Le top 10 de nos lecteurs #3 , « les coups de coeur » de Nath épisode 2

Le top 10 de nos lecteurs #3 ,

« les coups de coeur » de Nath épisode 2

Le top 10 de nos lecteurs #3, « les coups de coeur » de Nath de Mes Lectures du Dimanche

 

Hello Dame Ge !

Voici mon article Top 10 (j’en ai fait 2 : un top 10 découverte et un top 10 Boss, puisque tu avais l’air suffisamment conciliante pour me laisser déborder !

 

Cette année encore, sous l’impulsion de Geneviève, le blog « Collectif Polar » nous propose de participer au « Top 10 des Flingueuses et vous ». J’avais pris beaucoup de plaisir à y participer l’an dernier, et c’est donc avec entrain que je m’y recolle cette année ! Sauf que… je me suis plongée dans la liste de mes livres lus en 2020… Problème, je n’avais pas parcouru la moitié de ma liste que j’étais déjà en train d’exploser le compteur ! Mais Dame Geneviève est bonne joueuse, et elle m’a donc autorisée à déborder ! Je ferai donc deux tops ! Le premier concernera mes découvertes d’auteurs en 2020, qu’ils soient connus ou pas, il s’agit dans cette catégorie de plumes que j’ai personnellement découvertes en 2020. Il y aura ensuite la catégorie des boss, les incontournables du Noir qu’on ne présente plus et dont la plume m’emporte. Je précise encore qu’il s’agit bien de mes lectures 2020, et pas forcément de livres sortis en 2020 !

C’est parti pour mes 10 coups de coeur des Boss

 

 

Le top 10 de nos lecteurs #3, « les coups de coeur » de Nath de Mes Lectures du Dimanche

 

Catégories « Les Boss »

« Dolores Claiborne » – Stephen King

Bien sûr, on ne présente plus ce classique de l’œuvre du King dont j’ai la chance d’avoir encore plein de titres à découvrir !
(…) Dans ce monde ni tout blanc ni tout noir, Stephen King nous enlève par sa plume ensorcelante. Le récit de Dolores est simple et puissant. Le King signe ici un roman époustouflant d’humanité, à la rencontre de deux femmes que la vie n’a pas épargnées. (…)


(Ma chronique complète ici)


Résume Babelio :
A Little Tall, on ne sait toujours pas exactement ce qui s’est passé il y a trente ans, et si l’accident, qui a coûté la vie au mari de Dolores Claiborne, le soir de l’éclipse, était vraiment un accident.
Aujourd’hui, la vieille dame indigne est à nouveau soupçonnée ; la riche et sénile Vera Donovan, dont elle est la gouvernante depuis des décennies, est découverte morte dans sa demeure.
Seul témoin et seule héritière, Dolores fait figure de coupable idéal.
Elle n’a désormais plus le choix ; elle doit passer aux aveux.
Raconter les étranges phobies qui habitaient sa maîtresse, ce souvenir.. Et l’horreur qu’elle a vécu il y a trente ans.

 


« La peine du bourreau » – Estelle Tharreau


La peine du bourreau par Tharreau
Deuxième rencontre avec la plume de cette auteure qui m’envole totalement ! Estelle Tharreau est phénoménale !
(…) D’une Amérique profondément ancrée dans ses vieilles certitudes à l’Amérique d’aujourd’hui, Estelle Tharreau revient sur plus de 40 ans d’histoire d’exécution qui sont avant tout des histoires humaines. (…) Une nouvelle fois, me voilà durablement marquée par cette plume magnifique et percutante. (…)


(Ma chronique complète ici)


Résume Babelio :
McCoy est « bourreau » au Texas. Après 42 ans passés dans le couloir de la mort, il reçoit la visite officieuse du Gouverneur Thompson qui doit se prononcer sur la grâce du condamné numéro 0451.
Il ne leur reste que quatre heures pour faire revivre les souvenirs de McCoy avant l’injection létale.
Quatre heures dans l’isolement de la prison de Walls.
Quatre heures pour cinq crimes qui déchaînent les passions.
Quatre heures pour ce qui pourrait être la dernière exécution de McCoy.
Quatre heures pour jouer le sort d’un homme.
Un thriller psychologique aussi troublant que fascinant : une immersion sans concession dans le couloir de la mort et ses procédures d’exécution.


