Aux animaux la guerre de Nicolas Mathieu

Mes petites lectures

 

Le livre : Aux animaux la guerre  de Nicolas Mathieu.Paru le 5 mars 2014 chez Actes Sud dans la collection Actes Noirs22€50; (359 p.) ; 24 x 15 cm. Réédité en poche le 6 janvier 2016 en Babel. 9€70; (443 p.) ; 18 x 11 cm
Quatrième de couverture

Une usine qui ferme dans les Vosges, tout le monde s’en fout. Une centaine de types qui se retrouvent sur le carreau, chômage, RSA, le petit dernier qui n’ira pas en colo cet été, un ou deux reportages au 19/20 régional et puis basta.

Sauf que les usines sont pleines de types dangereux qui n’ont plus rien à perdre. Comme Martel, le syndicaliste qui planque ses tatouages, ou Bruce, le bodybuilder sous stéroïdes. Des types qui ont du temps et la mauvaise idée de kidnapper une fille sur les trottoirs de Strasbourg pour la revendre à deux caïds qui font la pluie et le beau temps entre Épinal et Nancy. Une fille, un Colt .45, la neige, à partir de là, tout s’enchaîne.

Aux animaux la guerre, c’est le roman noir du déclassement, des petits Blancs qui savent désormais que leurs mômes ne feront pas mieux et qui vomissent d’un même mouvement les patrons, les Arabes, les riches, les assistés, la terre entière. C’est l’histoire d’un monde qui finit. Avec une fille, un Colt .45, la neige.

45952Nicolas Mathieu est né à Épinal en 1978. Après des études d’histoire et de cinéma, il s’installe à Paris où il exerce toutes sortes d’activités instructives et mal payées. Aujourd’hui, il écrit pour un site d’infos en ligne. Aux animaux la guerre est son premier roman.

 

 

Extrait :
L’usine, c’était comme le reste, beaucoup d’efforts et pas grand-chose à faire pour inverser le cours des choses. Et là, au beau milieu, ce point de fixation, cet espace où la guerre était possible. Sans doute pas à armes égales, mais où des résistances s’organisaient, où les patrons se sentaient menacés, prenaient des soufflantes à leur tour. Et cette chose toute nouvelle, abstraite et brutale, d’une force inimaginable : le droit. Il suffisait d’en connaître un bout et les volontés adverses se brisaient net. Martel venait de découvrir les rapports de force. Avec deux articles du code du travail, on érigeait des murs, on emmerdait le monde, c’était magnifique.

 

 

le petit avis de Kris

9782330030377,0-2002399

Une usine qui ferme dans les Vosges, les journaux en parlent un peu, mais ce n’est pas suffisant pour ces gens qui n’ont plus rien à perdre. Deux d’entre eux ont la mauvaise idée d’enlever une fille pour la revendre à deux caïds. A partir de là, tout s’enchaîne…
Je me suis jetée sur cet ouvrage avec un plaisir certain et les 100 premières pages m’ont captivée, l’écriture étant très fluide et d’un style agréable mais … au vu de la 4ème de couverture, je m’attendais à un développement plus important sur ce que, de nos jours, on appelle un PSE un peu légèrement, en ayant vécu 2 moi-même et on ne peut pas dire que ce soit une référence que l’on aime à rappeler . Certes quelques pages, notamment la fin, relatent bien le ressenti de ces moments mais l’histoire par elle-même ne m’a pas émue ni parlé comme je l’aurais pensé.
Bref je ressors un peu frustrée de ce livre que j’espérais plus fouillé mais qui dresse un constat tout à fait plausible.
Il est a noté que cet excellent premier roman a reçu le Prix Transfuge du meilleur espoir polar 2014, et le prix Mystère de la critique 2015 ; ça pose là sa qualité littéraire.

Lire ICI le début :

10 réflexions sur “Aux animaux la guerre de Nicolas Mathieu

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s