Attention Concours à venir !


Attention Concours à venir !

Dans les semaines qui viennent je vous propose de gagner les romans de nos flingueuses, légistes et autre nervi.

Suivez bien nos articles.

Vous pourriez bien vous retrouver avec dans votre boite aux lettres un de ces romans :

 

Laisse tomber de Nick Gardel

Antoine Spisser est obèse. Ça ne le définit pas, mais ça le décrit assez bien.

Surtout quand il se retrouve en équilibre sur la rambarde d’un balcon à 15 mètres du sol.

Mais ce qui l’a amené dans cette situation est une autre histoire.

Et ce ne sont pas les autres copropriétaires de son petit immeuble qui vous diront le contraire.

Enfin… Ceux qui sont encore en vie...

 

 

 

 

 

L’ombre de Nola de Sacha Erbel

 

Jamais je n’aurais soupçonné une telle tempête à l’intérieur de moi. Mon autre nature était enfermée comme dans une prison de haute sécurité avec ses écrous et ses barreaux. Ne laissant apparaître que naïveté et apparente légèreté. Mais le monstre a libéré un autre monstre. Et ce que toi tu m’as fait, je vais te le rendre. Je vais te le renvoyer tel un miroir et il ne manquera rien, tu peux me croire.
Douleur, colère, terreur, vengeance, tout y sera. Et ce miroir reflétera toutes tes imperfections. Tel le portrait de Dorian Gray, ces imperfections deviendront pustules, pourriture de ce que tu es à l’intérieur de toi…  » Depuis son retour en France, Talia a changé. Le don qu’elle a acquis à la Nouvelle-Orléans n’y est peut-être pas étranger. En ce début janvier, une nouvelle vision la perturbe.
Un homme pendu. Talia sait que cela annonce un meurtre. Cependant personne ne la prend au sérieux. Etant donné ce qu’elle apprend, Charlie, sa meilleure amie depuis toujours, craint qu’elle ne souffre d’un important stress post-traumatique. Alors que les meurtres par pendaison se poursuivent, Talia décide de repartir à la Nouvelle-Orléans. Elle doit retourner sur les traces des esprits vaudou. Sur les traces de Baron Samedi.
La porte s’ouvre à nouveau entre deux mondes. Tout n’a pas encore été révélé. Entrez, si vous

 

L’emprise des sens de Sacha Erbel

Lorsque Talia, en pleine désillusion sentimentale, s’envole pour des vacances de rêve à la Nouvelle-Orléans, elle est loin de s’imaginer que son destin l’y attend.

Dès le lendemain, elle se retrouve mêlée à un crime, exécuté selon un rituel macabre et violent.

Rites vaudous ou crimes en série, la frontière entre les deux semble floue pour Louis Lafontaine, policier chargé de l’enquête, et lui-même confronté à des troubles obsessionnels.

Avec sa coéquipière il est prêt à tout pour remonter à la source de l’horreur.

Face à l’emprise du mal, Talia saura-t-elle affronter ses démons et le don terrifiant qui lui est révélé ?

Le soutien d’Azaia, prêtresse excentrique et à l’amour de Basile seront-ils suffisant pour l’y aider ?

Dans la chaleur mordante de ce voyage en pays cajun, les esprits tourmentés se révèlent, les traumatismes refont surface et les peurs inavouables s’entrechoquent jusqu’à la révélation finale.

L’Emprise des sens, est un thriller indispensable pour tous les amateurs du genre.

 

Sale temps pour les grenouilles, Attention, Burn-out ! d’Isabelle Bourdial

 

Je m’appelle Hadrien Lapousterle et je dirige le département Histoire et Civilisations aux éditions Galvani. De l’avis général, je suis un type posé et pacifique.

Pourtant il n’a fallu que quatre mois pour faire de moi un tueur.

Ma cible, c’est mon chef, Grégoire Delahousse. Il vient d’être nommé à la tête du pôle Arts et Savoirs. un harceleur, un costkiller, …

Cerise sur le gâteau, c‘est le parfait sosie du Dr. House, et il est aussi toxique pour son entourage que son modèle cathodique. Au bout de quelques mois, le service entier est en burn-out. Pas le choix ! Je dois me débarrasser de ce boss machiavélique. Souhaitez-lui bonne chance …

Une comédie noire contre le harcèlement au travail et le burn-out, un hommage aux séries télévisées et à la culture populaire.

Et dans quelques semaines j’espère bien aussi vous proposer le nouveau thriller de Cécile Pellault.

Je vous en dirai plus en temps et en heure.

Quand  il sera alors temps de vous faire découvrir le polar tout en subtilité de Cécile Pellault « Les Voix meurtries »

Les voix meurtries resto verso Cécile Pellault

Alors soyez attentif et à très vite.

Ge, porte flingue du collectif

NDLR : Je tiens une nouvelle fois à vous le dire, mais j’ai personnellement sur mes propres deniers acheté tous ces livres de nos flingueuses, légistes, expert et nervi !

Ah on ne dit dans l’oreillette que les éditions du Loir rajoute un exemplaire des grenouille et que son auteur aussi !

Week-end noir à Neuilly Plaisance 2019, Papote de Flingueuses


Papote de Flingueuses

Week-end noir à Neuilly Plaisance 2019.

Samedi 13 et dimanche 14 avril , 34 auteurs étaient présents à la 17e édition du salon du polar à Neuilly-Plaisance.

Comme chaque année le samedi matin le salon a débuté par l’inauguration du salon  avec les discours des officiels et  la remise du prix Lion Noir où concourent sept auteurs :

Thierry Berlanda pour « Jurong Island », André Blanc pour « Rue des Fantasques », Renée Bonneau avec « Mortel Caravage », Jérémy Bouquin pour « Enfants de la meute », Sylvain Larue avec « Au Bal des muscadins », Marin Ledun pour « Salut à toi o mon frère » et Michèle Pedinielli pour « Boccanera ».

