Nos lectures d’Halloween par les flingueuses

Nos lectures d’Halloween par les flingueuses

Dis-moi ce qui te fait peur ? Je te dirai quoi lire et/ou regarder !

 

C’est la mission que se sont assignés les flingueuses et les flingueurs du Collectif Polar.

De l’hémoglobine, des palpitations psychologiques, de la dureté de la réalité sociale, la palette de la peur est large. La sélection du Collectif y répond. Sans aucun respect pour le couvre-feu, les gestes barrières et le port du masque, il y en a pour tous les goûts du frisson et venus du Monde entier. De l’Amérique à l’Asie en passant par notre Vieux Continent, venez-vous faire peur avec nous !! À vos marques, prêts, TREMBLEZ !

En cette journée d’Halloween, nos chroniqueurs et nos chroniqueuses vous propose de frissonner avec elles. 

Pour cela chacune de nos flingueuses à un livres à vous conseiller.

Allez c’est parti pour cette petite sélection spéciale Halloween

🎃🎃🎃🎃🎃🎃🎃🎃🎃🎃🎃🎃🎃🎃🎃🎃🎃🎃🎃🎃


 Isabelle Villain

Misery du King

Un huis clos insoutenable où l’imagination, la folie et l’absurde cohabitent à merveille.

Misery, c’est le nom de l’héroïne populaire qui a rapporté des millions de dollars au romancier Paul Sheldon. Après quoi il en a eu assez et il a fait mourir Misery pour écrire enfin le « vrai » roman dont il rêvait.

Mais il suffit de quelques verres de trop et d’une route enneigée, dans un coin perdu, pour que tout bascule… Lorsqu’il reprend conscience, Paul est allongé sur un lit, les jambes broyées dans l’accident. Sauvé par une femme, Annie. Une admiratrice fervente. Qui ne lui pardonne pas d’avoir tué Misery.  

Annie Wilkes est cinglée, mais Paul Sheldon, l’auteur à succès des aventures de Misery Chastain, a besoin d’elle depuis son accident de voiture. Car Annie l’a ramassé sur le bord de la route, puis séquestré et mutilé. Une occasion inespérée pour elle de manipuler son écrivain fétiche à sa guise. Ressusciter Misery qu’il a fait mourir dans un épisode précédent, ou être exécuté par sa geôlière : voilà à quel dilemme Paul est désormais confronté.

Mais ce n’est pas tout. S’il redonne trop vite corps à son héroïne préférée, Annie sera tentée de se débarrasser de lui dès qu’il aura achevé le manuscrit. Et s’il fait traîner l’intrigue, de rage, elle pourrait le supprimer !

Sans monstres ni fantômes, Stephen King, au sommet de sa puissance, nous enferme ici dans le plus terrifiant huis clos qu’on puisse imaginer.

Et le supplice va commencer.

🎃

 

Sylvie Buttard

 

Alors le livre, pour halloween:

le costume du mort (Joe Hill).

Bien flippant, j’ai adoré !

« Un conte d’horreur sauvage, hypnotique et diaboliquement pervers, Le Costume du mort sort tout droit de l’enfer… »

le costume du mort Joe Hill

Jude Coyne, idole vieillissante du rock gothique, a une collection bien particulière : un livre de recettes pour cannibales, la corde d’un pendu, le crâne d’un trépané et, dernière trouvaille, un article mis en vente aux enchères sur le Web, le fantôme du beau-père d’un internaute. Ainsi pour mille dollars, il acquiert un costume prétendument hanté. 

On ne collectionne pas sans péril des reliques toutes plus étranges les unes que les autres. C’est ce que va apprendre Jude en achetant le dernier costume d’un mort. Soudain, au pied de son lit, derrière une porte, à ses côtés en voiture, grimaçant et assoiffé de vengeance, apparaît l’ancien propriétaire de l’habit. Quelle histoire terrible de son passé cherche-t-il à lui faire payer ? Aux frontières de la folie, une fuite éperdue commence, enchaînant des moments de pure terreur et d’intenses frissons pour le lecteur.

