Ge vous donne des nouvelles, épisode 2, À peine entré dans la librairie

Ge vous donne des nouvelles, À peine entré dans la librairie

Il y a quelques semaine, j’ai eu envie, à l’instar de Marc, notre mister Flingueuse, de vous proposer une nouvelle rubrique qui s’intitulerait, « Ge vous donne des nouvelles ». 

Je sais maintenant que Marc ne m’en veux pas de lui avoir emprunter son titre, il me paraît tellement évident.

Aussi pour ce second rendez-vous je vous propose de vous parler de…

À peine entré dans la librairie par La Griffe noire.

 

Le livre : 30 ans la griffe noire : À peine entré dans la librairie.  publié par La Griffe noire. Parue le  22 juin 2018 – aux Éditions Télémaque.10,00 € ; 220 p. ; 12 x 19 cm

4ème de couverture :

30 ans

30 nouvelles inédites

32 auteurs de génie*

C’est ça la Griffe Noire !

A l’occasion de ses 30 ans, la librairie La Griffe noire propose une sélection de trente nouvelles inédites rédigées entre autres par Jérôme Attal, R.J. Ellory, Jacques Expert, Jean-Michel Guenassia, Gaëlle Nohant, Olivier Norek ou encore Maud Tabachnik.

 

 

 

 

 

 

Les auteurs : Sous la direction de Gérard Collard et Jean-Edgar Casel : 

Barbara Abel, Jérôme Attal, Jean-Philippe Blondel, Jérôme Camut – Nathalie Hug, Sonja Delzongle, Ingrid Desjours, Isabelle Duquesnoy, R.J. Ellory, Jacques Expert, Claire Favan, Karine Giebel, Jean-Michel Guenassia, Philippe Jaenada, David S. Khara, Nicolas Lebel, Nicolas Lelait-Helo, Frédéric Lenormand, Dominique Maisons, Nadine Monfils, Valentin Musso, Gaëlle Nohant, Olivier Norek, Laurence Peyrin, Bernard Prou, Jacques Saussey, Laurent Seksik, Dominique Sylvain, Maud Tabachnik, Valérie Tong Cuong, Aurélie Valognes, Marina Carrère d’Encausse

 

Extraits :
« Dans un livre les personnages ont l’apparence qu’ont leur imagine. Ils ont le sourire qu’on leur donne. Leurs voix sont celles que nous voulons entendre. Par le pouvoir de l’imagination, nous ressentons avec eux leurs bonheurs et leurs peines. Nous portons le deuil de leurs pertes, nous célébrons leurs passions, nous vivons ces fragments de leur vie comme s’ils appartenaient à la nôtre. Il est rare de lire un ouvrage qui n’altère pas notre vision du monde, même si c’est à peine définissable. »

R. J. Ellory – Le sursis

« Je tiens également à préciser que si tout ce que vous venez de lire est absolument vrai, aucune libraire n’a été maltraitée durant cette séquence. »
Les vapeurs du succès David S. Khara
« J’ai dans les cartons quelque chose de bâclé et bien ennuyeux. Tiens, celui-ci avec son bandeau écrit par des amis pour dire tout le bien qu’ils ne pensent pas. Ce sera parfait ! »
(Aurélie Valognes)

 

« A peine entré dans la librairie, il eut la sensation étrange qu’il n’était pas là par hasard, qu’une force bien supérieure avait guidé ses pas et l’enjoignait à saisir ce livre sombre et mystérieux où le chiffre 30 apparaissait en lettres rouges. »
Indrig Desjours

 

Le post-it de Ge

À peine entré dans la librairie

A l’occasion de ses 30 ans, la librairie La Griffe noire propose une sélection de trente nouvelles inédites rédigées entre autres par Jérôme Attal, R.J. Ellory, Jacques Expert, Jean-Michel Guenassia, Gaëlle Nohant, Olivier Norek ou encore Maud Tabachnik.
La Griffe Noire n’est pas une librairie comme les autres. Tous ceux qui comme moi la fréquentent depuis des années pourraient vous le dire et vous l’expliquais mieux que moi. Aussi quand pour fêter ses 30 ans , les deux associés fondateurs de cette librairie de quartier en banlieue ont décidé de frapper fort.
Faire éditer un recueil de nouvelle : 30 ans , 30 nouvelles inédites, 32 auteurs de génie*
C’est ça la Griffe Noire !
Et oui ils sont totalement barrés mes libraires.
Aussi sous la direction de Gérard Collard et Jean-Edgar Casel on retrouve ici Barbara Abel, Jérôme Attal, Jean-Philippe Blondel, Jérôme Camut – Nathalie Hug, Sonja Delzongle, Ingrid Desjours, Isabelle Duquesnoy, R.J. Ellory, Jacques Expert, Claire Favan, Karine Giebel, Jean-Michel Guenassia, Philippe Jaenada, David S. Khara, Nicolas Lebel, Nicolas Lelait-Helo, Frédéric Lenormand, Dominique Maisons, Nadine Monfils, Valentin Musso, Gaëlle Nohant, Olivier Norek, Laurence Peyrin, Bernard Prou, Jacques Saussey, Laurent Seksik, Dominique Sylvain, Maud Tabachnik, Valérie Tong Cuong, Aurélie Valognes, Marina Carrère d’Encausse.
Tous ces auteurs ont eu à coeur de mettre en avant le rôle des libraires et des librairie dans le paysage éditoriale français.
Oh tous les textes ne sont pas de la même qualité Il y en aura pour tout les goûts. de la dystopie, de l’anticipation, du Crime, de la dépression, du thriller et j’en passe. Mais tous on un point commun qui est de nous raconter ce qu’il se passe alors qu' »A peine entré dans la librairie… »
La suite vous la saurez en lisant de super recueil de nouvelle.
Et en plus moi j’ai découvert des auteurs contemporains que je n’avais pas encore lu et que je n’aurai pas lu sans cela. Une belle façon de découvrir leurs différentes plumes.

