Papote d’auteur ; Mamie Danièle était avec Jean-Sébastien Pouchard 

Papote d’auteur

Mamie Danièle était avec Jean-Sébastien Pouchard 

Jean-Sébastien Pouchard est  né en 1976 à Tours.
Après son recueil de poésies intitulé « Musique de l’âme » dont trois d’entre elles ont été récompensées au concours littéraire des clubs de la Défense millésime 2015 et 2016, il publie son premier roman policier, « Jeu de morts » (2017) dont l’action se déroule à Dijon en Bourgogne.
« Scellés » paru en août 2018 aux éditions livresque est une nouvelle aventure de ses héros Mathilde et Arthur entre Dijon et les États-Unis. Ce roman arrive deuxième du prix du groupe des mordus de thriller 2018.
Son troisième thriller, « R.E.S.E.T » est un huis clos. Sept personnes se réveillent dans un nouvel hôtel en pleine montagne. Ils ont oublié leur périple pour y parvenir mais pas la raison de leur présence dans cet endroit vidé de tous ses occupants. Un hommage aux maîtres du genre paru le 1er août 2019.
Durant la période de confinement, il publie quotidiennement sur son mur Facebook les mésaventures de Martin, un personnage tout aussi détestable qu’adorable et qui tente de vivre « normalement » durant cette période sombre. Ces péripéties font désormais l’objet d’un recueil autoédité et nommé « Tribulations d’un CONfiné » avec à chaque vente brochée ou numérique, un don effectué à l’institut Pasteur.
« Affliction » est son quatrième roman policier, sortie le 07 octobre 2020, et dans lequel ses héros Mathilde et Arthur vont devoir quitter leur Bourgogne pour aider leurs homologues de Bordeaux à résoudre un crime crapuleux.
Entre deux romans, il écrit des nouvelles dont « Nécromania » parue en 2017.
« Bloody Santa » est sa deuxième nouvelle sortie en décembre 2018 dans un recueil collectif des auteurs livresque intitulé « The Christmas Codex, volume 1« .
« Amour noire » est une troisième nouvelle parue dans le recueil collectif « The Christmas Codex volume 2″ paru en décembre 2019.
Il participe également à d’autres projets dont le cadavre exquis saison 2 du collectif polar, Un pacte sinon rien , avec près d’une centaine d’autres auteurs.

A l’occasion de la parution de son nouveau roman Jean-Sébastien Pouchard s’entretien avec notre Dany.

En effet aujourd’hui est sortie Affliction, son 4e polar et on a qu’un conseil à vous donner, procurez vous le très vite.

En attendant je vous laisse lire et découvrir les petits indiscrétion de Mamie Danièle


Papote d’auteur

Mamie Danièle était avec Jean-Sébastien Pouchard 

Dany : Bonjour Jean-Sébastien

Jean-Sébastien Pouchard : bonjour Danièle. Ravi de te retrouver

Dany : Merci. La première fois que tu es venu rendre visite au Collectif polar, c’était pour parler du roman de Franck Thilliez L’anneau de Moebius. Aujourd’hui tu nous rends visite pour parler de TON actualité … Avant d’entrer dans le vif du sujet peux-tu te présenter … ?

JSP : Bien sûr. Côté sphère privée, je suis marié et j’ai deux grands garçons. Côté passion et bien tu l’auras deviné, j’écris énormément. J’ai commencé par des poésies pour basculer vers mon genre littéraire préféré le polar. J’en ai écrit 3 parus aux éditions livresque et le prochain Affliction arrive sur vos étagères le 07 octobre. Entre deux, j’écris également des nouvelles. Bref, tu l’auras compris je suis assez occupé mais j’adore ça 

Dany : Est-ce que tu as le temps de lire ?

JSP : Oui j’essaye toujours de garder un œil sur ce que font les copains, pas pour plagier mais bien parce que j’adore la lecture. Alors évidemment j’y consacre un peu moins de temps surtout en ce moment où je m’attèle à un nouveau projet. Mais j’ai tout de même commencé J’irai tuer pour vous d’Henri Loevenbruck

Dany : Bon choix !

Parmi ces romans que tu lis, y en a-t-il un que tu aurais aimé écrire ?

JSP : Hormis ceux de Franck Thilliez qui est pour moi LA référence, j’ai beaucoup aimé Apocryphe de René Manzor. J’avoue que sur ce coup-là, j’aurai aimé avoir l’idée.

Dany : Comment te vient l’idée d’un roman justement ?

