Libres dans leur tête de Stéphanie Castillo-Soler

Libres dans leur tête de Stéphanie Castillo-Soler paru aux éditions Librinova le 6 août 2019 ; prix 13€90 ; 118 pages.

résumé : Romain arrive en prison. Les choses n’auraient jamais dû en arriver là, mais une vieille femme est morte… et il doit payer. Il va partager sa cellule avec Laurent, inculpé pour l’homicide d’un dealer. En même temps qu’ils vont apprendre à se connaître, les deux garçons vont découvrir ensemble les codes de l’univers carcéral. De façon surprenante, c’est dans cet environnement hostile et fermé qu’ils vont aussi réussir à nouer des liens d’amour et d’amitié. Réflexion sur la culpabilité, la liberté, la solidarité et le sens de la vie, Libres dans leur tête  est un émouvant huis-clos et un édifiant récit d’apprentissage.

L’auteur : Stéphanie Castillo-Soler est née le 7 août 1972 à Poissy dans les Yvelines. Maman de deux filles, mariée, elle est enseignante. Elle apprécie les moments de bonheur simples en famille et amis ainsi que les ballades dans la nature. Inspiré par le thème imposé par le concours Librinova, Libres dans leur tête est son premier roman.

 

 

 

Extrait :
En prison plus qu’ailleurs, la lecture est une activité nécessaire, l’unique moyen de susciter la représentation d’objets, de paysages, de personnes absentes de l’univers carcéral. Les livres sont porteurs de rêves, de messages, d’évasion. Ils permettent de chasser l’ennui, comblent le vide, procurent aux détenus un ersatz de liberté. L’état des livres témoigne du nombre de fois où ils ont été empruntés, pendant quelques semaines fidèles compagnons de cellule de l’un ou de l’autre. Depuis qu’il travaille ici, Serge se sent investi d’une mission. Après le répertoriage, il a de nouvelles idées pour améliorer encore les choses. Il pense à ceux pour qui la lecture demande un effort, soit parce qu’ils maîtrisent mal la langue, soit parce que dans leur vie d’avant ils n’y étaient pas coutumiers. Pour ceux-là il va contacter les associations, et voir si elles peuvent se charger de récupérer, auprès des éditeurs, des librairies, des bibliothèques de quartier ou des particuliers, des bandes dessinées, des ouvrages à gros caractères, pourquoi pas des livres-audio.

 

Les missives de Fanny H

Libres dans leur tête de Stéphanie Castillo-Soler

Quand on commence la lecture d’une histoire qui se déroule principalement en prison, on s’attend toujours à quelque chose de difficile ou de terrible pour les prisonniers et en l’occurrence, c’est ce à quoi je m’attendais. Mais pour Libres dans leur tête, Stéphanie Castillo-Soler a choisi justement de nous parler d’une autre image de cet univers carcéral avec une facette très positive de ce qu’il peut se passer derrière les barreaux.

J’ai d’abord eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire car j’ai trouvé les premiers chapitres un peu long et j’ai failli laisser tomber ce roman. Il me manquait de la vie et une dynamique par les dialogues.

Il m’a manqué aussi un peu plus d’aspects négatifs, plus de dureté , plus de ces moments que les prisonniers vivent réellement au quotidien, bref, un peu plus de réalité pour les personnages car je doute fortement que tout cela soit si rose pour cette population incarcérée. Cependant, j’aime à penser que ce roman puisse être réel. Cela rendrait un peu d’humanité dans cet univers déshumanisé.

Je ne l’ai pas « fermé » et je ne le regrette pas car c’est quand même une jolie histoire que nous livre l’auteur. Et même si l’on devine ce qu’il va se passer très facilement, un peu trop parfois, c’est une histoire très agréable à lire et qui fait du bien. Un peu de ciel bleu dans cette grisaille. C’est un livre qui délivre un message positif et d’espoir.

L’auteur nous amène cependant à nous poser quelques interrogations sur la prison : les uns, petits voleurs ou simple complice vivant aux côtés de meurtriers, que peut-il en ressortir de bon ? Ce roman vous l’apprendra. La justice en France est très décriée par la majorité des français. C’est un secteur engorgé dans son propre système, étouffé de lois et de décrets à n’en plus finir. La justice est au final très complexe.

Un point, dont nous avons déjà tous entendu parler aux infos et que soulève l’auteur, c’est celui d’une personne à son domicile qui fait face à un voleur et qui, par peur, impuissance ou énervement saisit son fusil, tire entraînant meurtre ou blessure . La victime du départ devient à son tour l’accusé et le voleur victime. Quel dilemme car au final qui est qui ? Car victime pour les uns ne l’est pas forcément pour les autres…Cela reste un autre débat certainement plus philosophique et politique.

En prison, il y a des bibliothèques, qui sait si ce roman sera un jour présent sur une étagère, peut-être livrera-t-il ses mots en délivrant un lecteur de la prison de ses pensées et des ses maux ?

5 réflexions sur “Libres dans leur tête de Stéphanie Castillo-Soler

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s