Minuit dans le jardin du manoir de Jean Christophe Portes


Le livre  : Minuit dans le jardin du manoir de Jean Christophe Portes . Paru le 13 mars 2019 aux Editions du Masque.  19€90 ; (379 p.) ; 21 x 14 cm

Résumé de l’éditeur :

Denis Florin est un jeune notaire célibataire, poète et un peu lunatique. Il vit en Normandie dans un manoir avec sa grand-mère Colette – adorable mais folle. Ce qu’il préfère faire dans la vie : reconstituer la bataille de Marignan en figurines, et qu’on le laisse tranquille.
Un jour de janvier, alors qu’il rentre chez lui, il découvre horrifié une tête décapitée sur un piquet dans le jardin du manoir. À la place des yeux et des dents, des pièces d’or. Paniqué, il se terre chez lui, et constate que sa grand-mère adorée a disparu. La presse s’empare de l’affaire et il devient le suspect numéro un. Cela fait beaucoup pour un seul homme, surtout un homme comme Denis Florin. Nadget, une journaliste télé qui jure comme un charretier, convaincue de son innocence, va alors tenter de l’aider à se sortir de ce pétrin. Sur les traces de Colette, ils découvrent qu’un trésor datant de plus de cinq cents ans pourrait bien être caché quelque part dans le manoir…
Mais serait-ce l’explication à ce meurtre odieux et à cette disparition ? Rien n’est moins sûr.
L’auteur : Après des études à l’Ecole Nationale de Arts Décoratifs, Jean-Christophe Portes est devenu journaliste et réalisateur pour la télévision. Les précédentes enquêtes de Victor Dauterive, L’affaire des corps sans tête, L’affaire de l’homme à l’escarpin et La disparue de Saint-Maur et L’espion des Tuileries ont rencontré un beau succès. Il a remporté le Prix polar Saint-Maur en poche 2018.

 

 

 

Le post-it de Geneviève

Jean christophe Portes Minuit dans le jardin du manoir

 

Il y a un manoir sombre et isolé, avec un grand jardin autour.

Il y a Colette, la vieille folle du manoir.

Il y a Denis, son petit-fils, un notaire timide et maladroit.

Et puis il y a, ce matin brumeux, la tête d’un inconnu plantée sur un piquet.

Les ennuis commencent alors pour Denis. Le genre d’ennuis qui changent votre vie. Pour le meilleur… ou plutôt, pour le pire.

Et oui ,la nuit précédente un jeune étudiant pressé traverse le parc du manoir, prenant un raccourci et tombe sur cette tête fichée là.

Il est Minuit dans le jardin du manoir. Ni une, ni deux, notre jeune homme prends en photo cette apparition et la poste sur les réseaux sociaux.

La photo fait le tour des rédactions régionales puis très vite nationales.

Les vautours arrivent à leur suite.

La plus rapide c’est Nadjet, grand reporter à TV1. Celle ci tente de recueillir les première impressions de notre jeune notaire déboussolé qui ne trouve rien de mieux à faire que de la poursuivre avec un vieux sabre pour retrouver enfin le calme dont il a besoin pour réfléchir.

Encore une image choc qui fait le tour des télés en boucle.

Et puis arrive la police . Le lieutenant Trividec est chargé de l’affaire. Ce flic un poil macho, un peu butté, sans doute trop sur de lui et de son charisme, met tout de suite Denis dans la casse du suspect numéro 1. Mais il n’obtient ni aveux ni preuves.

S’en suis une aventure rocambolesque et explosive où des vies ordinaires basculent dans l’extraordinaire.

Sous la plume incisive et cadencée de Jean-Christophe Portes l’histoire prend vie. Le livre se lit à toute vitesse. On est presque là dans un scénario de bande dessinée. D’ailleurs l’auteur émaille son récit de nombreux références, qu’elle soit cinématographiques, littéraires ou tintophiles.

Et puis cette Nadjet Bakhtaoui a tout du jeune Tintin. Aussi ce polar prend des allures de roman d’aventure. Et il mélange avec bonheur plusieurs genres, espionnage, historique et enquête policière dénonçant au passage quelques travers de nombres société ultra-connectée et pointant ça est là quelques grands thèmes d’actualités.

C’est vif, on ne s’ennuie pas, on va de rebondissements en rebondissements. On suit avec bonheur les péripétie de nos protagonistes. Le style de Jean Christophe est émaillé d’humour. On sent qu’ici il s’est amusé à écrire ce roman et nous nous amusons tout autant à le lire. On part avec lui dans une chasse au trésor, on se prend pour Indiana Jones. On suit la piste avec avidité, on suit l’histoire Hernan Cortes et ses conquistadors. On veut tout savoir du dernier empereur  aztèques Cuauhtémoc.

Ajoutez à cela des dialogues savoureux, des situations cocasses,  une intrigue ciselée et vous obtiendrez un parfait roman de divertissement.

Lauréat du prix polar Saint-Maur en poche 2018 pour sa série historique « Les enquêtes de Victor Dauterive », Jean Christophe Portes signe avec Minuit dans le jardin du manoir son premier polar contemporain et c’est un belle réussite.

Merci monsieur l’auteur d’avoir décidé de nous surprendre. Qu’elle belle idée !

Les larmes des cigognes, Lawren Schneider


Le livre : Les larmes des cigognes, Lawren Schneider.  Paru le 19 novembre 2017, Editions Black Tailor. 18 € ; 324 pages ; 24 x 15 cm

 

4ème de couverture :

TAMBOV, 1943

Louis n’arrivait pas à trouver le sommeil. Peut-être devenait-il fou. « Je crois que j’ai des visions, un peu comme Bernadette à Lourdes. C’est comme si j’étais rentré dans le corps de ce type ». Il a cogné une femme. De toutes ses forces.

GAMBSTETT, 1986

« Je m’appelle Christophe et j’aimerais vous confier mon secret ; je suis capable de voir des choses que vous ne voyez pas… Tout à démarré il y a quelques mois. Ma mère m’a serré dans ses bras. Un câlin de maman. J’ai posé ma mains sur sa nuque et… c’est comme si j’avais plongé dans son corps, comme si j’avais pu à travers ses yeux ».

Prisonnier dans le camp de Tambov, Louis Waechter est en proie à des visions terriblement réalistes. Quarante-trois ans plus tard, Christophe, son petit-fils confie à ses amis qu’il a le même don. Ce jour-là, il a ouvert une porte qui ne se refermera plus.

 

L’auteur : Musicien multi instrumentiste, étudiant en sciences, père de famille à 20 ans, vendeur de flûtes traversières, manager dans l’industrie du bâtiment, chef de tribu, amoureux investi, voyageur insatiable, entrepreneur, Lawren Schneider vit intensément. 2014, il décide de se poser. L’écriture arrive dans ma vie sans prévenir, comme une évidence, une passion maîtrisée, mais jouissive.
L’héritage de Lizie est son premier roman, un thriller, autoédité en juin 2015.Un an plus tard, sort  Le prix à payer, une nouvelle aventure de son héroïne, Lizie.  Les larmes des cigognes est un roman plus personnel, mais aussi plus dramatique et plus noir. Un thriller dont l’histoire tragique prendra sa source au sein du camp russe où ont été enfermés les « Malgré-Nous » alsaciens et mosellans durant la Deuxième Guerre mondiale.
Extrait :
« Un seul mot et tout était dit. Il n’y avait pas besoin d’en rajouter plus, le substantif suffisait à lui-même.
Incorporé de force, travaux forcés,  malnutrition, froid glacial, chiasse, punaises, poux, punitions, maladies, Kapos à la con, traîtres, macchabées entassés, envie de mourir, envie de vivre, besoin de prier, soupe infâmes, clairon maudit, coup de crosse.
Tambov. »

 

L’accroche de Miss Aline :

Les larmes des cigognes, Lawren Schneider

Que fais-tu Chris ? Pourquoi tu pointes une arme sur ton psy  pour lui   parler du printemps 1986 ? Tu as alors 17 ans et un don. Tu vis seul avec ta mère qui essaie de survivre à qui, à quoi ? Heureusement tu as ta bande de potes. De vrais amis à qui tu décides de révéler ton « secret ». Commence alors un enchaînement d’événements que tu ne parviendras pas à maîtriser.