 

Et rien que pour vous le début de la nouvelle, « Sacré Gustave! » de Bernard Prou,

 

SACRÉ GUSTAVE !
Bernard Prou
C’était au cours d’une de ces soirées où le déplaisir me gagne très vite, au moment où j’étais sur le point de m’éclipser en catimini, tel qu’à mon habitude dans ce genre de pince-fesses, qu’une invitée, jeune et jolie comme un vieux bouc de mon âge les goûte, aiguisa ma curiosité.
— Vous semblez vous ennuyer ? j’ai glané par-ci par-là, des bribes de conversations vous concernant qui s’accordent pour vous définir comme un lecteur éclairé. Tous ces propos grappillés l’affirment et je serais heureuse si vous m’aiguilliez en ce domaine .
Puis avec un sourire à fondre, elle ajouta, en me tendant un plateau couvert de petits fours de chez Laurent Duchêne, auxquels je succombai les yeux fermés :
— Je m’appelle Emma.
— Je ne vous contredirai ni sur le premier point, ni sur le second, lui répondis-je pour accrocher l’intérêt qu’elle semblait me porter, puis je me présentai : Léon Bouvier ! Très heureux !
— Connaissez-vous la librairie de L’Agrafe d’or ? reprit-elle. Elle venait de faire mouche en attisant le feu de ma curiosité ! Sur un mode à la fois léger et réfléchi, nous continuâmes cette
conversation qui nous isola des propos convenus dans ces raouts ennuyeux.
— On raconte que L’Agrafe d’or est l’un de ces endroits inspirés. Certains chalands auraient été l’objet d’étranges sensations fantasmagoriques lors de leur première visite. Mais cela reste de l’ordre de ces fables à l’origine indiscernable colportées ici et là. Je pensai qu’un féru de lecture à votre image pourrait m’en apprendre plus. Je ne m’y suis moi-même jamais risquée, ajouta-t-elle.
Cette dernière remarque stimula mon attrait naturel pour les lieux originaux.
Nous nous quittâmes avec la promesse de nous revoir.
Jamais je n’avais mis les pieds dans cette ville de banlieue. À l’instar des formes que notre imagination s’amuse à attribuer aux nuages, j’ai toujours joué avec les plans et les cartes. À la sortie de la gare du R.E.R. je consultai justement le plan de la commune, planté là, et je lui trouvais la forme évidente d’une grosse couille, enserrée dans une boucle de la Marne. Le méandre de la rivière dessinant le scrotum de la roubignolle en question.
L’Agrafe d’or se situait en P4, à côté du lycée Marcello Berthelin, établissement coté s’il en était. J’y étais !
Dès le seuil de la librairie franchi, une improbable odeur d’encaustique, mêlée à des effluves de viennoiseries chaudes, m’agacèrent les narines. Rien d’agressif, au contraire, mais la curieuse sensation de ne pas me trouver à l’endroit espéré. Un bref regard circulaire m’assura que j’étais à l’adresse idoine car, même en fouillant au tréfonds de mes souvenirs, je ne connaissais aucun marchand de couleurs ni aucune boulangerie dont les murs fussent tapissés de livres.

Et un bel extrait de la nouvelle de Jacques Saussey :

Lorsque chacun fut à sa place, l’organe vibrant du libraire s’éleva dans
le silence respectueux.
– Parfait ! Alors, écoutez-moi bien, les amis ! Ils ont encore tué l’un
d’entre nous, cette semaine ! Mais on ne va pas les laisser faire !
– Nan !
– Vous êtes avec moi ?
– Ouais !
Le brigadier Richard Milan sentit tous les poils de son corps se dresser à l’unisson. Tous les flics présents avaient répondu aux deux questions d’une seule voix.
Le libraire hurla.
– Vous êtes avec moi ?
– OUAIS !
Milan avait instinctivement levé le poing et crié avec l’assemblée
unanime.
– On va les foutre à genoux, ces Ricains !
– OUAIS !
– Qui c’est les meilleurs ?
– C’est Jean et Gérard !
– Plus fort !
– C’EST JEAN ET GÉRARD !
– Très bien. Merci. N’oubliez pas les autres, quand même, hein. On n’est pas tout seuls à lutter, ici.
Jean essuya une larme d’émotion et Gérard s’éclaircit la voix. Il réclama le retour du silence d’un geste apaisant de ses deux mains.
– Vous êtes tous mes petits protégés, vous le savez… Mais je dois vous
le dire, nous sommes en danger.
93 avait perdu son air bravache. Il avait l’œil humide et ne faisait plus le malin. Sur la table de jeu, les glaçons fondaient, libérant les cadavres des minuscules chevaux emprisonnés. Mehrlicht, l’un des plus jeunes du groupe, essayait de disparaître des radars derrière ses voisins les plus anciens.
Milan scrutait un à un les visages tirés par l’inquiétude. À présent, plus
un seul ne pensait à plaisanter.

 

4 réflexions sur “Ge vous donne des nouvelles, épisode 2, À peine entré dans la librairie

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s