Le top 10 d’Isa : ses 10 coups de coeur 2020

 

 

TOP 10 POLAR 2020 Isabelle Villain

1 Et toujours les forêts de Sandrine Collette

Un roman engagé. Fort. Percutant. Envoutant. Asphyxiant. Bouleversant. Intelligent. Coup de foudre absolu.

Et toujours les Forêts

Corentin, personne n’en voulait. Ni son père envolé, ni surtout sa mère, qui rêve de s’en débarrasser. Traîné de foyer en foyer, son enfance est une errance. Jusqu’au jour où sa mère l’abandonne à Augustine, l’une des vieilles du hameau. Au creux de la vallée des Forêts, ce territoire hostile où habite l’aïeule, une vie recommence.

À la grande ville où le propulsent ses études, Corentin plonge sans retenue dans les lumières et la fête permanente. Autour de lui, le monde brûle. La chaleur n’en finit pas d’assécher la terre. Les ruisseaux de son enfance ont tari depuis longtemps.

Quelque chose se prépare.

La nuit où tout implose, Corentin survit miraculeusement, caché au fond des catacombes. Revenu à la surface dans un univers dévasté, il est seul. Humains ou bêtes : il ne reste rien. Guidé par l’espoir insensé de retrouver la vieille Augustine, Corentin prend le long chemin des Forêts. Une quête éperdue, arrachée à ses entrailles, avec pour obsession la renaissance d’un monde désert, et la certitude que rien ne s’arrête jamais complètement.

« Et toujours les Forêts n’est pas une parabole écologiste, une oeuvre à message ou une prophétie : c’est un grand roman noir, écrit au couteau et bouleversant d’humanité. »

 

2 Impact d’Olivier Norek

       Un roman clivant. Je comprends les retours très mitigés de certains lecteurs, mais personnellement j’ai adhéré et adoré. Une phrase à la fin du livre résume tout : « Cette plaque atteste que nous savons ce qu’il se passe et que nous savons ce qu’il faut faire. Vous seul-e-s saurez si nous l’avons fait. »

 

Par le lauréat du Prix Maison de la presse, Grand prix des lectrices de Elle – policier, Prix Le Point du polar européen
Face au mal qui se propage
et qui a tué sa fille

Pour les millions de victimes passées
et les millions de victimes à venir

Virgil Solal entre en guerre,
seul, contre des géants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3 La peine du bourreau d’Estelle Tharreau

Une immersion brillante dans le couloir de la mort. Un face à face glacial. Un final époustouflant.

 

McCoy est « bourreau » au Texas. Après 42 ans passés dans le couloir de la mort, il reçoit la visite officieuse du Gouverneur Thompson qui doit se prononcer sur la grâce du condamné numéro 0451.

Il ne leur reste que quatre heures pour faire revivre les souvenirs de McCoy avant l’injection létale.

Quatre heures dans l’isolement de la prison de Walls. Quatre heures pour cinq crimes qui déchaînent les passions.

Quatre heures pour ce qui pourrait être la dernière exécution de McCoy.

Quatre heures pour jouer le sort d’un homme.

Un thriller psychologique aussi troublant que fascinant : une immersion sans concession dans le couloir de la mort et ses procédures d’exécution.

 

4 Les refuges de Jérôme Loubry

Une histoire machiavélique. Une construction intelligente. Une plongée dans le cerveau humain. Un final bluffant. Jérôme Loubry parvient à chaque roman à se renouveler et à me surprendre. Je suis fan.

les refuges

Installée en Normandie depuis peu, Sandrine est priée d’aller vider la maison de sa grand-mère, une originale qui vivait seule sur une île minuscule, pas très loin de la côte. Lorsqu’elle débarque sur cette terre grise et froide, Sandrine découvre une poignée d’habitants âgés organisés en quasi-autarcie. Tous décrivent la défunte comme une personne charmante, loin de l’image que sa petite-fille en a. Cependant, l’atmosphère est étrange. En quelques heures, la jeune femme se rend compte que les habitants cachent un secret. Quelque chose ou quelqu’un les terrifie. Pourtant, aucun d’entre eux ne quitte jamais l’île. Pourquoi ? Et qu’est-il arrivé aux enfants du camp de vacances précipitamment fermé en 1949 ?…

 

 

 

5 Regarder le noir :

12 auteurs du noir réunis pour un recueil de nouvelles de très haut niveau. Coup de cœur pour « Regarder les voitures voler » d’Olivier Norek… et oui encore lui…

 

Les grands noms du thriller mettent nos sens en éveil.

Douze auteurs prestigieux de noir sont ici réunis et, si chacun a son mode opératoire, le mot d’ordre est le même pour tous : que l’on ouvre grand les yeux au fil de récits qui jouent avec les différentes interprétations de la vision.

Dans ces nouvelles, ils ont donné libre cours à leur noire imagination pour créer une atmosphère, des personnages inoubliables et une tension qui vous happeront dès les premiers mots… et jusqu’à la chute. Éclectique et surprenant, ce recueil renferme onze expériences exceptionnelles de lecture.

N’ayez pas froid aux yeux, venez Regarder le noir.

 

 

 

 

6 L’affaire Clara Miller d’Olivier Bal 

Une immersion très réussie dans le monde d’une rock star aux Etats unis dans les années 90 sur fond de sexe, drogue et rock and roll. Un roman noir dans la pure tradition US.

