ITW Sériale Lectrices spéciale flingueuse, Ge est avec Florence Labbé


ITW Sériale Lectrices spéciale flingueuse

 Ge est avec Florence Labbé.

Salut mes polardeux,

Si vous avez suivi l’affaire, lors de notre bilan 2018, je vous prévenais que j’allais recruter de nouvelles Flingueuses.

Et bien voilà c’est chose faite. 2 nouvelles têtes dans la team.

Et la première à se présenter à vous c’est Florence.

Mais je ne vous en dis pas plus, je vous laisse découvrir notre première stagiaire Flingueuses

Allez hop c’est parti


GVL : Bonjour Florence, es-tu prêt(e) à être soumise à la question ?

 Flo : Euh, non, mais je vais faire de mon mieux J .

GVL : Alors, peux-tu te présenter ? je veux tout savoir, ta scolarité, ton parcours pro, ton âge, ta vie

 Flo : Petite fille qui a bien aimé l’école. Scolarité dans l’école de quartier, bonne élève.

Scolarité dans un collège-lycée plus éloigné mais qui permettait d’avoir un enseignement sérieux, de l’avis de mes parents. Donc cursus allemand renforcé en 1ère langue, puis anglais, latin.

Pas très douée en maths et encore moins en physique-chimie. Orientation vers un bac littéraire avec des maths quand même et option bio. J’aurais voulu faire médecine mais pas possible avec mes résultats. Bac A1 mention bien. Puis DUT compta-gestion avec orientation gestion des ressources humaines. Chouette formation. 19 ans à la sortie de l’IUT, envie de partir, donc direction la banlieue de Glasgow comme assistante de français pendant 1 année scolaire. Très beau pays, souvenirs mitigés toutefois car j’ai souffert du mal du pays enfin c’est surtout parce que j’étais éloignée de mon petit ami rencontré juste avant mon départ.

De retour en France chez mes parents, l’envie de quitter le nid familial et de privilégier ma vie amoureuse m’a amenée à partir à Grenoble où je me suis inscrite en 1ère année de Deug de Psychologie (pas d’équivalence). J’ai enchainé mes cinq années et en suis sortie avec un DESS de Psychologie du travail (Master 2 aujourd’hui). Après, j’ai galéré pour trouver un emploi (les années 90 étaient dures) et j’ai démarré comme formatrice en insertion professionnelle dans une asso grenobloise. Puis j’ai fait un remplacement de congé mat de ma responsable de stage de DESS, comme coordinatrice de formation dans un Greta. Puis toujours au GRETA, j’ai occupé différents postes : conseillère en bilan orientation (jeunes de – 26 ans, publics illettrés ou FLE,  formatrice en insertion auprès de toutes sortes de publics plutôt précaires y compris en maison d’arrêt. Ensuite j’ai été promue, coordinatrice puis responsable d’un site de formation. J’ai fait ça pendant 7/8 ans environ. C’était passionnant mais aussi épuisant. Et puis j’ai eu un souci avec une collègue au moment de mes congés maternité. J’ai failli y laisser ma santé, j’ai préféré tout mettre en œuvre pour partir plutôt qu’intenter quelque chose. Progressivement j’ai pu partir à mi-temps puis démissionner complètement pour rejoindre une association d’accompagnement à l’insertion dans le secteur de l’aide à domicile puis après 3 années, j’ai démissionné pour retourner vers la formation continue (coordinatrice de formation). J’avais des groupes de formation en Isère mais partout en Isère donc souvent à 70 bornes de Grenoble). Epuisant, beaucoup d’inégalités dans l’équipe, usée par le secteur de l’économie sociale et solidaire qui est tout sauf sociale et solidaire. Alors j’ai candidaté comme conseillère en bilan de compétences au CIBC de l’Isère, mon premier CDI de ma vie, payée des miettes mais avec une super directrice et des collègues géniales.

Et j’ai démissionné après 4 ans … en 2013 car mon mari a eu une super opportunité professionnelle mais à Paris. Hors de question de passer à côté, j’étais prête de mon côté à changer de voie. On a vendu la maison achetée 3 ans plus tôt, recherché et trouvé un endroit en RP qui nous plaisait (mon mari habitait à Pontoise quand on s’est connus) et je me suis inscrite au chômage  recherches d’offres, de structures auprès desquelles postuler (missions locales, organismes de Bilan, structures d’accompagnement à l’insertion professionnelle, etc.). Je prends très vite conscience que le bassin d’emploi est différent de Grenoble, je n’ai pas de réseau professionnel ici, il y a très peu d’offres. En parallèle, mon plus jeune fils entre en CM2, le groupe scolaire cherche des parents pour s’investir dans la bibliothèque de l’école. Lectrice depuis toujours, je me dis que cela me permettra de sortir de la maison, je ne connais personne ici, …

Je démarre en sept 2013 avec 4/5 autres parents. Il faut réorganiser la bibliothèque, les collections, etc. C’est un grand chantier. Il y a aussi les prêts aux élèves qui viennent avec leur instit pour emprunter, rendre les livres, etc. L’école héberge 3 bibliothécaires qui travaillent  dans des locaux au 1er étage. Ils constituent les collections de la future médiathèque d’Osny. La bibliothécaire qui s’occupe de la section jeunesse nous explique comment réorganiser la BCD (bib de l’école) en s’alignant sur le classement de la future MéMO. Je me suis régalée dans ces activités (couvrir les livres, refaire les cotes, faire les modifs sur le logiciel de prêt de la BCD, le relationnel avec les enfants et les instits. J’ai posé des questions, proposé ma dispo pour des animations. Bref, j’ai commencé à me renseigner sur le métier, j’ai demandé une EMT (évaluation en milieu de travail à Pôle Emploi), avec l’idée de me réorienter. Une formation m’ayant été conseillée, je me renseigne et j’opte pour le MASTER 2 Littérature de Jeunesse parcours bibliothèque, à distance en 1 an (pour rester dispo / aux enfants) et je demande un financement dans le cadre du DIF. Mon dossier VAP est accepté pour une entrée en MASTER 2 en septembre 2014.  Mon stage se fera avec la Médiathèque de Saint-Ouen l’Aumône et mon mémoire sur les livres animés, leur histoire, etc. J’obtiens le Master 2 à la session de sept, à l’issue d’une année bien remplie ! (cours à distance, devoirs à rendre, stage, mémoire,  et en // bénévolat à la BCD).

La MéMO va recruter seulement 3 agents et 1 directeur au 1er sept. 2015 et le recrutement va se faire en interne. Par chance, les candidatures pour la section jeunesse et multimédia ne conviennent pas, je peux alors postuler et suis recrutée comme agent contractuel suite à un entretien en mai 2015.

Je débute donc le 1/09/2015 et je suis à ce jour toujours contractuelle. Depuis janvier 2018, je m’occupe des fonds polars, Sf, romans jeunesse et romans ados sous l’autorité de la responsable des collections. Je fais partie de l’équipe organisatrice de polar’Osny, avec une complice de choc, Isabelle Bourdial.

 

GVL :  Isabelle Bourdial, tiens ce nom me dis quelque chose…. Mais bon reprenons. Dis-moi : Quelle place avait la lecture dans ton milieu familial ?

Mon père avait quelques bouquins, plutôt en lien avec la résistance, la déportation, la 2ème guerre mondiale, je les ai lus aussi ceux-là.

J’ai toujours aimé lire, d’aussi loin que je m’en souvienne même si mes parents lisaient pu de livres finalement (plutôt le journal pour mon père et des revues pour ma mère).

GVL : Comment abordait-on le livre chez toi ?

 Mes parents en achetaient peu et m’en achetaient un peu. J’en ai eu en cadeaux par des oncles, tantes. Parfois avec ma mère, en rentrant de son travail, nous passions devant le bureau de tabac maison de la presse de notre quartier, et c’est là que j’ai eu je pense toutes mes bibliothèques roses et vertes et que j’ai acheté mes Agatha Christie.

Sinon, j’ai lu des Mickey, Picsou, des BD classiques (Tintin, Astérix, …). Je lisais tout le temps dans la voiture le week-end, ou pour les départs en vacances.

L’un de mes meilleurs souvenirs de lecture, c’est un emprunt à l’école primaire d’un roman illustré. C’était Robinson Crusoë, un grand et gros livre et un souvenir à vie pour moi !

 

GVL : Veux-tu bien me montrer ta/tes bibliothéque (s) :

 Ci-dessous, quelques cases de ma bib perso. Elle est dans ma chambre, de mon côté du lit. J’ai une autre bib familiale, au salon mais il y a surtout les BD, les guides de voyages, livres de cuisine, de loisirs créatifs, les classiques, les DVD.

 

 

 

Ma bib pro, le rayon polar de la MéMO, c’est là que je puise la grande majorité de mes lectures !

 

GVL : Et m’expliquer comment elles fonctionnent, comment elles sont rangées ?

 J’ai récemment fait du vide J’avais bcp de poches. J’ai viré (donné) tous ceux d’auteurs étrangers que je ne relirai jamais. Les français qui m’avaient moyennement plu. Et j’ai gardé le reste. Dans les cases de gauche, il y a les auteurs étrangers, Connelly, Denis Lehane, etc. A droite les cases pour les auteurs français, et en bas à droite les livres que j’ai récemment achetés ou qui m’ont été offerts et que je n’ai pas lus (ma CAL).

GVL : Et le livre et la lecture pour toi c’est quoi ?

 Un moyen de s’évader, il me faut du suspense, une jolie plume. Lire, c’est la cerise sur mon gâteau quotidien. C’est rare que je me couche sans avoir lu ne serait-ce qu’une page.

GVL : Es-tu papier ou numérique ?

Plutôt papier, j’ai essayé la lecture sur ma tablette (je me suis inscrite sur netgalley) mais je ne ressens pas le même plaisir qu’avec un livre papier dans les mains.

 

GVL ; En parlant de bibliothèque, vas-tu ou es-tu allée en bibliothèque ?

