Et le mal viendra, Jérôme Camut et Nathalie Hug

Le livre : Et le mal viendra de Jérôme Camut et Nathalie Hug – Paru le 07/03/2019 chez Fleuve éditions – réédité en poche  le 12 mars 2020 chez Pocket. 8€70. (631 p.) ; cartes ; 18 x 11 cm

4ème de couverture :

Et le mal viendra

2016. Morgan Scali n’est pas encore le terroriste le plus recherché d’une planète en danger. Traumatisé par la mort de sa femme, il a tout plaqué pour découvrir l’Afrique, sa beauté frappante, et les ravages qu’y commet l’Occident…

2028. Jusqu’où est prêt à aller le capitaine Julian Stark pour retrouver sa fille, que ses idéaux écologiques ont poussée dans la radicalisation violente ? Du Congo à l’île d’Oléron, le Bien et le Mal se livrent une guerre sans merci. Mais qui est qui et à qui la faute ?

On vous a alertés sur la préciosité de l’eau, vous n’avez pas voulu voir. Alors on vous a assoiffés, et vous vous êtes entretués. Va-t-il falloir que l’on entasse six mille cadavres d’enfants devant vos portes pour que vous réagissiez enfin ?

Les auteurs : Il y a Jérôme Camut, il y a Nathalie Hug et il y a l’entité CamHug. Ils ne sont pas deux mais trois. Tout à commencer un jour de novembre 2004. Jérôme venait de sortir Le Trait d’Union des Mondes qui serait le tome 1 de Malhorne. Nathalie ayant adoré ce livre, elle est allée à la rencontre de son auteur. Et là la magie à opéré. Ces deux là se sont enfin trouvés, comme une évidence. Tout de suite, ils ont imaginé une vie à deux, une vie d’écriture mais à quatre mains cette fois. Et comme par enchantement, ils ont ensemble conçu une première histoire et quelle première histoire car il s’agissait déjà d’une trilogie. Depuis, L’écriture ne quitte plus leur vie, à 4 mains, seul, pour la TV, le Ciné… Et le mal viendra est leur 14e roman ensemble.
Jérôme Camut est né en 1968.

Bien que né en région parisienne, Jérôme Camut, benjamin d’une fratrie de deux garçons et d’une fille, grandit à Angoulême. Après sa scolarité obligatoire, il rallie Paris pour y poursuivre ses études à l’École supérieure de réalisation audiovisuelle. Son projet à l’époque est de devenir réalisateur. Les deux années d’études se déroulent à merveille.
Vient alors le temps du service militaire, passé pour partie en Bretagne aux écoles de Coëtquidan en tant qu’officier de réserve, dont il sort lieutenant. Devenu régisseur pour la télévision, il travaille sur des tournages, d’émissions ou de fictions (série ou téléfilms).
Son premier roman Le trait d’union des mondes, premier volet d’une tétralogie intitulée Malhorne, est parue une première fois en 2002 dans la collection « Serpentaire » au Serpent à Plumes. Dans Malhorne, il mêle thriller, merveilleux et mystère.
Jérôme Camut figure également au sommaire de l’anthologie Les coups de cœur des Imaginales consacrée aux meilleures révélations françaises dans le domaine de la fantasy et du fantastique depuis 2004.
Nathalie Hug est née en 1970.
Elle a travaillé pour l’industrie pharmaceutique d’abord comme délégué médicale, puis comme responsable de formation du réseau et enfin comme directrice régionale.
De leur association naitra ainsi EspylaCopa, une nouvelle Fantastique publiée dans Fantasy 2006 aux éditions Bragelonne. Puis le thriller Prédation (2006), premier opus de la trilogie Les Voies de l’ombre, aux éditions Télémaque.Les Éditions Calmann-Lévy ont publié Les Éveillés en 2008, 3 fois plus loin en 2009 et Les Yeux d’Harry en 2010.
Dans son premier roman solo, L’enfant-rien (2011), elle a imaginé un personnage naïf et inquiétant, à la voix singulière, aux questionnements bouleversants. Suivront La demoiselle des tic-tac (2012) et 1, rue des petits-pas (2014).