 

 

Catherine Rechenmann Arrieutort

Le livre 📚 : Le minotaure d’Atlantide François Darnaudet

Pas de Nains ou d’Elfes dans cette fantasy-là. François Darnaudet invente ses propres codes et les fait entrer en résonance avec les romans de son cycle fantastique : ici les héros sont visibles, extraordinaires et décomplexés (une sorcière bleue, un minotaure et un géant). Ce qui apporte un aspect inédit et jubilatoire à sa fantasy audacieuse. Darnaudet sait écrire, il a ce style aiguisé des auteurs qui ont plus d’une vingtaine de romans à leur actif. François Darnaudet confirme une fois encore qu’il fait partie des maîtres français des littératures de l’imaginaire.

« Les guetteurs de la Passe du Lido déclenchèrent les cornes quelques instants après le lever du soleil sur l’Adriatique.
Les troupes terrestres venues d’orient et d’occident se mirent en position défensive sur la longue bande de sable fortifiée qui barrait la lagune. Derrière eux, trois cents navires frémissaient du martèlement des pieds de vingt mille matelots.
Dans le palais ducal, les chefs de la coalition étaient tous là. Tous ceux qui avaient fini par comprendre que ce danger en lequel ils n’avaient pas cru était désormais aux portes de Venezia. La cité de Venezia qui gardait en son sein le dernier espoir des peuples du pourtour méditerranéen… Lorsque les énormes trirèmes d’un autre âge, équipées d’appareillages inconnus couvrirent l’horizon marin et que les défenseurs du Lido furent en mesure d’apprécier la taille gigantesque des ennemis, un frisson de terreur parcourut les troupes de la coalition. »


Cécile Pellault

Le livre : Eugène Terredefeu d’une certaine Sacha Erbel …

Eugène Terredefeu : les larmes du Wendigo : thriller

La petite ville de Plymouth sur côte est des Etats-Unis voit sa quiétude bouleversée depuis que moi Eugène Terredefeu je suis arrivé en ville.
Non pas que je sois mêlé à cet horrible meurtre commis dans le parc mais des événements troublants se succèdent et pas seulement en matière d’homicide.
En passionné de romans noirs je colle aux basques de Lilly Anak agent du FBI tourmentée pour tenter d’en apprendre plus. Je vois bien qu’elle cache des élément importants et bien plus terrifiants encore liés à l’assassinat de cette futur maman.
Pire encore c’est au péril de ma propre vie que je vais être confronté au Mal absolu. Celui que l’on ne voudrait croiser sous aucun prétexte. Pas même dans ces pires cauchemars !
Et ce n’est pas Poison qui vous dira le contraire ! Hein ? Quelle petite peste celle-là !…

Eppy Fanny

icône de badge

Le Dracula de Bram Stoker

 

Dracula

Jonathan Harker, jeune clerc de notaire britannique, est envoyé par son étude dans un sinistre château de Transylvanie afin d’y négocier avec un certain comte Dracula l’achat d’une propriété en Angleterre. Il ne tarde pas à découvrir l’effroyable secret de son hôte : cette créature est un mort-vivant, un vampire qui repose dans un cercueil dont il sort la nuit pour étancher sa soif de sang – et le jeune homme est son prisonnier.

Le comte Dracula part pour l’Angleterre où il choisit sa première victime, Lucy, une amie de la fiancée de Jonathan, qui devient rapidement la suivante sur sa liste…

Le roman le plus érotique de la prude époque victorienne, il est devenu un grand classique et a inspiré nombres d’adaptations dont les plus illustres au cinéma : Nosferatu de Murnau, Dracula de Tod Browning – avec la mémorable interprétation de Bela Lugosi – et Dracula de Francis Ford Coppola.