« Nous rêvions juste de liberté » – Henri Loevenbruck


Oui, longtemps après tout le monde, j’ai succombé à l’appel de la liberté, peut-être un effet secondaire du confinement… Toujours est-il que ce livre est entré dans le panthéon de ces livres qui ont marqué mon cœur de lectrice à l’encre indélébile… Coup de cœur intersidéral !
(…) L’écriture est simple, douce, suave, avec des expressions tellement désarmantes qu’elles rendent le narrateur, Bohem, encore plus touchant ! Avec lui, notre esprit s’envole et s’enivre de grands espaces ! Sa peine devient nôtre et son besoin de liberté se ressent jusque dans nos propres battements cardiaques ! Tout, dans ce livre, est aussi magique que tragique, de la plume aux décors, du début à la fin de cette ode à l’amitié et à la liberté. (…)


(Ma chronique complète ici)


Résume Babelio :
« Nous avions à peine vingt ans, et nous rêvions juste de liberté. » Ce rêve, la bande d’Hugo va l’exaucer en fuyant la petite ville de Providence pour traverser le pays à moto. Ensemble, ils vont former un clan où l’indépendance et l’amitié règnent en maîtres. Ensemble ils vont, pour le meilleur et pour le pire, découvrir que la liberté se paye cher.
Nous rêvions juste de liberté réussit le tour de force d’être à la fois un roman initiatique, une fable sur l’amitié en même temps que le récit d’une aventure. Avec ce livre d’un nouveau genre, Henri Lœvenbruck met toute la vitalité de son écriture au service de ce road movie fraternel et exalté.

 


« Les Chiens de Détroit » – Jérôme Loubry


Le seul Loubry que je n’avais pas encore lu, son premier, et qui est devenu mon préféré ! Une sombre mélopée qui s’est insinuée dans tout mon être le temps d’une sublime lecture que je ne suis pas prête d’oublier !
(…) Il s’agit d’un roman sombre, que l’on traverse comme une rue déserte sous un ciel déclinant et gris, courbé par la pluie qui fouette. C’est un roman que l’on ressent, que l’on hume, qui nous happe dans la morosité d’une ville qui semble vivante sous la plume de l’auteur. (…)


(Ma chronique complète ici)


Résume Babelio :
DÉTROIT A PERDU SES REPÈRES.
SES HABITANTS L’ABANDONNENT.
SES ENFANTS DISPARAISSENT.
2013, à Détroit. Cette ville qui a été la gloire de l’Amérique n’est plus qu’une ruine déserte, un cimetière de buildings.
Cette nuit-là, la jeune inspectrice Sarah Berkhamp mène le groupe d’intervention qui encercle une maison et donne l’assaut. Mais aucun besoin de violence, le suspect attend, assis à l’intérieur. Il a enlevé cinq enfants. Et il est sans doute le Géant de brume, le tueur insaisissable qui a laissé derrière lui sept petits corps, il y a quinze ans. Alors pourquoi supplie-t-il Sarah : « Aidez-moi… » ?
L’histoire s’ouvre donc avec l’arrestation du coupable. Et pourtant, elle ne fait que commencer. À Détroit, personne n’est innocent…


« Regarder le noir » – Collectif – Sous la direction d’Yvan Fauth


Regarder le noir
Un florilège de style pour une large palette de noir, pari gagné une fois encore ! Yvan redonne à la nouvelle ses lettres de noblesses !
Pour la seconde fois, Yvan (EmOtionS – Blog littéraire) se pose en chef d’orchestre d’un recueil qui met en avant l’art de la nouvelle. (…)


(Ma chronique complète ici)


Résume Babelio :
LES GRANDS NOMS DU THRILLER METTENT NOS SENS EN EVEIL
Barbara Abel, Amélie Antoine, R.J. Ellory, Julie Ewa, Claire Favan, Karine Giebel, Johana Gustawsson, René Manzor, Fred Mars, Olivier Norek, Fabrice Papillon, Gaëlle Perrin-Guillet.
Douze auteurs prestigieux de noir sont ici réunis et, si chacun a son mode opératoire, le mot d’ordre est le même pour tous : nous faire ouvrir grand les yeux au fil de récits qui jouent avec les différentes interprétations de la vision.
Dans ces nouvelles, ils ont donné libre cours à leur noire imagination pour créer une atmosphère, des personnages inoubliables et une tension qui vous happeront dès les premiers mots… et jusqu’à la chute. Éclectique et suprenant, ce recueil renferme onze expériences exceptionnelles de lecture.
N’ayez pas froid aux yeux, venez Regarder le noir.

