu’ils te voient. Tu as quitté la rue. C’est dangereux. Par une fenêtre, il vit une baby-sitter qui se bécotait avec son petit copain pendant que le bébé pleurait. Mais on aurait cru un chat. Il était toujours certain de ne pas rêver, mais c’était de plus en plus difficile à dire. Il se faufila sous la clôture et salit son pantalon de pyjama dans l’herbe humide. Il savait qu’il ne pourrait pas cacher les taches à sa mère. Elle lui poserait des questions. Auxquelles il serait incapable de répondre.
Pas à voix haute.
Il avança à travers le petit bois derrière la maison des Maruca. Passa devant le portique que M. Maruca avait installé avec ses fils. Après une dure journée de travail, il y avait toujours deux Oreo et un verre de lait qui les attendaient. Le petit David Olson les avait aidés une ou deux fois. Il adorait les Oreo. Surtout quand ils étaient un peu mous et vieux.
« David ? »
Le murmure était plus fort. Il se retourna. Personne. Il scruta le lampadaire au-delà des maisons. L’ombre humaine avait disparu. La silhouette pouvait être n’importe où. Elle pouvait se trouver juste derrière lui. Oh, par pitié, faites que ça ne soit pas la femme qui siffle. Par pitié, faites que je ne dorme pas.
Crac.

Le post-it de Ge

L’ami imaginaire, Stephen Chbosky

Victime d’une relation abusive, Kate, mère célibataire, s’enfuit avec son fils Christopher. Ils finissent par se réfugier dans la petite communauté isolée de Mill Grove, en Pennsylvanie. Mais le garçon disparaît un jour dans les bois et revient métamorphosé. Une voix lui commanderait de construire une cabane en haut d’un arbre avant Noël, faute de quoi, tous auraient à subir des représailles.

Comment vous dire que j’ai aimé ce drôle de roman, cette histoire folle mais j’avoue ne pas arriver à mettre des mots dessus pour en dire tout le bien que j’en pense. Pas facile de le résumé et de la qualifié. Ce qui est certain c’est que c’est une sacrée découverte.
Un sacré bel hommage au King aussi !

Car Stephen Chbosky ne s’en cache pas il est fan du King, celui que l’on a aimé aussi.  Celui qui a hanté nos nuit blanches passé à lire une de ses histoires qui nous glaçait le sang.

Impossible de ne pas s’attacher aux nombreux personnages façonnés impeccablement par Chbosky. Impossible aussi de ne pas adhérer à cette histoire complexe mais tellement bien agencé. Chacun des scénarios finissent par trouver leur place dans l’intrigue principale. La construction de l’histoire est plutôt hallucinante d’ailleurs.

C’est certain si vous entrer dans ce livre, vous resterez sans aucun doute longtemps dedans même après l’avoir refermé. Moi ça fait 3 mois qu’il me hante. Et j’ai toujours du mal à en parler.

J’ai juste un conseil si vous être fan de thriller percutant, n’hésitez pas à vous lancer dans cette expérience de près de 750 pages. Vous en aurez pour votre argent !

 

citation :
« Maman ? demande le petit garçon. Ça va ? »
Elle lui fait son plus beau sourire. Mais la peur se lit sur son visage. Comme huit heures plus tôt, lorsqu’elle l’a réveillé en pleine nuit pour lui demander de faire sa valise.
« Dépêche-toi », a-t-elle murmuré.

13 réflexions sur “L’ami imaginaire, Stephen Chbosky

  1. Tu t’en sors bien pour quelqu’un qui dit ne pas trouver les mots ;-).
    Oui ce roman est tellement atypique, tout en étant tant dans la filiation de Stephen King, qu’il laisse un peu sans voix. Quelle formidable lecture !

    Aimé par 3 personnes

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s