C’est cette dernière qui a remporté le lion Noir

Ensuite le prix du Lionceau noir a attribué par les classes de CM 1 et CM 2 de Neuilly-Plaisance, sera remis au meilleur polar jeunesse. D’autres temps forts sont également au programme.

@Delphine Cingal

Nous étions 5 flingueuses présentes sur ce salon. Aussi avons nous eu l’idée de vous le raconter à travers nos 5 regards

Maud : Coucou alors aujourd’hui, Neuilly Plaisance vous en avez pensé quoi?

Geneviève : C’est un salon avec lequel j’ai pris goût au salon, à leur ambiance, aux échanges avec les auteurs. Je crois bien que je n’en ai manqué aucun depuis 17 ans. C’est là que j’ai noué des amitiés. C’est là aussi que j’ai rencontré pour la première fois certaines de mes flingueuses. M’est ce pas mesdames ?

Maud : 17 ans ce salon!!! Whaouuuu!! Oui notre première rencontre il y a un an à Neuilly! Une journée mémorable!! Te revoir en salon m’a fait très plaisir!! Depuis paris polar… 1 an que je te connais et un réel bonheur de cette rencontre!

Ophélie : Même chose pour moi! Neuilly a un goût particulier. C’était mon premier salon il y a deux ans. Ma première rencontre avec Geneviève. Mais c’était aussi ma première rencontre avec des blogueurs (Sam, Stef). Je découvrais un nouveau monde.
Hier j’ai pris beaucoup de plaisir à nos retrouvailles. C’est chouette de partager ces moments ensemble.

Geneviève : Oui les salons, il faut bien l’avouer on y va aussi pour voir les copains lecteurs et autres blogueurs, en plus du plaisir de papoter avec les auteurs.

Ophélie : Ah oui! Papoter avec les auteurs c’est aussi quelque chose que j’ai découvert il y a deux ans. J’avais passé une bonne partie de l’après-midi à discuter avec Olivier Norek, Gaëlle Perrin-Guillet. C’était aussi ma première rencontre avec Armelle Carbonnel.

Cette année j’ai rencontré Marin Ledun que je croisais sur les réseaux sociaux mais avec qui je n’avais jamais eu le plaisir d’échanger avant. Et puis j’ai retrouvé des auteurs que j’aime beaucoup Solène Bakowski, Romain Slocombe, Ian Manook, Jean-Luc Bizien, Sacha Erbel, Éric Dupuis, Jeremy Bouquin, Jean-Hugues Oppel, Stanislas Petrowski, Thierry Berlanda…

Ces petits salons ont cela de magique, on a le temps de discuter, d’échanger plus longuement avec les auteurs et on crée des liens privilégiés. Ça apporte beaucoup humainement.

Maud : Beaucoup d’échanges entre personnes, blogueurs, auteurs, lecteurs. Ravie de revoir Sacha, Thierry, Solenne, Ian, Françoise, Yann, Lou, Stanislas, et de rencontrer Jeremy pour la première fois.

Oui je suis d’accord ces salons à taille humaines permettent de nombreuses interactions très sympathiques.

J’ai été ravie de faire découvrir cette Belle Ambiance à Claire, qui a l’air d’y avoir pris goût. Je suis toujours ravie de partager ces moments avec les flingueuses et Delphine

Ophélie : Je reste uniquement sur ce profil sinon ça bip partout.

 

Geneviève :  Hahaha, Ophélie et ses doubles maléfiques !

Oui à Neuilly Plaisance il y a quelques année j’avais passé plus d’une heure en tête à tête avec Michel Bussy. Aujourd’hui c’est plus d’une heure qu’il faut attendre avant de pouvoir échanger 3 mots.

C’est vrai que c’est vachement bien pour nous lecteur de pouvoir discuter aussi longuement avec les auteurs. C’est un vrai privilège, ce sont de vrais échanges comme tu le dis

Ophélie : Malheureusement ça montre tout de même qu’il y a un vrai problème de densité de public. Si on a les auteurs rien qu’à nous, peut-être nos auteurs aimeraient-il avoir plus de lecteurs pour échanger ?

Je pense oui. S’ils prennent de grandes bouffées d’amour sur mes grand salons, c’est sans doute un peu frustrant aussi de ne pas pouvoir échanger davantage

 

Maud : Oui à la fois on a les quais du polar par exemple ou a peine le temps de bonjour des temps d’attente de plusieurs heures…. et les salons à taille humaine où les lecteurs ont la possibilité d’échanger avec les lecteurs

Sylvie/ Sacha : Bah en tant que lectrice, je connais ce salon quasiment depuis sa 1ere édition, vu que j’habitais à Neuilly plaisance ! Et j’ai toujours faire mon petit tour. C’était un rituel!
En tant qu’auteur, c’était aussi mon 1er salon il y a 3ans. Toujours une super ambiance et un accueil très chaleureux.
Vivement l’année prochaine !

Maud : Super!!!

Geneviève : Oui  Sylvie-Sacha Notre première rencontre pour ton premier salon. J’étais venu te soutenir. Et rappelles toi ma Sacha, tu nous as raconter tout cela pour le blog.

, ici et là encore

Sylvie/Sacha  : Oui c’est vrai ma Geneviève ! Je ne l’oublie pas!!!

Geneviève : Neuilly va devenir un des salons fétiche des flingueuses.

On va finir par demander à Jean Hugues Oppel et Delphine une tribune

Ophélie : Je valide  Sylvie

Geneviève : Alors réfléchissez à une animation pour la 18e édition. Et oui en plus c’est l’année de la majorité de week-end noir. Va falloir faire la fête

Sylvie K : J’ai une affection particulière pour le Salon de Neuilly Plaisance. En effet, c’est là où en attente de me faire dédicacer un livre par J.L. Bizien j’ai papoté avec Ian Manook.