J’ai des souvenirs de livres en école élémentaire que je ramenais à la maison mais pas si c’était une bibliothèque dans l’école. Au collège/lycée, j’y allais régulièrement pour travailler, pour emprunter un peu aussi. Mes parents ne fréquentaient pas les bibliothèques. Après mon retour d’Ecosse, j’avais 20 ans, j’ai fréquenté assidûment l’une des bib de Grenoble où j’ai lu toute la collection Spécial Suspense d’Albin Michel ainsi que de la SF. Ensuite j’ai arrêté pendant les études de psycho puis repris le chemin des bib avec mes enfants.

 

GVL : Si oui qui as-tu trouvé, que t’ont-elles apportée ?

Dans l’une des bibs de la commune où nous habitions (à Villard-Bonnot en Isère), il y avait en fait 3 annexes, et certains mercredis après-midis, nous en faisions 2 avec les enfants. Une des bibliothécaires était super chouette, on discutait polar !!

 

GVL : As-tu une librairie attitrée ? Une ou plusieurs d’abord. Une ou tu achètes tes bouquins ?

J’ai beaucoup été cliente des Fnac, depuis longtemps car j’ai acheté une grande majorité de ce que j’ai lu, et c’était surtout des poches. Depuis que j’habite à Osny, c’est plutôt la libraire du Grand cercle, grande librairie à Eragny où j’aime m’approvisionner. C’est surtout chez eux aussi que je commande pour mes lecteurs.

 

GVL : Où achètes-tu principalement tes bouquins. (ça peut-être dans différent lieu, par exemple, moi c’est dans ma librairie de quartier, dans les librairie où je vais voir des auteurs, des librairie que je visite en vacances. Et aussi énormément sur les festivals et les salons où je vais. Parfois même c’est dans ma bibliothèque quand je reçois des auteurs…mais là c’est une libraire qui vient vendre les bouquins à la biblio pour l’occasion).

En librairie (voir plus haut)  et en salon (du livre pour la jeunesse de Montreuil, SMEP, Polar’Osny J, Nemours). J’achète les livres que je veux pour ma petite bibliothèque perso, avec des dédicaces, parce que j’ai rencontré l’auteur, que l’on a discuté.

Parfois en grande surface, dans ces cas-là, c’est un achat non prémédité.

 

GVL ; Bon passons aux choses sérieux, tu es toujours prêt(e) ?

Flo : Oui, ça y est.

 

GVL : Combien de livre lis-tu par semaine, par mois, par ans ?

Ça dépend (de la grosseur du livre, si je suis fatiguée, si j’adhère au livre). 1 livre par semaine en moyenne, voire un peu plus.

 

GVL : Tiens-tu décompte précis de tes lectures ?

 Oui, j’enregistre mes livres sur Babelio. Ça me permet de garder une trace mais je ne le fais que depuis 2 ans.

 

GVL : As-tu une PAL ?

Oui, une case dans ma bibliothèque contient tous les livres que je voudrais lire. C’est donc une CAL. J’ai une petite PAL sur ma table de chevet. Ceux qui vont-être lus dès que le livre en cours est fini.

 

GVL : Combien de livre dans ta PAL ?

 Une vingtaine, peut-être plus.

 

GVL : Pour toi c’est quoi ta PAL, quelles relations entretiens-tu avec elle ? Comment la vis-tu ?

C’est ambivalent, mon rapport à ma PAL. Un trésor et en même temps un sentiment de culpabilité, une pression car elle monte plus qu’elle ne descend.

GVL : Alors…..Et le polar dans tout ça ? Pourquoi tu en lis ? as-tu un rapport particulier avec le genre. (J’entends par polar tout ce qui a attrait aux littératures policières, du roman de procédure, au roman noir en passant par tous les types de thrillers…)

C’est le seul genre dont je ne me suis jamais lassée ! Romans noirs, polars, thrillers …

Toute petite, j’ai lu le club des cinq, les compagnons de la Croix-Rousse (forcément en étant à côté de Lyon), Alice. J’ai adoré regardé les brigades du tigre les vendredis soirs avec ma mère.  Ma mère écoutait Pierre Bellemare à la radio en début d’après-midi, j’ai écouté ses histoires extraordinaires pendant des années, j’adorais ce suspense. J’ai beaucoup regardé les policiers classiques français avec Delon, Gabin, tout ce qui passait le soir pendant les années 80. Ma mère aimait ces films et m’autorisait à les regarder avec elle mais quand il y avait des scènes difficiles, je me bouchais les yeux et les oreilles. J’ai lu aussi tous les Agatha Christie, certains romans d’Arthur Conan Doyle. Puis j’ai laissé un peu les romans policiers pour aller vers la Fantasy (quelques Tolkien sans enthousiasme, Barbara Hambly, Marion Zimmer Bradley), la SF (Philip K Dick, Van Vogt, Herbert, Dan Simmons, puis l’épouvante, le fantastique (Stephen King, Graham Masterton, Anne Rice et sa sage des sorcières, extraordinaire !). Puis retour au polar, d’abord américain (Mary Higins clark, Patricia MacDonald, Kellerman, Connellt, Coben, etc.). J’ai parfois fait des pauses, occupée à d’autres choses (ma vie de patachon dans les années 90). Je suis revenue à la lecture noire à la fin des années 90 et depuis je n’ai rien lâché.

 

GVL :, dis-nous, quels sont tes auteurs favoris ?

 J’ai longtemps aimé les auteurs classiques du polar, thriller américain : Coben, Clark, Kellerman, Connelly, Connolly, Gardner, Slaughter,

Puis les auteurs français ont pris le pas : Minier, Japp, Giebel, Thilliez, Lemaître dans un premier temps.

Depuis que je découvre la richesse de la littérature noire, avec mon travail mais surtout Polar’Osny, la liste de mes auteurs favoris s’est allongée et s’allongera encore à mon avis. En citer veut dire en oublier, mais c’est le jeu : Jacques Saussey, Hervé Le Corre, Marin Ledun, Mattias Köping, Sandrine Collette. J’ai adoré lire Fabrice Pichon, Sandra Martineau, David Coulon, Armelle Carbonel, Isabelle Villain, Mattias Köping, Hervé Commère, Niko Tackian, Lou Vernet, Danielle Thiery, etc. La liste est longue.

 

GVL : Peux-tu nous parler de 5 livres qui t’auraient marqué ces dernières années

Des nœuds d’acier, de Sandrine Collette. Un roman terrible, une longue descente aux enfers.

Partir de Tina Seskis. Un roman qui m’a bluffée. Ecriture très fluide, une héroïne que j’ai suivie avec plaisir et que j’ai eu du mal à lâcher.

Je serai le dernier homme de David Coulon. Un style d’écriture qui m’a plu immédiatement, un anti-héros, et des décisions malheureuses qui s’enchaînent.

Maudite, de Denis Zott. Un rythme d’enfer, une héroïne qu’on a envie de secouer, c’est graveleux mais jubilatoire aussi. Un auteur qui a osé ne pas appuyer sur le frein. Je n’irai jamais dans les quartiers de Marseille …

Le manufacturier de Mattias Köping. Une lecture incroyable. Plus de 500 pages lues très rapidement, c’est noir, violent, monstrueux même mais en même temps, ça ne semble pas si fictionnel !  Une plongée dans ce que l’homme a de plus vil. Drogue, prostitution, conflits ethniques, magouille des politiques. Et l’écriture est juste magnifique.  Un grand grand roman.

Un 6ème pour le sujet qu’il aborde, c’est Enfermé.e de Jacques Saussey Pour des raisons personnelles mais aussi parce que l’écriture est magistrale. Et qu’il a su clore son livre par une scène inoubliable.

GVL : Fréquentes-tu les festivals et autres salons…Si oui depuis quand ?

Les salons du polar, festivals, depuis 1 an seulement.

GVL : Que t’apportent ces salons, ces rencontres ?

 Quand j’aime un livre, j’avoue que rencontrer l’auteur permet de le lui dire, mais aussi de chercher à savoir comment il écrit, depuis quand. Et puis il y a des auteurs qui sont de vraies perles, que j’adore en tant que personne, pour leur gentillesse, leur simplicité, leur jovialité. Là, je peux ne pas forcément être super fan, avoir tout lu, c’est plutôt l’individu que j’ai plaisir à rencontrer et à retrouver dans des salons.

GVL : Peux-tu partager une anecdote avec nous, un truc rien qu’à toi !

Oui, ma rencontre à SMEP avec Jacques Saussey que je voulais féliciter pour « principes mortels » que j’avais lu récemment et que j’avais beaucoup aimé. Il avait un signet sur son roman à venir, c’était pour Enfermé.e et il me sort un couplet sur la transidentité, le pourcentage de personnes qui seraient concernées et là, je n’ai pas pu m’empêcher de parler de ma situation de maman d’un ado trans. C’était une scène étrange, je me dis parfois que la vie organise des rencontres qui ne sont pas si fortuites. Jacques Saussey m’a gentiment proposé de recevoir son livre. Je l’ai lu  et je l’ai chroniqué bien sûr.

GVL : Sinon…rien à ajouter ?

 J’ai dit beaucoup de choses …

 

GVL : Tu es certaine que c’est ton dernier mot ?

 Oui cheffe !

GVL : Allez un petit coup de gueule. ET Un gros coup de cœur… ?

 Je n’ai pas aimé Meurtre pour rédemption de Karine Giebel, un jour peut-être je réessayerai. De la violence carcérale qui m’a semblée « surjouée », une héroine qui m’a laissée de marbre, un roman trop long, une histoire d’amour peu crédible comme le personnage de Marianne, une fin bof. Bref tout ça pour quoi, le message il est où ? Enfin c’est mon avis (lecture il y a 7/8 ans je dirais).

Gros coup de cœur : c’est dur ! Allez 2 coups de coeur : Enfermé.e de Jacques Saussey, pour des raisons personnelles et pour Jacques Saussey, car j’adore son écriture ! Dernier coup de cœur en date « Le manufacturier » de Mattias Köping. Violent, hyper violent même, mais il y a un message et une écriture extraordinaire. J’ai dévoré les 500 et quelques dizaines de pages. J’ai pu discuter avec Mattias Köping à Nemours, c’est un homme génial, une vraie belle personne.

GVL :  Merci pour ces petites confidences, et à très vite sur collectif Polar

Voilà cher Polardeux, vous en savez autant que moi sur notre petit nouvelle.