Site officiel de Nathalie Hug et Jérôme Camut :
http://www.jeromecamut.com/
Extraits :
 » Pouvait-on réellement reprocher à cet individu d’avoir fait, en dernier recours, le choix des armes ? Aurait-on emprisonné Gandhi, s’il avait soulevé une armée ? »
« L’explosion d’Internet et la puissance des GAFA1 qui enregistraient les données privées de chaque foyer dans l’insouciance quasi générale, l’avaient déstabilisé, autant que ces appareils ultramodernes faisant à la fois office de téléphone, d’appareil photo, de télévision, d’assistant personnel, de compagnon de jeu, voire de petite amie. Mais ce qui le révoltait par-dessus tout, c’était que jamais on n’avait tant pollué, malgré les progrès de la technologie, le développement des énergies renouvelables, des moteurs électriques, la miniaturisation des batteries. »
« Le souffle coupé, Morgan assista à la rencontre entre Shana et le silverback, dont le visage était fendu par une longue cicatrice, probable trace d’une précédente confrontation avec des hommes. La fillette était si menue à côté du mâle dominant qu’il était déraisonnable de la laisser approcher. Puis il se rappela que, de tous ceux qui habitaient ces vastes contrées, les gorilles étaient de loin les êtres les plus pacifiques, et s’apaisa.
Aie confiance en elle. Aie confiance en eux.
L’animal renifla l’odeur des hommes dans le vent et demeura immobile devant Shana qu’il observa sans la toucher, puis il retourna à son déjeuner.
Shana avança de quelques pas. Alors seulement, les autres femelles s’approchèrent à leur tour afin d’observer la fillette et le gorillon, pour s’asseoir autour d’elle. On aurait dit qu’elles discutaient de la conduite à tenir. »

 

La chronique jubilatoire de Dany

Et le mal viendra

«… est-il légitime de recourir à la violence pour que cesse la violence ?

Ou plutôt, n’est-il pas de notre devoir de le faire ? »

Un thriller à large spectre … tout autant philosophique que sociétal, à la fois tome 2 et préquel, saga familiale et road movie et qui pose LA question : peut-on/doit-on avoir recours à la violence, même extrême, en cas d’urgence absolue, pour provoquer la prise de conscience et l’action ? 

Deux hommes se sont « affrontés » à la sortie du Bataclan en novembre 2015 et leurs destins ont basculé. Morgan a ensuite croisé le regard d’un gorille dominant et il est lui-même devenu Silverback, le défenseur des opprimés, entraînant à sa suite ses enfants. Quand à Julian, c’est la voie de la légalité qui l’a guidé dans la traque de Morgan et de son armée.

Que vous ayez lu ou non Isla Nova, vous serez emporté par l’intrigue qui mêle notre quotidien et celui des pays du sud, à la fiction … d’ailleurs, est-ce bien la fiction ou une simple anticipation de ce qui nous guette à très brève échéance ?

Eminemment actuel, le sujet de l’avenir de l’humanité nous prend aux tripes et de façon bien efficace. Nous avons en plus du désastre écologique, des terribles conflits de l’eau (passés, présents ou à venir) à confronter notre vie actuelle à la très prochaine existence sous contrôle intégral de l’IA, l’intelligence artificielle. 

Notons à ce sujet, la parution simultanée du thriller de Bernard Minier qui nous alerte lui aussi avec M, le bord de l’abîme, sur les dangers d’un détournement de ces « petites boîtes magiques » qui nous accompagnent de plus en plus, sur le « tout connecté ». Le danger est bien présent !  

Secouée je suis après ce thriller capable de réveiller bien des cosnciences, qui fait écho à mes convictions écologiques quand la réalité donne malheureusement raison à la fiction, tant la vraisemblance et la précision interpellent le lecteur.

La construction atypique de l’intrigue, si elle déroute dans ses premiers chapitres, devient peu à peu une évidence, pour ce thriller complémentaire d’Islanova paru en 2017 (à lire avant ou après, mais à lire de toute façon). Trois périodes (2015-2016, 2025 et 2028), indissociables et éclairantes. LA question reste entière mais au moins est-elle posée dans une actualité où la jeunesse en perte d’espoir s’oppose aux générations qui n’ont rien fait par avidité, en lui demandant d’agir utilement …enfin !

 

Lu en version numérique. epub  5.99 €

Autre extrait
« Donne l’aisance aux peuples et les peuples du monde cesseront d’en attendre après Dieu. Ici, je peux agir. En France, je n’ai pas réussi à envisager ce que je pourrais accomplir pour aider le monde à s’en sortir… France, Liban, Mali, Arabie Saoudite, Tunisie, États-Unis, Turquie, Égypte, Pakistan, Somalie, Cameroun, RDC, Syrie, Nigeria, Royaume-Uni, Russie… Il n’existe plus d’endroit sûr, plus de communauté protégée. »

 

9 réflexions sur “Et le mal viendra, Jérôme Camut et Nathalie Hug

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s