Ensuite lors de l’édition suivante j’ai rencontré Delphine qui m’a écouté parler de mon projet de créer un salon du polar dans le 77. Elle m’a trouvé le libraire. Ian a accepté d’être le parrain et l’aventure pouvait commencer. Depuis je reste fidèle à Neuilly.

Maud : Génial

Alors rendez-vous l’année prochaine

Geneviève : Perso, en 2019 c’est avec ce Week-end noir à Neuilly Plaisance que j’ai renoué avec les salon. Oui il a fallu attendre avril pour que je ressorte enfin sur un salon. Les autres année j’en suis déjà au 4e ou 5e. Mais bon, c’était chouette de remettre le pied à l’étrier avec vous toutes autour mes Flingueuses. C’était chouette de se sentir entourée. Merci aussi pour cela les filles. Quand je vous dit que ce salon a une saveur un peu spécial !

Maud : Je comprends tout à fait, de mémoire je ne t’avais pas revue en Salon depuis paris 5… c était en 2018…

On se retrouve à Rosny?

Ophélie : C’était vraiment du bonheur oui… yes, on se retrouve à Rosny!

Geneviève : Paris 13 ou Paris Polar tu veux dire ma Maud, en novembre 2018, oui on se retrouve à Rosny, bientôt

Maud : Oui oui pardon erreur de ma part

Geneviève : Pas grave, puisqu’on s’est retrouver aussi à ce Week-end Noir de Neuilly

Maud : Oui oui là cette fois-ci je ne me suis pas trompée. 

Geneviève : A Paris Polar c’était Mojito, là simplement Champagne ! C’est moins dosé en alcool ! lol

Maud : A chaque salon sa boisson

Ophélie : Rires

Geneviève : vouiiiii, hahaha

Maud : Mille rires.

Geneviève  : Ah oui petite précision, cette année c’est ma librairie qui était partenaire. Et oui la Griffe Noire était dans le place.

En mai fait ce qu’il te plait


En mai fait ce qu’il te plait

Aussi moi il me plais de vous envoyer du bonheur avec ses quelques brins de Muguet.

Du muguet et une grenouille couronnée pour faire aussi un petit clin d’oeil à mes Flingueuses.

Alors chez vous tous et vous toutes qui nous suivez sur Collectif Polar, nous vous souhaitons plein de bonnes choses à venir.

Et nous on vous promet énormément de bonnes lectures et des rencontres à tout va.

Belle soirée mes polardeux

Résultats du concours Duo


Résultats du concours Duo.

J’ai voulu pour les 4 ans de collectif Polar faire un concours avec notre jeune flingueuse Maud qui venait juste de créer son blog, Les lectures de Maud.

Ainsi est né le « Concours Duo »

Aussi pour ce jeu-concours commun il vous fallait répondre à 6 questions.

3 questions ici sur le blog de Maud

et

3 questions sur Collectif Polar.


Résultats du concours Duo.

Voici les 6 question qu’on vous demandait de résoudre pour ce jeu concours ainsi que les bonnes réponses

 

Quel surnom à Maud chez les flingueuses ?

l’infernale jumelle

 

Qui accompagne Maud dans ses lectures fantastiques ?

Death Note

 

Qui a fait le bandeau du blog Les lectures de Maud  ?

Notre Mister Flingueuse, Jean Paul

 

Quelle est la boisson festive officielle des flingueuses du Collectif Polar ?

Le Mojito

Qui est la Cheffe de meute du Collectif Polar ? 

Geneviève Van Landuyt

Quelle est la nouveauté les 28 de chaque mois sur le Collectif Polar ? 

La Journée Fantastique : Journée dédiée à la Sciences Fiction, au Fantastique et à la Fantasy

A fleur de cadavre exquis 5 ex

Alors passons aux lauréates que je félicite qui sont :

Fin du suspense

 Sylviane

Manou

Fanny

Bravo Mesdames, vous gagner chacune un de nos fameux exquis cadavres exquis,  » A Fleur de cadavre »

Pour recevoir vos lots, n’hésitez pas à m’envoyer vos adresses en MP.

 

Soirée Sandrine Destombes


Soirée Sandrine Destombes

A l’occasion de le sortie du dernier thriller de Sandrine Destombes, les éditions Hugo avait convier quelques lecteurs blogueurs à une soirée de lancement.

Deucx de nos flingueuses étaient présentes.

Nos Jumelles, Ophélie et Maud

Mais pour l’occasion j’ai souhaité que cette soirée vous soit racontée façon « Journal Intime d’une Lectrice En Série » par les journaux infernaux de Maud

Geneviève a eu l’excellente idée de demander aux Journaux de vous raconter mes sorties. Dans un souci d’égalité, je vais les sortir de leur environnement habituel !!!

Bonjour, je me présente Death Note, normalement je ne m’occupe que de la partie Sciences Fictions Fantastiques de Maud. Une fois n’est pas coutume, je vais vous conter la Soirée du 5 Mars 2019 qui s’est déroulée entre les murs des Editions Hugo thriller. Nous étions tous réunis autour de Sandrine Destombes afin d’échanger sur son dernier livre Le Prieuré de Crest.

Très chaleureusement accueillis par Bertrand et Célia, Maud a retrouvé Delphine, Ophé Lit, Yannick et a fait la connaissance de Jessica.

Excepté Yannick (un problème de poste), ils avaient tous lu la nouveauté de Sandrine et donc ils ont pu s’exprimer librement sur leur ressenti, leurs pensées et leurs avis. L’auteur a apporté des réponses à leurs questions et a échangé avec ses lecteurs.

Maud n’a pas vraiment été à l’aise au début. En effet, ayant lu et adoré, La Faiseuse d’AngeL’Arlequin, Ainsi sera-t-il et Ils Etaient Cinq ; elle a eu un coup de cœur pour Les Jumeaux de Piolenc. Elle n’a pas vraiment aimé Le Prieuré du Crest, mais elle a pu échanger avec les autres personnes présentes et passer un agréable moment.