Maintenant ne lui reste plus qu’à faire ces preuves pour devenir une Flingueuse à part entière.

Allez à très vite

4 ans du blog : le concours duo


4 ans du blog : le concours duo.

Aujourd’hui c’est officiellement nos 4 ans.

Et pour fêter nos 4 ans j’ai voulu associer une flingueuse à la fête. 

En effet Maud vient juste de créer son blog, Les lectures de Maud,

Aussi  allons nous organiser un  jeu-concours en commun.


Le concours duo

 

Alors pour jouer ça va être simple

Il vous faudra être abonner à nos deux blogs

Les lectures de Maud et Collectif Polar, chronique de nuit

et allez liker les pages facebook respectives de nos deux blog

Collectif Polar

Les lectures de Maud

Ensuite il vous faut répondre aux questions posées sur chaque blog.

 

3 questions sur Les lectures de Maud

et

3 questions sur Collectif Polar

Répondez au 6 questions et donner les bonnes réponses et vous pourrez gagner un de nos exquis cadavres exquis.

6 questions, 6 exemplaires à gagner, 6 lauréats.

Oui je sais ça fait peur ces trois 6 alignés !

 

C’est vrai qu’au départ j’avais pensé 4 ans du blog, 4 questions et 4 exemplaires à gagner.

Mais c’est sympa aussi qu’il y ait 4 + 2 gagnants en plus, non  ?

 

A fleur de cadavre exquis 5 ex

Les lauréats seront tirés au sort !

 

Les questions maintenant.

Quel surnom à Maud chez les flingueuses ?

Qui accompagne Maud dans ses lectures fantastiques ?

Qui a fait le bandeau du blog Les lectures de Maud  ?

 

Pour continuer à jouer, retrouvez les 3 dernières questions Ici sur le blog de Maud

Bonne chance à vous tous

Petit bilan 2018


Petit bilan 2018

Coucou mes polardeux,

Avant de commencer ce court bilan, je tenais à vous remercier.

Et oui sans vous pas de blog.

Qu’est ce qu’un blogueur sans ses lecteurs. Je devrais même dire qu’est ce qu’une blogueuse sans ses Lectrices ?  Surement pas grands choses. Mais grâce à vous ce blog est très suivi et de plus en plus suivi. Vous savez que vous êtes formidable.

Evolution 2018

Cela fait presque 1an et demi que l’aventure Flingueuses a démarré. 15 mois que le blog a changer son régime de croisière. Aussi forcément la fréquentation aussi. Si au début de la team Flingueuses nous étions 4-5 chroniqueuses aujourd’hui nous sommes 18.

 4 fois plus nombreuses. Alors j’essaie de satisfaire tout le monde.pour chacun(e)s puissent s’exprimer sur le blog. Cette diversité de points de vue, je le sais, vous plait chers lecteurs. Vous pouvez plus facilement vous identifier dans les retours de l’un ou l’autre d’entre nous. C’est ce qui fait la force et le dynamisme du collectif.

Bon ok vous voulez quelques autres chiffres.

Alors je vous en donne un et un seul

En 2018, 756 articles ont été publié sur Collectif Polar, essentiellement des chroniques de lecture mais pas que.

 756 articles cette année c’est plus de 260 de plus que l’an dernier

Au-delà des chiffres, même s’ils sont importants car c’est grâce à eux et à notre visibilité que les ME et les auteurs nous font confiance et que vous lecteurs vous nous suivez, je voudrais parler contenu !

 Et là je voulais remercier mes flingueuses pour leur inventivité, j’adore,  elles ont tout plein d’idées. Elles font tout pour les mettre en œuvre.

Cette diversité d’articles et de propositions fait aussi parti de l’identité du blog. Cette diversité c’est son ADN, nous sommes je pense assez unique sur la blogosphère. Nos différentes formes de chroniques ( double chronique, chronique duo ou à plusieurs voix, simple avis..) nos diverses façons de faire des ITW, les jeux concours, les tags,  les retours de salons et de rencontres, les mise en avant de la team mais aussi de nos lecteurs. Une proportion nouveautés, livres plus anciens bien dosée… Tout cela participe à une plus grande visibilité du blog. Ils y en a pour tout le monde. Il y a toujours des nouveautés sur le blog.

J’espère , cher lecteurs zé chères lectrices que vous y trouvez votre compte dans tout cela. Car perso j’adore ce melting-pot.

Sur ce blog ce que vous suivez le plus ce sont nos retours de lectures. Mais, si j’en crois les chiffres, vous aimez aussi nos retours de salons et les ITW d’auteurs surtout si l’auteur a le vent en poupe et ce qui me fait vraiment plaisir c’est aussi que vous aimez participer à notre blog. Il y a d’ailleurs longtemps que je ne vous ais pas interrogés. Je vais remédier à ça en 2019.

Les nouveautés 2018 :

1. La Garde à Vue

En janvier 2018 nous avons organisé notre première GAV.
Depuis on essaie d’en faire une par mois !
Elles sont vraiment chronophages et demande une grosse préparation.

2. Les chroniques duos

Même si déjà initialisées par Oph. C’est vraiment ces derniers mois que ces chroniques à plusieurs voix ont explosé.
Normal, nous recevons souvent le même SP à lire. Aussi la chronique duo ou trio est très utile pour donner plusieurs avis. Et elles changent de nos chroniques de lecture habituelle.

3. De nouveau format d’ITW

Sous l’impulsion d’Aline nous avons de nouvelle formes de papote d’auteur. Pour autant vous pouvez toujours retrouvez une ITW solo de vos auteurs préférés. Certains de ces nouveaux format d’interview verront le jour cette année seulement.

– l’ITV simple :

• échange de mail ou direct avec l’auteur
• une flingueuse / un auteur

 

  – huis clos :

• Échange sur Messenger (sur une durée d’ 1 semaine maximum)
• Échange sur un polar/thriller français (francophone) d’un auteur tiers
• Deux flingueuses / un auteur

 

 – Assigné à résidence, interview bracelet électronique:

• Un auteur n’a pas de temps pour une GAV – mêmes thèmes abordés
• Échange sur Messenger (sur une durée d’une semaine maximum)
• Deux flingueuses / Un auteur

 

 – GAV :

• Échange sur Messenger sur 2 jours consécutifs
• Au total 4 auditions d’environ 1 h à 1 h 30 chacune
• 4 flingueuses + le double maléfique de Geneviève / un auteur

 

4. Et si on leur donnait la parole

Le blog relaie les interviews que Nick fait des personnages de polar de ces petits camarades auteurs.
A raison d’une par semaine, la première saison devrait nous mener jusqu’à début septembre.

 

5. L’Exquis cadavre exquis.

Alors ce cadavre exquis a été une sacrée aventure. D’avril à décembre, il nous a accompagnées de long mois. C’est sans doute Isabelle et Cécile qui vous en parleraient le mieux. Nos légistes ont été mises à rude épreuve au quotidien. Mais avoir les bouquins dans les mains quel plaisir et là je remercie Nick, sans lui sans doute n’aurait-il pas eu de publication.
Il y aura une suite à ce cadavre exquis mais en 2020 pas avant ! Besoin de se remettre.

Les projets pour 2019

Je suis certaine que, quelques-unes de mes Flingueuses en tous cas, ont de nouveaux projets qu’elle ne m’ont pas encore soumis.
Ce que je peux vous annoncer déjà c’est qu’il y aura une nouvelle rubrique mensuelle

« Le jour fantastique »

Oui « Le jour fantastique »
C’est Maud qui m’a soufflé l’idée. Aussi le 28 de chaque mois, sauf si impossibilité totale, nous parlerons de SFFF sur Collectif Polar.
Maud s’est engagée à lire un livre de sciences fiction, de fantasy ou un roman fantastique par mois et de proposer sa chronique à nos lecteurs. Aussi si cela vous tente vous pourrez vous aussi faire un chronique SFFF qui trouvera sa place aussi le 28 du mois. Et ça débute en janvier. Il y a déjà 2 articles.

 

« Avis d’expert, le retour »

Pour l’instant rien de défini, mais Cathie a émis le souhait de reprendre une nouvelle saison de ses avis. Reste à définir quand ?

 

 Nouvelles formes d’ITW

– Si je te parlais de mon prochain roman :

• Conversation sur Messenger (sur une durée de 2/3 jours maxi)
• un auteur parle de sa prochaine publication
• Une flingueuse / un auteur

 – livre marquant :

Échange par mail ou en direct Messenger avec l’auteur
Un auteur parle de son auteur favori ou du livre qui l’a marqué
Une flingueuse / un auteur.

 

« Nouveau : concours de nouvelles »

Il nous reste à définir avec mes légistes, Isabelle et Cécile, le thème et le nombre de mots de notre premiers concours de nouvelle. Ce concours lanceront les festivité de nos 4 ans.

Il y aura peut-être même si vous êtes sages, une seconde épreuve d’écriture. Si, si c’est possible, tout cela prend vraiment forme et je vous en reparle sans doute demain.  Alors affûtez dés à présent vos plumes

 

Les chroniques du Kawa

 » Le prix du premier roman »
Des lectrices de mon Kawa viendront nous parler de premiers romans dans le cadres du prix du premier romans des lecteurs des bibliothèques de la ville de Paris.

 

Et peut-être aussi, y aura t-il un jour décalé.

Nous devrions, sous une forme ou une autre parler plus d’autres genres de fiction ou encore vous présenter des livres documentaires Plus de littérature blanche., plus de BD On vous présentera peut-être même des films, des séries. Enfin tout cela est encore flou dans mon esprit. Tout cela reste à définir. Et peut-être que ce ne sera qu’en 2020…

 

L’avenir du Collectif

Nous sommes à ce jour 18 à participer à l’aventure Collectif Polar, 18 plus quelques lecteurs.
Nous sommes nombreux dans cette belle équipe, chacun a un rôle différent à jouer. Comme c’est déjà le cas. Mais pour régir ce collectif il faut quelques règles communes

Aussi en 2019
Une charte est en préparation.

Je pense faire un appel à candidature pour de nouveaux chroniqueurs voire même de nouvelles flingueuses
Cette charte me permettra d’intégrer les nouveaux membres sur un même règlement.
Il y a quelques personnes qui ont pour moi le potentiel d’être flingueuse. Aussi un jour elles débarqueront dans l’équipe. Normalement ce n’est pas pour tout de suite.

