A pas de loup d’Isabelle Villain

La double Chronique de Collectif Polar

Une nouvelle fois deux Flingueuses ont lu le même livre et elles vous livrent leurs ressentis

Ce matin c’est Mamie Danièle qui débute cette double chronique

Dans quelques jours c’est Ge qui vous dévoilera son post-it

Allez c’est parti pour la double chronique autour du dernier polar d’Isabelle Villain


Le livre : A pas de loup d’Isabelle Villain – Paru le 14/01/2021 chez Taurnada – collection Le tourbillon des mots – 9.49 € (241 pages) ; format  11 x 18cm

4ème de couverture :

Lorsque Rosalie, Philippe et leur petit Martin, âgé de six mois, décident de s’installer à La Barberie, un éco-hameau niché en plein cœur des Alpes-de-Haute-Provence, c’est bien pour fuir un quotidien devenu trop pesant. Pour tenter une expérience audacieuse. Vivre autrement. En communion avec la terre et en harmonie avec les saisons.
Mais l’équilibre de cette nouvelle vie va un jour se fissurer. Un grain de sable va s’infiltrer, déstabiliser et enrayer cette belle mécanique.
Et ce très beau rêve va se transformer peu à peu en un véritable cauchemar.
Votre pire cauchemar…

 

L’auteur : Née en 1966, Isabelle Massare Villain est auteure de romans policiers.
Après une école de commerce et un troisième cycle de publicité, elle a travaillé pendant une quinzaine d’années dans la publicité, la presse, l’événementiel et l’organisation de salons professionnels.
En 2000, elle se lance dans l’écriture de romans policiers. Des romans « régionalistes » à diffusion locale dans un premier temps, puis en diffusion nationale.
Son quatrième roman Peine Capitale« (2014), publié aux Éditions Auteurs d’Aujourd’hui, a reçu le prix Maurice Bouvier 2015, prix destiné chaque année à récompenser un auteur de polar.
Ames battues (2016), le second volet des enquêtes du commandant de Lost, découvert dans Peine capitale a reçu le prix polar du festival Jeter l’Encre.
Mauvais genre est le troisième volet des enquêtes du groupe de Lost. Il est publié aux éditions Taurnada en novembre 2018.
Extraits :
« Les jeunes générations sont désormais fortement préoccupées par l’environnement, par le « zéro déchet ». Ils ont envie de léguer à leurs descendants un monde intact. Ils ne considèrent plus, à l’inverse de leurs aînés, que la planète est comme un puits sans fond, dans lequel il est tellement facile de puiser sans jamais contribuer. »
« Un passage sinueux qui grimpe à quelques encablures de la plage des Catalans. Dans ce quartier familial et populaire, tout y est authentique. Les ruelles qui partent à l’assaut de Notre-Dame de la Garde. Les minuscules ports de pêche et les cabanons qui se chevauchent autour de l’anse de la Malmousque. Les maisons, les gens, l’ambiance. Dans le bar situé au rez-de-chaussée du numéro 8 de la rue Chateaubriand, le patron se targue de connaître les habitudes de chacun de ses clients. « Un patron digne de ce nom doit savoir, quand quelqu’un entre boire un verre, s’il va commander un 51 ou un Ricard ! C’est la base du commerce à Marseille ! » » 
« À son âge, il ne devrait pas avoir à faire un choix entre son papa et sa maman. Il a désormais bien compris que ses parents n’étaient plus amoureux, qu’ils ne vivraient plus jamais ensemble. Pourquoi ? Lorsqu’il pose la question, ces derniers lui répondent que c’est un problème d’adultes qui doit être réglé entre adultes. Que ce n’est pas de sa faute et qu’ils l’aiment plus que tout au monde. Bien avancé, avec de telles paroles… Ce n’est peut-être pas de sa faute, mais c’est bien lui qui doit subir cette situation. Il souhaiterait pouvoir suivre l’exemple de ses anciens copains de l’école de Digne-les-Bains. Une garde alternée, comme le lui avait expliqué son ami Victor. Une semaine chez papa. Une semaine chez maman. Une console dans chaque appartement. Le double de cadeaux à Noël et à son anniversaire, et s’il se débrouille bien, de super vacances ! Et cerise sur le gâteau, presque jamais d’engueulades. « Le pauvre gamin, il souffre déjà tellement de la séparation de ses parents… » »

La chronique jubilatoire de Dany

A pas de loup d’Isabelle Villain

Il est des communautés qui fonctionnent bien, dans le partage et la bienveillance et il en est qui s’extrémisent, de sectarisent souvent en raison d’enjeux de pouvoir … dès lors, difficile de s’y maintenir en toute intégrité, d’y vivre, sauf à se soumettre aux lois du gourou.

Il est des modèles économiques incompatibles avec la vertu écologique. Dès lors la confrontation d’idées peut dégénérer. De quel côté la violence se trouve -t-elle ?

Il est des familles qui décident de quitter la ville mais l’isolement focalisant les tracas, les incompatibilités prennent le pas sur l’harmonie, le bannissement n’est cependant pas une réponse d’adulte.

Il est enfin des individus, parce que plus éloquents, se distinguent et deviennent les gourous et sautent le pas de l’extrémisme.

Le roman d’Isabelle Villain nous parle de tout cela et encore plus. Le cadre est enchanteur, les fondements utopiques mais … les humains peuvent déraper, se laisser submerger et prendre les mauvaises décisions, acculés qu’ils sont. Nous observons une petite communauté de survivalistes qui vont révéler leurs limites parce que Michel, le père fondateur, gardien des valeurs, est décédé et que la succession est instable.

Je trouve cependant que le titre est trompeur. Il pourrait laisser entendre que le loup est un élément déterminant de l’intrigue. Il n’en est rien ce qui laisse penser que l’auteure n’est pas insensible au sort des espèces animales menacées et qu’elle a saisi cette opportunité pour dévoiler sa fibre écolo. Merci Isabelle pour cet agréable moment de lecture dans ces paysages grandioses qui méritent la sérénité et la préservation.

Lu en version numérique 5.99 €

Je remercie les éditions Taurnada pour leur confiance

et l’auteure pour sa gentillesse

 

16 réflexions sur “A pas de loup d’Isabelle Villain

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s