Chacun, autour de cet apéritif a évoqué ses lectures en cours, les sorties à venir. Même si je ne suis pas habitué à ce type de lecture, comme Maud j’ai trouvé cette soirée très sympathique !!!

Merci Geneviève de m’avoir donné les lignes sur cet événement !!! J’espère que j’aurais d’autres occasions à l’avenir !!

 

Note de la porte flingue : Promis les journaux infernaux, vous reviendrez dans ces pages. Vous revenez d’ailleurs quand vous voulez, vous êtes ici chez vous.

Le Lacher de Grenouilles Papote de Flingueuse


Le Lâcher de Grenouilles Papote de Flingueuse

Jeudi 4 avril, journée officielle de la grenouille

Il y a quelques jours, sortait officiellement le second roman de notre flingueuse légiste Isabelle Bourdial.

Pour l’occasion, Isabelle dédicacait en grandes pompes Sale temps pour les grenouilles à la librairie Gibert Joseph du 13e 

Il y avait là la famille, les amis mais aussi le gang des Flingueuses

Isabelle forcément, Cécile sa comparse légiste, Florence sa complice, Maud, Jean Paul, Sylvie K et Ophélie.

Bref une belle délégation pour soutenir Isabelle notre auteure et sœur Flingueuse

Jeudi 4 Avril 2019, Lâcher de Grenouilles Chez Gibert Joseph (Paris 13)

Maud : Coucou nous étions réunis le 4 Avril 2019 autour d’Isabelle pour le lâcher de Grenouilles!! Vous impressions sur ce moment ?

 

Sylvie : Coucou J ‘ai été ravie de profiter de Cécile, de rencontrer Florence et Isabelle, de revoir Maud et Jean Paul, de papoter avec Sylvie et oups son prénom m’échappe l’ Éditrice … un moment très sympa qui va me permettre de faire découvrir l’écrit de notre flingueuse et du coup prévoir sa venue au salon d Ozouer donc que du bon!

 

Cécile : Comme je le disais quelque part ce sont pour ces moments-là aussi et surtout que le Collectif existe et surtout ce sur quoi se concentrer. 

Et vive les grenouilles d’Isabelle …. euh qui n’est pas dans ce groupe … et bravo à Jean-Paul ! Bises à tous

 

Florence : Superbe soirée. Je vous transmettrai les photos ce soir.

 

Maud : Un très bon moment passé en l’honneur d’Isabelle. Ravie d’y avoir retrouvé des flingueuses, dont certaines pas vues depuis un petit moment. Un verre entre amis pour partager et échanger notre joie et féliciter l’heureuse lanceuse de grenouille

 

Jean-Paul : Très content d’avoir passé un moment avec mes grenouilles préférées… Heu !
Mer flingueuses préférées voulais-je dire !!!

Une très belle soirée tous autour d’Isabelle pour la sortie de son roman que j’attendais avec impatience. Un vrai moment détente, en toute simplicité… Ça fait du bien !
De plus votre loup a été officiellement intronisé par Isabelle, “Roi des grenouilles”… Je ne sais plus où donner de la tête !!!

Un mister flingueuse récompensé @Jean-Paul Dos , une flingueuse-hôtesse au plateau bien garni @Florence , des flingueuses groupies Maud , Sylvie Kowalski, Ophé Lit( partie trop tôt à son grand regret) et Cécile 😉 – avec Florence Labbe, Jean-Paul Dos Santos Guerreiro, Maud Vandenbyvanghe, Sylvie Kowalki et Cécile Pellault

Sylvie : Va falloir fonder un Collectif Grenouille!

 

Maud : Félicitations Jean-Paul !!! Et excellente idée Sylvie 

 

Cécile : Bonne journée les grenouilles 

 

Maud : Merci crouaaaa 

Souhaitez-vous qu’on invite Isabelle?

Ophélie : Coucou Pour ma part je ne peux dire grand-chose si ce n’est que je maudis les bouchons! Ayant dû partir avant l’arrivée d’Isabelle je n’ai pu partager ce moment avec vous. Je tenais à lui faire la surprise mais j’étais avec vous en pensées

Florence : Je ne sais pas très dispo aujourd’hui encore et besoin de souffler un coup. Demain promis. J’ai quelques belles photos à partager.

Un couple père-fille tenanciers de bar 😉, une famille et des amis supporters !! Du beau monde pour notre star des batraciens Isabelle Bourdial !!!

Cécile : Prends toutes les respirations dont tu as besoin ni les grenouilles ni nous n’allons-nous envoler 

Florence : Merci Cécile 

Maud : Alors on invite Isabelle dans cette papote pour avoir son ressenti ou on lui fait la surprise? 

Ophélie: Moi c’est comme vous voulez comme j’ai été peu présente Mais j’aime bien l’idée de rajouter son ressenti à chaud après lecture en toute fin de papote

Cécile : Pareil qu’Ophélie 

Florence : Ressenti plus photos et on l’invite. On pourrait même lui faire un livre photos

Jean-Paul : Désolé journée sans téléphone aujourd’hui… Je reviens vers vous plus tard !!! Bisous

D’accord aussi avec Ophélie

Oui Florence c’est une très bonne idée !!!

Florence : Super

Maud : Super merci 

Maintenant on va pouvoir inviter Isabelle à nous rejoindre et nous confier ses impressions

Un public conquis par les grenouilles 🐸 !!

Vous avez ajouté Isabelle Bourdial.