Il y a eu quelques remous en 2018 au sein du collectif. J’ai dû me séparer d’une flingueuse.  J’aimerai d’abord, après cette affaire affligeante et attristante où Clémence a mis le Collectif à mal, le discréditant et discréditant certaines de ses flingueuses, que les choses s’apaisent.

Aussi après ce douloureux épisode, je souhaite qu’entre flingueuses nous interagissons à nouveau avec bienveillance et sans jugement comme nous l’avons toujours fait.

Aujourd’hui après le mal qui nous a été fait, les esprits se sont calmés, on a enfin retrouvé notre esprit de meute. Unies, soudées et solidaires. 

Une page se tourne, une nouvelle année commence avec mes flingueuses motivées, débordantes d’idées et d’entrain pour vous faire vivre une véritable année polardesque et bien plus encore.

Nous avons de nombreuses idées, des trucs de dingues qui nous titillent depuis longtemps, des choses que l’on aimerait mettre en place et que je vous exposerai cette année. Bref nous avons encore de nombreuses aventures à vivre avec vous et de nombreuses autres à vous faire vivre.

Voilà ça c’est mes vœux 2019 pour Collectif Polar.

Alors…
Êtes-vous prêtes chères flingueuses à prendre ces nouveaux engagements  ?

Êtes-vous prêt(e)s chers lecteurs et chères lectrices à nous suivre encore plus nombreux et encore plus loin ?

Et puisque le mois de janvier n’est pas encore achevé, j’en profite pour vous renouveler tous mes vœux de bonheur et de santé pour 2019

Belle année à vous tous

Ge porte flingue de collectif polar

Apéro Polar, 10 novembre 2018 le ressenti de Jean-Paul


Apéro Polar, 10 novembre 2018 le ressenti de Jean-Paul

Le Collectif Polar, vous commencez à connaître un peu maintenant.
Dirigé d’une main de fer, et d’un cœur en or, par Geneviève Van Landuyt, c’est un collectif de passionnés de lecture. De polar bien sûr, mais pas que…
J’ai intégré ce groupe très dynamique au mois de mars dernier et depuis il n’y a pas un jour que je regrette la proposition de Geneviève de venir rejoindre “les Flingueuses”.
Car depuis j’en suis devenu “une” moi-même, et ce avec le plus grand plaisir,
mais ça c’est une histoire sur laquelle je reviendrai très prochainement…

Alors, Apéro Polar, c’est quoi ?

C’est une sorte de table ronde, où Geneviève accompagnée d’une Flingueuse (aujourd’hui Ophélie), reçoit sur son lieu de travail, la bibliothèque Parmentier, un ou plusieurs auteurs, parfois des éditeurs, qui se prêtent gentiment aux jeux des questions/réponses et nous parlent de leurs derniers ouvrages,
de leurs actualités à venir…
Tout le monde est invité, tout le monde à le droit à la parole durant ces moments d’échanges et vous pourrez si le cœur vous en dit repartir avec un roman dédicacé par l’auteur qui vous aura le plus touché !
Vous pourrez venir avec vos exemplaires ou acheter directement aux auteurs leurs propres titres. (dans ce cas pensez à prendre de la monnaie ou votre chéquier).

Samedi étaient à l’honneur, Sacha ErbelLou Vernet et Marek Corbel, accompagnés par leur éditrice, Hélène Babouot, des éditions de l@ Liseuse !

Nous avons passé deux heures qui sont vraiment passées à toute vitesse, où les auteurs se sont dévoilés petit à petit, au gré de leurs envies. Il y a toujours de belles surprises
et souvent des moments de communion, du fait de la proximité des intervenants.
Des instants de partage, que je vous conseille vraiment si vous avez l’occasion de venir nous rejoindre… Vous serez toujours les bien venus.

Et comme tout Apéro Polar qui se respecte, nous terminons systématiquement autour d’un (ou plusieurs) verre(s) de l’amitié et grignotages divers qui vous permettrons d’échanger des avis ou des idées directement avec les auteurs.

Marek Corbel est né en 1976, à Quimperlé dans le Finistère, département où il a grandi.
Diplômé de l’Institut d’ Etudes Politiques de Toulouse, juriste dans l’Education nationale, amoureux depuis l’adolescence du roman noir, du roman policier et du néo-polar,
sa préférence va plus particulièrement au genre noir inséré dans une époque
et ses réalités sociales.

………………

Écrivaine, voyageuse, photographe, Lou Vernet est une autodidacte. Passionnée.
Têtue. Et libre. Sa devise «Ne prenez pas la vie trop au sérieux, de toute façon vous
n’en sortirez pas vivant.». B le Bovier de Fontenelle al : Un éditeur fou, enthousiaste, curieux et courageux.

………

Sous le pseudonyme de Sacha ERBEL, se cache une fonctionnaire de police,
depuis 24 ans. Elle a travaillé en commissariat, puis à la Brigade AntiCriminalité de Nuit de Paris, et depuis 14 ans, elle travaille au SDLP, en tant qu’Officier de Sécurité chargée de la protection rapprochée de personnalités civiles et politiques.
Depuis janvier 2016, elle est diplômée en Criminologie appliquée à l’Expertise Mentale,
à la Faculté de Médecine René Descartes de Paris. Elle a suivi ce cursus en parallèle
de son travail car l’étude du comportement des tueurs en série la passionne depuis
des années. Elle souhaitait aussi pouvoir approfondir la psychologie, voire l’aspect psychiatrique de certains de ses personnages.

L e dernier’Apéro Polar de l’année 2018 a eu lieu le 1er décembre.
Geneviève ne manquera pas de vous en reparler très vite

Vers le blog de Jean Paul notre Mister Flingueuse

 

La COOP’ fait son mois du Polar


La COOP’ fait son mois du Polar

Janvier est synonyme de littératures policières à la COOP’

La Coop’ vous connaissez maintenant.

Mais si c’est cette bibliothèque sortie tout droit de l’imaginaire de notre flingueuse Cendrine Nougué

Je vous en parlais ICI  La Coop’

et là pour le premier ITW à bout portant

Et ICI aussi pour mieux connaître Cendrine

Aussi à La Coop’

La nouvelle année va démarrer fort  avec dès janvier tout un mois consacré au « Polar », à l’occasion du Salon du livre de Nemours.

Et ça commence dés ce Mercredi avec deux animations.

Mercredi 9

Le matin à 10h pour les tous petits :

Mes p’tites enquêtes, historiettes pour les moins de 3ans.

Très tôt il faut faire aimer le polar à nos chères têtes blonde

L’après-midi à 15 pour les plus grands

Panorama des nouveaux polardeux

Présentations de la nouvelle génération d’  auteurs de polar

Jeudi 10

Jean-Luc Bizien sera notre invité le Jeudi 10 janvier à 19h pour une interview autour de la place du polar dans la littérature de l’imaginaire, ses croisements de genre, et bien sûr de sa vie d’écrivain.
N’hésitez pas à nous rejoindre sur place et nous soutenir sur cette page car l’intw sera diffusée en direct.

Samedi 12 :

Retranscription du salon autour du polar de Nenours ? Des directs et des surprises sur la page de la Coop’

Mercredi 16 janvier

10h : Frisssons et thrillers, quand la lecture fait peur.

Ce sera le thème de ce nouveau café parentalité

17h : Grande partie de Cluedo.

Jouons ensemble à un cluedo un peu spécial. Le cludo Game of Thrones

Attention cette animation est sur inscription

Mercredi 23 janvier

15h Il était une fois propose quêtes et enquête : Petites histoires et premières enquête

suivie à 16h d’une présentation du polars pour enfant.

Un panorama de l’éditions et des collection polar pour les plus jeunes vous sera proposé. De quoi ravir nos enfants.

Jeudi 24 janvier

17h 30 Le club de lecture sera consacré au polar.

Il parait que ça va frissonner sec !

 

Alors tous à la Coop’ en ce mois de janvier

Et si comme mois vous ne pouvez vous y rendre, et bien suivez les direct FB sur la page de la bibliothèque La Coop’

Les flingueuses à l’honneur, épisode 2


Les flingueuses à l’honneur, épisode 2

Il y a quelques jours je posais une question cruciale à mes Flingueuses.

Les filles définissez-moi ce qu’est une flingueuses ?

Aussi pour bien finir l’année, je vous faisais part de leur réponse dans un épisode 1 hier soir.

Et donc pour bien démarrer 2019, ce soir voici la suite de leur définition.

 

Les flingueuses à l’honneur, épisode 2

Retrouvez Les flingueuses à l’honneur, épisode 1 ICI

Cécile  Une flingueuse c’est quelqu’un qui ne sait pas dire non à Geneviève et se retrouve embarquer dans de drôles d’aventures 😁

Geneviève Ah enfin quelqu’une de lucide ! Merci Cécile

Cathie: carrément!!!

Geneviève : Hahaha

Cathie : Une flingueuse c’est une lectrice qui lit et chronique plus vite que son ombre…Enfin, elle essaie, tout ça dans la bonne humeur et la détente…sauf quand la chef flingueuse nous met la pression pour des posts et des réponses qui traînent…😜😉😀

Ge  : Dites moi Cathie, vous ai-je déjà mis la pression une seule fois pour des chroniques ? Non jamais même quand les choses n’arrive pas !

Bon ok pour vous faire participer au discussion du collectif de façon plus franche j’avoue. Pour venir nous rendre visite comme aujourd’hui j’avoue aussi ! Pour te faire intégrer la team, que tu sois plus souvent parmi nous là  Cathie,  oui je suis chiante, mais ça c’est mon esprit de meute.😜😉😀

Cathie  Ah!!! comme quoi je dis pas que des conneries…Mais j’avoue que tu as bien raison, car je suis un peu récalcitrante…désolées, je ne peux toujours pas liker, mais le coeur y est …😀😀😀

Geneviève : Oui c’est vrai, j’aime l’esprit d’équipe chez mes flingueuses, que veux-tu je suis comme cela, on ne me refera plus !