 


« Il était deux fois » – Franck Thilliez



On ne le présente plus, et que télérama s’étouffe avec mon top, mais Thilliez est un maître ! Mon auteur francophone préféré !
(…) A chaque nouvel écrit, on pense que Thilliez ne peut pas faire mieux. Pourtant, année après année, il réussit ce tour de force que de repousser les limites et parvient chaque fois à mettre la barre si haut qu’elle semble devenir inaccessible. Ce n’est pas cette année que Thilliez chutera de son piédestal, et sa folie créatrice continuera longtemps de réjouir mon cœur de lectrice ! (…)


(Ma chronique complète ici)


Résume Babelio :
En 2008, Julie, dix-sept ans, disparaît en ne laissant comme trace que son vélo posé contre un arbre. Le drame agite Sagas, petite ville au cœur des montagnes, et percute de plein fouet le père de la jeune fille, le lieutenant de gendarmerie Gabriel Moscato. Ce dernier se lance alors dans une enquête aussi désespérée qu’effrénée.
Jusqu’à ce jour où ses pas le mènent à l’hôtel de la Falaise… Là, le propriétaire lui donne accès à son registre et lui propose de le consulter dans la chambre 29, au deuxième étage. Mais exténué par un mois de vaines recherches, il finit par s’endormir avant d’être brusquement réveillé en pleine nuit par des impacts sourds contre sa fenêtre…
Dehors, il pleut des oiseaux morts. Et cette scène a d’autant moins de sens que Gabriel se trouve à présent au rez-de-chaussée, dans la chambre 7. Désorienté, il se rend à la réception où il apprend qu’on est en réalité en 2020 et que ça fait plus de douze ans que sa fille a disparu…


« Les Anges de Babylone » – Ghislain Gilberti


Les anges de babylone
Maintenant que j’ai clôturé cette trilogie, je peux affirmer que ce second tome est mon préféré. J’ai découvert Gilberti en 2019, et la puissance violente de sa plume contraste avec la gentillesse de l’homme que j’ai hâte de revoir en salon !
(…) Dans ces pages, c’est l’enfer en permanence. Borderline met à feu et à sang tout ce qui gêne sur son passage avec une violence qui semble n’avoir aucune limite. De frappes chirurgicales à attaques inhumaines, on avance dans une intrigue foisonnante et complexe, mais tellement prenante ! L’écriture frénétique nous prend à la gorge et nous coupe le souffle pour nous entraîner jusqu’à la dernière page qui, loin d’être une délivrance, ne fera que nous asphyxier un peu plus… L’attente sera terrible… Le K.O. n’est pas loin (…)


(Ma chronique complète ici)


Résume Babelio :
Débarquée de l’enquête sur Borderline, Cécile Sanchez revient sur le terrain lorsqu’une guerre des ombres éclate entre de nouveaux caïds et le Réseau Fantôme. Prêt à tout détruire, l’un des leaders de la corporation de tueurs, bien plus dangereux et instable que ses coreligionnaires, vient de sortir de prison après une décennie passée à l’isolement.
Au centre de cette guerre pour le contrôle global, les Anges de Babylone, une nouvelle unité qui a grandi dans l’ombre de Borderline, s’apprête à prendre le ciel et s’étendre aux périphéries du territoire. Avec toujours la mystérieuse Voix pour guider leurs actions, leurs pensées et leurs bras armés.
C’est dans cette zone que la nature est à nouveau sauvage. Les Anges feront la guerre pour l’Homme. Même les anges déchus auront leur croisade et celle qui ouvre la porte au grand chaos balaiera tout sur son passage : il n’y aura pas le moindre quartier.
Suite virtuose de Sa Majesté des Ombres, révélation polar de l’année 2018, Prix des Géants du Polar 2018 et salué unanimement par les lecteurs, Les Anges de Babylone est le second volume apocalyptique de La trilogie des Ombres.


« Dans la brume écarlate » – Nicolas Lebel



Dans la catégorie de mes chouchous, Nicolas Lebel s’est largement imposé, notamment grâce au charme de l’improbable Mehrlicht, auquel je me suis beaucoup trop attachée…
(…) Des émotions à la pelle et une écriture irréprochable pour aborder des thèmes actuels et passés, le tout avec mesure et cohérence. Sans oublier des héros de plus en plus attachants… (…)


(Ma chronique complète ici)

 


Résume Babelio :
Une femme se présente au commissariat du XIIe et demande à voir le capitaine Mehrlicht en personne.. Sa fille Lucie, étudiante, majeure, n’est pas rentrée de la nuit. Rien ne justifie une enquête à ce stade mais sait-on jamais… Le groupe de Mehrlicht est alors appelé au cimetière du Père Lachaise où des gardiens ont découvert une large mare de sang. Ils ne trouvent cependant ni corps, ni trace alentour. Lorsque, quelques heures plus tard, deux pêcheurs remontent le corps nu d’une jeune femme des profondeurs de la Seine, les enquêteurs craignent d’avoir retrouvé Lucie. Mais il s’agit d’une autre femme dont le corps exsangue a été jeté dans le fleuve. Exsangue ? Serait-ce donc le sang de cette femme que l’on a retrouvé plus tôt au Père Lachaise ? La police scientifique répond bientôt à cette question : le sang trouvé au cimetière n’est pas celui de cette jeune femme, mais celui de Lucie…
Un roman gothique dans un Paris recouvert de brouillard à l’heure où un vampire enlève des femmes et les vide de leur sang. Un roman choral qui laisse la parole à plusieurs protagonistes : à ceux qui perdent ou ont perdu, à ceux qui cherchent, à ceux qui trouvent ou pensent trouver. Un roman qui est l’histoire de six hommes qui aiment ou croient aimer chacun une femme : celui qui la cherche, celui qui l’aime de loin, celui qui veut la venger, celui qui la bat, celui qui la veut éternelle, et celui qui parle à ses cendres. Un roman parle des femmes comme premières victimes de la folie des hommes, même de ceux qui croient les aimer.


