Marek Corbel à l’honneur : 39# septembre 2020

Marek Corbel à l’honneur : 39# septembre 2020

Le Trente neuvième « Auteur à l’honneur » sur collectif polar sera un auteur français.

Et c’est Marek Corbel que j’ai choisi de mettre en avant.

 

Mais avant de vous expliquer pourquoi c’est Marek qui poursuit cette rubrique sur notre blog, je vous en rappelle le principe.

L’idée est que chaque mois, on se fasse découvrir un auteur qui nous tient à cœur. Étant tous des lecteurs d’horizons différents, cela permet aux uns et aux autres d’explorer d’autres univers qui nous tentent ! 
  • une photo de l’auteur
  • une bref biographie de lui
  • Et enfin, deux ou trois livres que vous avez aimés et pourquoi !

Mais revenant à notre auteur à l’honneur

Si j’ai choisi cet auteur  c’est que comme les précédents les 38 auteurs précédent, j’ai eu la chance de la recevoir dans ma bibliothèque pour un de mes fameux Apéro Polar.

Cette fois là, j’organisais une rencontre autour des éditions de l@Liseuse. Et avec Marek etaient présentes 2 autres auteures, Sacha Erble et Lou vernet mais aussi Hélène Babouot l’éditrice en personne.

Ce fut fort intéressant de comparer les impressions de nos trois auteurs sur les littératures policière. Un regard croisé étonnant, chacun des 3 auteurs ayant chacun leurs propres références. Et se fut aussi fort intéressant d’entendre leur éditrice nous dire et raconter pourquoi elle avait choisi ces textes si différents.  Bref encore un beau moment de partage.

Son parcours, ses bouquins

Biographie

Notre auteur

Marek Corbel : Marek Corbel est né en 1976, à Quimperlé dans le Finistère, département où il a grandi. Diplômé de l’Institut d’ Etudes Politiques de Toulouse, juriste dans l’Education nationale, il demeure un amateur assidu de romans policiers depuis l’adolescence. Cette passion de lecteur pour le genre l’a poussé à franchir le cap de l’écriture, en 2011, avec un premier opus. Depuis, Marek Corbel a publié une dizaine de romans policiers et romans noirs. Il affectionne les intrigues sociales, politiques racontant, quelque chose de notre époque comme dans « Il était une fois 1945 » (I.S. Edition) ou dans le premier volet de sa trilogie numérique « En proie au labyrinthe » (Editions L@ Liseuse). Pour autant, cet auteur ne dédaigne pas taquiner un polar plus classique inséré dans une région partie prenante de l’enquête policière, que ce soit dans « Le sanctuaire de Cargèse » (Editions Néobook) ou dans « Concarn’noir » (Averba Futurorum).

Amateur du policier sous tous ses supports, Marek Corbel est particulièrement lecteur du genre néo-polar dans la littérature française, qui s’avère être une de ses principales influences dans l’écriture.

Il est, en outre, un admirateur convaincu du roman noir américain contemporain inséré dans une réalité historique, sociale, politique à l’instar de James Ellroy, Dennis Lehane voire Michael Connelly. L’histoire administrative et politique française, cependant, regorge de ressources susceptibles d’être exploitées de manière spécifique dans le genre noir.

Il réside aujourd’hui en région parisienne. Passionné de littérature et de cinéma populaires, un de ses livres de chevet est Le clan des Siciliens d’Auguste Le Breton adapté au cinéma par Henri Verneuil.

 

 

Passons à sa … Bibliographie

Les livres

Auguste, l’aventurier

Le général Guyot De Kernavoelen, ancien directeur du contre-espionnage français, est trouvé inerte, dans son château du Hénan, à Nevez, commune touristique du sud Finistère, durant l’été caniculaire 1976. Les investigation conjointes de la gendarmerie et de la Sûreté rennaise, sur cette intrigante morte, vont rapidement piétiner. Mais qui est, donc, cette correspondante de presse locale qui parait en savoir beaucoup sur les véritables causes du meurtre du Général ?