Ces événements vont t’emmener chez ton grand-père paternel Louis. Un solitaire, un original. Pour toi il va ouvrir la boîte de ses souvenirs. Avec toi on va plonger dans la grande guerre, celle où Louis, alsacien,  va être incorporé de force dans l’armée allemande. Il va te raconter son don et également sa descente aux enfers. Tambov, camp aux confins de la Russie.  Les privations, les brimades, les maladies, la trahison,  la déshumanisation…

Lawren Schneider, auteur inconnu de moi il y a encore quelques mois, vient de me plonger dans l’Histoire.  Je découvre Tampov et un peu plus sur les « malgré eux » dont on ne parle finalement pas souvent.  Le pouvoir d’écrire de l’auteur te transporte dans chaque espace temps : 1986, 1943, aujourd’hui. Que se soit Christ ou Louis, leur histoire est vécut avec force et émotions. Rien n’est sur-joué dans l’écriture. C’est comme si tu voyais le film se dérouler sous tes yeux. Bien sur dans ce thriller-historique il y a une part de paranormale mais qui ne nuit pas au récit. Bien au contraire, elle appuie l’intrigue, elle l’a nourrit. Cette part de paranormal est le fil d’Ariane qui relie Louis à son petit fils.

Les larmes des cigognes c’est des questions qui ne te quittent pas : quel besoin de braquer un psy pour raconter son histoire ?  Qu’aurais-tu fais à la place untel ou untel ?  Tes choix te sont-ils imposés par la force des choses ?  Comment (sur)vivre après un tel vécut  (les camps) ? Etc.

Les larmes des cigognes c’est une grande leçon d’Histoire. On y dépeint également l’amitié, la loyauté, le sacrifie de soi.  Les larmes des cigognes c’est toute la palette des émotions qui te percute parfois de plein fouet : la surprise, l’empathie, l’horreur, l’espoir, les larmes.

Lawren Schneider et « ses » larmes sont pour moi une révélation. C’est une écriture simple et vraie. C’est une toile que tu regardes avec attention, qui te bouleverse par sa puissance. Un très grand merci Monsieur Schneider pour toutes ses émotions. Merci également pour votre disponibilité et votre gentillesse lors de notre rencontre à Mon’s Livre (Belgique).

 

Papote de Flingueuses : Soul of London de Gaëlle Perrin-Guillet


Le livre : Soul of London  de Gaëlle Perrin-Guillet. Paru le 22 septembre 2017 chez Millady Thriller. 7€20 ; (305 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv : 

Une enquête au cœur de Londres, au XIXe siècle

Londres, 1892. Des cadavres de chiens sont retrouvés mutilés, le crâne ouvert, dans les tunnels du métro. L’enquête est confiée à Henry Wilkes, flic accidenté et handicapé, relégué loin du terrain depuis qu’il doit marcher avec une canne. Le dossier ne l’enchante guère, mais quand le corps d’une enfant à est son tour retrouvé, au même endroit et mutilé, il prend une autre dimension.

William Bennet, un gamin des rues qu’il a recueilli un an plus tôt, l’assiste dans sa tâche. Alors qu’ils explorent les tunnels crasseux du métro, Alice Pickman, une jeune femme issue de la haute société, s’adresse à Henry pour qu’il rouvre l’enquête du meurtre de sa sœur dans le quartier malsain de Lisson Grove, qu’elle estime avoir été bâclée.

Au cœur d’une ville en pleine révolution, où se disputent la science et la religion, Henry et Billy, en dignes représentants des Lumières, cherchent à faire éclater la vérité au milieu du fog londonien, mélange de charbon, de mensonge et de perversion…

L’auteur : Née en 1975, Gaëlle PERRIN-GUILLET est secrétaire de mairie le jour et auteur de thriller la nuit. Depuis toujours amatrice de romans noirs, elle s’essaie à l’écriture en 2000. Après deux romans auto-publiés (« Le Sourire du diable » en 2010 et « Au fil des morts »en 2011), elle participe à deux recueils des « Auteurs du noir face à la différence » (en 2012 aux éditions JIGAL puis en 2013 à L’atelier Mosesu). Gaëlle Perrin-Guillet a publié « Haut le chœur » chez Rouge Sang en 2013 mais aussi un polar pour enfant en 2015 chez Rouge Safran, La nuit du chat noir. En 2016 sort Soul of London  qui est repris en poche en 2017 chez Milady. En aout 2018  paraitLes fantômes du passé  la nouvelle enquête de Wilkes et Bennett . Enfin Haut le chœur revient chez Taurmada le 14 mars prochain.

Extrait :
— Le jour où je suis parti, il a eu la main un peu plus lourde que d’habitude. Faut dire aussi qu’il s’en mettait pas mal derrière la cravate. Alors, hein, le poing, c’est lourd quand ça tombe avec l’alcool ! J’ai cru qu’il allait la tuer. Je me suis mis au milieu et… j’ai tapé. Un peu fort, moi aussi. J’ai pas attendu de voir s’il revenait à lui. Je suis parti en courant. Et si vous voulez tout savoir, sa femme qu’il tabassait depuis des mois, quand j’ai frappé son mari, ben, vous savez quoi ? Elle s’est mise à hurler et à m’insulter ! Oui, m’sieur ! Comme si c’était moi le criminel ! Pensez bien que j’allais pas rester dans cette maison de fous…
En racontant son histoire, Billy s’était arrêté au milieu du trottoir et mimait la scène à grand renfort de gestes éloquents. Henry Wilkes ne pipa mot pendant tout le récit.
Une fois qu’il eut terminé, Billy attendit une réaction. Mais rien ne vint du côté du policier. Figé sur sa canne, Wilkes ressemblait à un automate qu’on aurait oublié de remonter. Puis il parut se ranimer et se remit à marcher. Mais, au lieu de prendre la direction du poste de police, il tourna dans une rue adjacente et fit signe à Billy de le suivre.
Le flic ne l’avait jamais emmené au poste. Il avait préféré lui proposer de travailler pour lui, en lui offrant un toit et un lit.
Billy avait accepté sans se poser de questions. Devenu la jambe valide de Henry, il faisait ses courses, lui apportait ses journaux, et l’accompagnait parfois sur une enquête. Car Billy avait un talent : un sacré coup de crayon.
Jour après jour, l’homme et l’enfant s’étaient découverts et appréciés. Depuis, ils partageaient le petit appartement de Beaumont Street, où ils s’apprivoisaient mutuellement

Papote de Flingueuses

Autour de Soul of London de Gaëlle Perrin Guillet.

Maud, Ophélie, Aline et même Ge ont lu ce titre mais pour certaines il y a quelques années, aussi Notre Jumelle infernale tente de nous rafraîchir la mémoire

Maud : Bonjour Ophélie et Aline, nous sommes réunies aujourd’hui pour papoter autour de Soul of London de Gaëlle Perrin Guillet.

Qu’avez-vous pensé de cette histoire ?

Ophélie : Bonjour les filles! Pour moi la lecture remonte un peu. Toutefois, j’ai encore en mémoire, plus d’un an après, l’ambiance très londonienne. La sensation que la ville est un personnage à part entière.

Aline : Pour moi aussi la lecture remonte un peu. c’était il y a 2 ans. J’ai le souvenir d’un roman à la Dickens, un Londres à la Sherlock Holmes.

Maud : Oui c’est ça un plongeon dans les bas-fonds londonien dans une période post Jack L’Éventreur. On ressent bien l’ambiance, la nuit, la peur et le froid. Totalement immergé

Les personnages, Henry et Billy vous les avez trouvés comment?

Ophélie : Très crédibles! Ça paraît bête mais dans certains romans je reste complètement dans l’imaginaire. Je ne me dis pas que untel peu ou à pu exister. Pour Henry et Billy ce n’est pas le cas. J’avais le sentiment qu’ils avaient été « réels ».

Aline : Je suis d’accord Ophélie, on est capté par les lieux, l’époque ET les personnages. Henry est très charismatique, profondément humain et une certaine timidité l’habite . Pour Billy, orphelin, gosse des rue. Plutôt perspicace et reconnaissant vis à vis d’Henry et ce qu’il fait pour lui.

 Ophélie : Oui! Billy m’a fait penser au personnage de Billy Eliot… vif et perspicace. Plein de vie et très solaire.

Aline : Complètement.