Danièle  :  Ce n’est pas parce que l’espèce n’est pas en voie de disparition qu’il faut malmener la flingueuse. Une flingueuse est addicte au noir et au rouge mais pas que… Elle aime partager ses émotions littéraires avec respect et bienveillance, confronter ses approches, découvrir, explorer, expérimenter, avec humour et une bonne dose d’autodérision. Généralement, ses sujets d’observation ne lui en veulent pas et même en redemande.

Flingueuses à l’honneur, épisode 1


Il y a quelques jours je vous faisais part de l’année 2018 chez les flingueuses.

Je vous raconter tous le bonheur que c’est de bosser avec elles toutes au quotidien. Car oui tenir un blog c’est du boulot. Même si la lecture fait parti de nos loisir, faire une chronique ça prends du temps. Et mettre en page ces avis, ces interviews, ces retours de salons c’est un job à part entière, croyais-moi.

Aussi pour changer je leur ai donné un nouveau devoir. Je leur ai posé une seules question.

Mais quelle question !

Les filles définissez-moi ce qu’est une flingueuses ?

, et voilà le résultat

 

Maud  : Une lectrice de polar et roman noir et qui en donne son avis, seule ou à plusieurs. Mais aussi une lectrice au sein d’un collectif qui partage sa passion et ses lectures

So Fiou  : Flingueuse (nom féminin): Chroniqueur (se) de romans noirs appartenant au collectif polar pouvant utiliser toute arme à sa disposition ou de son choix pour faire un retour de lecture, recueillir la parole des auteurs, livrer des indiscrétions. La flingueuse doit être pourvue de grandes qualités humaines, d’empathie. Elle peut parfois, avoir un goût prononcé pour le mojito.

Fanny : So Fiou tu vas avoir des problèmes 🤣🤣🤣🍹🍹🍹

So Fiou :  Fanny tu n aimes pas le mojito?

Fanny   : So Fiou tu rigoles ?!? J’ADORE !!!!!

 

Jean-Paul Contrairement à ce que son nom pourrait le faire envisager, une Flingueuses n’est pas là pour dégommer à tout-va !!!
Par ses actions réfléchies seule ou en groupe, Elle transmettra le « ressenti » de ses lectures, de ses diverses réunions ou tables rondes, à toutes personnes voulant recevoir de bons conseils…
La Flingueuse a tendance à vouloir se retrouver, tels de petits loups et partager le plus possible avec ses pairs, sous le regard bienveillant de leur cheffe de meute.
Déjeuners, papotage et plus si affinités sont toujours les bienvenus !
Par ailleurs, son sourire paraît beaucoup plus épanoui lorsqu’elle a devant elle un verre bien rempli…

Geneviève : J’en veux encore ! Yessss

Fanny Une flingueuse est une serial lectrice, non solitaire, aimant le partage de découvertes et le débat ouvert. Elle doit avoir un sens développé de l’amitié et une plume juste, précise et bienveillante. Rabat-joies s’abstenir.

Nick  : Moi j’étais persuadé que c’était un nom de cocktail assez proche du mojito , mais pour personne qui n’aime pas la menthe…

Geneviève :  On devrait inventer un cocktail « Collectif Polar », héhé Nick, tu en reprendra bien un verre !

Nick  :  forcement

Fanny  On devrait s’appeler le Collectif Mojito, tant cela semble être notre point commun à toutes/tous 🤣🤣🤣

Eppy Fanny Je laisse les amateurs entre eux.

Eppy Fanny Heu alors je suis une flingueuse qui n’aime pas les mojitos. Mais la liberté est pour moi essentielle. Flingueuse est pour moi être avant tout une dévoreuse passionnée qui a pour ambition le partage. Faire vivre et prospérer des mots, des idées, tout comme on fait grandir une amitié. Et le lien qui fait que tous celà est possible, ici au titre du collectif, c’est notre gourou et trait d’union, un condensé de générosité qui se nomme Geneviève Van Landuyt.

Ophé Lit Ben tout le monde a déjà tout dit… je rajouterais juste que les flingueuses c’est avant tout un groupe où doit régner la bienveillance et le soutien et qu’elles sont la garde rapprochée de notre porte flingue…

Sylvie  Une flingueuse est une entité dans le collectif polar. Elle peut être très active, faire des retours de lecture, lire de tout surtout des polars, réaliser des itw, des salons, des GAV, des chapitres dans un livre, papoter avec les autres flingueuses, mettre son badge quand elle sort, porter la cheffe aux nues, soutenir les flingueuses qui n’ont pas le moral, publier sur le collectif, mettre une étoile sur le blog du collectif, publier sur le blog des flingueuses, faire ses retours sans rien oublier, faire découvrir des auteurs, etc…ou elle peut aussi oublier de faire des choses mais ce qui compte c’est qu’elle soit parmi les flingueuses puisque chaque flingueuse et ses petits portes flingues contribuent à faire vivre ce collectif!

Geneviève  : J’aime te savoir de plus en plus Flingueuses Sylvie 😘

Ophé Lit Sylvie j’adore cette définition!!!

 Sylvie  : Geneviève  Le Collectif …C’est contagieux!

 Danièle  : Pas facile d’arriver après toutes ces définitions auxquelles j’adhère … Bienveillance c’est dit et aussi respect pour le travail des auteurs sans qui nous ne serions rien (et eux sans nous un peu tout de même 😂), respect pour le travail et la vie des frangines flingueuses, chacune à son rythme.

Geneviève   :Danièle,  et Ophé Lit, j’aime beaucoup ce que vous dites, vous complétez bien mais j’aurai aimé une définition complète de vous deux, enfin vous voyez quoi ! 

Ophé Lit Geneviève je vais me pencher dessus

Geneviève : Te penche pas trop tu risque de tomber sur une flingueuse mon Ophé Lit

Ophé Lit : pas grave j’adore 😜

Geneviève : Bon ben, du coup, vos définitions complètes et celles de vos petites camarades, ça sera pour demain.

Alors à très vite  pour retrouver aussi les flingueuses manquantes

Allez bon réveillon à vous mes flingueuses

et

bonne saint sylvestre à vous aussi mes polardeux

La team Flingueuse 2018 chez Collectif Polar


La team Flingueuse 2018 chez Collectif Polar.

Voilà l’année se termine, c’est le temps des bilans.

Et 2018 a été une drôle d’année chez Collectif polar.

Une année riche mais pas que.

Aussi je voudrais vous présenter la Team telle qu’elle est aujourd’hui.

Émanation du blog Collectif Polar, chronique de nuit. Ge et ses Flingueuses est un groupe qui réunit les chroniqueuses régulières et passionnées de notre blog. J’en suis le porte flingue.

J’ai voulu un blog participatif et aujourd’hui je suis entourée d’une équipe extraordinaire de flingueuses en tous genres. Nous sommes une vingtaine dans la team, à vous proposer nos voix, nos regards et nos émotions autour des littératures policières et de l’imaginaire.

Il y a là nos Flingueuses-chroniqueuses, nos Experts, nos légistes. De simples lectrices zé lecteurs, des blogueurs, des auteurs. Bref un vrai gang au service des littératures policières et de l’imaginaire mais pas que !

Que je vous les présente

Mais avant qu’est-ce qu’une flingueuse ?

C’est quelqu’un en qui j’ai placé toute ma confiance, si au départ ce n’était qu’une simple chroniqueuse, elle est devenue un membre à part entière du gang et de Collectif Polar. Elle est au même titre que moi, l’âme de Collectif Polar, elle en détermine la couleur, elle donne de la matière pour en définir les contours. Elle est de ma famille. Et avant tout elle a comme moi Collectif Polar chevillé au corps.

Si avec ce blog, je leur offre de la visibilité en retour elles me le rendent bien, elles jouent collectif. Telle une équipe soudée, elles n’ont peur de rien et défrichent avec bonheur toutes les littératures qui leur vont bien !

Chez Collectif polar j’ai une double voire une triple casquette, je suis la créatrice de ce blog. J’ai pendant plusieurs année porté seule ce projet.  Je voulais au départ parler de mes lectures, les partager. Mais cela ne me suffisait pas.

Alors plus que partager mes lectures, je voulais partager mon blog. 

J’ai testé des choses avec d’autres blogueurs, j’ai donné la parole aux lecteurs et lectrices. Certains sont venus quelques temps, puis s’en ont allés. Cela ne me correspondait pas, je voulais vraiment une équipe, que l’on réfléchisse ensemble, que l’on fasse un blog différent, interactif si possible. Une équipe qui me propose aussi d’autres projets, d’autres pistes à explorer. Bref je voulais une vraie équipe de rédaction.

Aussi j’ai proposé à quelques lectrices de venir partager leur ressenti ici, car je me retrouvais dans leurs mots mais surtout chacune étant différente je savais que les lecteurs et lectrices de Collectif Polar se retrouveraient dans l’une d’entre elles. C’est cette différence qui fait notre force.

Les flingueuses, c’est le socle sur lequel je m’appuie pour donner le cap à Collectif Polar. Les flingueuses sont un phare dans la nuit qui me permet de ne pas me perdre en route.

Je suis leur porte flingue mais aussi leur secrétaire et le trait d’union entre toutes.

Ophélie, Maud, Sacha-Sylvie, Nick Jean Paul, Isabelle et moi

Chez collectif polar il y a donc les flingueuses.

Mais pas que

 Il y a aussi de simples lecteurs chroniqueurs, certains réguliers, d’autres qui vont et viennent aux grès de leurs envies.

C’est par exemple le cas de Kris ou encore de Jean Luc.

Il y a aussi les mini-flingues….Mister Flingueuses en devenir

 Et…

Les flingueuses

Mais justement qui sont-elles ?