Plus de trente ans plus tôt, dans la confusion de la libération de Paris, Suzanne, jeune bonne bretonne, sans le soi, recherche désespérément sa soeur aînée Louise, manifestement emprisonnée dans un cabaret tenu par des truands parisiens notoires. Suzanne sollicite, pour l’aider un tenancier de tripots clandestins, un certain Auguste Le Léon istérien d’origine, comme elle.

Ce roman, au moyen d’une fiction policière, rend hommage à Auguste Le Breton, auteur de polars hexagonaux décisifs de l’après-guerre.

 

Mortelle sultane

Noir de suite

Mortelle sultane

12 janvier 2015. Le lendemain de la manifestation « Charlie », Sihem, une jeune célibataire en difficulté, issue des cités du 93, entame une longue cavale. Accompagnée par deux improbables complices, Diane et Laurence, elle revisite durant cette fuite les dernières heures précédant le forfait dont elle est complice.

Une semaine plus tôt, le capitaine Belkacem, sous la protection paternelle de son vieil ami Francis Duval, se remet doucement en selle à la brigade financière où il vient d’être affecté. Aux dires d’un de ses indics, un braquage tout en douceur est prévu prochainement dans un magasin de luxe. Une course-poursuite s’amorce, dans un Paris pétrifié par les attentats du mois de janvier.

 

 

Il était une fois 1945

Il était une fois 1945

Le commissaire Madec, patron d’une des brigades du légendaire « 36, Quai des Orfèvres », s’apprête à coffrer en flagrant délit un important groupe de dealers en banlieue parisienne.

Mais l’arrestation tourne mal avec la grave blessure d’un policier municipal et surtout la mort de l’un des bandits. Une étrange bavure à l’origine d’émeutes dans les quartiers chauds de la ville.

La hiérarchie administrative du « 36 » met en avant la responsabilité de Madec, considéré comme un flic réactionnaire et dépassé. Le commandant Le Coz, anti portrait du commissaire, est donc chargé par le syndicat d’organiser la défense de son collègue.

Au milieu des complots, manipulations et intérêts politiques qui compliquent l’affaire, Le Coz va mener l’enquête sur les origines complexes du drame, dans « une banlieue rouge » meurtrie…

 

Les gravats de la rade : zone d’ombre sur Brest

 

Le cadavre de la riche et très âgée Marie Le Moign est retrouvé dans sa villa de Plougonvelin, station balnéaire du Nord Finistère. Le lendemain, la gendarmerie maritime repêche, dans la rade de Brest, le corps d’un ancien terroriste allemand. Le capitaine Gourmelon et le lieutenant Oudjani vont unir leurs efforts, dans cette enquête, après avoir découvert que le meurtre de la veuve fortunée et le supposé suicide de l’activiste repenti ont été réalisés avec la même arme, datant de l’Occupation.

Au même moment, Maryse Dantec, jeune retraitée, revenue veiller son vieux père à Brest reprend ses études d’histoire. L’ex-institutrice va s’intéresser aux premières actions de résistance à l’arsenal et découvrir un épisode historique brestois méconnu de la Seconde Guerre mondiale.

 

La trilogie  » En proie au labyrinthe »

En proie au labyrinthe Volume 1, La lutte 

 

Février 2016.

Dans une France gréviste en pleine crise sociale et politique, un collectif entend participer, de manière décisive, à la manifestation parisienne monstre qui s’annonce contre les dernières décisions économiques gouvernementales.

Face à ce tumulte, une brigade de la DGSI, en proie aux luttes politiques intestines, s’emploie à contenir le déferlement de colère s’exprimant, plus ou moins violemment, sur les pavés de la capitale. Mais c’est sans compter les intérêts du Cartel européen, dont le président entend jouer sa propre carte politique dans ce chaos hexagonal.

Les acteurs de ce roman noir, avancent dans un labyrinthe fait d’intrigues et de trahisons, dont ils croient chacun connaître l’issue. Sans savoir à quel moment ils sont manipulés à leur tour.

 

En proie au labyrinthe Volume 2, La tourmente

Printemps 2017.

À Athènes, le délégué du Cartel européen est tué avec son garde du corps, alors qu’il effectue une visite au vice-Premier ministre grec, à propos des mesures de déréglementation à mettre en oeuvre.

Le président du Cartel européen entend coûte que coûte, dans un climat de contestation de son autorité politique, identifier les véritables commanditaires du meurtre.

