ASBESTOSIA de Patrick Bigé

Le livre : ASBESTOSIA de Patrick Bigé- Paru en novembre 2020 en auto-édition uniquement disponible en numérique – 2.99 € (199 pages)

4ème de couverture :

Kantor, soudeur et syndicaliste, est découvert sans vie à son domicile parisien.
Un suicide ? Un meurtre ?
Un sac plastique, une fine poussière grisâtre, une lettre retrouvée au fond d’un tiroir jettent le trouble.
Et ces taches dans la salle de bains ? Des empreintes génétiques vite exploitées, mais leur propriétaire possède un alibi indestructible.

Qui sème la mort, l’amiante et le sang ? Un proche des victimes du chrysotile ? Le coupable désigné par le mystérieux Santini ?
Victor Jalabert et Nicolas Robic de la 2e DPJ se perdent en conjectures quand survient un drame en plein congrès de Médecine du Travail.

Un thriller sur fond de scandale sanitaire où se mêlent patrons retors, comité de lobbyistes et lanceurs d’alerte.

 

L’auteur : L’auteur, médecin et toxicologue, se consacre dorénavant à l’écriture de romans policiers. Il publie ici son second roman après « Poisson Mortel ».
Extrait :
« Vous n’êtes pas d’accord pour enregistrer ma plainte. C’est ça ? Vous me prenez pour un dingue ? couina-t-il en se trémoussant.
Sylvestre le dévisagea. De vrais cinglés estampillés par les psychiatres, il en avait vu défiler entre les quatre murs des cellules d’isolement. Le culbuto au comportement hystérique, obnubilé par ses clés, passait pour un amateur comparé au jeune schizophrène qui avait découpé sa mère en tranches avant de cuire sa tête au four. Il n’arrivait pas à la cheville de cet Haïtien qui avait défenestré son chien possédé du démon, puis poignardé le vétérinaire coupable d’avoir envoûté l’animal. »

 

La chronique jubilatoire de Dany

 

ASBESTOSIA de Patrick Bigé


Pour lire ce roman, privilégiez donc le masque au sac pour congélation !

Wiki nous dit … Les termes asbestose (du grec ancien ἄσβεστος), en français européen, et amiantose, en français canadien, désignent une fibrose pulmonaire interstitielle, diffuse et progressive, qui s’étend des régions péribronchiolaires vers les espaces sous-pleuraux.

Bienvenu dans le combat des lanceurs d’alerte qui s’attachent aux dangers de l’amiante et qui demandent justice pour les victimes et souhaitent faire reconnaître cette pollution comme cause de maladies professionnelles.

Un vrai polar dont l’intrigue va nous faire explorer ce combat d’arrière-garde et néanmoins actuel, mené par les enfants de victimes et qui a reconnu les risques légitimes et les lanceurs d’alerte, trublions de notre conscience.

Lecteurs, vous trouverez dans ce deuxième roman de Patrick Bigé, un polar classique certes, des flics inspirés, sympathiques, parfois englués dans leurs problèmes de couple, mais aussi vous subirez une immersion dans l’entreprise où l’argent et le rendement ont pris la place de la conscience, de l’éthique et où les syndicalistes sont partagés entre le problème de santé publique et celui de la préservation des emplois. Une intrigue avec son lot de fausses-pistes, de trahison, d’amour et de tromperies, qui se lit facilement et qui fait frémir quand le danger que nous avons tous frôlé nous apparait comme encore bien présent dans notre environnement.

Une lecture plaisante même si un peu flippante, bien documentée (rappelez-moi quel est la profession de l’auteur ?). Un deuxième roman prometteur ! Tenez-le, vous ne serez pas déçu.

Un point commun avec le roman de Nicolas Feuz L’ombre du renard, l’amiante vient de la même mine corse …

Lu en version numérique

Je remercie l’auteur pour sa confiance

Autres Extraits
« Robic, homonyme de l’illustre vainqueur de la Grande Boucle2, s’était trouvé associé à Jalabert au moment de son arrivée à la 2e DPJ de Paris en 2008. Le hasard des affectations. Le commandant, réfractaire aux efforts inutiles, consacrait son temps libre à la lecture des exploits de ses héros, Philippe Rovère, Jean-Baptiste Adamsberg, Camille Verhœven… »
« Rien ne paraissait avoir changé.
De ces années passées entre ces hauts murs de pierres, il conservait une haine viscérale pour les religieux et un dégoût marqué pour les fils à papa. Les Frères mielleux l’avaient, à l’époque, endoctriné à coup d’images pieuses, de saints terrassant Satan. Le Démon désignait aux yeux des plus radicaux le païen, le communiste, le divorcé, l’homosexuel et avait pris le visage de Mitterrand en 1981. »

4 réflexions sur “ASBESTOSIA de Patrick Bigé

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s