Elles sont toutes différentes. Elles apportent chacune leur personnalité

Il y a ici Eppy Fanny la fidèle, un peu à l’origine du gang ; Aline l’impatiente, celle qui a 3 idées nouvelles à la minute à me soumettre ; Ophélie la passionnée ma petit soeur de cœur à qui je peux tout demander ; Danièle notre Mamie flingueuse à toute, notre sagesse incarnée ; Maud la fonceuse, ma sœurette que rien n’arrête ; Jean Paul et Marc Nos mister Flingueuses et oui il faut bien quelques mecs sympas parmi toutes ses filles ; Cathy notre Expert ; Marie Noëlle notre Psychopathe du polar, plus psychopathe que Flingueuse ; Cécile et Isabelle nos légistes, celles sur qui je m’appuie pour vous proposer des défis et autres challenges, sans elle rien de cela ne serait possible ; Sacha et Cendrine nos spécialistes chacune dans leur domaine qui la criminologie, qui la littérature de l’imaginaire, Nick, notre Nervi, le sale gosse que l’on adore  ; Sylvie la plume noire engagée ; Sofia la discrète et Fanny la douce ou inversement et enfin Geneviève votre Porte Flingue et Ge² son double maléfique !

Les Flingueuses sont apparues dans votre paysage en septembre 2017

Autour de l’équipe originelle ; Eppy Fanny, Ophélie, Cécile, Aline, Danièle et moi, il y avait dans l’ombre quelques-unes de nos expertes, spécialistes voire légistes et thanatopracteurs. Cathie, Isabelle, Sacha, Cendrine et Nick. Il y a là aussi 2 flingueuses, pas tout à fait comme les autres, Marie Noëlle et Sylvie. Marie Noëlle qui s’éloigne du Collectif et Sylvie qui s’en rapproche de plus en plus.

En 2018, il y a eu de nombreuses entrées autour de l’équipe originelle. Et il y a eu quelques sorties aussi.

Julie en janvier 2018 demande à rejoindre le Collectif Polar

En février, Eppy Fanny me demande d’intégrer Fanny au groupe. Tests de recrutement passés haut la main, la voilà Flingueuse.

Jean Paul, je le coopte en mars. Et tout de suite notre premier mister flingueuses s’est trouvé comme un coq en pâte aux milieux des Flingueuses.

En avril, Clémence me fait une demande pour intégrer le Collectif Polar.

En avril toujours, je fais la demande à Sofia pour quelle rejoigne le groupe des flingueuses.

En Juillet je demande à Maud d’intégrer le collectif et les flingueuses, notre Maud se trouve très vite une jumelle en la personne d’Ophélie et moi je trouve du coup une sœurette.

En octobre, je demande avec quelques autres flingueuses à ce que Marc vienne se joindre à nous. Et du coup nous voilà 20 dans le gang des flingueuses.

En novembre, Julie ne confie qu’elle se sent plus comme une simple chroniqueuse, qu’une vraie Flingueuse.  Elle n’a pas eu le temps pour s’investir dans le gang . Julie reste chroniqueuse occasionnelle chez Collectif Polar

En Novembre, Clémence quitte le Collectif Polar et claque la porte aux flingueuses suite à un gros désaccord avec moi-même mais aussi quelques autres membres du gang.

Du coup notre belle équipe compte à ce jour 18 membres.

18 membres, 18 flingueuses sur lesquelles je peux compter chacune à son niveau.

Aussi en 2019, vais-je être encore plus exigeante avec la team. Et mettrais en place une charte. Et oui dans un groupe il doit y avoir des règles.  Non pas qu’il n’y en avait pas, mais elle n’étaient pas écrite. Des règles qui régissent l’équipe et que chacun devra approuver. Ainsi il n’y aura plus de malentendus possibles.

Il faudra montrer patte blanche pour appartenir au gang très restreint des Flingueuses.  

Et pour illustrer tout cela un florilège de photos de flingueuses ensemble !

Sofia, Ophélie et moi à la soirée d’inauguration du FSN

Maud, Sylvie et Ophélie

Mes légistes, Isabelle et Cécile

Cécile, Maxime, Gabriele Ge et Oph. Soit 3 flingueuses, deux mini-flingue et une porte flingue

Eppy Fanny, Cécile et moi !

Ge, Oph et Cécile

 

Lors de l’inauguration de la Coop’s après l’ITW de Jacques Saussey par les flingueueses. Eppy Fanny, Ge, Cendrine et Oph

Miss Aline et Mamie Danièle

Isabelle et Jean Paul

Maud, Gilberte une lectrice en série, Aline et Ge

Jean Paul notre mister flingueuse 1, Maud et moi

 

Cécile, Marc, Maud et moi

Sofia, Marc, Oph et moi à Mulhouse au FSN

La GAV de @Vincent Hauuy sous le feu des flingueuses, dernière audition


La GAV de @Vincent Hauuy sous le feu des flingueuses,

Episode 4

Mardi 16 octobre 17h30

Suite et fin de la Garde à vue de Monsieur

Vincent Hauuy

4e et dernière audition par Miss Aline.


La GAV, Garde à vue d’un auteur par le Collectif Polar c’est : 4 interviews d’un même auteur par 4 flingueuses différentes.

La GAV c’est des interviews en direct, du vrai live, en conditions réelles.

Durant 2 jours nous kidnappons en quelques sorte un auteur de polar.

Nous lui demandons de nous consacrer au minimum 4h de son temps sur les deux jours que dure la Garde à Vue.

Et durant ce temps nous lui posons une série de questions en batterie auxquelles il ou elle doit répondre instantanément. Nous ne lui laissons pas le temps de réfléchir à ses réponses. C’est un échange en live. Comme sur un plateau, sur un salon. C’est pas préparé,  ce que l’on recherche c’est la spontanéité. Et croyez moi au réveil ou en fin de journée, nos auteurs sont comme nous, soit pas bien réveillés soit crevés de leur journée. Et là nous les cueillons !

Nous recueillons leurs confidences.

Et c’est celles-ci que nous vous proposons en direct live. ( enfin presque juste en léger différé).

Sauf cette fois, la GAV de Vincent ayant eu lieu la semaine dernière entre le lundi 15 dans l’après midi et le mardi 16 en milieu d’après-midi et jusqu’en début de soirée.

Nous allons vous proposer la retranscription de ces 4 interrogatoires sur 6 jours, 1 tous les deux jours,

le premier PV a été publié le 25

Le deuxième procès-verbal le 27

L’avant dernière le 29 octobre

Allez place à la GAV de Vincent Hauuy


Vincent : Ready 😉

Ge : Notre flingueuse va arriver

Vincent : ok

Ge : Vincent comment ce passe cette GAV pour vous ?

Vincent : Très bien, cela se passe de façon très naturelle 😉

Ge : C’est à dire ?

Vincent : Pas de heurts dans les questions réponses 😉

Aline : Bonsoir à toutes et bonsoir Vincent.

Vincent : mais peut être avez vous été trop gentilles avec le prévenu 😉
Bonsoir Aline !

Ge : Peut-être ?

Vincent : glups ! Heu …. (gouttes de sueurs)….
… je voulais dire vous avez été TRES gentilles 😛

Aline : Si on ne vous avez pas « demandé » une suite au tricycle, auriez donné d’autres aventures à Wallace ?

Vincent : Je ne sais pas. Peut-être plus tard, je pouvais très bien clore cette histoire sur la fin du Tricycle.

Aline : mais vous ne pouvez pas clore avec le Brasier, on sent qu’il y a encore des choses à révéler, sur Noah ?

Vincent : Après, le personnage était prêt pour une suite ! Je ne sais pas si j’en aurai d’autres qui pourront se prêter à une série.
Non le brasier ne sera pas le dernier épisode. Mais il ne sortira pas l’année prochaine.
J’ai eu besoin de faire un break et partir sur une autre intrigue, d’autres personnages.

Aline : prenez le temps … auriez-vous pu être ami avec Wallace ?

Vincent : Haha, difficilement je crois. Déjà car il en a peu et que j’aurais dû fréquenter un milieu que je ne connais pas.
Le monde des profiteurs aux USA… profileurs pardon
Après nous avons des caractères très différents.

Aline : on n’écrit pas sans une part de soi dans son œuvre et/ou dans ses personnages. Wallace contient-il une part de vous ? Quelle est cette part ? Wallace a-t-il quelque chose que vous aimeriez avoir (un très de caractère par exemple) ?

Vincent : Il y a toujours une part. Il y a une sorte de bienveillance chez Noah que je pense partager avec lui. De la sensibilité également. Si je devais lui emprunter quelque chose, je dirais « ses dons extra lucides »

Aline : pourquoi avoir choisi un homme en personnage central/héros ? Pourquoi pas une femme ?

Vincent : aucune idée, et puis au premier Draft Sophie avait autant d’importance que lui. Je ne choisis pas vraiment mes personnages, ils s’imposent à moi.
Clémence en est le parfait exemple. Bernard Tremblay aussi, ou Abraham Eisik dans le Brasier
Ils sont juste « là », conçus au détour d’un chapitre 🙂

Aline : plusieurs fois (comme bien d’autres auteurs) vous dites que les personnages se sont imposés à vous. Vous pouvez développer ? Qu’est ce que cela veut dire ? Comment un personnage fictif peut prendre son destin en main, c’est vous l’auteur/le créateur ?

Vincent : C’est … étrange.  Cela part d’une étincelle, un contour, une silhouette et après ils prennent forment, ont leur propre voix, et sont animés par leur propres désirs.
Si on fait un plan en avance on peut très bien écrire : Steve tue Bernard sur le coin d’un post it et en faire une scène.

Aline : et ?

Vincent : Mais une fois que l’on connait Steve on se dit : Non, Steve ne peut pas faire ça, ce n’est pas lui.
Dans certaines séries vous avez des fois l’impression qu’un personnage agit de manière irrationnelle. Claque une porte, s’engueule avec un collègue sous un prétexte bidon. C’est quand le scénario a pris le pas sur le personnage,
et c’est ce qu’on appelle être « out of character ».
J’essaie d’appliquer une consigne de SK, (Stephen King, pas Strauss Khan)

Aline : qui est ?

Vincent : qui dit que si l’on est honnête avec ses personnages on ne peut pas se tromper.

Aline : les laisser vivre leur vie ?

Vincent : Les laisser réagir et agir en fonction de leur personnalité. Et à chaque fois que j’ai fait un plan, j’étais confronté à ce problème.
J’ai préféré écouter mes personnages plutôt que mon plan, c’est pour cela que je n’en fais plus.

Aline : je suis d’accord sur le fait qu’un plan enferme les personnages dans leurs actions ou leur personnalité, mais nous sommes bien d’accord que Steve n’existe pas, que c’est vous qui le créait donc d’une certaine manière il n’est pas libre de faire ce qu’il veut . Vous lui avez prêté des traits de caractères, des limites, des peurs etc ?