 

Florence : Voici mes photos du lâcher de grenouilles 
Le ressenti de Flo : une soirée comme je voudrais en vivre souvent. Champagne, mojito light en sucre. Du stress pour Isa qui n’a pu être présente dès 18h, mais par ma faute, car je n’ai pu sauter dans voiture qu’à 16h15 mais relais magique par les copines flingueuses (dont jp of course ) et Laurie, son éditrice, toute en bienveillance. Magnifique réception autour et de ce livre, qui résonne en moi particulièrement ces temps-ci. L’alchimie entre finesse de l’écriture, oscillant entre gravité et humour certes acide, fiction et vécu est parfaite. 
Je suis une grenouille 

Isabelle : J’ai le droit de parler ? Ou faut que j’attende le mot de la fin ? C’est aussi frustrant que d’être coincée dans les bouchons pendant sa dédicace !!!

Florence : Un très chouette moment (La dédicace). Le trajet, un chemin de croix et si j’avais pu porter la croix, je l’aurais fait. Cécile, tu es joueuse, chouette, moi aussi 

Cécile : Mais laissons entrer l’accusée …. Isabelle Bourdial 

Ophélie : Isabelle nous t’écoutons! Enfin te lisons 

Maud : Oui Isabelle bienvenue et c’est à toi 

Florence : Oui, Ton livre est une pépite, et le lancement fut un cadeau dont nous avons tous conscience.

 

Sylvie : Nous t’attendions Isabelle

Isabelle : Plein de choses à vous dire, et maintenant que j’ai la parole je ne sais par où commencer.

Ce lâcher de grenouilles arrive à un moment très particulier de ma vie, mais aussi durant une phase de turbulences pour le collectif, et pour plusieurs d’entre nous.

Lorsque j’ai décidé de mettre en mots la crise profonde que je traversais, je l’ai fait d’abord pour moi. C’était une promesse que je me faisais, celle d’écrire une histoire qui aboutirait quelque part, celle de tracer un jour les mots FIN au bas d’une feuille, de passer à un après, d’être en mesure un jour de tourner la page.

Maud : Ton ressenti sur la soirée?

Isabelle : J’y viens, pardon. je vais faire court. Toute petite déjà… Je plaisante !!

Maud : Oups pardon j’ai été trop vite

Isabelle : Quand je suis venue à l’écrire, j’étais encore une fois dans une démarche personnelle. Mais là, je me glissais dans la peau de l’auteure. Je travaillais toute cette matière récoltée, pour en faire une histoire valable, un livre lisible.

T’inquiète, Maud, j’arrive à la soirée !

Maud : Je ne suis pas inquiète c’est aussi super intéressant de connaître le parcours de ce livre 

Florence : Oui Maud.

Isabelle : Et puis j’ai ressenti de l’empathie pour Hadrien et ses collègues et dans le même temps je pensais aux personnes que je connaissais qui vivaient ou avaient vécu des choses similaires, à ce qu’elles pouvaient ressentir. C’est exactement ce qui se produit quand tu es en burn-out. Tu es cramée de l’intérieur, tu as du mal à ressentir des émotions, à penser à autrui. Tu culpabilises, mais il faut te réensemencer. Pas facile.

Florence : Oui, je suis d’accord.

Isabelle : Terminer ce livre a été pour moi une double victoire, celle d’avoir créé quelque chose de positif, pas cynique ni revanchard, à partir d’une expérience destructrice, et celle de l’avoir fait aussi pour les autres. Le lancement illustre parfaitement cela.

C’était une soirée où toutes mes familles étaient présentes. Ma famille de sang, mes amis journalistes de ma vie d’avant, ma nouvelle famille, celle du polar qui m’a si bien accueillie, avec Florence et les flingueuses. Des manifestations d’amitié, de soutien, pas de compassion mais l’envie commune de fêter une victoire et de faire tourner toute cette énergie positive.

Alors maintenant cette énergie émise voyage.

Maud : Un très bon message Isabelle

Isabelle : Émise par nous tous.

Florence : Oui, c’est tout le tour de force de ton livre, il est à ton image, authentique, lucide, optimiste mais pas naïf, profondément humain, ne donnant pas de leçon mais montrant le chemin vers un crapeauduc pour s’en sortir.

Isabelle : Je souhaite de tout mon cœur que cette énergie que nous avons fait circuler tous ensemble réconforte les personnes qui, à leur tour, subissent un incendie intérieur.

Maud : Pour ma part après la soirée de lancement, il me restera à te lire. J’ai hâte

Isabelle : Je pense à des êtres chers, qui se reconnaîtront. je pense à cette amie qui, jeudi, est venue la peur au ventre à l’idée de croiser une connaissance, à cette autre qui m’a demandé pardon de ne pas avoir la force de se plonger dans mon histoire.

Florence : Un incendie, un tremblement de terre, un tsunami. Il faut reconstruire, on peut reconstruire, on se le doit aussi comme un cadeau à soi-même.

Isabelle : Je pense au Collectif qui souffre aussi.

Oui, la destruction est un acte rapide, la reconstruction c’est une autre paire de manches.

Pardon d’avoir pris le temps d’expliquer tout cela.

Maud : Ah mais non tu as toute la place que tu veux

Florence : Oui, mais le collectif va surmonter cette épreuve car il est plein de personnes exceptionnelles, il a un sens et une Cheffe si formidable, une charte. Tout est là pour que l’aventure continue et nous fasse encore grandir.

Cécile : C’est malin … je suis une chialeuse moi… je suis capable de pleurer aux arrivées d’aéroports en regardant les autres…. et là j’ai le même sentiment… bon je me reprends… je vais aller parler avec ma belle-mère ça va me faire du bien !! Des bisous et surtout ravie que grâce à l’idée un peu folle de notre Bibliothécaire préférée on en arrive à vivre des moments comme celui-là…. mais où j’ai foutu mon cynisme …. 

Belle complicité entre nos deux légistes

Isabelle : C’est toi, du coup, qui me fais monter les larmes aux yeux.