Maud : Ils se complètent bien , un sacré duo d’enquêteurs, chacun leur passé, leur rencontre, une vision du monde; mais ils s’entendent sur la quête de justice

Qu’avez-vous pensé de l’intrigue en elle-même?

Ophélie : J’ai le souvenir d’une intrigue complexe et plutôt bien construite. Pas de fin bâclée comme on en retrouve trop souvent mais une enquête qui se clôture vraiment sur les dernière pages sans que je n’ai pu en deviner l’issue.

Aline : Comme Ophélie  je me souviens d’une intrigue complexe mais bien menée. Lors de ma lecture j’ai souvent pensé à Sherlock Holmes.

Maud : Deux intrigues menées de front. En effet d’un côté l’assassinat d’une jeune femme de bonne famille…de l’autre une enfant retrouvée sans vies…

Il est vrai que le déroulé rappelle les enquêtes de Sherlock Holmes.

La réussite de ces 2 énigmes vont les guider car ils n’ont pas envie de replonger les moments sombres de la période de Jack L’Éventreur. L’ambiance s’en ressent

Avez-vous lu le 2ème volet ? Moi pas encore mais je vais bientôt m’y plonger

Ophélie : oui. pas toujours simple de mêler deux intrigues. Mais Gaëlle a réussi à les faire s’imbriquer avec brio.

Aline : Aurait-il pu n’y avoir qu’une intrigue ? Je ne pense pas. C’est le contraste des milieux sociaux, le contraste des victimes : une jeune femme, une fillette qui guident le lecteur et son enquêteur. le fait de passer d’une enquête à une autre donne du rythme et maintient le suspense.

Ophélie : je suis d’accord sur le fait qu’une seule intrigue n’aurait pas permis au roman de brosser un portrait complet de Londres à cet époque. C’est une des forces de ce roman. Avoir fait de Londres un personnage à part entière grâce à l’ambiance mais aussi aux intrigues.

Maud : Entièrement d’accord

Aline : oui l’ambiance est très londonienne post Jack. J’ai le deuxième volet.

Maud : Et tu l’as lu?

Ophélie : Je n’ai pas encore le suivant mais ça ne saurait tarder.

Aline : non pas encore, j’ai bien aimé le personnage d’Henry

Maud : J’ai aimé les 2 personnages pour différentes raisons. Henry pour sa droiture et sa quête de vérité. Billy pour avoir eu le courage à un moment donné d’accepter de changer de vie. Il conseille énormément son mentor dans tous les codes qui concernent les bas-fonds

Ophélie : comme toi j’ai aimé les deux personnages. Un Billy qui m’a rappelé Oliver Twist dans la personnalité. Un Henry qui effectivement a soif de vérité. Ils ont une belle complémentarité, Billy servant de canne à Henry, au sens propre comme dans l’image

Aline :  ils se complètent plutôt bien.

Maud : Un duo totalement complémentaire je suis entièrement d’accord avec toi

Aline : ils se soutiennent mais ils se surtout ils se sauvent mutuellement.

Maud : Et ils s’apprécient et se respectent mutuellement

Aline : que vont-ils devenir dans l’opus suivant ?

Maud : Très bonne question!!! Hâte de savoir

Aline : Sur la 4ème de couv Henry à l’air mal en point et Billy … mystère et boules de gommes.

Ceux sont deux écorchés de la vie qui ne sont pas dans la bonne époque.

Maud : Ah je n’ai pas été la voir la 4eme. Se sera une surprise !!

Ils ont dû compiler tous les 2 avec les différents accidents de la vie qu’ils ont rencontré

En tout cas je recommande vivement cette découverte

Aline : moi aussi je recommande vivement.

Maud : On se retrouvera peut être pour parler du suivant

Aline : surement oui 

Maud : Ce sera avec plaisir!!

Geneviève : Parfait. J’ai moi-même lu le livre il y a un peu presque 3 ans et tout ce que vous dites là c’est exactement ce que j’ai ressenti à sa lecture.

Maud : C’est génial si tu t’es retrouvée dans nos échanges

Aline : Génial Geneviève

Maud : Donc tu recommandes aussi?

Geneviève : Et comment !

D’ailleurs vous pouvez retrouver mon billet sur Soul of London ICI

Maud : As-tu lu le suivant?

Geneviève : Moi pas encore. Mais j’ai pas dit mon dernier mot

Maud : Super alors on va le découvrir

Geneviève : Et peut-être que je serai là pour la papote

Maud : Excellente idée!!!

Aline : Tu peux retirer le « peut-être » de ta phrase DouGe. 

Maud : Je suis d’accord avec Aline !!

Geneviève : Ok les filles, je tacherai d’être des vôtres pour la papote sur Les fantômes du passé

Maud : Merci Aline, Geneviève et Ophélie d’avoir bien voulu papoter sur ce livre

Aline : Merci pour cette papote, rdv aux prochaines aventures d’Henry et Billy.

Ophélie : Merci les filles pour cet échange 

Geneviève : Merci de m’avoir rajouter à votre papote les flingueuses

Maud : Belle soirée et bonne futures lectures

Soul of London  – Gaëlle Perrin-Guillet


Le livre : Soul of London  de Gaëlle Perrin-Guillet. Paru le 22 septembre 2017 chez Millady Thriller. 7€20 ; (305 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv : 

Une enquête au cœur de Londres, au XIXe siècle

Londres, 1892. Des cadavres de chiens sont retrouvés mutilés, le crâne ouvert, dans les tunnels du métro. L’enquête est confiée à Henry Wilkes, flic accidenté et handicapé, relégué loin du terrain depuis qu’il doit marcher avec une canne. Le dossier ne l’enchante guère, mais quand le corps d’une enfant à est son tour retrouvé, au même endroit et mutilé, il prend une autre dimension.

William Bennet, un gamin des rues qu’il a recueilli un an plus tôt, l’assiste dans sa tâche. Alors qu’ils explorent les tunnels crasseux du métro, Alice Pickman, une jeune femme issue de la haute société, s’adresse à Henry pour qu’il rouvre l’enquête du meurtre de sa sœur dans le quartier malsain de Lisson Grove, qu’elle estime avoir été bâclée.

Au cœur d’une ville en pleine révolution, où se disputent la science et la religion, Henry et Billy, en dignes représentants des Lumières, cherchent à faire éclater la vérité au milieu du fog londonien, mélange de charbon, de mensonge et de perversion…

Jouant avec un côté «Sidekick», Soul Of London nous plonge dans une atmosphère londonienne fort bien documentée. Ce nouveau thriller se révèle être aussi distrayant qu’angoissant.

 

gaelle-perrin-guillet-6899L’auteur : Née en 1975, Gaëlle PERRIN-GUILLET est secrétaire de mairie le jour et auteur de thriller la nuit. Depuis toujours amatrice de romans noirs, elle s’essaie à l’écriture en 2000. Après deux romans auto-publiés (« Le Sourire du diable » en 2010 et « Au fil des morts »en 2011), elle participe à deux recueils des « Auteurs du noir face à la différence » (en 2012 aux éditions JIGAL puis en 2013 à L’atelier Mosesu). Gaëlle Perrin-Guillet a publié « Haut le chœur » chez Rouge Sang en 2013 mais aussi un polar pour enfant en 2015 chez Rouge Safran, La nuit du chat noir.

 

Extrait :
Henry se leva, s’empara de sa redingote, de sa canne et du chapeau melon qu’il portait comme un pied de nez à la haute bourgeoisie, avant de refermer la fenêtre.
Sur les marches du poste de police, il eut envie de faire un détour pour rentrer chez lui. Il bifurqua au coin de la rue et partit droit devant.
La pluie l’accompagnait. Il aurait pu héler un fiacre et se faire conduire, mais il n’aimait rien plus que flâner le long du canal ou de la voie ferrée.
Après quelques foulées laborieuses, sa jambe se dégourdit et sa démarche s’en trouva allégée. Henry savait que, un jour, la canne dont il ne pouvait aujourd’hui se passer serait un objet de snobisme plus qu’une jambe de secours. Ce jour-là, il pourrait renaître. En attendant, il s’obligeait à arpenter les trottoirs. Quand la douleur devenait trop forte, il s’asseyait quelques minutes sous un porche, puis claudiquait jusque chez lui, où il s’effondrait sur son lit.
Mais aujourd’hui il se sentait bien, prêt à battre le pavé.
Droit comme un i, il avançait, souriant aux passants qui ne le voyaient même pas : il se fondait dans la masse et il aimait ça.
Il n’était ni beau ni laid, pas très grand sans être petit, de corpulence moyenne. Un homme au visage trop anguleux pour être attrayant, éclairé par des yeux intelligents sous d’épais sourcils noirs. À ceux qui le rencontraient pour la première fois, il ne laissait qu’un souvenir confus.
Henry pouvait voir sans être vu.