Fanny Haquette

icône de badge

Alors je dirai…

Les contes fantastiques du valenciennois de Bertrand Bosio.

Dans ses contes, il y a toujours une interaction entre réel et imaginaire : les lieux sont réels mais les personnages sont fictifs. Quant à l’intrigue, elle est surnaturelle.

Meurtres, sorcellerie, folie, surnaturel, bienvenue dans le nord fantastique…

De la friterie qui prend place, le temps d’une dégustation, sur la place de Vieux-Condé, au corps retrouvé carbonisé dans une auberger de Valenciennes en passant par les mystérieux elfes qui hantent la forêt de Bonsecours, pénétrez dans l ‘univers sombre et envoûtant des contes fantastiques du Valenciennois…

 

 

 

 

 

 

 

 

Danièle Ortega-Chevalier

icône de badge

Mon souvenir le plus flippant et qui m’a donné le goût du genre

Nécropolis  de Hubert Lieberman

Herbert Lieberman atteint le sommet du roman noir 

âmes sensibles s’abstenir.

Nécropolis, c’est la «Cité des morts» : New York, sillonnée par les fous, les mythomanes et les drogués, les assassins et les paumés de toute sorte ; en proie aux intrigues de la municipalité et aux trafics d’influence ; quadrillée par les voitures de police et les ambulances dans un grand concert de hululements de sirène et de crissements de pneus. Avec comme destination finale : la morgue. Presque toujours.

Paul Konig, médecin-légiste en chef de la Ville, est au centre de ce roman et des différentes histoires policières qui s’y entrecroisent, comme il est le Maître qui règne sur les énormes dépôts macabres, ces charniers «propres» qui symbolisent en quelque sorte l’inhumanité et la violence de la plus grande métropole du monde.

Depuis les chambres froides où il procède aux autopsies et livre aux policiers les premiers renseignements qui leur permettront de proche en proche d’identifier les corps et de reconstruire leur vie, Paul Konig, sorte de héros shakespearien délirant et fort, mais étonnamment humain – et qui donne au livre sa vraie dimension littéraire -, surveille New York, sa ville, mène au besoin l’enquête, recherche sa fille Lolly qui a disparu, suit inlassablement des pistes, lui-même tourbillon au sein de toute cette démence.

Nécropolis n’est pas seulement l’un des sommets de la littérature policière, c’est aussi un extraordinaire document pour lequel Herbert Lieberman a passé plus d’une année à enquêter dans les morgues de Manhattan. C’est surtout, comme la presse américaine l’avait souligné lors de la parution, «sans aucun doute le plus beau livre jamais écrit sur New York».

Marc

« Spectre » de Dean R Koontz

« Ouvrir un roman de Dean Koontz, c’est avoir la certitude de ne pouvoir le refermer que la dernière page lue… c’est aussi, à vos risques et périls, éprouver le métier et la faconde d’un des grands maîtres modernes de l’effroi. »

Dès leur arrivée à snowfield, petite ville sans histoire nichée dans les montagnes, Jenny et sa jeune soeur Lisa avaient ressenti une impression de calme étrange, surnaturel.

 Le premier cadavre qu’elles découvrent dans la maison, est celui de Hilda, la femme de ménage, les yeux exorbités d’horreur, la chair noire et boursouflée. Terrorisées, elles se précipitent à la boulangerie où elles font une autre découverte macabre.

Il y régnait un silence total, un silence de mort. Jenny s’était d’abord refusé à le reconnaître. C’était pour cela qu’elle n’avait pas appelé dans les rues désertes. De peur que personne ne lui réponde.
Mais, maintenant, si elle ne criait pas, c’était parce qu’elle avait peur d’être entendue par la Chose tapie dans l’obscurité…

 

 

So Fiou

icône de badge

Je propose un livre jeunesse :

Sacrées sorcières de Roald Dahl🎃

🧡

Une histoire avec de vraies sorcières qui détestent tous les enfants.