Cécile : Ça suffit maintenant !! Punaise mon scalpel aussi a foutu le camp 

Maud : Remettez- vous les filles 

Florence : Oui Gé est une bibliothécaire fabuleuse, si elle avait pu être là, la fête eût été encore plus folle.

Isabelle : Ah, elle était là, d’une certaine manière

Maud : Ah oui alors ça aurait été chouette que notre Cheffe soit physiquement parmi nous

Florence : Je suis toute larmoyant aussi, hâte de voir le bout du crapeauduc.

Maud : En tout cas Isabelle, je te remercie pour ton invitation et souhaite une très longue vie à tes Grenouilles

Isabelle : Merci Maud, elles sont sorties de leur crapeauduc et c’est déjà beaucoup !!

Cécile : Allez j’ai un meuble à monter on va s’engueuler autour du tournevis … ça va me faire du bien !!! des bécots baveux tout le monde 

Florence : Bisous.

Isabelle : Si t’embrasses une grenouille, tout peut arriver !!

Maud : Merci à toutes et tous d’avoir si gentiment participé à cette papote et vive les Grenouilles !!!

Isabelle : merci

Ophélie : Merci à tous et désolée de ma petite contribution

Sylvie : Voici ma contribution pour Isabelle.  Je vais remettre de l’eau au pauvre poisson rouge ! Parfois on surnage mais je pense que cela nous rends plus fort pour l’avenir. Bravo Isabelle d’en avoir tiré parti et au vu de ton attitude, de ta gestuelle envers les autres ce soir je ne doutes pas que tu sois une belle personne et une belle flingueuse.

Jean-Paul : Vous avez toutes me faire pleurer…

Claire Favan à la Coop’ pour une interview à bout portant


Claire Favan à la Coop’ pour une interview à bout portant.

Merci a Sandra pour ce chouette dessin de Claire.

Elle arrive à La Coop’ ! Notre reine nationale du crime.

Claire Favan sera sous le feu des questions des flingueuses de Collectif Polar : Chronique de Nuit

le samedi 27 avril à 16h prenez note!

Tous à la COOP’

La médiathèque de Lorrez-le-Bocage

14, rue des Fontaines

77710

Avec Quand Ophé’Lit, Eppy Fanny et Geneviève Van Landuyt,

 A l’invitation de Cendrine Nougué, la directrice de La Coop’,           le gang de Ge et ses Flingueuses soumettra à la question la grande Claire Favan.

Ça va pas être une partie de rigolade, à moins que ?

Tout est possible avec notre petite reine du crime !

Et son rire reconnaissable entre tous.

Samedi 27 avril à 16h / interview à bout portant par les flingueuses du Collectif Polar

Claire Favan est une femme de lettres française, auteure de roman policier.
Mère de famille parisienne, elle travaille dans la finance et écrit sur son temps de loisirs.
Son premier roman, « Le Tueur intime » (Les Nouveaux Auteurs, 2010), a remporté le Prix VSD du Polar 2010 ainsi que le Prix Sang pour Sang Polar en 2011. « Le Tueur de l’ombre » (2012), son second roman, clôture le diptyque sur le tueur en série Will Edwards.
Elle participe à une aventure de cadavre exquis (2013) puis aux recueils de nouvelles des auteurs du noir: « Santé! » (2013) puis à « Irradié » (2014).
Son troisième livre, « Apnée Noire » est paru aux Éditions du Toucan en janvier 2014. En 2016, Claire Favan revient avec un thriller d’une noirceur absolue : « Serre-moi fort ». Elle enchaîne en 2017 avec un nouvel ouvrage intitulé « Dompteur d’Anges ».

Son dernier roman  : Inexorable Éditions Robert Laffont marque un tournant plus intimiste en mettant en scène un enfant broyé par la société

page Facebook : https://www.facebook.com/claire.favan

 

On vous attend nombreux

 

Résultats du jeu-concours le 2000e


Le 2000e : le deux millième article, résultats du jeu concours

Pour ce concours 2000e j’avais demandé à mes flingueuses de vous poser quelques questions.

Voici celles que je vous demandais de résoudre pour ce jeu concours.

1) les questions sur le blog

Comment s’appellent les rubriques qui vous présente des passionnées du polar ?

Donner deux noms d’interview ?

2) les questions sur les Flingueuses

Combien y a-t- il de flingueuses ?

Combien y a-t-il de misters flingueuses ?

Citer les noms des légistes

Comment s’appellent les rencontres polars et autres salons qu’organisent les flingueuses

3)Questions subsidiaire :

Sur quel salon a-t-on pu rencontrer la plus grande concentration de flingueuses ?

Vous avez été très peu à oser relever le défi. Je n’ai reçu aucune bonne réponse. Mais 2 d’entre-vous n’étaient pas très loin.

Aussi je tiens à récompenser ses deux candidates et fidèles du blog.

Mais avant je vais peut-être répondre à ces questions, comme cela vous pourrez comparer avec les vôtres, n’est ce pas ?

 

1) les questions sur le blog

Comment s’appellent les rubriques qui vous présente des passionnées du polar ?

 Les réponses étaient :

Ces dames du noir et Seriale Lectrice

Donner deux noms d’interview ?

Là vous aviez le choix : 

– La Garde à Vue ou GAV ;

– Assigné à résidence, interview bracelet électronique ;

– huis clos ;

– Papote d’auteur….

 

2) les questions sur les Flingueuses

Combien y a-t- il de flingueuses ?

Nous étions 18 flingueuses 

aujourd’hui nous sommes 20

Combien y a-t-il de misters flingueuses ?

il y en a 2 + un nervi

Citer les noms des légistes

Cécile et Isabelle

Comment s’appellent les rencontres polars et autres salons qu’organisent les flingueuses

Vous avez pensez à l’Apéro Polar mais d’autres flingueuses organisent des salons il y a Marie Noëlle est Fargues avec les psychopathes du polar. Il y a Isabelle et Florence qui vient de nous rejoindre pour Polar’Osny. Il y a Sylvie avec avec le polar dans tous ses éclats à Ozouer le Voulgis

Il y a l’autre Isabelle qui elle aussi vient de nous rejoindre qui organise le salon Seille de Crime

 

3)Questions subsidiaire :

Sur quel salon a-t-on pu rencontrer la plus grande concentration de flingueuses ?

