Dans la ville en feu, Michael Connelly

Le livre : Dans la ville en feu de Michael Connelly, traduit de l’anglais par Robert Pépin. Paru le 4 mars 2015 chez Calmann-Lévy. Réédité en poche le 4 mai 2016 chez Le Livre de Poche Policier  n° 34118 . 8€40. (472 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv :

1992. Los Angeles est en proie aux émeutes quand Harry Bosch découvre, au détour d’une rue sombre, le cadavre d’Anneke Jespersen, une journaliste danoise. Impossible à l’époque de s’attarder sur cette victime, une parmi tant d’autres pour la police déployée dans la ville en feu. Vingt ans plus tard, à l’unité des Affaires non résolues, Bosch, qui n’a jamais oublié la jeune femme, rouvre le dossier du meurtre. Grâce à une douille recueillie sur la scène de crime et à une boîte noire remplie d’archives, l’inspecteur remonte la trace d’un Beretta qui le met sur la piste d’individus prêts à tout pour cacher leur crime. Anneke comptait peut-être parmi ces journalistes qui dérangent quand ils fouillent d’un peu trop près ce que d’autres ont tout intérêt à laisser enfoui…

L’auteur : .Connely est né en 1956 .Auteur, entre autres ouvrages, de Le Poète, Dans la ville en feu et le Cinquième Témoin, Michael Connely a reçu les plus hautes distinctions du roman policier et a déjà vu deux de ses héros mis en scène pour la télévision. Quand il n’écrit pas, il anime le podcast « Murder Book ».

 

 

 

Extrait :
Le troisième soir, le nombre des morts était déjà si élevé et montait si rapidement que beaucoup d’équipes des Homicides de la division avaient été retirées des premières lignes du maintien de l’ordre et du contrôle des émeutiers et affectées aux rotations d’urgence de South Central. L’inspecteur Harry Bosch et son coéquipier Jerry Edgar avaient ainsi été enlevés à la division d’Hollywood, assignés à une équipe mobile de surveillance – avec deux tireurs de la patrouille pour assurer leur protection – et aussitôt expédiés partout où l’on avait besoin d’eux, partout où l’on tombait sur un cadavre. Composée de quatre hommes, l’équipe se déplaçait dans une voiture de patrouille noir et blanc et filait de scène de crime en scène de crime sans jamais s’attarder. Ce n’était pas la meilleure façon d’enquêter sur un meurtre, loin de là, mais vu les circonstances, c’était ce qu’on pouvait faire de mieux dans une ville qui avait lâché aux coutures.
South Central était une vraie zone de guerre. Il y avait des incendies partout. Des pillards avançant en meutes passaient d’une boutique à une autre, tout semblant de dignité et de code moral parti avec la fumée qui s’élevait au-dessus de la ville. Les gangs de South L.A. se montraient en force pour contrôler les ténèbres, allant jusqu’à demander un armistice dans leurs guerres intestines afin d’opposer un front uni à la police.
Plus de cinquante personnes avaient déjà trouvé la mort. Des propriétaires de magasins avaient abattu des pillards, la garde nationale avait abattu des pillards, des pillards avaient abattu d’autres pillards, et il y avait tous les autres – tous les tueurs qui profitaient du chaos et des troubles sociaux pour régler des comptes qui n’avaient rien à voir avec les frustrations du moment et les émotions qui se donnaient libre cours dans les rues.
Deux jours plus tôt, les fractures raciales, sociales et économiques qui agitaient la ville avaient brisé sa surface avec une intensité proprement sismique. 

 

Le petit avis de Kris

Dans la ville en feu, Michael Connelly


Au milieu des émeutes de 1992 à Los Angeles, Harry Bosch découvre, parmi de nombreux cadavres, celui d’une journaliste danoise, Anneke Jespersen. Il ne peut enquêter sur la victime que vingt ans plus tard, grâce à une douille et une boîte noire qui lui permettent de remonter jusqu’à un groupe de personnes soucieuses de protéger des secrets communs.
Ah j’ai retrouvé avec beaucoup de joie mon cher ami Harry ! Eh oui, c’est mon ami, depuis plus de 20 ans que je le suis, avec ses joies, ses peines et surtout ses enquêtes !
Bon pour ceux qui connaissent Harry Bosch, c’est encore du très très bon ! Ceux qui ne connaissent pas encore (honte à eux ! émoticône smile ) doivent sans tarder lire cet opus ! Je ne sais comment CONNELLY parvient à se renouveler sans cesse mais c’est un réel bonheur que de le lire. Son traducteur nous le sert d’une manière magistrale (mais je pense qu’il y a matière) et sait nous transmettre toutes les facettes de ce personnage et de ses enquêtes ! Merci à lui ou elle !
Vous l’aurez compris, je sors encore conquise par cette nouvelle aventure d’Harry Bosch et attend déjà avec impatience de lire une suivante.

10 réflexions sur “Dans la ville en feu, Michael Connelly

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s