Attention ce livre n’est pas un conte de fées, mais une histoire de vraies sorcières. Vous n’y trouverez ni stupides chapeaux noirs ni manches à balai : la vérité est beaucoup plus épouvantable. Les vraies sorcières sont habillées de façon ordinaire, vivent dans des maisons ordinaires. En fait, elles ressemblent à n’importe qui. Si on ajoute à cela qu’une sorcière passe son temps à dresser les plans les plus démoniaques pour attirer les enfants dans ses filets, vous comprenez pourquoi lire ce livre vous est indispensable !

 

Un enfant par semaine, cela représente cinquante-deux enfants par an.

Un tour, deux tours de moulinette et hop !… plus d’enfant

Sacrées sorcières

Attention : les vraies sorcières sont habillées de façon ordinaire et ressemblent à n’importe qui. Mais elles ne sont pas ordinaires. Elles passent leur temps à dresser les plans les plus démoniaques et elles détestent les enfants. La Grandissime Sorcière les déteste plus que tout et compte bien les faire tous disparaître.

Seuls un jeune garçon qui vit avec sa grand-mère, chasseuse de sorcières, apprend à les reconnaître à ses dépens, tout en tentant de déjouer le complot mené par la Grandissime sorcière. Mais si leur plan échoue, la Grandissime Sorcière va les faire frrire comme des frrites.

 

Jean-Paul Dos Santos Guerreiro

Coucou à toutes et à tous…

Pour le roman : Shining de Stephen King,

L’histoire d’un enfant médium dont la seule présence réveille les forces maléfiques d’un palace vide et coupé du monde. Roman adapté par Stanley Kubrick au cinéma en 1980.

Situé dans les montagnes Rocheuses, l’Overlook Palace passe pour être l’un des plus beaux lieux du monde. Confort, luxe, volupté…

L’hiver, l’hôtel est fermé. Coupé du monde par le froid et la neige. Alors, seul l’habite un gardien. Celui qui a été engagé cet hiver-là s’appelle Jack Torrance : c’est un alcoolique, un écrivain raté, qui tente d’échapper au désespoir. Avec lui vivent sa femme, Wendy, et leur enfant, Danny.

Danny possède le don de voir, de ressusciter les choses et les êtres que l’on croit disparus. Ce qu’il sent dans les cent dix chambres vides de l’Overlook Palace, c’est la présence du démon. Cauchemar ou réalité, le corps de cette femme assassinée ? ces bruits de fête qui dérivent dans les couloirs ? cette vie si étrange qui anime l’hôtel ? Un récit envoûtant immortalisé à l’écran par Stanley Kubrick.

 

Sylvie Kowalski

icône de badge

Pour le livre : Huit histoires de fantômes de Jean-Baptiste Ferrero

Thomas Fiera a une vieille âme toute pleine de fêlures, de blessures et de fissures. C’est une vraie passoire qui attire les fantômes et les esprits égarés et lui, bonne pomme, il ne peut s’empêcher de les aider, ces drôles de clients qui ne payent pas !

 
Le personnage de Thomas Fiera nous a habitués à ses enquêtes policières, noires, drôles et mouvementées qui nous entraînent dans l’univers des entreprises ou de la politique. Dans ce recueil, vous découvrirez un Thomas Fiera un peu inhabituel, plus sombre, plus mélancolique et ses enquêtes flirtent davantage avec le fantastique. Mais avec les fantômes comme avec les humains, Fiera finira toujours par démontrer que sa façade de détective cynique et blasé cache en réalité un romantique aussi sensible qu’écorché vif.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Marianne Dubuisson

Je vous propose un livre jeunesse.

L’apprenti Epouvanteur de Joseph Delaney

L’apprenti Epouvanteur est le volume 1 de la série L’Épouvanteur

Attention !

