Exquis Cadavre exquis Saison 2 Episode 89

Exquis Cadavre exquis Saison 2 Episode 89

L’idée avait le mérite d’être simple : liquider son auteur-vedette pour transformer en best seller son dernier manuscrit totalement délirant.
Geneviève V. n’avait plus qu’à trouver le bon tueur. Mais à jouer avec le feu on risque de se cramer les doigts, et tout le reste. L’éditrice n’avait pas prévu de croiser la route de son ancien tortionnaire ni de réveiller le Jaguar. Dans l’ombre un concurrent sadique attend son heure…

Exquis Cadavre exquis Saison 2 Episode 89

par Patrice Guirao

89

Quand la mort parle, la vie écoute

 

Patrice Guirao

Ici, le futur s’installe et les cadavres paressent. Allongés sur l’herbe autour de l’autel qui se dresse au creux de la vallée. Ils attendent. Ils ont entre les mains des bouts d’éternité dont ils ne savent que faire. Ils ne se parlent pas. Les flamboyants rouges se penchent sur leur destin commun et couvrent les pierres rondes du marae d’une ombre fraiche et flottante. Le ciel est à l’abri. Le silence veille. Les cadavres attendent de prendre mort. Prêts au voyage. Ils ignorent de qui ils seront les pirogues, mais ils savent qu’ils traverseront tout l’océan avec une âme à bord. Il leur arrive de tourner leurs visages inertes vers le miroir sans tain qui les séparent de l’autre monde, celui des vivants.

  Les enveloppes mortuaires des doubles de Geneviève et Vic,  celles de Claude, le King et les autres se prélassaient encore sous les arbres. Elles partiraient elles aussi comme les autres avec leurs âmes. Question de temps. Pas un ne survivrait. Cadavres et derniers souffles s’uniraient ici.

 Les vivants ont un tragique besoin de logique. De causes et d’effets. De réalité supposée. Une hécatombe d’auteurs comme celle qui avait cours aurait dû trouver une justification accessible aux hommes. Cette fois-ci, il n’y en aurait pas. Tant pis pour la raison.

Ainsi en a décidé la mort.

Et s’il y a une chose que personne ne peut contrôler, ni le grand architecte, ni la prétention de la vie où qu’elle soit apparue dans l’univers, c’est bien la mort.

Elle n’a besoin de personne pour gérer son cheptel. Elle joue et se joue des apparences et du besoin de compréhension des hommes. Cette fois, c’est le grand ménage. Elle a changé de paradigme. Cela devait arriver. La mort était lasse de la manière dont elle était perpétuellement traitée par cette génération d’auteurs de tous horizons. La décision d’en finir avec eux et ceux qui les cautionnaient et les mettaient en avant avait été prise. Définitive. Il était temps qu’on l’aime, qu’on la loue, qu’on lui rende son humanité, qu’on lui rende hommage, qu’on ne la craigne plus, qu’elle ne soit plus considérée comme un paria, une pestiférée, comme une tragédie.

Quand tout sera fini, alors viendra l’ère du renouveau.

Toutes ces guirlandes de lumières qui dansent dans les fougères, comme des perles de soleil dans la rosée et qui se laissent parfois surprendre furtivement par les regards, quittent leur nid chaque jour. C’est de ces perles que naissent ceux que la faucheuse a choisis pour donner vie à son projet. Ce sont les hommes et les femmes qui viendront bientôt apporter un souffle nouveau à l’histoire de la mort. Certains sont déjà au travail. Inconnus. Ils écrivent dans leur solitude, d’autres grandissent, d’autres encore sont dans les utérus et arrivent sur terre. Autant d’auteurs qui ne courront plus vers la gloire, mais qui se mettront humblement au service d’une cause. La seule qui vaille : l’amour. L’amour de l’inéluctable fin sous toutes ses formes. Ce sont eux qui donneront aux générations qui arrivent une autre image de la faucheuse. Qui feront que l’on mourra dans la joie et plus jamais dans l’horreur et la peur. Que le sang sera symbole de bonheur. Des millions de livres comme des millions de messages qui diront à l’humanité combien il est doux de mourir, quelle que soit la façon dont on meurt. Les mots vont prendre des sens inattendus, on parlera de crime comme l’on parle d’amour, les violences d’aujourd’hui seront les caresses de demain, la haine sera la nouvelle tendresse. Tout cela n’est qu’une question de conventions. Le monde que la mort prépare aux vivants sera tellement plus serein. Tellement plus reposant loin des peurs que les auteurs véhiculent dans leurs écrits. La vieille garde des auteurs doit disparaitre. Leur extermination systématique est en cours. Irréversible.

8 réflexions sur “Exquis Cadavre exquis Saison 2 Episode 89

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s