L’arrêt sur Image de Marc

Soul of London  de Gaëlle Perrin-Guillet

Venez, vous promener dans les rues de Londres, petite visite guidée que vous offre l’auteure. Je vous accorde que ce n’est pas le Londres touristique dont vous pouviez rêver, mais un Londres dans les quartiers pauvres, où se mélangent la misère, la violence, la crasse. Des quartiers que les gens aisés préfèrent ignorer, ou pire encore, mépriser. Ah oui, c’est peut-être important de le préciser, nous sommes en 1892 !

Gaëlle Perrin-Guillet, nous offre dans cette ambiance une double intrigue, avec deux personnages qui deviendront récurrents dans d’autres romans. L’inspecteur Henry Wilkes et Billy Bennet. Ce que j’ai adoré dans ce roman, ce sont justement les personnages qui l’habitent. Il y a une richesse d’informations qui nous permet de les cerner, de les comprendre, de les connaitre. On s’attache à eux rapidement. Les rôles secondaires ne sont pas négligés et bénéficient aussi d’une attention particulière. Les personnages évoluent autour de deux intrigues, certes assez classiques, mais prenantes. A aucun moment l’auteure a cherché à faire du sensationnel, et c’est peut-être ce qui, pour moi, a fait la force de ce roman. On est loin des romans qu’on trouve par brouette entière aujourd’hui, et qui donnent dans le spectaculaire et le sensationnel, mais qui délaissent l’essentiel : leurs personnages.

Nous avons tous connu l’ambiance de ce Londres de la fin du 19e siècle, avec Sherlock Holmes, ou Jack l’éventreur. L’auteur aurait pu tomber dans le travers de multiplier les allusions à ces références, mais il n’en est rien. Si ces deux personnages sont certes évoqués, c’est à dose très réduite, et uniquement pour alimenter un contexte précis.

On peut faire des livres passionnants autour d’histoires simples, et c’est le ici. Je lirai d’autres livres de l’auteure c’est clair.

 

Je pouvez aussi retrouvez ICI l »avis de Ge sur Soul of London

Apocryphe -René Manzor


Aujourd’hui c’est double chronique.

Ce matin ce sera un avis de lecteur avec la recommandation de Jean Luc

Ce soir se sera un avis de Flingueuses, de Mister Flingueuse même avec le ressent de Jean Paul

Oui deux chroniques de mec pour nous parler d’Apocryphe le dernier roman de René Manzor.

Au passage j’en profite pour dire que ça a été un de mes coup de coeur de 2018


Le livre : Apocryphe  de René Manzor. Paru le 3 octobre 2018 chez Calmann-Levy dans la collection Calmann-Levy noir.  19€90 ; (400 p.) ; 24 x 16 cm

4e de couv : 

Jérusalem. An 30.
Un petit garçon regarde avec rage son père agoniser sur une croix.
Son nom est David de Nazareth,
et ceci est son histoire.

Une fresque épique, violente et émouvante, sur les traces d’un adolescent en quête de justice et de vérité.

Un thriller biblique à couper le souffle, relecture stupéfiante de l’histoire officielle

 

 

L’auteur : René Manzor est réalisateur, scénariste et écrivain. En seulement trois romans, il s’est imposé comme un des nouveaux noms du thriller français, et a reçu pour Celui dont le nom n’est plus le prix Cognac du polar francophone.

 

Extraits :
« Les gens qu’on aime ne nous appartiennent pas, David. Aimer, c’est laisser choisir »
« La mort est une voisine qui pousse à la confidence, un sérum de vérité infaillible qui oblige les hommes à faire le tri dans leurs mensonges. Sa présence en temps de guerre impose un compte à rebours qui fait tomber les masques et les postures. David était-il prêt à faire tomber les siens ? »

 

 

Avis de lecteur

Le recommandation de Jean Luc

« Apocryphe » n’est pas qu’un simple thriller, c’est littéralement un thriller historique qui se déroule en Galilée et commence en l’an 30. C’est un roman ambitieux parfaitement écrit par René Manzor. Une fois encore cet auteur m’a surpris en imaginant une histoire qui reste à la lisière du possible et qui se déroule dans un contexte historique et religieux parfaitement documenté.

Le début de cette histoire commence avec la crucifixion du Christ, l’auteur nous emmène dans différents sites tels que le temple de Jérusalem ou les arènes de Rome, on côtoie dans ce roman des personnages tels que Ponce Pilate, Caligula, Marie-Madeleine, Judas et d’autres encore…
Tout ce que Rene Manzor relate dans son roman est du domaine du possible mais reste aussi vérifiable ou invérifiable selon le cas, c’est adroitement et subtilement imaginé. En effet, sans spoiler ce roman, il y est question de la vie de Jesus et du descendant qu’il aurait pu avoir avec Marie-Madeleine.
L’auteur s’est appuyé sur les évangiles, sur des textes anciens (Pline, entre autres..) pour dépeindre une époque violente, mouvementée dans laquelle plusieurs tribus résistent et subissent le joug de l’envahisseur romain.
C’est un roman poignant, un vrai thriller avec une chasse à l’homme et bien d’autres choses…
Pour moi une magnifique réussite et aussi un auteur admirable que j’ai eu l’occasion d’interviewer à Strasbourg lors de l’un de son passage à la librairie de la page 50. Un auteur dont le métier de réalisateur est un atout pour donner du rythme à une histoire passionnante mais aussi respectueuse de la foi chrétienne, le tout avec un style parfaitement travaillé.
Un livre qui n’est pas sans rappeler « Gladiator » ou encore la série « Rome ».

Au final, un roman qui porte bien son titre , un peu déconcertant au début mais rapidement addictif.
Incontestablement une très belle réussite écrite par un auteur attachant, abordable et qui sait toujours surprendre ses lecteurs.

L’Affaire de l’homme à l’escarpin de Jean Christophe Portes


Le livre : L’Affaire de l’homme à l’escarpin de Jean Christophe Portes. Paru le 9 Novembre 2016 aux Editions City Edition dans la collection Romans.  19 € ; (429 p.) ; 24 x 16 cm

Réédité en poche  le 23 mai 2018 chez City Poche. 8€ 20 ; (476 p.) ; illustrations en noir et blanc, cartes ; 18 x 11 cm

4ème de couverture :
Paris, 1791. Un jeune homme est découvert assassiné dans un quartier populaire. Il est nu, à l’exception d’une paire d’escarpins vernis et cela ressemble à un vol qui a mal tourné. Mais quand on apprend que le jeune homme fréquentait les milieux homosexuels et qu’il travaillait pour un journal politique, l’affaire prend une tout autre tournure.
Le gendarme Victor Dauterive découvre que cet assassinat est lié aux intrigues se jouant au plus haut niveau du pouvoir. Depuis la fuite à Varennes, Louis XVI a été suspendu de ses fonctions et, dans l’ombre, le parti du duc d’Orléans fait tout pour  s’emparer du pouvoir.
Dans les bas-fonds de la capitale, entre aristocrates révolutionnaires, Dauterive ne sait plus à qui se fier. La corruption, l’avidité et les trahisons sont monnaie courante et le danger est à chaque coin de rue. Surtout quand on s’approche un peu trop près de la vérité…

L’auteur : Jean-Christophe Portes est journaliste et réalisateur.
Il a fait des études à l’Ecole Nationale de Arts Décoratifs.
Auteur d’une trentaine de documentaires d’investigation, de société ou d’histoire, il travaille pour les principales chaînes de télévision françaises.
En octobre 2015 parait L’Affaire des Corps Sans Tête, premier tome des enquêtes de Victor Dauterive, qui mettent en en scène un jeune officier de gendarmerie au début de la Révolution. Ce livre est finaliste pour le prix du premier roman Lions club 2015.
Le deuxième tome, L’Affaire de l’homme à l’escarpin, est salué à sa parution en décembre 2016 par le libraire Gérard Collard: « un nouveau grand du polar historique est né ! ». Livre sélectionné pour le prix de roman historique de Montmorillon.
Le troisième tome paraîtra à l’automne 2017, ainsi qu’un autre polar cette fois contemporain en janvier 2018, toujours chez City éditions.