Vincent : On est le créateur oui, mais à un moment on est le spectateur de l’aquarium dans lequel ils évoluent.
Il y a une phase (la genèse) où l’on est en contrôle, mais une fois qu’on endosse leur costume on les comprend. C’est le même travail qu’un acteur dans le fond.
Surtout lorsqu’on écrit en première personne ou comme je le fais dans mes deux premiers en troisième personne interne. C’est assez fascinant d’ailleurs, d’être créateur/spectateur.

Aline : ça semble évident pour celui ou celle qui écrit mais pour le lecteur cela reste abstrait. Il est difficile de penser que les personnages fictifs échappent à leur concepteur.

Vincent : Je sais, mais tous les auteurs ne fonctionnent pas de la même façon. Peut-être souffrons-nous le temps d’une session d’écriture, d’un trouble dissociatif de l’identité ? 😛

Aline : allez savoir … !
Revenons au Brasier, vous commencez avec trois suicides…waouh, ça commence fort ! Pourquoi ? Pour tout de suite accrocher le lecteur ?

Vincent : Oui.
C’est ce qu’on appelle un hook.

Aline : c’est vrai que l’on voit ça souvent : un début qui explose .

Vincent : C’est un choix narratif.

Aline : je n’en doute pas .
Un amour particulier pour Wagner… est-ce le vôtre ?

Vincent : J’aime bien la musique classique (et beaucoup d’autres styles). Wagner, c’est pour l’énergie, la force. Je trouvais que cela convenait bien à la famille Engelberg.

Aline : complètement oui.
On connait le méchant, on se dit qu’il va forcément être arrêté d’une manière ou d’une d’autre. Le brasier est avant tout l’histoire de Noah. L’intrigue est entre-coupée de  récits sur son enfance.

Vincent : Oui, mais je ne voulais pas que cela soit « évident ». D’ailleurs si on dit son enfance, on spoil ! On pense qu’il s’agit de l’enfance de Karl (ce qui est aussi le cas). Mais je pense que ce sera toujours le cas.
Une partie de la vie de Noah sera dévoilée.

Aline : quel message, idée avez vous voulu faire passer avec ce personnage de Wallace ?

Vincent : Le déterminisme et la résilience.

Aline : vous pouvez développer ?

Vincent : Sommes-nous conditionnés par notre enfance et les traumatismes que nous vivons.Noah tente de se reconstruire mais son passé le rattrape. En cela, il peine à s’affranchir de son enfance.

Aline : la question miroir : pouvons nous nous déconditionner ou reconditionner ?

Vincent : je n’ai pas la réponse. C’est ce qui se passe dans le Tricycle et dans le Brasier. Mais cela passe toujours pas le biais d’épreuves traumatisantes.
Tortures et drogues dans le tricycle, virus dans le Brasier

Aline : c’est dans l’épreuve que l’on se révèle et que l’on avance ou pas !

Vincent : Disons que mes recherches tendent vers le oui quand même. Le conflit est toujours révélateur de caractère.

Aline : certes. Vous pensez donc que l’on peut changer sa personnalité ?

Vincent : Oui, cela existe d’ailleurs. C’est une pathologie.

Aline : vous parlez de dédoublement de la personnalité ?

Vincent : Le trouble dissociatif de l’identité (son nouveau nom). Il y a des cas célèbres.
Mais si la question est : peut-on changer ? Je pense que oui, mais c’est un chemin difficile.

Aline : voilà , je parlais de la personne lambda qui veut changer, s’améliorer, ne plus être ce qu’elle est aux yeux des autres.

Vincent : Nous sommes modelés. Par la famille, l’éducation , et même le langage.

Aline : je suis entièrement d’accord

Vincent : Pour changer il faut s’extraire du moule, tenter de nouvelles expériences (déménager, changer de métier, de cercles d’amis)
mais je ne suis pas sûr qu’on puisse radicalement changer. Peut-être certains traits. Ou certains événement traumatisants.
Manquer de mourir et devenir croyant alors qu’on était athée par exemple.
Ou comme le pécheur australien attaqué par un requin blanc, passer une partie de sa vie à les traquer et puis finir par les protéger.

Aline : la nature profonde d’un être est son identité, son ADN. Il a un très gros travail à faire pour le changer, si cela est profondément et fondamentalement possible.
le Brasier me pousse à m’interroger sur le conditionnement humain à tous niveaux. On peut se demander : a-ton vraiment notre libre arbitre en tant qu’individu, en tant que membre d’une société ?

Vincent : C’est pour cela qu’il brisait la volonté pour le faire (chez MK UItra, qui je le rappelle a existé)
Nous sommes orientés politiquement par exemple. Les médias servent de compas moraux… avant c’était l’église.

Aline : Noah peut-il être heureux ? Va-t-il l’être ?

Vincent : Aucune idée, je n’ai pas encore prévu de fin pour lui 😉
Je verrai le moment venu. Disons qu’il pourrait l’être.

Aline : Et Noah aussi verra ce qu’il a envie de faire le moment venu 🙂

Vincent : A condition de ne plus être hanté. C’est un personnage instinctif, il se laissera guidé 😉

Aline : il va choisir ce qu’il y a de mieux pour lui ! 😉

Vincent : Je pense reprendre tous les personnages du Brasier, pour la suite.

 

Aline : on aura donc une trilogie !

Vincent : Il y aura une suite au Brasier oui. Qu’est devenu Karl ? Que va faire Clémence avec Dimitri, etc…
Et je me suis amusé avec Eisik. Je pensais même faire un spin off sur lui.

Ge : 😮

Aline : Spin off… on prend. Faites vous plaisir, on aura plaisir à vous lire !

Vincent : Il est horrible, mais les chapitres de son point de vue étaient jubilatoires à l’écriture.

Aline : je n’en doute pas. Parce que c’est quelque chose que tout le monde porte en lui : une part sombre… qui s’exprime en réel ou pas .?

Vincent : Oh je pense que c’était son exubérance et son cynisme qui me fascinaient.

Aline : Va pour son exubérance et son cynisme…

Vincent : Un vieux briscard avec des principes, un peu déphasé avec le monde qu’il ne comprend plus, mais encore diablement efficace bien que sa date de péremption sur le terrain soit dépassée.

Aline : c’est dans les vieilles marmites que l’on cuisine le mieux !

Vincent : Oui, haha.

Aline : Je vais vous libérer Vincent. Sachant que Geneviève, doit prendre le relais pour la conclusion. Je tiens à vous remercier pour cet échange fort instructif et passionnant. J’ai passé un excellent moment. merci aussi de votre disponibilité et d’avoir enchaîné les GAV. Geneviève  ?

Vincent : Merci Aline, plaisir partagé.

Aline : 👍

Ge : Oui je vous suis de près.
Je crois que comme vous n’avez pas eu d’avocat je vais vous laisser le dernier mot

Vincent : Pour avoir commis deux romans le tricycle rouge  et le Brasier, je plaide coupable.

Ge : Auriez vous autre chose à rajouter ?

Vincent : j’avoue, c’est moi le responsable. Mais que voulez vous, je n’y peut rien, j’aime ça écrire des thrillers.
A part cela, non. Peut-être une question : A quand la parution du procès verbal ?

Ge : Ah ça c’est la bonne question. Moi même je ne le sais pas.

Vincent : On verra bien le moment venu !

Ge : Mais vous le premier prévenu 😉

Vincent : Oh, merci 🙂

Ge : Comme Aline je vais vous remercier pour tout ce temps consacré. Et c’est jolis échanges.

Vincent : Merci, comme je l’ai écrit, le plaisir est partagé !
Sur ce, à moins qu’il n’y ait une question de dernière minute. Je vais devoir quitter l’écran et… manger 🙂

Ge : Alors sur ces dernières paroles je déclare la fin de la 4e audition de monsieur Vincent Hauuy .

Vincent : Je vous souhaite à toutes une belle soirée !

Aline : 👍

Ge : Allez tout le monde passe à table !

Vincent : Bon appétit !

Aline : A quelle table ? qui est l’hôte ?

Ge : La Garde à Vue étant terminée que l’on relâche notre suspect ! Monsieur Hauuy est à nouveau libre.

Voici le dernier PV d’audition de ces 2 jours de GAV.

Sériale lectrice : Ge papote avec Cendrine Nougué


Sériale lectrice

Ge papote avec Cendrine Nougué

Vous ne le savez peut-être pas, mais Cendrine, en plus d’être une auteure de talent et une bibliothécaire formidable,  est aussi une de mes flingueuses cachées. Mais chut certaines du gang ne le savent pas encore, alors que d’autres sont dans la confidence.

Alors pour en savoir un peu plus sur Cendrine je vous propose  pour commencer une interview

« Seriale Lectrice »



ITW Sériale Lectrices

 

GVL : Bonjour Cendrine, es tu prête à être soumise à la question ?

Tu sais bien que je suis une insoumise 😉

 

GVL : Alors, , peux-tu te présenter ? je veux tout savoir, ta scolarité, ton parcours pro, ton âge, oui je le demande même aux dames ! Surtout quand elle aime le noir !

Des études de lettres et d’histoire de l’art, puis un parcours professionnel assez éclectique, passant des concerts de rock aux expositions en musées, de l’organisation de spectacles à plus récemment la création d’une médiathèque. Je crois que j’ai fait le tour de tous les métiers de la culture pour revenir au livre. La boule est bouclée. Quant à mon âge je ne sais plus, parfois celui de lire des contes de fées, parfois celui des immortels vampires…

 

GVL : Dis-moi : Quelle place avait la lecture dans ton milieu familial ?

La place d’honneur. Ma mère m’emmenait chaque semaine à la bibliothèque et je l’ai toujours vue plongée dans ses bouquins, c’était naturel.

GVL : Comment abordait-on le livre chez toi ?

 Par la couverture. Ensuite on plongeait dans les pages.

 

GVL : Veux-tu bien me montrer ta/tes bibliothéque (s) :

Et m’expliquer comment elles fonctionnent, comment elles sont rangées ?

Par couleurs, par coups de cœur, par hasard.

