Sérial belle-fille – Cécile Pellault

 

La vraie fausse Triple Chronique

Aujourd’hui 2 Flingueuses vont venir vous parler de 3 romans différents de Cécile Pellault.

Ce soir c’est à nouveau Sylvie K qui intervient pour cette fausse triple chronique


Le livre: Sérial belle-fille de Cécile Pellault Paru le 11 Décembre 2019 aux Editions du Loir (258 pages); 12 x 19 cm.

4ème de couverture:

« Quand Madame Belle-mère s’immisce une énième fois dans sa vie familiale, Chloé crée « le club des belles-filles en colère ». Au cours de réunions mensuelles, Chloé et ses copines en profitent pour vider leur sac, inventer des supplices à infliger à Madame Belle-mère et voter pour le plus drôle d’entre eux. Toutes y trouvent l’exutoire nécessaire pour affronter les incessants sous-entendus teintés de reproche et les bons conseils prodigués à la pelle. Surtout, Chloé pense avoir trouvé l’alternative parfaite pour ne pas craquer face à la mère de Romain. Mais la plaisanterie tourne bientôt au cauchemar lorsqu’une invitée indésirable du Club se met à réaliser un à un les supplices primés en réunion dans le but d’obtenir le titre de Belle-fille de l’année et l’admiration de toutes ! Un jeu de piste s’engage alors pour la débusquer et arrêter les agressions de belles-mères. Chloé va pouvoir compter sur ses amies Marie, l’exécutive woman, Tania, la toute jeune maman perdue dans ce nouveau rôle, Sophie, la journaliste au mari volage, Vic, la flic à l’ex belle-mère envahissante et bien d’autres…».

Extrait: 
« Nous avons été jusqu’ici bien sages, Mesdames! Il est temps d’en venir à un de nos petits plaisirs secrets, dont même nos maris ignorent l’existence: les supplices. Je rappelle le principe pour celles qui viennent pour la première fois : chacune d’entre nous peut proposer lors de nos réunions un supplice à infliger à sa BM : drôle, enfin pour nous, humiliant et relatif à son pire défaut. Nous sommes cependant des adultes responsables, donc pas dangereux physiquement et, attention, avec la condition sine qua non qu’il doit malgré les pires tentations, rester un fantasme ! Cerise sur le cake de la belle-mère, le meilleur sera élu le supplice du mois et sera proposé lors de notre réunion annuelle avec toutes les filles de France et de Navarre pour l’élection du supplice de l’année. «

L’auteure : Auteure de nouvelles et maman active, très impliquée dans le milieu associatif, Cécile Pellault signe son premier roman Sérial belle-fille en 2005. Tout comme dans On ne choisit pas sa famille paru en 2007, elle y explore le ressort comique et satirique des relations familiales. L’année 2016 marque un tournant pour Cécile qui s’essaie avec talent au thriller. Son premier roman noir, Le brouillard d’une vie, recevra le Prix du rendez-vous littéraire du salon de Moret-sur-Loing cette année-là. Dans Les voix meurtries, deuxième thriller subtil et haletant, elle aborde une nouvelle fois ses thèmes de prédilection : le voyage, l’exil, les liens familiaux subis ou choisis.

Chronique d’une flingueuse : l’avis de Sylvie K

SERIAL BELLE-FILLE de CECILE PELLAULT

Nous entendons souvent des histoires de belles-mères. Moi aussi j’ai parfois eu envie d’envoyer la mienne sur les roses surtout avec les épines placées là où je pense mais c’est la maman de notre cher et tendre alors on ravale nos griefs et on lui dédie une grimace-rictus en se disant la prochaine fois je la….

Il arrive aussi que certaines soient beaucoup beaucoup plus détestables voir pire. Comme les filles adorent être ensemble, papoter, les cancans et refaire le monde, il est créé le « Club des belles-files en colère ». Cet exutoire un brin diabolique mais sans méchanceté va prendre un autre tournant quand une des membres se met en tête d’appliquer les châtiments vengeurs. Ceux-là même imaginés pour les ignobles belles-mères lors des rencontre club. Il va falloir qui et la main armée de la vengeance et arrêter ce jeu qui n’en est plus un !

Cécile Pellault nous dresse des portraits de femmes avec leurs sentiments, leurs émotions, leur vie professionnelle où elles doivent concilier vie de mère, de femme, de belle-fille, des rôles que chacune doit assumer.

De ce sujet sur les belles-mères, Cécile nous propose une histoire originale, drôle, caustique sans tomber dans la caricature grossière.

J’ai beaucoup aimé son écriture et ses jeux de mots subtils, une comédie noire- détente qui fait du bien et j’ajouterais que le titre et la couverture sont en adéquation avec l’histoire. Il aurait été vraiment dommage de ne pas bénéficier de cette nouvelle version à emmener en vacances pendant que belle maman s’occupe de son fils chéri !

TAGS : 

8 réflexions sur “Sérial belle-fille – Cécile Pellault

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s