JSP : Alors ça c’est une très bonne question. Je m’inspire beaucoup de ce qui m’entoure. Un lieu, un événement, un objet peuvent faire écho et être le point de départ d’une histoire. Pour Jeu de morts, je tenais vraiment à ce que Dijon où j’habitais à l’époque soit au centre de l’intrigue. Pour Affliction, je voulais que Bordeaux soit présente dès lors que j’ai visité il y a deux ans le grand théâtre, point de départ de l’intrigue. Pour mon prochain projet, c’est tout simplement une sortie canyoning cet été avec mes deux enfants qui m’a donné une idée. Être dans les rochers sous un déluge d’eau, ça peut être très inspirant ☺

Je note tout ce qui me passe par la tête à un moment donné et j’ouvre les tiroirs quand j’en ai besoin.

Dany : Tu es carnet organisé ou post’it dans tous les recoins de la maison ?

JSP : Non j’ai un carnet dans lequel je note tout. Si je le perds, je suis dans la mouise. Je peux me lever un matin et inscrire une idée pour ne pas l’oublier. La nuit je suis très créatif même si je ne m’en rends pas compte

Dany : Entre R.E.S.E.T et Affliction, tu as commis un OVNI de confinement … tu nous en parles un peu ?

JSP : Avec plaisir…

Cette période était très compliquée pour tout le monde. Je travaillais 15 jours puis 15 jours en repos. J’avais pas la tête à écrire une histoire « complexe ». Puis il m’est venu l’idée d’un personnage confronté à la vie quotidienne. Gérer le travail à domicile, le gosse, les courses, les voisins etc… était une épreuve pour lui. Je postais ses mésaventures sur mon mur Facebook pour tenter de changer les idées  aux gens. A ma grande surprise ce fut un petit succès et j’ai édité un recueil en autoédition de toutes les journées. Je donne 50% des recettes à la recherche parce que sans eux, il n’y a absolument pas d’espoir. En tout cas ce fut une belle surprise pour moi de changer de style car tout est burlesque, absurde voire caustique, comme cette situation que nous avons vécue.

Je ne souhaite pas en tout cas en écrire un second alors respectons les gestes barrières !

Martin est analyste comptable. Il aime les chiffres car avec eux jamais de surprises. C’est rond, c’est ordonné. Alors lorsque le monde se replie sur lui-même au printemps 2020, tout bascule. Son infirmière d’épouse se retrouve en première ligne et Martin doit gérer le quotidien. Entre les devoirs du gosse, le télétravail, le chien, les courses, les tâches ménagères, les voisins très spéciaux et des visites impromptues, Martin se retrouve vite débordé. Absurde, clins d’oeils, humour et coups de gueule se mélangent dans un cocktail détonant. L’auteur brosse ici le portrait d’un personnage parfois détestable et souvent attachant qui tente simplement de continuer à vivre « normalement » durant son confinement. À chaque livre version broché et numérique acheté, un don est également effectué pour la recherche afin que plus jamais, le monde ne plonge à nouveau dans l’obscurité.

 

 

Dany : Peux-tu présenter ton nouveau bébé ?

JSP : Alors Affliction est la troisième aventure avec Mathilde Danjou et Arthur Vaillant.  Je ne me voyais pas écrire cette histoire sans eux et en même temps je voulais situer l’action à Bordeaux. Alors lorsque la DIPJ de Bordeaux intervient sur le meurtre du directeur du Grand théâtre bordelais, ils sont loin de se douter qu’un meurtre, resté impuni à Dijon dix-neuf ans après les faits, va leur compliquer encore plus la tâche. Surtout travailler avec Mathilde et Arthur détachés en Gironde pour les besoins de l’enquête ne va pas être de tout repos .

J’aimerais t’en dire davantage mais le spoil est à portée de main ☺

Dany : C’est toute la difficulté de l’exercice.

JSP : En tout cas une fois encore mes héros vont être ébranlés

Oui et ce fut un plaisir pour moi de les retrouver. Ils font partie de la famille depuis cinq ans et 4 histoires.

Dany : Est-ce que tu as des thèmes récurrents, qui te tiennent à cœur ?

JSP : Des thèmes récurrents ? Pas vraiment. J’aborde divers sujets pour le besoin de mon histoire mais je ne cherche pas à faire passer un message quelconque. D’autres le font mieux que moi. En revanche les thèmes abordés me tiennent à cœur et j’essaye d’en parler du mieux que je peux.

Dany : En parlant de ton choix de reprendre les personnages, est-ce que ce n’est pas piégeant ? Est-ce le lecteur ne risque pas de se dire : ils vont s’en sortir de toutes façons !

JSP : Oui c’est un risque mais c’est le cas de tous les auteurs avec leurs héros récurrents. Il y a un attachement à nos personnages. Ils sont étrangement dans nos vies et il faut bien l’avouer, il y a également une part de nous en eux. Mais comme tous membres de la famille, ils vivent des moments de joie et des moments plus compliqués. Arthur va même salement morfler dans Affliction et c’est justement ce qui le rend « humain ». Et comme dans toute tribu, il y a des êtres qui nous quittent. Si faire disparaître un de mes personnages peut servir à approfondir leur univers, je n’hésiterai pas mais avec un pincement au cœur tout de même. En même temps Agatha Christie a tué Hercule Poirot. Une chronique a été réalisée dans le New York Times et face à la vindicte populaire, elle l’a ressuscité. Je ne crois pas finalement que les lecteurs soient prêts à voir leurs héros mourir.

