Affliction de Jean-Sébastien Pouchard

Le livre : Affliction de Jean-Sébastien Pouchard Paru le 07/10/2020 aux éditions Livresque 16.90€ (296 pages) ; format 13 x 21.5 cm.

 4ème de couverture :

Décembre 2019, un cadavre est découvert roué de coups sur la scène du grand théâtre à Bordeaux après la dernière représentation de Rigoletto de Verdi. Au même moment, à Dijon, la police est sollicitée au sujet d’un meurtre resté impuni dix-neuf ans après les faits. S’enclenche alors pour Mathilde Danjou et Arthur Vaillant une course contre la montre pour tenter de stopper un assassin sadique avant que les fêtes de Noël ne tournent au cauchemar.

 

 

 

 

L’auteur : Né à Tours , le 09/04/1976 Jean-Sébastien Pouchard est devenu auteur en écrivant des poèmes sur son environnement et sur ce qu’il ressent face à l’actualité.
Après son recueil de poésie intitulé Musique de l’âme aux éditions du net, dont trois poésies ont été récompensées au concours littéraire des clubs de la Défense millésime 2015 et 2016, il publie son premier roman policier, Jeu de morts (2017) aux éditions de l’Armançon, dont l’action se déroule à Dijon en Bourgogne.
Tombé amoureux de la cité des Ducs dès son arrivée en 2012, cette ville l’inspire énormément. Alors avant de quitter Dijon pour d’autres cieux professionnels, il lui tenait à cœur de lui rendre hommage pour la remercier des quatre belles années passées en son sein.
Scellés paru en août 2018 aux éditions livresque est une nouvelle aventure de ses héros Mathilde et Arthur à Dijon et aux États-Unis.
Nécromania (2017) est sa première nouvelle parue aux éditions livresque en octobre 2018.
Bloody Santa est une nouvelle parue en décembre 2018 dans un recueil collectif des auteurs livresque intitulée The Christmas Codex, volume 1. Le but étant que chaque auteur édité aux éditions livresque dans l’année en cours fasse connaître son univers de prédilection dans une compilation d’histoires courtes avec pour préférence le thème de Noël.
Après la fermeture administrative des éditions de l’Armançon, c’est tout naturellement que son nouvel éditeur redonnera vie à Mathilde et Arthur en proposant la réédition de Jeu de morts en février 2019. Durant la période de confinement, il publie quotidiennement sur son mur Facebook les mésaventures de Martin, un personnage tout aussi détestable qu’adorable et qui tente de vivre « normalement » durant cette période sombre. Ces péripéties font désormais l’objet d’un recueil autoédité et nommé Tribulations d’un CONfiné avec à chaque vente brochée ou numérique un don effectué à l’institut Pasteur.
Extraits :
« À la première heure, tu m’envoies une équipe pour interroger tout le personnel de l’opéra. Quant à nous, doc, on se revoit demain pour l’autopsie ?
— J’ai du cadavre qui s’accumule jusqu’au plafond, commandant, mais ce sera avec plaisir. Vous êtes toujours le bienvenu à la maison. Tous réunis autour d’une viande froide, on aura l’impression d’être chez le traiteur.
« Le plus dur à encaisser n’était pas que leurs routes bifurquent, mais bien la voie sans issue qu’ils avaient empruntée. Tromper l’absence de l’un dans les bras d’un autre est un classique de l’accident marital. L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature était d’ailleurs formelle sur ce sujet, le cocu ne serait jamais une espèce classée en voie d’extinction. » 
« Avant tout, Arthur exécrait prendre le train. Déjà parce qu’ils étaient rarement à l’heure et qu’il idolâtrait la ponctualité à la manière d’une divinité païenne. Surtout, il existait chez lui un côté chat noir de la voie ferrée cause de nombreux désagréments. Le dernier en date était le suicide d’un pauvre type qui avait décidé d’en finir en se jetant sur les rails. Classique, mais d’une redoutable efficacité. Résultat, le train fut bloqué en rase campagne cumulant au passage trois heures de retard et une nuit dans un hôtel parisien avant de pouvoir repartir le lendemain matin. Le plus déplorable dans cette mésaventure, fut la distribution du kit de survie en milieu ferroviaire, ersatz de la ration de combat militaire pour voyageurs en détresse. Même le paquet de fraise Haribo fourni avec ne put lui faire oublier l’amertume de la situation. Le coup de grâce fut l’arrivée en gare avec un mot d’excuse de la SNCF ne prenant pas en charge les remboursements, car cet « incident est un fait indépendant de notre volonté ». La compagnie de transport avait surtout trouvé un terrain d’entente avec la faucheuse. Elle récoltait gratuitement pour elle les âmes égarées et utilisait sa notoriété pour s’affranchir des émoluments dévolus à ses voyageurs. Le Capitalisme ne fait jamais de petites économies ! »