Extraits :
« Il revoyait ses yeux clairs, naïfs et pleins de rires, il le revoyait lui tirer la manche rue Saint-Honoré, brandissant sa pièce sur le Pont -Neuf comme un trophée, puis s’enfuyant de sa démarche dansante. Il revoyait son sourire lorsqu’il lui avait annoncé qu’il le prenait à son service. Et à ce souvenir des larmes brûlantes jaillirent de ses yeux.»

Les Lectures de Maud :

Une nouvelle enquête de Victor. C’est avec ravissement je me suis replongée dans cette période trouble de notre histoire, le fameux vote de L’Assemblée tant attendu : la destitution ou non du Roi suite à sa fuite à Varenne. Bien sûre accompagnée d’une enquête de Victor. Des meurtres se produisent, qui pourraient s’apparenter à des règlements de compte de mœurs vont mettre en déroute notre jeune enquêteur.

Victor va encore en voir de toutes les couleurs comme on dit. Il va être destitué, emprisonné, libéré mais le tout n’est-il pas de la poudre aux yeux pour les ennemis du Roi ? Quelle machination va s’organiser afin que l’Assemblée et les gardes réagissent. Les espions sont partout et il ne sait pas vraiment à qui il peut se fier ni en qui avoir pleine confiance. L’ennemi est-il partout ? ou seulement à l’angle de certaines rues ?

Totalement conquise par l’écriture à la fois dynamique et littéraire de l’auteur. Un excellent cocktail d’intrigues, de suspense, de références historiques. Un ensemble savamment dosé qui rend cette lecture à la fois addictive et touchante. Victor est vraiment un personnage très attachant, on suit ses aventures en espérant à chaque fois qu’il ne lui arrive trop rien de grave. Je me laisserai prochainement emportée par l’opus suivant : La disparue de Saint Maur.

A lire de préférence dans l’ordre : L’affaire des Corps sans tête, l’Affaire de l’homme à l’escarpin, La disparue de Saint Maur, L’espion des Tuileries. Les histoires sont indépendantes mais préférable pour suivre l’évolution des faits historiques et celle des personnages

Version lue : Numérique

Apocryphe de René Manzor


Ce matin nous vous offrons une chronique duo

La chronique duo c’est un échange entre flingueuses.

Des Flingueuses qui papotent en nous donnant leur avis sur un même livre.

Aujourd’hui c’est Aline et Danièle qui nous disent tout le bien qu’elle pense du dernier polar de René Manzor


Le livre : Apocryphe  de René Manzor. Paru le 3 octobre 2018 chez Calmann-Levy dans la collection Calmann-Levy noir.  19€90 ; (400 p.) ; 24 x 16 cm

4e de couv : 

Jérusalem. An 30.
Un petit garçon regarde avec rage son père agoniser sur une croix.
Son nom est David de Nazareth,
et ceci est son histoire.

Une fresque épique, violente et émouvante, sur les traces d’un adolescent en quête de justice et de vérité.

Un thriller biblique à couper le souffle, relecture stupéfiante de l’histoire officielle

 

@Marie Manzor

L’auteur : René Manzor est réalisateur, scénariste et écrivain. En seulement trois romans, il s’est imposé comme un des nouveaux noms du thriller français, et a reçu pour Celui dont le nom n’est plus le prix Cognac du polar francophone.

 

Extraits :
« Les gens qu’on aime ne nous appartiennent pas, David. Aimer, c’est laisser choisir »
« La mort est une voisine qui pousse à la confidence, un sérum de vérité infaillible qui oblige les hommes à faire le tri dans leurs mensonges. Sa présence en temps de guerre impose un compte à rebours qui fait tomber les masques et les postures. David était-il prêt à faire tomber les siens ? »

 

La Chronique Duo de Miss Aline Et Mamie Danièle

Apocryphe de René Manzor

 

Aline : je l’ai terminé cette nuit !!!

Dany : Et alors ? Ca décoiffe !

Aline : Rien à voir avec sa trilogie précédente. C’est un Apocryphe dans sur tout les plans

Dany : Ben non justement quand j’ai vu la couverture j’ai été très surprise. Non, je veux dire ça ne ressemble pas aux trois autres
Mais c’est tout de même un thriller

Aline : oui. Au début j’ai eu du mal à situer tout le monde : beaucoup de personnages.

Dany : J’avais mon carnet magique à côté de moi aussi pour suivre … d’autant que les références bibliques chez moi sont rares, à part la Divine Comédie et ça date !

Aline : Moi aussi j’ai pris des notes au début pour bien former l’organigramme.

Dany : oui il faut identifier les clans !

Aline : complètement.

Dany : ensuite tu es prise par l’action. L’intrigue et l’époque où ça se déroule importent beaucoup moins

Aline : oui tout à fait. Bien que cela soit moins important, les paysages, les lieux etc. sont bien décrits, tu t’y vois.

Dany : je me suis fait la réflexion aussi, le souci du détail, la précision … du vrai Manzor quoi !

Aline : exactement. Tu ressens la chaleur du désert, le froid des montagnes (à la fin).

Dany : et la tempête m’a bluffée

Aline : oui aussi

Dany : je me suis dit qu’il avait dû en vivre une dans le désert, car ça ne s’invente pas

Aline : il est scénariste ça aide.

Dany : autre chose qui m’a interrogée, bien sûr certains personnages et certains faits sont « probablement » historiquement fondés, cependant dans la partie fiction (la vie de David) est-ce que l’incendie de Nazareth a bien eu lieu, avec toute cette atrocité ?

On a un vrai roman de cinéaste et quel péplum !

Aline : oui c »est le mot que je cherchais péplum.

Dany : oui mais péplum musclé !

Aline : oui complètement.

Dany : J’aime beaucoup le personnage de Longinus, il m’a fait penser à Obélix sans potion magique, quand il se bat avec les Romains.

Aline : Longinus est particulier, pour moi c’est le fil rouge du livre, le personnage central.

Dany : oui je confirme … celui qui avoue ses erreurs et les répare ou du moins essaye

Aline : dans tout le livre il est question de s’accepter avec ses erreurs, de changement. Chacun y passe pratiquement.

Dany : Il y a pourtant certains indécrottables qui courent après la promotion ! Très actuel en fait !

Aline : bien sur. A se demander qui sont vraiment les fanatiques !

Dany : Pour ma part je me suis dit que les situations étaient tout de même très contemporaines …

Aline : il dénonce quoi ? L’arrivisme ? Le pouvoir ? L’apparence ?

Dany : le racisme, les guerres de religions au sens large, la domination des puissances sur les pays pauvres. La pax romana c’est bien une mondialisation organisée pour la spoliation des ressources.
L’esclavage … Il y a aussi des petits malins qui voient dans la collaboration avec l’occupant un moyen de s’enrichir …

Aline : de tout temps il en a été ainsi. Que dire de David ?

Dany : donc on peut dire que ce roman est intemporel …

Aline : complètement

Dany : David est en quête de son père et se construit dans la pire des situations pour un ado. Il n’est pas le personnage le plus marquant dans cette histoire … pour moi !

Aline : pour moi non plus. Pour moi il s’agit de Longinus. C’est en quelque sorte par lui que tout arrive : s’il n’avait pas percé le flan de Yeshua, s’il n’avait pas trouvé la maison de Mariamne, s’il n’avait pas été romain…

Dany : Moi aussi ! Et que penses-tu des femmes ! Sacrées nanas les trois !

Aline : tu parles de Mariamne, de Farah  et de ?

Dany : Mia

Aline : ah oui ! Le pouvoir est aux femmes, bien qu’à cette époque elles n’aient aucun droit sinon d’être soumises.

Mariamne est « le plus aimé »
Farah une esclave libre qui a du répondant tant physiquement que moralement.
Mia tout pareil ne se laisse pas mener.

Dany : C’est bien pour ça (et plein d’autres choses) que ce roman va bien au-delà d’une fiction historique !

Aline : on est d’accord

Dany : La 4ème de couverture est réductrice

Aline : beaucoup trop !

Mais la couverture est parlante

Dany : Qu’est-ce que la vérité ?