Dany : Tu peux dresser le portrait de tes 2 héros pour les lecteurs qui prendraient le train en marche ? Du moins ce qu’il faut savoir à tout prix …

JSP : Alors Arthur est un flic ordinaire, taquin auprès d’une hiérarchie qu’il estime toujours fébrile. Il est très attaché aux gens qu’il aime. Son équipe et son fils sont tout ce qu’il a de plus cher dans la vie depuis son divorce . Puis a débarqué Mathilde pour le besoin d’une enquête (lire Jeu de morts) et dont il tombe amoureux. C’est une franco-américaine et ex profileuse du FBI qui a quitté son boulot pour fuir un passé poisseux (lire Scellés). Elle est très intuitive et a toujours les pieds sur terre contrairement à Arthur qui fonce avant de réfléchir mais toujours parce qu’il estime que c’est nécessaire pour protéger son entourage. Ils se complètent parfaitement et malgré leur boulot qui les consume, ils tentent de rester un couple « ordinaire ».

Après il est possible de lire Affliction sans avoir lu les précédents tomes mais c’est toujours bien de comprendre la genèse.

Dany : Alors Affliction dans la continuité ou en quoi diffère-t-il des 2 autres ?

JSP : Il est dans la continuité des deux autres en terme d’enquête. Il s’agit de trouver un assassin retors et très pervers. En revanche, il diffère des deux autres dans la psychologie des personnages. Ici leurs vies privées aura un impact sur leur enquête et vous allez apprendre des choses…

Dany : Peux-tu donner 3 bonnes raisons de lire Affliction ?

JSP : Parce que la couverture déchire, parce que Livresque est une maison d’éditions qui a donné une chance de vivre à mes personnages après la fermeture de mon premier éditeur et parce que c’est une bonne raison de découvrir mon univers qui je l’espère vous plaira.
Parce que j’aime les Haribo ça peut compter  ?

Dany : Des salons, des dédicaces prévues pour cette sortie ?

JSP : Juste un à Toulouse les 25 et 26 octobre. Le salon de septembre est beaucoup trop tôt pour le découvrir. En revanche j’ai des contacts en cours avec des librairies. J’attends les confirmations que je ne manquerai pas de mettre ne ligne

Dany : Deux mots sur le 4 ème roman ?

JSP : Ah Ah ?

Dany : ce sont tes 2 mots ?

JSP : …Alors il s’agira de 5 amis qui se retrouveront dans la vallée de l’Armance (lieu fictif) pour les funérailles d’un sixième.  Sur place, pour honorer la mémoire de leur pote disparu, ils vont se livrer à une sortie canyoning avec un guide. Seulement lorsque celui-ci va mourir, il va falloir survire au passé, à la météo capricieuse et à un tueur qui s’est lancé à leur poursuite. C’est plus un « survival » avec de la psychologie et j’ai hâte de le mettre en forme car j’ai déjà toute la trame en tête et sur mon carnet.

Dany : 

JSP : C’est un nouvel univers et c’est un challenge car le « survival » est un thème qui peut rebuter.

Mais pour le moment je n’en suis qu’au premier chapitre. J’avance doucement mais surement.

Dany : As-tu une question que je ne t’ai pas posée et à laquelle tu aurais aimé répondre ?

JSP : Non pas du tout ! Tu as été parfaite.

Dany : N’en fais pas trop …

JSP 

Dany : Un coup de gueule, un coup de cœur ?

JSP : Un coup de gueule ? Je ne vais pas être très imaginatif mais portez vos p…. de masques nom de diou de chiottes . Un coup de cœur ? Le dernier album de Benjamin Biolay

Dany : Merci Jean-Sébastien d’être passé nous voir, nous t’attendons chez nos libraires préférés et comme ces propos sont recueillis en plein mois d’août … bonne fin de vacances et à très bientôt ! Merci de ta confiance.

JSP : Merci à toi Danièle. J’espère te revoir bientôt. En attendant bonnes vacances également et fais bien attention à toi.

Dany : ❤

———————–

4ème de couv : Décembre 2019, un cadavre est découvert roué de coups sur la scène du grand théâtre à Bordeaux après la dernière représentation du Rigoletto de Verdi. Au même moment, à Dijon, la police est sollicitée au sujet d’un meurtre resté impuni dix-neuf ans après les faits. S’enclenche alors pour Mathilde Danjou et Arthur Vaillant une course contre la montre pour tenter de stopper un assassin sadique avant que les fêtes de Noël ne tournent au cauchemar.

5 réflexions sur “Papote d’auteur ; Mamie Danièle était avec Jean-Sébastien Pouchard 

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s