Histoire à ne pas lire la nuit…

Cet ouvrage comporte des scènes susceptibles de heurter la sensibilité des trop jeunes lecteurs.

Thomas, le septième fils d’un septième fils, possède les qualités requises pour devenir l’apprenti de l’Epouvanteur. C’est une aubaine, car il n’est pas attiré par la vie de fermier. Il possède un don particulier pour voir et entendre ce que le commun des mortels ne perçoit pas. Il entame donc son apprentissage auprès de l’Épouvanteur  qui le teste la première nuit en l’enfermant dans une maison hantée.

Thomas Ward, le septième fils d’un septième fils, devient ici l’apprenti de l’Épouvanteur du comté. Son maître, John Gregory est très exigeant. Thomas doit apprendre à tenir les spectres à distance, à entraver les gobelins, à empêcher les sorcières de nuire…Cependant, il libère involontairement Mère Malkin, la sorcière la plus maléfique qui soit, et l’horreur commence…

 

L’épouvanteur est…La série fantastique incontournable. 

Jimmy Milleville

Les dossiers Warren

Pendant plus de cinquante ans, Ed et Lorraine Warren ont été considérés comme des experts en matière de hantise et de démonologie aux États-Unis. Peu connus en Europe, le film « The Conjuring » les a mis récemment en lumière. Depuis, de nombreuses personnes se passionnent pour leurs extraordinaires enquêtes. Au cours de leur carrière, ils ont été appelés à intervenir sur les plus célèbres cas de possession démoniaque : Amityville, la famille Smurl, le loup-garou de Londres, Arne Johnson, la famille Snedeker, et certaines de leurs histoires – comme celle d’Annabelle la Poupée ou de la famille Perron – ont même inspiré des films. Ed et Lorraine Warren ont passé leur vie à combattre le mal avec leur foi comme seule arme et ils ont rassemblé plus de trois milles histoires fascinantes. Les voici résumées dans ce livre.

Geneviève Van Landuyt

 

L’emprise des sens : thriller  de Sacha Erbel

Lorsque Talia, en pleine désillusion sentimentale, s’envole pour des vacances de rêve à la Nouvelle-Orléans, elle est loin de s’imaginer que son destin l’y attend.

Dès le lendemain, elle se retrouve mêlée à un crime, exécuté selon un rituel macabre et violent.

Rites vaudou ou crimes en série, la frontière entre les deux semble floue pour Louis Lafontaine, policier chargé de l’enquête, lui-même confronté à des troubles obsessionnels. Avec sa coéquipière il est prêt à tout pour remonte à la source de l’horreur.

Face à l’emprise du mal, Talia saura-t-elle affronter ses démons et le don terrifiant qui lui est révélé ? Le soutien d’Azaïa, prêtresse excentrique et l’amour de Basile seront-ils suffisants pour l’y aider ?

Dans la chaleur mordante de ce voyage en pays cajun, les esprits tourmentés se révèlent, les traumatismes refont surface et les peurs inavouables s’entrechoquent jusqu’à la révélation finale.

 

Ambiance vaudou parfaite pour Halloween.

L’ombre de Nola : thriller  de Sacha Erbel

« Jamais je n’aurais soupçonné une telle tempête à l’intérieur de moi. Mon autre nature était enfermée comme dans une prison de haute sécurité avec ses écrous et ses barreaux. Ne laissant apparaître que naïveté et apparente légèreté.
Mais le monstre a libéré un autre monstre. Et ce que toi tu m’as fait, je vais te le rendre. Je vais te le renvoyer tel un miroir et il ne manquera rien, tu peux me croire. Douleur, colère, terreur, vengeance, tout y sera. Et ce miroir reflétera toutes tes imperfections. Tel le portrait de Dorian Gray, ces imperfections deviendront pustules, pourriture de ce que tu es à l’intérieur de toi… »

Depuis son retour en France, Talia a changé. Le don qu’elle a acquis à la Nouvelle-Orléans n’y est peut-être pas étranger.