Aline : Apocryphe… chacun peut donner sa vérité. Selon qui tu es, comment tu te places, ce que tu cherches… tu places, interprètes les faits comme tu l’entends, pour qu’ils aillent dans ton sens.

Dany : A chacun sa vérité, ses convictions, après il faut parler des valeurs communes …

Aline : loyauté, courage, persévérance,

Dany : Ne gagnent en sérénité que ceux qui placent l’humanité en premier rang, même s’ils font fausse route dans leur parcours, ils devraient se retrouver au bout du compte

Aline : on est d’accord

Dany : P… Quelle philosophie … Monsieur Manzor je ne m’attendais pas à ça en ouvrant un roman avec une couronne d’épines sur la couverture ...

Aline : moi si un peu. La question est de savoir quelle est la question ? Je m’explique …

Dany : Oui, tu peux développer ?

Aline : A Rosny, Monsieur Manzor en parlant de sa trilogie m’a expliqué que dans chaque roman il essaie de répondre à une question. Que voulait-il dire dans ce roman ?
On peut changer quoi que l’on ait fait ?

Dany : Reconnaître ses erreurs et se racheter ?

Aline : oui

Dany : Mais … il faut faire ses preuves ou plutôt donner des preuves de sa bonne foi

Aline : oui en l’occurrence dans cette épopée biblique … Même si c’est un apocryphe, l’histoire est plausible pour tous les personnages.
Judas a trahi sur demande de Yeshua.
Le centurion clément pour la mise à mort
Caligula en empereur usurpateur et psychopathe.

Dany : Caligula c’est une réalité historique …

Dany : … Tu vois Aline, la confrontation des idées sur un roman amène des points de vue différents 

Aline : Je suis d’accord, je le dis toujours : autant de lecteur autant d’avis de ressenti
En tout cas dans le contexte actuel fallait avoir des couilles pour sortir un bouquin sur la religion même si c’est un apocryphe.

Dany : Certes. Au-delà de tout ça, Apocryphe reste un thriller, une fiction très agréable à lire. Le ton très actuel rend tout tellement plausible.

Aline : oui. Il y a du rythme. On est porté  par les scènes de batailles etc.

Dany : Des descriptions, on en a parlé mais remarquables.

Aline : exact

Dany : Pourquoi je dis « mais » ? Pas besoin …tout simplement remarquables !

Manzor parle de « comparution immédiate », « contre productif », « ses arguments qui faisaient sens » ça nous parle …

Aline : ouiii

Dany : Au bout des premières pages j’avais l’impression d’être devant une série TV dont j’aurai entendu parler des deux premières saisons et que je prendrai en marche au début de la troisième. Mais ensuite … un vrai plaisir de lectrice !

Aline : c’est ça un scénario comme tu disais tout à l’heure : péplum

Dany : Ben Aline on est d’accord sur ce coup ? Apocryphe à lire et Manzor à suivre …

Aline : complément d’accord. Il s’est sorti de sa zone de confort (polar classique) pour t’emmener là où tu ne pensais pas aller.

Dany : Ca c’est sûr … je ne m’y attendais pas du tout ! Il m’avait dit que son prochain (Apocryphe) ne se passait pas en Amérique, ni en Europe et que c’était un one-shot … en plus Manzor, il ne ment pas 
Il a dû sacrément se documenter pour arriver à ce niveau de précision … tu as vu ses sources ?

Aline : oui effectivement c’est un boulot titanesque

Dany : Tu avais lu les trois romans précédents ?

Aline : oui, adoré

Dany : Moi aussi !

Aline : le dernier te laisse sur le séant.

Dany : Je vais le voir en Décembre à Blaye et … tenter d’avoir des scoops pour la suite !

Aline : j’ai tenté à Rosny de savoir pour celui là. Il n’a rien lâché.

Dany : Pour le moment je digère celui-ci, je pense qu’avec le recul de nouveaux aspects vont m’apparaître ! C’est le pied de la lectrice !
Comment on procède pour cette chro ?

Aline : Si tu penses qu’on a fini, je fais la transcription cet après-midi au plus tard et te la passe pour validation

Dany : ben je pense qu’on est ok. Que pourrait-on ajouter de plus ?

Aline : Rien de mon côté !

Dany : ben moi non plus. Le mot de la fin pour fermer la discussion … à toi !

Aline : Remercier les Editions Calmann pour ce SP. Merci à Monsieur Manzor pour nous avoir fait voyagé et réfléchir.

Dany : Merci également  à Marie Manzor pour la photo de René …

Aline et Dany : Alors en bref : 

René Manzor signe avec Apocryphe, un thriller hors norme. Avec le pouvoir des mots il nous fait voyager. Pas seulement en nous entraînant au début de notre ère avec des paysages époustouflants dans leurs descriptions. Mais il nous livre également un voyage intérieur,une étincelle pour la conscience, une envie de voir, de chercher plus loin. Un regard sur l’humanité, sur sa capacité à se construire, se reconstruire. René Manzor un charmeur des mots qui vous entraîne là où vous ne pensez pas aller.

Affinités de Sarah Waters


Le livres : Affinités de Sarah Waters . Traduit de l’anglais par Erika Abrams. Paru le 6 janvier 2005 cher Denoël. 25,35€ ; (521 p.) ; 21 x 14 cm

 4e de couv :

La prison de Millbank et ses voleuses, criminelles et faussaires, ses avorteuses et mères maquerelles. C’est dans l’inquiétant climat de l’une des geôles les plus lugubres de l’ère victorienne que Margaret Prior, dame patronnesse, rencontre la charismatique médium spirite Selina Dawes qui, bien qu’incarcérée, ne cesse de clamer son innocence. Au fil des visites, Selina dévoile son étrange histoire, et Margaret est irrésistiblement entraînée dans un monde crépusculaire de séances de spiritisme et d’apparitions, d’esprits insoumis et de passions incontrôlables…Récit de fantômes et thriller historique, Affinités nous plonge dans l’univers fascinant qui a fait le succès des précédents romans de Sarah Waters. En héritière virtuose de Dickens et de Wilkie Collins, l’auteur nous offre un roman envoûtant où le suspense monte sans répit jusqu’à un dénouement final étonnant.

L’auteur :Sarah Waters est née au pays de Galles en 1966. Égérie des milieux gay, elle en est devenue, à l’instar d’Armistead Maupin, l’un des auteurs emblématiques. Après un doctorat en littérature anglaise, elle se consacre à l’écriture et rencontre rapidement un large succès avec son premier roman, Caresser le velours, paru chez Denoël. Du bout des doigts, son troisième roman, a été finaliste de tous les grands prix littéraires d’outre-Manche, dont le Booker Prize et le Orange Prize, et a remporté le Somerset Maugham Prize. En 2003, Sarah Waters a fait partie de la liste des «vingt meilleurs jeunes romanciers anglais» établie par la revue Granta.
Extrait : « J’ai vingt-neuf ans. Dans trois mois je passerai le cap de la trentaine […] qu’adviendra-t-il de moi ? Je me dessécherai, je deviendrai cassante, décolorée – telle la feuille qu’on garde, pressée entre les pages d’un triste livre noir, jusqu’à ce que l’oubli la réclame.

Le post-it de Ge

Affinités de Sarah Waters : une lecture mémorable.

1873, Londres. Prison de Millbank. Pour tromper son ennui, c’est ce lieu inquiétant que Margaret Prior, demoiselle de la bonne société anglaise, décide de visiter régulièrement. Car à 30 ans, au grand dam de sa bourgeoise de mère, Margaret est devenu « Dame patronnesse ». Dans cette bâtisse sinistre croupissent les parias de l’ère victorienne, avorteuses, voleuses et autres criminelles, à qui elle veut apporter un peu de réconfort. Au fils de ses visites se dessinent la réalité des lieux et les condition de vie des prisonnières. Margaret discute avec ses dernières dans l’espoir de partager avec elles quelques instants d’humanité. Elle se lie plus particulièrement avec Sélina Dawes, une captive qui se pose en victime et proclame à tout va son innocence. Selina raconte à Margaret sa bien curieuse histoire et elle va bientôt l’initier au spiritisme. Margaret va être entraînée dans un univers de passions incontrôlables. Et cette amitié, qui se noue entre les deux femmes, va aboutir à une tentative d’évasion. Si elle réussit, pour la prisonnière, le résultat sera le retour à la liberté tandis que pour la dame patronnesse, la conséquence sera l’affirmation de son identité.