Là c’était facile, le SMEP, le festival international du livre de format poche de Saint Maur, Saint Maur en Poche, quoi !

 

Pour répondre à ces questions il vous fallait chercher dans le blog mais surtout lire l’article sur notre petit bilan 2018 que vous trouverez ICI

 

Alors passons aux lauréates

 Marjorie,

Estelle

et

Fanny.

Bravo Mesdames, vous gagner chacune trois livres parmi cette sélections 

Et vous recevrez aussi un badge collectif polar.

Aussi laissez moi vite votre adresse sur collectif.polar@gmail.com

Vous recevrez vos livres en échanges.

 

 

Rencontre d’auteur avec 3 flics auteurs de polar


Rencontre d’auteur.

A l’invitation de Stéphanie Combrisson, la responsable de la médiathèque de la Canopé à Chevry-Cossigny, Ophélie  et moi même animeront cette rencontre d’auteurs sur le thème « Flic le jour, écrivain la nuit ».

 Sacha Erbel, Danielle Thiéry et Didier Fossey seront sous le feu de nos questions.


Vendredi 22 mars à 20h00, la médiathèque La Canopée reçoit 3 auteurs qui travaillent ou ont travaillé dans le milieu de la police.
Sacha ErbelDanielle Thiery Auteur et Didier Fossey répondront à toutes vos questions lors de cette rencontre animée par Geneviève Van Landuyt et Ophélie Cohen, chroniqueuses du blog Collectif Polar : Chronique de Nuit


Pour préparer cette soirée, vous pouvez emprunter leurs livres dans votre bibliothèque ou médiathèque.
En fin de soirée, la librairie Le Livre d’Oz proposera à la vente les ouvrages des auteurs pour une séance de dédicaces.

Alors rendez vous vendredi à la médiathèque  La Canopée

9 rue Jean Delsol,

77173 Chevry-Cossigny

Assigné à résidence : L’interview bracelet électronique 4, Cyril Carrère


Nouvelle innovation au collectif Polar :

l’interview « bracelet électronique ».

C’est une mesure d’aménagement de peine permettant de réaliser une interview de longue haleine sans obliger l’auteur à être incarcéré. Juste  » Assigné à résidence »

Contrairement à la GAV qui est bien délimitée dans le temps, l’interview bracelet électronique est plus « libre ». Elle peut se dérouler sur plusieurs jours.

Le quatrième auteur ayant dû vivre son quotidien avec le bracelet électronique est…

Cyril Carrère


Aline : Bonsoir à tous, C’est ici que se déroulera l’interview bracelet électronique Grand Froid. Merci Cyril d’accepter cet échange. Peux-tu te présenter aux lecteurs / lectrices qui ne te connaissent pas encore ?

Maud et Jean Paul : 😍

Jean-Paul : Bonsoir Cyril, merci à toi de te prêter au « jeu » !

Maud : 😍

Geneviève : Ok je vous suis de loin mais je garde un oeil sur vous les Flingueuses

Maud : Ah OK ! 

Cyril : Bonjour Aline Jean-Paul et Maud, merci à vous de me proposer cette interview !
Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis un jeune auteur de thriller de 35 ans, français expatrié au Japon depuis début 2018.
Bien que Messin de naissance, j’ai grandi à Nîmes où j’ai encore de solides attaches.
J’ai publié deux thriller cette année :
Le Glas de l’innocence, dont l’intrigue se déroule au Japon sur deux époques différentes ;
Grand Froid, dont l’intrigue prend racine dans l’ouest de la France. Ce roman a été finaliste du concours VSD-Michel Bussi, qualifié avec le plus grand nombre de votes du public.
Hormis l’écriture, j’aime faire du sport, voyager, découvrir de nouvelles cultures et… lire  🙂 . Avant d’être un auteur je suis un lecteur passionné.

Maud 😍et Jean Paul👍

Maud : Bonjour. Comment t’es venu le thème de Grand froid? Les personnages ?

Cyril : J’avais le thème en tête depuis un certain moment déjà, bien avant le concours. J’ai fait énormément de recherches, beaucoup lu sur le sujet… je laisserai le soin aux lecteurs de découvrir de quoi il en retourne 🙂
Quant aux personnages, au départ je n’avais que Lucas et Gaëlle (sa mère) en tête.
Très vite Jean-Philippe s’est ajouté à l’équation.
Loïc Mandé est un personnage que j’avais aussi prévu de faire apparaître. Pour les autres, ils sont nés au fur et à mesure, même si ma trame était prête (dans les grandes lignes)

Jean-Paul : Combien de romans as-tu écrit à ce jour ? Mais surtout à quel moment et pourquoi as-tu eu l’envie de partager tes textes et d’être publié ?

Maud : Tu veux bien nous parler de ton aventure dans le concours Fyctia?

Cyril : J’ai écrit 3 romans. Avant Le Glas de l’innocence et Grand Froid, j’ai écrit une dystopie, Greyworld (avec laquelle j’ai fait mes armes sur le site Fyctia il y a un peu plus de 2 ans).
Sinon, j’ai toujours écrit dans mon coin. C’est en découvrant le site Fyctia que j’ai essayé de partager mes écrits – sans grande conviction au début. Mais les retours ont été bons, et je me suis pris au jeu. J’ai participé à deux concours :
Un concours thriller parrainé par B.A. Paris, où j’ai été finaliste (classé second) avec la première version du Glas ;
Puis le concours VSD-RTL Michel Bussi avec la première version de Grand Froid, qui a recueilli un grand nombre de votes du public (autant que Vincent Hauuy l’année précédente avec Le Tricycle Rouge).
L’aventure Fyctia a été riche sur le plan humain, je m’y suis fait des amis parmi les auteurs, j’y ai aussi gagné un lectorat – Grand Froid a été très suivi, très commenté, et certains « Fyctionnautes » lisent encore les chapitres que j’ai écrits dans le cadre du concours… 🙂
Une très belle expérience.