Chez moi je ne classe pas (trop obligée de le faire à La Coop’). Mais j’ai une bibliothèque spéciale pour tous les livres qui me servent pour mes romans, les contes de fées, les classiques du fantastique, la fantasy jeunesse… et ma collection perso de vieux albums de contes. Je collectionne aussi toutes les éditions d’Alice au pays des Merveilles.

 

GVL : Et le livre et la lecture pour toi c’est quoi ?

 Une évasion nécessaire.

GVL : Es-tu papier ou numérique ?

 Papier, si je lis un texte sur tablette je me surprends à tenter de le corriger, comme un manuscrit, déformation de l’ordinateur… je sais c’est moche.

 

GVL : En parlant de bibliothèque, vas-tu ou es-tu allée en bibliothèque ?

Je les aime tellement que je m’en suis créé une sur mesure. C’est mon terrain de jeux où je peux inviter mes auteurs préférés, mes amis blogueurs, choisir chaque livre.

    

GVL : Si oui qui as-tu trouvé, que t’ont-elles apportée ?

 Une vie plus grande que la mienne. Des univers de possibles.

 

GVL : As-tu une librairie attitrée ? Une ou plusieurs d’abord. Une ou tu achètes tes bouquins ?

 J’aime particulièrement le sous-sol de la librairie du Marché à Fontainebleau, un espace dédié à la fantasy et l’imaginaire, très bien fourni en titres pointus comme en dernières sorties.

 

GVL : Où achètes-tu principalement tes bouquins. (ça peut-être dans différent lieu, par exemple, moi c’est dans ma librairie de quartier, dans les librairie où je vais voir des auteurs, des librairie que je visite en vacances. Et aussi énormément sur les festivals et les salons où je vais. Parfois même c’est dans ma bibliothèque quand je reçois des auteurs…mais là c’est une libraire qui vient vendre les bouquins à la biblio pour l’occasion)

En général en librairies, j’aime en découvrir de nouvelles et j’affectionne les petites librairies/ salons de thé  où tu peux rester lire et écrire tranquille (surtout à Londres). Mention spéciale à la librairie du Hérisson à Montargis, chez Stéphanie, où j’ai fait ma première dédicace.

 

GVL : Bon passons aux choses sérieux, tu es toujours prête ?

 Il me semble !

 

GVL : Combien de livre lis-tu par semaine, par mois, par ans ?

 En moyenne deux par semaine, plus en vacances.

 

GVL : Tiens-tu un décompte précis de tes lectures ?

Non, pas du tout. En amour je ne compte pas.

 

GVL : As-tu une PAL ?

 Je fonctionne à l’envie immédiate, je vois un livre qui me tente je le lis, je n’accumule pas. Avoir une PAL me donne l’impression d’avoir des devoirs à faire, tout le contraire pour moi de l’instinct de lecture.

 

GVL : Alors…..Et le polar dans tout ça ? Pourquoi tu en lis ? as-tu un rapport particulier avec le genre. (J’entends par polar tout ce qui a attrait aux littératures policières, du roman de procédure, au roman noir en passant par tous les types de thrillers…)

Je suis venue au polar par le fantastique. Ado j’ai dévoré les Stephen King, les Chattam, les Lovecraft, puis les aventures de Sherlock Holmes, Lupin et autres héros policiers. Ce qui m’a doucement conduit au polar mais je privilégie toujours les romans noirs avec un brin de fantastique. Je m’ennuie rapidement sur des scénarii réalistes.

J’aime bien le polar du fait de son immédiateté, on plonge d’emblée dans un univers mais je trouve le genre limité et très normé pour cette même raison. D’où ma préférence pour les romans qui intègrent un élément fantastique, donc imprévisible. J’ai dévoré quasi tous les Arthur Upfield, un auteur australien, avec son héros Bonaparte, un flic Aborigène aux méthodes intuitives et limite magiques.

 

GVL :, dis-nous, quels sont tes auteurs favoris ?

Là encore je suis éclectique, je n’ai pas de favoris, j’ai des périodes où je peux dévorer toute l’œuvre d’un auteur et je passe à un autre. Ado j’ai bloqué sur les classiques, de Zola à Hugo, puis les sud américains comme Gabriel Garcia Marquez, puis les grands Américains, puis les Anglais, puis la SF avec Arthur C Clarke, etc… Mais pour te répondre quand même je citerai Jane Austen, Kundera, Baudelaire, Houellebecq.

Mention d’honneur à JK Rowling, non pas forcément pour la qualité littéraire mais pour ce pied de nez incroyable qu’elle a réalisé à la face de la littérature mondiale, imposant le sous genre maltraité qu’était la littérature jeunesse et prouvant que la fantasy est incontournable. Son parcours est   fascinant.

GVL : Peux-tu nous parler de 5 livres qui t’auraient marqué ces dernières années

Le Chardonneret de Dona Tartt, à lire d’urgence, toute la puissance des tourments de l’adolescence et de l’amour impossible.

Je suis Pilgrim de Terry Hayes; les parcours en parallèle d’un terroriste et d’un agent secret, le seul thriller qui a réellement tenue en haleine et où je n’ai pas deviné la fin (mon gros problème avec ce genre).

L’excellentissime et brillantissime « Karoo » de Steve Tesich , un sublime anti héros déjanté servi par un texte brillant, où pas un mot ne dépasse.

La saga de la Passe Miroir de Christelle Dabos, j’ai adoré cet univers singulier d’Alice moderne, tinté de mythologie grecque.

La BD Wicca de Olivier Ledroit, une saga féérique steampunk avec des dessins à couper le souffle.

 

GVL : Fréquentes-tu les festivals et autres salons…Si oui depuis quand ?

Depuis que j’ai été éditée j’ai été invitée dans quelques salons, j’y allais peu avant.

GVL : Que t’apportent ces salons, ces rencontres ?

En tant qu’auteur c’est un bonheur intense, je ne vois pas passer le temps. Je suis toujours ébahie que des gens prennent du temps de leur vie pour lire mes livres, s’ils savaient combien ça me touche. J’en ressors totalement boostée.

GVL : Peux-tu partager une anecdote avec nous, un truc rien qu’à toi !

Quand j’écris j’ai un rituel, j’allume une bougie pour symboliser la flamme de l’inspiration, et peut-être aussi remercier les fées et autres esprits qui m’ont donné cette chance de pouvoir créer des histoires. Et je bois du thé !

 

GVL : Sinon…rien à ajouter ?

Te remercier de me donner cette tribune sur ton blog.

 

GVL : Tu es certaine que c’est ton dernier mot ?

Un auteur n’arrive jamais à poser le dernier mot tu sais, parfois faut nous arracher le manuscrit sinon ça ne s’arrête pas.

GVL : Allez un petit coup de gueule. ET Un gros coup de cœur… ?

Achetez vos livres en librairies ! Soyez curieux, ouverts, jamais aigris, croyez aux fées et lisez des contes à vos enfants !

Coup de cœur pour Samantha Bailly, la présidente de la Charte des Auteurs et illustrateurs Jeunesse qui fait un boulot incroyable pour revaloriser la profession d’auteur, allez voir : http://www.la-charte.fr/

 

GVL :  Merci pour ces petites confidences Cendrine, et à très vite sur collectif Polar, je crois que tu nous réserves de belles surprises, mais ça on n’en reparlera une prochaine fois.

Oui gardons un peu de suspense…😉

GVL : Allez un indice avec la photo ci-dessous

 

Les romans de Laure

Mon journal d'écriture, mes inspirations

CHASSEUSE DE BONNES NOUVELLES

Voir la vie du côté positif

Les Lectures de Choux

ce sont les lectures de tous !

Quand Ophé Lit

Les lectures éclectiques d'une passionnée et de son fils

La page qui marque

Parce qu'on ne sort jamais complètement indemne d'un livre

Quoi lire ?

Blog d'un amateur de lecture papier et numérique

Worldwide

ISIT school newspaper

LES FRINGALES LITTERAIRES

Librairie Salon de thé - 16 Grande Rue - Les Herbiers

Garin Bustin

Bustin Garin

Livres Sur Table

Je vous dis ce que j'en pense, ou je me couche !

Ouvrez-moi!

Viens choisir le livre que tu vas ouvrir!

A book is always a good idea

Des livres, des mots, des photos...

Le Sushi Qui Bouquine

Blog Littéraire mais pas seulement

Bizarreries & Co

Images et nouvelles par Anna Coquelicot

La Papivore

Thriller, polar & cie

Nature & Zen

Bois et Bambou, Santé et bien-être, décoration zen et nature, bijoux & matières naturelles

Soif de Joie

Le développement personnel par la pensée positive

À travers les mots

à travers mes mots , je vous donne mon avis .

VOYAGE ONIRIQUE

Photos, Artistes, Livres, Wallpapers et fonds d'écran

Parole de Libraire !

Chroniques et blablas d'une libraire passionnée

PRO/PROSE MAGAZINE

Un magazine. Des mots. Des (contre-)cultures.

American-Cinéma

American-Cinéma est un blog dédié aux classiques peu connus du grand public. Le film noir sera à l'honneur mais des incursions dans d'autres genres cinématographiques ne sont pas exclues

Des Plumes et des Ailes

Quelques mots sur les livres qui m'accompagnent - Blog de littérature

Comme dans un livre

Blog littéraire

Les lectures d'Emy

Les chroniques d'une passionnée de lecture

Mumu dans le bocage

Jamais sans un livre

lesateliersdesam

Smile! You’re at the best WordPress.com site ever

Alice Neverland

"Ne grandis pas, c'est un piège."

a touch of blue... Marine

Just a Mad Girl and her Books

Les chroniques de Fleur

Mes précieuses envolées littéraires !

LivrEnigme

Le roman policier dans tous ses états

Amélire en rouge

Petits avis livresques au grè de ma curiosité

Les chroniques de Lucie

Un peu de positivité

Les Lectures d'Amandine

Chroniques littéraires

Cathie Louvet écrivain

Tous mes écrits

D'encre et de lumière

Parce que les passions méritent d'être partagées

Revue de Thrillers

Partage de mes lectures

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Pause Earl Grey

Littérature, culture, petits bonheurs

%d blogueurs aiment cette page :