Pendant ce temps, en région parisienne, l’ex-flic Girod s’engage dans une contre-enquête afin de rétablir l’honneur de son ancienne patronne et de son collègue assassiné mystérieusement, lors de la manifestation du 13 février 2016.

Les membres du Collectif arrêtés ce jour-là, bénéficient d’une liberté conditionnelle, avant leur procès. Mais leur retour à la vie civile ne va pas sans créer des dissensions au sein du groupe. Dans une France toujours plus affaiblie, Julie entend renouer avec une action radicale, mais Arno Pagani est happé par les sirènes politiques de l’ancien député réformiste, résolu à attaquer le gouvernement d’union nationale.

 

En proie au labyrinthe Volume 3, L’aube

 

2020.

À Bruxelles, Jan Herrero De La Pena, affaibli politiquement et retranché dans ses bâtiments de Berlaymont, est contraint d’affronter une violente campagne de presse le mettant en cause dans une affaire de trafic d’influence. Le diplomate andalou assiste, impuissant, au délitement du Cartel européen, né dans les années 50, en raison, notamment, des poussées nationalistes et des convulsions sociales, en cours sur l’ensemble du continent.

Son homme de main, le français Milner, semble, de prime abord, submergé par les imposantes manifestations, dans l’hexagone.

En dépit de cette situation française inédite, les anciens membres du Collectif continuent de se déchirer, tiraillés entre Arno Pagani, qui pense pouvoir s’imposer sur le terrain politique parlementaire, et Julie qui progresse dans les strates syndicales, à mesure que le blocage du pays enfle.

Le mercenaire Girod se trouve, au même moment, englué dans les ultimes règlements de comptes de sa vie policière passée, tandis que les services de sécurité français et la NSA, dont le colonel Winsley a été apparemment exfiltré, se livrent une lutte souterraine sans merci.

Les principaux protagonistes de cette trilogie vont, progressivement, se retrouver dans un final meurtrier, où l’aube d’une nouvelle ère se dessine dans des contours tragiques.

 

Le sanctuaire de Cargèse

 

Cargèse, 1996. Ange Baptisti, ancien cadre nationaliste corse, est violemment assassiné avec son garde du corps. S?agit-t-il d?un des derniers soubresauts de la guerre fratricide entre deux factions clandestines  ?L?inspecteur Thierry Le Coz, nouvellement nommé à la P.J. d’Ajaccio, va alors être confronté à la réalité sociale et historique de l?île. La recherche obstinée de la vérité va conduire l?enquêteur à ses propres failles identitaires lorsque s’ouvre au même instant le procès médiatique d?une figure du monde économique breton accusé de collaboration durant l?occupation.Tandis que Le Coz déchiffre progressivement les méandres du Front Patriotique de Libération Corse, les dérives du régionalisme breton se rappellent à lui. L?identification des criminels de Cargèse pourrait bien être l?occasion, pour lui, de percer certains secrets familiaux liés à la Bretagne sous Vichy.

La tanière du Laonnois

 

La tanière du Laonnois de Marek Corbel est un polar en forme d’enquête sur l’extrême droite française dans les années 1980 et 1990. Corbel construit ainsi un rapport richement documenté qui semble tiré tout droit du scénario d’un film de Rosi. En effet, l’auteur a cette surprenante capacité à établir toutes les ramifications possibles des milieux de la pègre.
Mais il sait également jouer de l’art de pénétrer à l’intérieur de la police. Outre l’atmosphère de grand banditisme, outre celle de corruption régnant dans les hautes sphères de la politique, le jeune auteur parvient à établir l’écheveau de liens existant entre les différents services policiers. En clair, La tanière du Laonnois est aussi bien un roman policier qu’une histoire sociale ; dont le parangon n’est autre que le personnage principal ( et si humain ! ), l’inspecteur Le Coz.

 

Voilà vous en savez déjà un peu plus sur notre trente-neuvième auteur à l’honneur.

J’espère vous avoir donné envie de découvrir l’univers, les univers de Marek, amateurs de romans noirs, sociaux et politiques vous ne devriez pas être déçus.

14 réflexions sur “Marek Corbel à l’honneur : 39# septembre 2020

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s