Neige écarlate de Anne Waddington

Le livre :  Neige écarlate de Anne Waddington – Paru le 03/09/2020 chez Caïrn éditions – collection Du noir au sud – 13 €. (574 pages) ; 12 x 18 cm

4ème de couverture :

Un monde clos, un hiver rude et une tempête de neige qui isole le village.

Des comportements qui changent soudainement, des résidents de la maison de retraite qui décèdent suite à des troubles inexplicables et la folie qui s’empare de tout le village. Paranoïa, schizophrénie, hallucinations, ce cocktail détonnait va pousser au cours de cette longue nuit d’hiver, la population à s’entretuer, chacun persuadé que l’autre en veut à sa vie !

Quelques personnes semblent épargnées et tentent de résister et de comprendre. Empoisonnement collectif ? Virus ? Manipulation mentale à grande échelle ? Expérience scientifique qui tourne mal ? lorsque le jour se lève et que la tempête se calme, les rares survivants n’auront pas trouvé les réponses…

Et si tout recommençait ailleurs ?

L’auteur : Psychologue en ville, Anne Waddington est écrivaine à la campagne. Après quatre romans et un recueil de nouvelles, elle publie avec Neige écarlate son premier thriller. Pour le décor de ce huis clos haletant, elle s’est inspirée des Monts de Lacaune, région de son cœur où elle réside une partie de l’année.

 

Extraits :
« – Un matin il ne restait plus de pains au chocolat et vous m’avez fort obligeamment offert celui que vous vous réserviez.
Pauline se souvient. Il ne faut pas être sorcier pour deviner la région d’origine d’Hortense. Hormis cette façon d’utiliser « pain au chocolat » au lieu de chocolatine, son accent pointu dénote une importation parisienne, à l’instar de la majorité des pensionnaires des « Rapsodies » »
« Le monde a basculé en quelques jours. Les amis, la famille, tous ceux sur lesquels on pouvait se reposer se sont métamorphosés en agents de mort.
Personne n’est capable d’expliquer le phénomène. Un virus inconnu ? Une punition divine ? Une conjonction stellaire ? Une influence extraterrestre ? Tout est possible, même la plus farfelue des hypothèses. Peu importe parce qu’à cette heure, rien ne compte d’autre que de sauver sa peau. »

 

La chronique jubilatoire de Dany

Neige écarlate de Anne Waddington

Avec l’environnement actuel qui est le nôtre, la lecture de ce roman glauque et flippant peut nous faire dire « Ma foi, la vie ce n’est pas si mal, faisons en sorte de la préserver ! ».

Flippant oui pour cette ambiance de huis clos, dans une région où la psychose collective va prendre le pas sur la raison, où la théorie de complot va faire renaître des pulsions meurtrières dissimulées sous les apparences d’une vie harmonieuse et bucolique. Un roman bien noir malgré la neige verglaçante, aux descriptions hyperréalistes.
Toute ressemblance avec la situation sanitaire que nous vivons n’est sans doute pas exempte de volonté de la part de l’auteure et le lecteur se demande comment il est possible de se « monter le bourrichon » de la sorte ! Le jeu des influences y est à son paroxysme, toutes générations et classes sociales confondues. Tout devient « signe ».

L’auteure, psychologue de métier a su admirablement faire que l’empathie avec les personnages soit alternative et efficace, jusque dans la maison de retraite dont les pensionnaires ont une folle envie de vivre. L’évocation de la maladie d’Alzheimer y est d’une pudeur bienvenue.

Nous sommes en présence d’un thriller psychologique rural et dérangeant, car cette micro-société pourrait bien être la nôtre, quelle qu’en soit l’échelle.
Saluons donc ce premier thriller de Anne Waddington qui a eu la très bonne idée de mettre en début de volume, la liste des personnages, une aide précieuse pour cette découverte et ce très bon moment de lecture !

N’oublions pas « thriller = trembler » … Une découverte qui devrait plaire à ceux qui ont aimé La vallée de Bernard Minier.

Je remercie les éditions Caïrn pour leur confiance et l’opportunité de cette découverte

 

 

Autres extraits :
« il n’a pas bu sa tisane. Il n’a jamais aimé ce « pisse-mémé », que l’on s’entête à leur offrir chaque soir et que, chaque soir, il vide dans le lavabo. Bien qu’elle soit bio, il a toujours préféré un bon café et, puisqu’on le lui refuse sous prétexte que ça empêche de dormir, il résiste en silence. Cette obstination vient sans doute de lui sauver la vie. »
« Quel meilleur moyen de contrôler sa fin que de se l’infliger soi-même ? Elle a vu dépasser d’une armoire un de ces petits sacs meurtriers destinés aux rongeurs, mais l’agonie risque d’être logue et douloureuse. Il y aurait bien la pendaison … Encore faut-il trouver une corde … et savoir faire le nœud. Elle s’est toujours étonnée de ce que personne ne s’interroge sur la faculté de tous ces pendus à se réussir. Nul doute qu’il existe la marche à suivre sur le Net, mais aux temps d’avant, comment s’y prenait-on ? […] Hélène n’a nulle envie de suffoquer durant d’interminables minutes, ni que son corps s’agite, pris de spasmes, avant que son ventre ne se décharge. Un reliquat d’éducation judéo-chrétienne l’oblige à demeurer correcte jusqu’au bout. »

4 réflexions sur “Neige écarlate de Anne Waddington

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s