Son cadavre est remonté, comme celui d’autres femmes, à la surface de l’eau. Six au total… Là-bas, dans les forêts du New Hampshire, le lieu maudit porte un nom : le lac aux Suicidées.

Clara Miller était journaliste. Comme Paul Green, le reporter du Globe qui débarque sur l’affaire. Il avait connu Clara étudiante, et ne croit pas un instant à la thèse du suicide.

Un homme l’intrigue : Mike Stilth, l’immense rock star retranchée à quelques kilomètres de là, à Lost Lakes, dans un manoir transformé en forteresse.

L’artiste y vit entouré d’une poignée de fidèles, dont Joan Harlow, redoutable attachée de presse qui veille sur son intimité et se bat comme une lionne dès que l’empire Stilth est attaqué.

Mais Paul, lui, a tout son temps. Dans sa vieille Ford déglinguée, il tourne inlassablement autour du domaine. Avec cette question : et si, du manoir, la route menait directement au lac ?

 

7 Celui dont le nom n’est plus de René Manzor

 Mon premier roman de cet auteur et certainement pas le dernier. Une histoire originale. Un suspense maitrisé. Un final brillant.

«Puissent ces sacrifices apaiser l’âme de Celui dont le nom n’est plus.»

Pour la deuxième fois en deux jours, ce message énigmatique signe une scène de crime londonienne. Rien ne relie les victimes – pas même leurs assassins, qui ne se connaissaient pas, et qui ont chacun, lors de leur arrestation, avoué avoir tué la personne qu’ils aimaient le plus au monde. Pourtant les faits sont là : le rituel religieux, le message, le cadavre vidé de ses organes – ces meurtres sont commis selon le même mode opératoire.

Le commissaire McKenna, vieux routier de Scotland Yard, et le docteur Dahlia Rhymes, criminologue américaine, pressentent que la série n’en est qu’à ses débuts.

À moins de mettre, au plus vite, un nom sur l’horreur…

 

8 L’enfant aux cailloux de Sophie Loubière 

 un roman sur la vieillesse, la solitude, la maltraitance, l’abandon, la maladie, le silence. Des personnages magnifiquement campés. Une très belle histoire.

 

Elsa Préau est une retraitée ordinaire. Une vieille dame un peu trop seule qui observe ses voisins pour tromper l’ennui. Et qui, à force d’épier, se persuade que la famille d’à côté a des choses à cacher.

En plus de leurs deux enfants, rayonnants, un troisième apparaît parfois – triste, maigre, visiblement maltraité. Un enfant qui semble appeler à l’aide. Un enfant qui lui en rappelle un autre…

Secourir ce petit garçon devient alors pour Elsa une véritable obsession.

Mais que faire, seule, face à la police et aux services sociaux qui lui affirment qu’il n’existe pas ?

 

 

 

 

 

9 Block 46 de Johanna Gustawsson

1944/2014. Ou comment associer les atrocités des nazis et celle d’un tueur en série.  Un style terriblement efficace, sans fioriture, cash. À l’image de son auteure.

Falkenberg, Suède. Le commissaire Bergström découvre le cadavre terriblement mutilé d’une femme.

Londres. Profileuse de renom, la ténébreuse Emily Roy enquête sur une série de meurtres d’enfants dont les corps présentent les mêmes blessures que la victime suédoise : trachée sectionnée, yeux énucléés et un mystérieux Y gravé sur le bras.

Étrange serial killer, qui change de lieu de chasse et de type de proie…

En Suède, Emily retrouve une vieille connaissance : Alexis Castells, une écrivaine pleine de charme spécialisée dans les tueurs en série. Ensemble, ces deux personnalités discordantes se lancent dans une traque qui va les conduire jusqu’aux atrocités du camp de Buchenwald, en 1944.

 

 

10 La cave aux poupées de Magali Collet

Un premier roman d’une femme talentueuse aux multiples facettes. Un roman vraiment très noir. Une écriture magnifique qui flirte avec la poésie.

Manon n’est pas une fille comme les autres, ça, elle le sait depuis son plus jeune âge.
En effet, une fille normale ne passe pas ses journées à regarder la vraie vie à la télé.
Une fille normale ne compte pas les jours qui la séparent de la prochaine raclée monumentale…
Mais, par-dessus tout, une fille normale n’aide pas son père à garder une adolescente prisonnière dans la cave de la maison.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon petit bonus : Coup de cœur hors polar

Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson.

Eblouissant et poétique. Un sublimissime voyage aux confins des steppes russes.

Dans les forêts de Sibérie

Assez tôt, j’ai compris que je n’allais pas pouvoir faire grand-chose pour changer le monde. Je me suis alors promis de m’installer quelque temps, seul, dans une cabane. Dans les forêts de Sibérie.

J’ai acquis une isba de bois, loin de tout, sur les bords du lac Baïkal.

Là, pendant six mois, à cinq jours de marche du premier village, perdu dans une nature démesurée, j’ai tâché de vivre dans la lenteur et la simplicité.

Je crois y être parvenu.

Deux chiens, un poêle à bois, une fenêtre ouverte sur un lac suffisent à l’existence.

Et si la liberté consistait à posséder le temps ?

Et si la richesse revenait à disposer de solitude, d’espace et de silence – toutes choses dont manqueront les générations futures ?

Tant qu’il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu.

11 réflexions sur “Le top 10 d’Isa : ses 10 coups de coeur 2020

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s