En ce début janvier, une nouvelle vision la perturbe. Un homme pendu. Talia sait que cela annonce un meurtre. Cependant personne ne la prend au sérieux. Etant donné ce qu’elle apprend. Charlie, sa meilleure amie depuis toujours, craint qu’elle ne souffre d’un important stress post-traumatique.

Alors que les meurtres par pendaison se poursuivent, Talia décide de repartir à la Nouvelle-Orléans. Elle doit retourner sur les traces des esprits vaudou. Sur les traces de Baron Samedi. La porte s’ouvre à nouveau entre deux mondes. Tout n’a pas encore été révélé.

Entrez, si vous l’osez…

Isabelle Bourdial

Geneviève, sur le fil je t’envoie ma prescription pour Halloween (puisque Sacha Erbel était doublement prise). Halloween, c’est aussi la Toussaint, le jour des morts. Alors j’ai choisi de mettre en lumière une voix jaillie d’outre tombe, qui porte loin et vous touche au coeur.

Il est juste que les forts soient frappés, premier roman de Thibault Bérard publié par L’Observatoire.

 

Il est juste que les forts soient frappés

Lorsque Sarah rencontre Théo, c’est un choc amoureux. Elle, l’écorchée vive, la punkette qui ne s’autorisait ni le romantisme ni la légèr+eté, se plaisant à prédire que la Faucheuse la rappellerait avant ses 40 ans, va se laisser convaincre de son droit au bonheur par ce fou de Capra et de Fellini.

Dans le tintamarre joyeux de leur jeunesse, de leurs amis et de leurs passions naît Simon. Puis, Sarah tombe enceinte d’une petite fille. Mais très vite, comme si leur bonheur avait provoqué la colère de l’univers, à l’euphorie de cette grossesse se substituent la peur et l’incertitude tandis que les médecins détectent à Sarah un cancer qui progresse à une vitesse alarmante. Chaque minute compte pour la sauver.

Le couple se lance alors à corps perdu dans un long combat, refusant de sombrer dans le désespoir.

Un récit d’une légèreté et d’une grâce bouleversantes, entre rire et larmes, dont on ressort empreint de gratitude devant la puissance redoutable du bonheur.

Maud Vandenbyvanghe

Un recueil de nouvelles fantastiques de l’auteur américain accompagnées d’illustrations.

Les contes macabres de Edgar Allan Poe

illustrés par Benjamin Lacombe

traduction de Charles Baudelaire

 

Après le succès du premier opus, Benjamin Lacombe propose un nouvel hommage au maître du romantisme américain autour de la figure masculine et du fantastique. L’influence d’Edgar Allan Poe dans le monde a été et demeure considérable : la critique contemporaine le situe parmi les plus remarquables écrivains de la littérature américaine du XIXe siècle, et ses nouvelles ont revêtu, au fil des ans, grand nombre de titres et d’aspects. Le premier volume des Contes macabres s’articulait autour de la vision de la femme et de la mort, tandis que ce second volume s’intéresse à celle de l’homme et du fantastique. Forte, pleutre, habitée par la mélancolie ou basculant dans la folie, la figure masculine selon Poe est complexe et, par là même, terriblement envoûtante. Benjamin Lacombe a sélectionné de nouveaux contes, parmi lesquels Manuscrit trouvé dans une bouteille ou Petite discussion avec une momie, et propose un nouveau voyage graphique, à la frontière du réel, dans les tréfonds de l’âme humaine.

Ge notre Porte Flingue vous a fait elle aussi une petite sélections

Le livre parfait pour préparer Halloween.
Ou encore pour passer quelques nuits blanches
Avec son talent de conteuse, Marie Alsina nous propose de découvrir, en quatorze histoires effrayantes, le monde sulfureux des tueurs de l’occulte qui évoluent dans un abîme de ténèbres où la folie et le mystère s’entrelacent étroitement dans une épouvantable danse macabre.