« La sentence » – John Grisham



Grisham fait partie de mes auteurs préférés depuis de longues années, et c’est toujours un plaisir de plonger dans ses livres qui me happent totalement.
(…) J’ai toujours adoré ses écrits, car il a la particularité de nous ensevelir de termes juridiques et de développements de procédures sans que nous nous sentions perdus à quelque moment que ce soit. Et quand on connaît les méandres des cours de justice américaines, nul doute qu’il s’agisse là d’un exploit ! Dans les particularités de Grisham, on retrouve aussi sa faculté à décrire sans jugement moralisateur mais avec une justesse historique simple et touchante la situation des noirs américains dans les États du Sud.(…)


(Ma chronique complète ici)


Résume Babelio :
Octobre 1946. Pete Banning, l’enfant chéri de Clanton, Mississippi, est revenu de la Seconde Guerre mondiale en héros, décoré des plus hautes distinctions militaires. Aujourd’hui fermier et fidèle de l’église méthodiste, il est considéré comme un père et un voisin exemplaire. Par un matin d’automne, il se lève tôt, se rend en ville, et abat calmement son ami, le révérend Dexter Bell. Au choc que cause ce meurtre de sang-froid s’ajoute l’incompréhension la plus totale, car Pete se contente de déclarer au shérif, à ses avocats et à sa famille : « Je n’ai rien à dire. »
Que s’est-il passé pour que Pete, un membre respecté de la communauté, devienne un meurtrier ? Et pourquoi se mure-t-il dans le silence ? Personne ne le sait. La seule certitude que sa famille possède c’est que ce qu’il tait est quelque chose de dévastateur, dont les retombées les hanteront, eux et la ville, pendant des décennies…
Avec cette oeuvre majeure et unique, John Grisham nous embarque dans un voyage incroyable, du vieux Sud ségrégationniste aux jungles des Philippines de la Seconde Guerre mondiale, d’un asile psychiatrique aux lourds secrets du tribunal de Clanton où l’avocat de Pete tente désespérément de sauver la vie de son client.


« Celle qui pleurait sous l’eau » – Niko Tackian


Je suis aussi une grande fan de Tomar, personnage fétiche de Tackian dans lequel on imagine tous que l’auteur a probablement mis une part de lui-même… Les sagas ont cet avantage de nous permettre de nous attacher à des personnages, et chaque nouvelle histoire nous en dévoile une nouvelle facette. Cet opus a largement fait le job !
(…) C’est une enquête tout en sensibilité que nous offre cette fois Tackian, aussi à l’aise pour nous émouvoir que pour décrire des scènes d’action musclées, ce dont il ne se prive d’ailleurs pas ! Un opus introspectif qui approfondit une fois encore la psychologie des personnages, avec une belle part pour Ada, la maman de Tomar qui est l’incarnation du courage. (…)
(Ma chronique complète ici)

Résume Babelio :
SI CLARA N’AVAIT PAS AIMÉ CET HOMME, ELLE SERAIT TOUJOURS EN VIE.
Aujourd’hui, Clara n’est plus qu’un dossier sur le bureau de Tomar Khan. On vient de la retrouver morte, flottant dans le magnifique bassin Art Déco d’une piscine parisienne. Le suicide paraît évident.
Tomar est prêt à fermer le dossier, d’autant qu’il est très préoccupé par une enquête qui le concerne et se resserre autour de lui. Mais Rhonda,son adjointe, veut comprendre pourquoi une jeune femme aussi lumineuse et passionnée en est venue à mettre fin à ses jours. Elle sent une présence derrière ce geste.
Pas après pas, Rhonda va remonter jusqu’à la source de la souffrance de Clara. Il lui faudra beaucoup de ténacité – et l’appui de Tomar – pour venir à bout de cette enquête bouleversante.
QUI RENDRA JUSTICE À CELLE QUI PLEURAIT SOUS L’EAU ?

Voilà pour mes coups de cœur 2020 ! Et, si d’un point de vue global, on peut dire que cette année a été particulièrement pourrie, je préfère n’en garder que le positif, et les nombreuses superbes lectures qui ont accompagné mon année en font partie !
Merci Geneviève !

17 réflexions sur “Le top 10 de nos lecteurs #3 , « les coups de coeur » de Nath épisode 2

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s