Extrait : Je détournai les yeux. L’amertume du premier instant commençait à faire place à de l’appréhension. Je me souvenais du rire de Selina: elle n’avait jamais souri dans les premiers temps, je l’avais trouvée toujours triste et maussade. Je me souvenais de ce qu’elle avait dit de l’impatience avec laquelle elle attendait mes visites, au dépit qu’elle éprouvait lorsque je restais loin de Millbank où le temps paraissait tellement plus long qu’ailleurs. Je me disais: m’interdire de la voir maintenant, autant vaudrait l’enfermer à perpétuité dans le cachot obscur!

Sarah Waters nous propose ici un roman épistolaire. En effet deux journaux écrits à deux année d’intervalle se répondent et chacun d’eux apporte son propre éclairage sur cette histoire envoûtante. Affinités ménage un formidable suspense réservant au lecteur une chute pour le moins déroutante.

Un merveilleux roman magnifiquement écrit. Une auteure qui m’a marquée et donc je vous recommande vivement la lecture. Suspense, atmosphères étouffées, passions défendues et trahison, aucun des ingrédients qui font l’univers de Sarah Waters ne manque dans ce roman magistralement orchestré.

Extrait : « Je suis hantée au contraire par la banalité de l’endroit; par le fait même qu’il soit là où il est, à moins d’une lieue de Chelsea et de la maison, qu’il suffise d’une petite course en fiacre pour se rendre dans cet immense et sinistre séjour des ombres où des êtres humains ont enfermé quinze cents de leurs semblables, hommes et femmes, en leur imposant un régime de silence et de soumission perpétuels. C’est dans les gestes simples de la vie que mon esprit m’y ramène – en buvant une tasse de thé pour étancher ma soif; en prenant en main un livre pour me distraire ou un châle parce que j’ai froid; en récitant à haute voix quelques vers, pour la beauté des mots et le plaisir de les entendre. J’ai accompli ces choses, comme mille fois par le passé; et j’ai pensé aux prisonniers qui ne peuvent rien faire de tout cela. »

L’affaire Rose Keller – Ludovic Miserole.


Après Ophélie ce matin c’est au tout de clémence de nous révéler son avis sur sa lecture  de L’affaire Rose Keller

Voici donc la seconde partie de…

La double Chronique

Le livre : L’affaire Rose Keller, de Ludovic Miserole. Paru le 13 septembre 2018 aux éditions French Pulp. 18€ ; (410 p.) ; 14,2 x 21,1 cm.
4ème de couverture :
Rose Keller est au chômage depuis plus d’un mois. Elle est réduite, en ce dimanche de Pâques du 3 avril 1768, à mendier sur la Place des Victoires à Paris.
En acceptant de suivre, pour un écu, un jeune homme soigneusement habillé qui a besoin de quelqu’un pour un peu de ménage dans sa maison d’Arcueil, elle ne peut se douter qu’elle se dirige tout droit vers l’enfer.
Elle ne sait pas encore que l’homme qui vient de l’engager n’est autre que Donatien Alphonse François de Sade, celui qu’on surnommera  » le divin marquis « , qui lui fera subir les pires outrages imaginables.
L’auteur : Après le succès de son premier ouvrage Rosalie Lamorlière, dernière servante de Marie-Antoinette, Ludovic Miserole nous invite à nouveau à rencontrer un personnage méconnu de notre histoire.
Avec un talent indéniable, il combine la vérité historique, puisée minutieusement dans les sources, et l’invention, autrement dit, il marie subtilement histoire et fiction pour mettre en scène un passé révolu. Derrière le portrait de Zamor se dessine, en filigrane, celui des héros – les grands, que nous connaissons, comme les anonymes, les « humbles » qui ont œuvré dans l’ombre – d’une France révolutionnaire et post-révolutionnaire.
L’extrait :
« Il était revenu comme il le lui avait dit. Environ une heure après l’avoir laissée dans cette chambre des Halles avec des questions, des doutes et cette peur qui peu à peu l’avait envahie durant ces longues et interminables minutes. Une première torture mentale avant bien d’autres qui ne manqueraient pas de survenir. Avant aussi toutes ces tortures physiques dont elle serait victime. Mais cela, elle ne le savait pas encore.
Avec un sourire carnassier, il l’avait fait monter dans un fiacre dont il avait très vite monté les petits volets de bois pour en occulter les glaces. La peur, elle, n’avait que décuplé. La voiture s’ébranla dans un noir d’encre. Pas un mot n’avait été échangé durant le trajet à l’exception d’une fois, environ à mi parcours.
– Savez-vous où je vous mène ?
– Comment le saurais je ? Vous ne m’avez point dit et je n’y vois goutte, lui avait elle répondu avec un certain aplomb.
Il n’avait pas daigné répondre. Le silence était lourd. Une arme facile, à la portée de tous et qui, bien gérée comme elle l’était par cet homme, pouvait faire bien des ravages. Et en effet, Rose se liquéfiait. Lui, n’ayant que peu de considération pour sa compagne de voyage, fit mine de dormir. »

L’avis de Clémence, de la page Les lectures de Clémence :

L’affaire Rose Keller, de Ludovic Miserole.

Première plongée pour moi dans l’univers de l’auteur. Je ne suis pas une adepte des romans avec un fond historique car j’ai tendance à m’ennuyer. Mais là l’auteur m’a fait changer d’avis…

L’auteur a su me captiver en m’emmenant avec lui dans une époque bien lointaine où il m’a fait vivre aux côtés de personnages bien particuliers.

Je vous avoue que ces personnages ayant existé m’avaient jusque là peu intéressés , et quelle grossière erreur !

Ce livre vous emmènera dans les tréfonds de l’être humain. Obscurité, cris, pleurs, souffrances morales et physiques seront vos compagnons de lecture.

Vous ferez connaissance avec Rose et son tortionnaire, le légendaire Marquis de Sade. On essaye alors de trouver des circonstances pour comprendre cet homme pour qui le plaisir est la douleur des autres… mais en vain.

Il vous fera aller au-delà des quelques pages sombres du livre pour tenter d’y trouver la lumière…J’ai adoré visiter cette époque où la guerre des classes faisait rage où la richesse ne devait en aucun cas se mélanger à la pauvreté…

Alors si comme moi , le personnage du Marquis de Sade vous intrigue, n’hésitez pas foncez chez votre libraire ! Tous ces petits secrets seront dévoilés au grand jour.

Je ne regrette absolument pas d’avoir osé changer de style de lecture et de m’être tournée vers la fiction historique. Ce premier volet signé le commencement d’une trilogie que je suivrai avec beaucoup de plaisir .

Je remercie Kim des éditions French Pulp pour sa confiance, encore et toujours…

 Sadorski et l’ange du pêché de Romain Slocombe  


Le livre :Sadorski et l’ange du démon  de Romain Slocombe…. Paru le 23 août 2018 aux éditions Robert Laffont dans la collection La Bête Noir –  23 €  ; (685 p.) ;  23×14 cm

 – epub 14.99 € ;  (704 pages)

 4ème de couverture :

«Le pire des salauds, le meilleur des enquêteurs.
Paris, mars 1943. Une femme est arrêtée dans un bistrot du 10e arrondissement. Elle aurait franchi la ligne de démarcation munie de faux papiers, pour un trafic de métaux précieux. L’inspecteur principal adjoint Léon Sadorski voit dans cette enquête une parfaite occasion de s’enrichir. Mais il a d’autres soucis, notamment protéger Julie, la lycéenne juive réfugiée chez lui depuis la rafle du Vél’d’Hiv.
C’est alors qu’une affaire de lettre anonyme et d’adultère le conduit sur les plateaux du cinéma français de l’Occupation : parmi les jeunes actrices d’un drame tourné dans un couvent de dominicaines, l’inspecteur va rencontrer son  » Ange du péché  » et se transformer en criminel… . »

