Destins brisés, la dernière chance, Christelle Mercier

Le livre : Destins brisés, la dernière chance de Christelle Mercier. Paru le 10 juillet 2015 chez L’Atelier Mosésu.  Préface de Philippe Setbon. 18€ (267 p.) ; 21 x 14 cm

4e de couv :

Phoenix.

Californie.

Il y a ceux qui ont fait le choix de renoncer à leur liberté. Des adolescents condamnés pour meurtres, devant vivre avec le poids de leurs actes dans l’enfer des prisons. Et il y a ceux qui ont fait le choix de les aider. Terry Kerbraz, pédopsychiatre, intervient dans ces lieux peuplés de grands criminels pour tenter de faire renaître l’âme d’enfant qui sommeille en eux. Parmi ce chaos, subsiste l’espoir que ces délinquants prennent le chemin de la rédemption.

Mais il y a surtout ceux à l’enfance brisée, qui ont peur de se souvenir du passé.

Cauchemars. Mensonges. Pensées inavouables.

Christopher, dix-huit ans, jeune homme perturbé, s’interroge sur son identité. Ses nuits sont hantées par des images terrifiantes. Et si c’était lui, l’auteur de ces crimes atroces ? Et s’il était en train d’assister, impuissant, à la naissance d’un psychopathe ? Tout converge vers une enfance trouble, dont il n’a aucun souvenir. Mais à vouloir remuer le passé, ne risque-t-il pas de déterrer un terrible secret enfoui depuis douze ans ? Est-il prêt à connaître la vérité ?

L’auteur : Née en 1975 à Orléans, Christelle Mercier travaille en tant que correspondante de presse pour un journal local et rédige également des articles pour des blogs. L’écriture a toujours fait partie intégrante de sa vie en débutant par des comptines pour enfants à l’âge de treize ans. Depuis l’adolescence, l’étude de la psychologie des tueurs en série, la médecine légale, la police scientifique ont été une révélation pour l’inspirer dans l’écriture de ses polars en offrant aux lecteurs une minutie et une réalité sanglante.
Extrait :
La beauté des paysages, le temps idyllique et les nombreux sites touristiques que représentait Phœnix auraient pu en faire le paradis rêvé où il fait bon vivre. Cependant, la criminalité livrait une guerre sans merci et ce fléau ne s’amenuisait guère au fil des années.
Lee Gamgam avait grandi ici, sur le sol désertique des grands canyons. Il s’était engagé à sa majorité dans la marine où durant cinq années, il avait vécu avec ses frères d’armes, sa seconde famille. À son retour il avait réussi haut la main ses concours d’entrée dans la police, d’abord comme patrouilleur dans la brigade des stups avant d’intégrer la criminelle. Gamgam était consciencieux et ses supérieurs n’avaient jamais eu à se plaindre de lui, états de service irréprochables, n’ayant jamais fait usage de son arme au cours de sa carrière. Il avait préservé la scène de crime ce jour-là ainsi que les indices corporels de la victime.
À leur arrivée, il constata assez surpris la présence de l’ambulance. Il n’y avait pas de cadavre, mais bel et bien une victime. Il remarqua aussi les abords piétinés par les ambulanciers et demanda aussitôt le relevé de leurs empreintes de chaussures et palmaires.