Sous l’emprise du diable

Crimes et rituels sataniques

Eglises incendiées, cimetières profanés, animaux sacrifiés, meurtres rituels…

Depuis quelques années le mal s’insinue de manière inquiétante et les crimes occultes sont en constante augmentation. Ils sont généralement perpétrés au nom d’une philosophie morbide, d’anciennes divinités ou de démons, quand les meurtres ne sont pas directement commis sous l’emprise de Satan ou en son nom !

Certaines personnes sont victimes de possessions démoniaques, tel Arne Cheyenne Johnson.

D’autres criminels sont satanistes convaincus, comme Richard Ramirez, le « Traqueur de la Nuit ».

On trouve également les grands prêtres de sectes, tel Adolfo de Jesús Constanzo, le Parrain de Matamoros, ou des aspirants vampires, comme Manuela et Daniel Ruda.

Tous ont un point commun : ils ont été emportés dans le tourbillon de l’horreur et de la destruction.

Alors prêt-e-s à entrer dans la nuit la plus terrifiante de l’année ?Celle des morts,  et des morts vivant, celles des loups garous, des  hommes-hyènes,  lycanthropes, thérianthrope et autre métamorphes de tout poil,  celle des zombies, des vampires,  strigoi et stryges et autres créatures de la nuit. Celles des psychopathes aussi.

Celle des croyance et de rites improbables, des sorciers et sorcières, des animagus, des changeling, les faunes et autres Bugul-noz attention aussi avec les incubes et les succubes, les satyres, les égipans

Et tout le petit peuple. Les fées, les elfes, les trolls, les nains, les gobelins,  les lutins et autres korrigans, servans, sottais, kobolds, nutons, matagots, gripets ou nisses ou encore leprechaun ou farfadet,  pixie et Pie-Pie-Van-Van.

Les grandes encyclopédies des lutins, des fées, des elfes et autres petites créatures  de Pierre Dubois illustrations Claudine, Roland Sabatier

Ce coffret rassemble toutes les informations sur les elfes, fées et autres personnages appartenant à l’univers du merveilleux et de la féérie. Chacun des récits est accompagné d’une fiche signalétique détaillant leurs moeurs, habitats et activités.

Réunit

La grande encyclopédie des fées : nymphes, sirènes, vouivres, martes, blanches biches…

On les appelle les Bonnes Dames, les Marraines, les Bienheureuses, les Sans-Age, les Dames Grises, car il est imprudent de dire «Fées» sans raison. Elles règnent sur la terre, le ciel, le feu et l’eau, protègent les forêts, les animaux, l’enfance et les âmes rêveuses des prédateurs de toutes sortes. Elles commandent aux météores, à la pluie, au beau temps et font parler les pierres.

Les hommes, jaloux de leur puissance, ont fait des Florales, des Fées marraines, des Belles Dames du gel et du vent, d’aseptisées Fées bleues, entullées et disneyennes, des Carabosses, des Marraines-Tartines, distraites et quelque peu toquées.

Les Chroniques elfiques rapportent pourtant qu’elles étaient là au plus loin des jadis – au temps de l’Age d’Or – bien avant les dieux et les hommes, qu’elles ont créé les herbes chantantes et le reflet des sources, la musique des légendes et l’envers du miroir.

«Scientifiquement, elles existent bel et bien», ont affirmé le Dr Faustus, Paracelse, Goethe…

«Géographiquement, on peut les situer», ont affirmé W.B.Yeats, Grimm, de Plancy…

Croire à leur existence ouvre la voie des portes bienheureuses. Elles savent ce qui est bien, ce qui est mal, puisqu’elles ont l’âge du temps

 
La grande encyclopédie des elfes

Les Elfes ne sont ni des Lutins ni des Fées. Mais, comme eux, ils remontent au plus lointain des âges – et sans doute même bien avant, ne les nomme-t-on pas les Sans-Âges? -, bien avant en tout cas l’arrivée des hommes et des dieux. Fruits de la lumière tout autant que des ténèbres, ils sont assurément l’espèce la plus complexe, la plus farouche, la plus extravagante, la plus mystérieuse et surtout la plus fuyante du monde féerique.