L’auteur :  Romain Slocombe est né à Paris le 25/03/1953
Après des études d’art, Romain Slocombe participe à l’aventure artistique du groupe Bazooka, notamment au tout début de celle du magazine Métal Hurlant (années 70), pour lequel il produit des œuvres naviguant entre bande dessinée et illustration. Ses thèmes de prédilection se focalisent rapidement autour du Japon, auquel il s’est intéressé dès sa prime jeunesse, et le bondage, avec des jeunes femmes (infirmières et japonaises) attachées (auquel et auxquelles il s’est intéressé plus tard).
Ses modes d’expression sont multiples: bande dessinée, dessin, peinture, illustration, photographie, cinéma, essais et roman, ce dernier que cela soit pour la jeunesse ou pour un public plus large. Romain Slocombe a exposé ses œuvres graphiques en France comme à l’étranger (New York, Londres, Stockholm, Tokyo, Bologne…).
L’expression romanesque semble avoir occupé une proportion importante de son énergie créative dès 2000 avec la parution de quatre romans – formant une tétralogie nommée La Crucifixion en jaune – jusqu’en 2006, avec comme (personnages et) éléments principaux :
– un photographe britannique (que l’on espère ne pas ressembler trop à son géniteur), Gilbert Woodbrooke, spécialisé dans la photographie érotique de jeunes japonaises dans des costumes militaires,
– le Japon : certains aspects controversés de son histoire moderne, sa culture alternative, ainsi que les yakuzas,
– de jeunes japonaises, objet des fantasmes artistiques et sexuels de Woodbrooke, victimes désignées de la fatalité et de la maladresse,
– les catastrophes inévitables, relatives à l’agrégat des trois éléments précédents.
Ces livres mêlent avec talent une intrigue de type roman noir avec, à chaque fois, des pans de chapitres dédiés à une approche de type historique, d’ailleurs documentée : la secte Aum, l’Histoire du Japon, en particulier ses exactions en Chine à partir de 1937 et pendant la Seconde Guerre mondiale. …

 

 Extraits :

« — Mets-toi contre le mur, là, en me tournant le dos. Sous le portrait du Maréchal. Écarte les jambes, une trentaine de centimètres. Les bras le long du corps. La tête droite, le menton levé. N’aie pas peur (il rit), ce n’est pas aujourd’hui que tu passes à la casserole ! La police française n’est pas composée de brutes. Et puis c’est pas les Brigades spéciales, ici. Faut pas confondre…
Il retourne s’asseoir derrière ses piles de dossiers. Et consulte son bracelet-montre. 14 h 25.
— J’ai du travail, poupoule. Une pièce à conviction à étudier, que m’ont confiée les Boches. Une pièce très longue. Écrite par une de tes coreligionnaires. Pendant ce temps, interdiction absolue de faire un mouvement ! Le dos droit, les yeux collés sur le mur. Si tu bouges, tu auras droit au nerf de bœuf qui est dans mon tiroir. Pour l’instant, ta position n’est pas spécialement inconfortable. Ça va devenir pénible seulement petit à petit. Dans une vingtaine de minutes… Alors, quand tu en auras marre, que ça deviendra vraiment difficile à supporter, que la sueur te coulera dans les yeux, que tes cuisses auront chopé la tremblote, que les vertèbres te donneront la sensation de grincer sous la scie du menuisier, tu m’appelles. Tu dis poliment : « Monsieur l’inspecteur… j’ai retrouvé la mémoire. J’ai très envie de vous expliquer ce que je fricotais avec Alberte Poissonnier, la tenancière du café du Palais… » Je t’autoriserai à poser ta paire de fesses sur cette putain de chaise. Et, si tu as envie de pisser, à te rendre aux gogues. Je t’accompagnerai moi-même, ça vaut mieux : si mon collègue y va, c’est sûr qu’il matera par le trou de la serrure… »

  

La chronique jubilatoire de Dany

Sadorski et l’ange du pêché de Romain Slocombe

Qui est-il vraiment ce Léon Sadorski ? Un être méprisable assurément et chaque fois que le lecteur est heureux de le voir essayer de s’amender, comment dire … ça dérape !

Ses relations avec les femmes, quelles qu’elles soient … la sienne, celles des autres, les juives et celles qui ne le sont pas, les jeunes et les moins jeunes, sont tout simplement inexcusables.

Son attitude avec les juifs, dans le contexte, connait peu d’excuses aussi mais l’époque nourrit l’ambigüité.

Les plus crédules ne peuvent cependant pas ignorer les exactions perpétrées au nom de la pureté de la race aryenne.

Tout est humiliations et exactions … mais attention ça n’est pas l’exclusivité de Léon Sadorski.

C’est le « jeu » de tous ceux qui détiennent une autorité et entretiennent un lien de domination avec de plus faibles qu’eux, renforcé quand ils sont minables car c’est le seul moyen pour eux d’exister, alors dans le contexte des années 42-43 en France occupée, dans l’ex-capitale tout prend une importante vitale.

C’est le « jeu » de ceux qui choisissent la collaboration et l’enrichissement personnel à la résistance et la solidarité.

C’est le « jeu » de ceux qui font « semblant » et de ceux qui font « comme si ».

Rien ne plaide donc en la faveur de Sado dans ce troisième et dernier volet de ses aventures malsaines et l’auteur distille le venin au fil des pages avec un suspense mêlé aux références historiques, politiques, littéraires, cinématographiques … une ambiance réaliste et un récit qui en apprend aux plus documentés sur l’époque. La précision des référence peut sembler parfois superflue mais avec le recul rien n’est gratuit.

Déroutante la façon dont Romain Slocombe mêle les intrigues au point où le lecteur ne sait plus qui sont les héros principaux, l’intrigue majeure, les détails superflus. Cependant il lit, dévore, tourne les pages avec ardeur, surpris et envouté qu’il est par ce style incomparable, en espérant que les méchants seront punis … et qu’ils souffrent aussi !

Une écriture cinématographique qui image à merveille les situations les plus atroces.

Enfin pour compléter, le lecteur ne peut échapper à la réflexion sur la xénophobie et au sort réservé aux migrants qu’ils soient économiques ou politiques ainsi qu’aux risques encourus d’une société qui épouserait les extrémismes en la matière.

J’ajoute que j’ai lu ce troisième volet sans avoir lu les deux premiers et que même si ça n’est sans doute pas le plus académique pour approcher la psychologie des personnages, ça n’est pas franchement un handicap.

Un noir plus que noir et dérangeant, qui laisse sans voix !

Extrait 2 :

« — Ja, ja. Nous sommes du même avis. Je vais vous raconter la première vraie Aktion à laquelle a participé mon unité de police, pour la Entjudung, la déjudaïsation. De mai 1941, où nous sommes retournés à Hambourg, à juin 1942, le 101e bataillon a été entièrement refondu et nous avons subi un entraînement intensif. Durant l’automne 1941, le 101e a fourni des effectifs pour la déportation des Juifs de Hambourg et de Brême, à destination de Litzmannstadt, Minsk, et Riga. On avait dit à nos Juifs allemands qu’on leur attribuerait un nouveau territoire de colonisation à l’est. Plus de cinquante-trois mille Juifs et cinq mille Tziganes du Reich sont partis ainsi, jusqu’à la fin de février 1942. J’ai fait partie de l’escorte du convoi du 8 novembre, qui transportait quatre cent huit Juifs de notre ville. On les a fait monter dans des voitures normales de passagers, accompagnées de deux wagons d’outils, de pelles, de haches… Notre commando voyageait dans une voiture de seconde classe, il n’y avait pas de gardes dans celles des Juifs eux-mêmes. Tout ça pour leur inspirer confiance, vous comprenez…

— Oui…

— Le train était gardé seulement pendant les arrêts, sur les deux côtés. Après quatre jours nous sommes arrivés à Minsk. Là, un commando SS attendait notre transport. On a fait monter les Juifs dans des camions. Leurs bagages devaient rester dans le train, on leur a expliqué qu’ils suivraient… On nous a logés dans une ancienne caserne russe, où était cantonné un bataillon du cadre actif de l’Ordnungspolizei, pas des réservistes comme nous. En parlant avec eux nous avons compris que nos Juifs allaient être fusillés dans la forêt près du village de Maly Trostenets, comme d’autres l’avaient été par les hommes du bataillon actif et par les SS quelques semaines auparavant. Notre commandant de compagnie, le lieutenant Gnade, ne voulait pas y être mêlé et il nous a ramenés à la gare, où nous avons quitté Minsk par le train de nuit. 

Sadorski s’étonne :

— Ça se résume à ça, votre « Aktion » ?

— Nein, sourit Pisk. Ces convois de Juifs, c’était de petits hors-d’œuvre. Avant que nous reprenions du service en Pologne, en juin 1942… »