Le Post-it de Ge

Destins brisés, la dernière chance, Christelle Mercier

Je viens de déterrer ce polar qui dormait depuis plusieurs années au fin fonds de ma bibliothèque. J’avais eu la chance de rencontrer l’auteure lors d’un salon du livre de Paris et comme j’avais lu son précédent roman « The hunter » et que j’avais vraiment beaucoup aimé cette lecture, aussi j’en ai profité pour lui acheter celui-ci. Mais je l’ai oublier dans un coin comme ça arrive parfois, tellement on a de livre à lire dans l’urgence.
Mais alors de quoi parle ce roman :
A Phoenix en Californie, Terry Kerbraz est un pédopsychiatre qui consacre sa vie à aider les jeunes emprisonnés pour meurtres. Face à lui, Christopher, un adolescent de 18 ans terrifié à l’idée de devenir un psychopathe, s’interroge sur son passé. Dans son enfance se cache un secret, dissimulé depuis douze ans.
« Destins brisés » m’a beaucoup plu …. Un peu perdue au départ mais quand tout s’est mis en place , je n’ai plus pu lâcher ce roman noir.
Car si tout ici indique que nous somme dans un thriller, le style de l’auteur d’ailleurs colle parfaitement à ce genre, elle manie aussi avec habileté l’art du suspense, c’est bien un roman très noir que nous propose Christelle Mercier.
Noir car les thèmes abordé ici sont terribles, la violence, la folie, les sévices sexuels, l’enfance brisée mais aussi la peur, les faux semblants, le mensonge, la honte, , l’inceste, et l’irréparable….le meurtre. Quand les victimes deviennent des meurtriers.
Ce roman, vous l’aurez compris, est bouleversant.
L’auteur dévoile avec une minutie incroyable la psychologie de ses personnage et nous offre une fiction plus réelle qu’une réalité sanglante.
Un coup de coeur
Un régal, Merci Christelle
Ah oui j’ai oublier de vous dire, Destin Brisé est la suite de Hunter, mais rassurez-vous ses deux polars peuvent se lire séparément.
!!! Maintenant, je suis certaine que nous sommes plusieurs à attendre la suite …
Autres extraits :
« La plupart des habitants de ce district représentaient les treize pour cent de mormons encore actifs dans la région. Discrets, Gamgam n’avait jamais eu à se plaindre d’eux, contrairement à des réfractaires qui rêvaient de les chasser en raison de la polygamie dont les mormons ne se cachaient pas. Ceux-là étaient des mormons indépendants, pacifistes qui refusaient le mariage forcé ou celui des mineurs. Certains n’arrivaient pas à comprendre leur communauté et tentaient de les chasser. Il y avait deux ans, trois églises mormones avaient été l’objet d’incendies criminels où une dizaine de personnes avaient péri un jour de messe, adultes et enfants. Un coup dur pour la communauté, mais, dès le lendemain, des centaines de volontaires avaient bâti une autre église en souvenir de leurs défunts afin de démontrer que les liens qui les unissaient étaient plus forts que toutes les attaques contre leur mode de vie. À croire que les habitants avaient oublié que Mesa avait été fondée en 1878 par ces pionniers mormons et, aujourd’hui, on les chassait sans remords. »
« L’amour porté à Penny ne s’était jamais amoindri avec le temps. Il lui témoignait chaque jour son affection par des gestes tendres, des petits mots doux laissés sur le comptoir de la cuisine qui émoustillaient sa femme lorsqu’elle se réveillait le matin. C’était devenu sa manière à lui d’entretenir la flamme de leur union. Penny était une femme douce, la main toujours tendue vers ceux qui sollicitaient son aide, cette générosité mise au profit des anciens Amérindiens. Beaucoup vivaient en dessous du seuil de pauvreté après avoir été chassés de leurs propres terres. Cette même terre agricole qui suffisait à leurs besoins. Il ne restait qu’une minorité d’Indiens regroupés dans des petites communautés où l’on enseignait aux nouvelles générations l’histoire de leurs ancêtres, leur langue natale, leur culture. Sheldon admirait Penny pour toutes ces qualités qui faisaient d’elle un brin de femme exceptionnel. »
« Le chagrin encore à fleur de peau même après toutes ces années. Une photo, l’absence, un rire d’enfant et la douleur explosait de nouveau comme un coup de poignard. »

Le p’tit + de Collectif Polar

Le corps d’une fillette de sept ans est retrouvé.

Elle a été sauvagement assassinée et enterrée dans les sous-bois près de Fort Knox au Kentucky. Les sévices sont au comble de l’horreur : torturée, violée, brûlée sur certaines parties de son corps.

Aaron Wilson, chargé de l’enquête, craint que ce crime soit les prémices d’une longue série. Récemment divorcé et père d’une petite fille du même âge, il va mener une traque de ce tueur sanguinaire dans une chasse à l’homme éprouvante sans se douter que la prochaine victime s’appelle Sydney.

Sa chair, son sang, sa fille.

Il devra assister au procès où la vérité des faits macabres sera dévoilée.

Et vous, êtes-vous prêt à l’entendre ?

Un thriller à vous couper le souffle et à vous faire froid dans le dos !…

 

11 réflexions sur “Destins brisés, la dernière chance, Christelle Mercier

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s