 

La chronique jubilatoire de Dany

Affliction de Jean-Sébastien Pouchard

C’est l’histoire d’une « chaîne alimentaire » … le plancton, indispensable à la survie des espèces supérieures, c’est en fait les femmes, ces femmes de l’Est principalement, objets de domination, de trafics d’humains vers la prostitution ou l’esclavage moderne. A l’opposé vous avez les espèces « supérieures », les nantis, les prédateurs, prêts à couvrir ou commanditer toutes les ignominies. Entre les deux extrémités de cette chaine, il y a tous les maillons nécessaires à la survie du système et enfin, heureusement, ceux qui essayent de revenir à une gestion plus humaine de notre société en assurant sa sécurité.

Voici de façon simpliste la vision globale de l’aventure à laquelle nous convie Jean-Sébastien Pouchard. A Bordeaux un meurtre sanglant secoue la bourgeoisie locale et convoque à son chevet le commandant Xavier Prévost, le local de l’étape. En fait il va très vite y avoir rapprochement avec une affaire dijonnaise des années 2000. Arthur Vaillant ainsi que sa coéquipière et compagne Mathilde Danjou, vont rejoindre Bordeaux pour conjuguer leurs efforts à ceux de leurs confrères.
Mais ces flics ont une vie à côté de leur métier-passion et pour Arthur, son fils et son ex, à point nommé, résident à Bordeaux et … vont avoir besoin de lui !

Une très bonne intrigue, riche, complexe et pleine de rebondissements, parasitée par des intérêts particuliers, des égos et ambitions, des truands, des cols blancs, du darknet … Bref une balade bordelaise qui aurait pu être plus bucolique mais sans doute réaliste.

J’aime le style de cet auteur qui fonctionne à la dérision pour ne pas sombrer dans le pathos. J’aime les personnages dont je n’ai pas connu les premières aventures, chose que je vais réparer sous peu assurément. Outre qu’il est plein de promesses assure le job de belle manière, Jean-Sébastien Pouchard est une personnalité attachante et disponible pour ses lecteurs qu’il a hâte de retrouver rapidement en salon.

Lu en version numérique.

Je remercie les éditions Livresque et l’auteur pour leur confiance

Autres extraits
« Combien de fois, il avait assisté au ballet de ces femmes au commissariat pour porter plainte contre leur compagnon et qui devant le combat à mener préféraient battre en retraite. Il ne les comptait plus. Et dans le cas où une d’entre elles, plus forte et déterminée, allait au bout de sa démarche, les monstres, contrairement aux contes de fées, s’en tiraient toujours à bon compte. Quelques mois de prison parfois avec sursis n’étaient pas suffisants pour éradiquer le mal. Tout en caressant la chevelure brune réfugiée dans ses bras, Arthur comprit alors que seul un monstre était capable d’en effrayer un autre. »
« Ainsi, ils découvrirent que Patrick Lartigue s’adonnait au Web Sleuthing, activité qui consistait à tenter de résoudre des enquêtes non élucidées en fouillant sur le Net ou à trouver des informations sur d’éventuels suspects dans des affaires criminelles. Débutée aux États-Unis pour la traque des desperados de tout genre, cette pratique s’était largement démocratisée avec l’avènement d’Internet dans les foyers réveillant ainsi des vocations de détectives amateurs enjoués à l’idée de résoudre une partie de Cluedo grandeur nature. Elle permettait surtout d’assouvir en toute impunité la soif de curiosité de la plupart d’entre eux, le but étant tout simplement de collationner un maximum d’informations sur une affaire non résolue. Pour y parvenir, tous les témoignages étaient centralisés sur une page créée à cet effet. En France, ce phénomène n’était pourtant pas encore très répandu même si quelques affaires célèbres comme l’affaire Dupont de Ligonnès20 avaient eu tendance à le relancer. Seulement l’engouement suscité était vite retombé après des décisions de justice à propos de certains enquêteurs du Web punis d’une amende pour violation du secret de l’instruction. La profession de chasseurs de primes n’avait aucun avenir au pays des droits de l’Homme qui n’était pas encore prêt à légitimer ces pratiques. »

6 réflexions sur “Affliction de Jean-Sébastien Pouchard

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s