Certains sont très connus comme les Sylphes et les Trolls, les Feux Follets ou encore les Tuatha Dé Danaan, grands esprits d’Irlande déjà évoqués par Tolkien. Mais il y a aussi l’Asraï – née d’un baiser de lune sur l’eau sombre d’une mare -, les Siths, les Huldres, les Ellyllons, le Shedim, le Hututu, le Févert, la Gyre Carlin – meneuse des troupes d’Halloween – ou le Dybbuck, et même Ça!

Si la présence des Elfes est dominante dans les pays anglo-saxons, on les trouve aussi de la Scandinavie à l’Afrique du Sud, des Amériques à l’Europe de l’Est et au Japon. Personne ne peut les ignorer!

 
La grande encyclopédie des lutins : nains, gobelins, pixies, gnomes, farfadets…

Compagnons familiers et espiègles des veillées, hôtes invisibles et parfois redoutables qui hantent caves et greniers, forêts ou océans, les Lutins ont de tout temps vécu en secret parmi nous. Une mythologie populaire abondante atteste leur réalité. Si chacun connaît les Gnomes, Farfadets, Korrigans, Brownies et Gobelins, sait-on qu’il existe de nombreuses autres espèces, régionales ou locales ? On les rencontre dans l’Europe entière, et Claude Lévi-Strauss les a même remarqués en Afrique.

Après avoir transmis aux hommes le secret du whisky, le Cluricaune, lutin irlandais, a dès 1620, conquis les vierges prairies d’Amérique. Il suffit au Rilbezahl des montagnes allemandes de secouer son énorme trousseau de clefs pour provoquer de violents orages. Le Colin Rosset dévore mensuellement la lune et la jolie Danthienne sème la pagaille dans le nécessaire de maquillage des dames.

Vingt années de patientes recherches ont permis de dresser les portraits de plus d’une centaine de Lutins. Pierre Dubois nous conte l’histoire de chacun à partir d’anecdotes authentiques pimentées d’une vigoureuse dose d’humour. 

 
 

Et si tout cela ne suffit pas, il restera les fantôme,  dames blanches, poltergeist et autre  revenants, spectres, lémures . guédé, loas et autres esprits des morts

Avant que ne viennent Catrina ou l’Ankou,  la grandes faucheuse, la mort et ses  psychopompes. Et ne vous emmène en enfer avec Satan,  Satan le roi des « démons », Ahriman, Asmodée, Astaroth, Azazel mais aussi . Belzébuth, Méphistophélès, Lucifer, et autres princes de l’enfer.

Le livre noir de la sorcière 

Le saviez-vous ? Selon votre date de naissance, il vous est attribué un démon personnel. Vous pouvez affronter cette force diabolique pour déjouer son action ou la repousser grâce à une formule de protection.

Mais vous pouvez aussi profiter de sa présence, tout comme de celle de son homologue angélique, pour mettre en oeuvre certaines opérations magiques.

Enfin, il est permis d’invoquer ces démons au cours d’une cérémonie complexe et dangereuse. Nous vous en donnerons ici les grandes lignes, afin de poursuivre plus avant vos recherches, si vous en avez le goût, le courage et l’audace. Retrouvez semaine après semaine tous les démons regroupés par Ordres, avec leurs noms, leurs sceaux, leurs utilités et leurs influences, ainsi que les anges qui les combattent.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une belle nuit !

 

15 réflexions sur “Nos lectures d’Halloween par les flingueuses

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s