Maud 😍et Jean Paul👍

Aline : Qu’est ce qui a fait qu’un jour tu as eu envie de partager tes textes ? Une sorte de test pour savoir si tu devais continuer ou pas d’écrire ?

Jean Paul : 👍

Cyril : Une sorte de test pour voir comment ce serait reçu… mais même si ça n’avait pas été concluant, j’aurais continué à écrire dans mon coin  🙂

Aline :  👍 Dans Le Glas de l’innocence, nous avons un enfant malmené. Dans Grand froid, encore une enfance particulière. Pourquoi ce thème récurrent de l’enfance ?

Jean-Paul : Ton écriture est-elle influencée par d’autres auteurs ? Des auteurs que tu aimes forcément. Si oui, lesquels ?

Cyril : C’est un sujet qui me tient à cœur – l’enfance que l’on vit conditionne en grande partie l’adulte que l’on devient. Au départ c’est plus une réflexion d’ordre général, pas forcément reliée aux événements violents ou tragiques que l’on peut subir. Violence physique et/ou morale, mensonges, abandon… Peuvent radicalement une vie et c’est ce que j’ai voulu mettre en avant dans mes écrits.

Jean-Paul oui, j’aime beaucoup Maxime Chattam (notamment la trilogie du mal), Linwood Barclay et Stephen King.
Ça influence mon écriture, que je veux directe, précise et toujours du point de vue des personnages – l’auteur reste en retrait.🙂

Jean Paul👍

Maud : Alors justement tu abordes le sujet… quel lecteur es-tu ?

Cyril : Je suis gros consommateur de thriller, j’aime me poser des questions, échafauder des théories, être baladé et surpris  🙂

Maud : Des auteurs au-delà de ceux déjà cités ? Un endroit de prédilection pour lire?

Cyril : Pour l’écriture ? Non 🙂

Maud :  Non en tant que lecteurs 🤗

Cyril : En tant que lecteur je suis assez bon public, j’aime découvrir de nouveaux auteurs. Cette année j’ai découvert Denis Zott avec Maudite et la chute du cafard, mon ami Jacques Pons avec Organigramme

Je m’apprête à lire Mattias Koping (les démoniaques, le manufacturier) et Armelle Carbonnel (Sinestra). La liste est encore très longue (et le temps manque)  🙂

Jean Paul👍

Maud : Nous te comprenons tout à fait, c est pareil pour nous 😂

Cyril et Jean Paul😆

Cyril : Toujours côté lecture, j’aime être au calme, chez moi. Je ne lis pas dans les transports par exemple. J’ai besoin d’être dans ma bulle, comme quand j’écris.

Maud : 👍

Maud : Tu as déclaré faire des recherches pour ton prochain livre. Peux-tu nous en dire un peu plus?

Cyril : Il y a plusieurs axes de recherches, mais pour en citer un, je dirai les montages financiers et leurs dérives. C’est un exemple très spécifique qui sert le pan initial de l’intrigue, et en particulier le savoir d’un des personnages…
Dur d’en dire plus à ce stade, mais on ne sera pas du tout dans du thriller « financier » .🙂
Je passe souvent beaucoup de temps sur le background des personnages, leurs spécificités afin de « maîtriser » leurs connaissances du mieux possible, puisqu’elles vont conditionner leurs actions, leurs décisions, ainsi que leurs interactions avec les autres protagonistes.
J’ai utilisé la même méthode pour Grand Froid, par exemple avec la médecine légale.

Maud : 👍

Aline : Dans vos deux romans c’est « dis-moi ou tu veux aller et on ira ailleurs ». C’est une technique d’écriture ? Une façon de capter l’attention du lecteur ?

Cyril :  (hors interview: mince, je pensais avoir répondu!!! 😮 … pardon…) Une technique, je ne sais pas, mais en tant que lecteur, j’aime être baladé, manipulé… donc j’essaie de penser à cet aspect. Est-ce que j’ai ce qu’il faut pour surprendre le lecteur? Est-ce que c’est cohérent? Ce questionnement m’accompagne à chaque étape de l’écriture.

Aline : Parle-nous du lieutenant Loïc Mandé. Un auteur mettant souvent une par le lui dans ses romans, quelle part de vous empreinte-y-il ?

Cyril : Loïc est un personnage fort, c’est vrai. Bourru au grand cœur, je pense que c’est sa générosité et sa spontanéité qui sont un reflet de moi-même… toujours « à fond », réactif, brut de décoffrage, qui ne remet pas à demain ce qu’il pourrait faire tout de suite.  🙂
Un personnage que j’affectionne tout particulièrement.

Aline : Sauf erreur de la part, Grand froid a une fin ouverte. Pourrait-on être amené à retrouver Loïc dans d’autres aventures ?

Cyril : Exact… pour être honnête j’aimerais beaucoup revoir Loïc Mandé. Est-ce que ce sera une suite directe ou pas? Au vu de la fin de Grand Froid, ça n’est pas obligatoire (j’aime l’idée de laisser le lecteur se faire sa propre idée de la suite) C’est donc à voir… Mais j’y pense.

Jean Paul : 👍

Aline : Pourquoi cet attachement à ce personnage ?

Cyril : Pour les valeurs qu’il véhicule, et qui sont proches des miennes. Il est intègre, humble, un peu impulsif parfois, mais toujours dans l’humain et l’affectif. Je me reconnais fortement en lui et je veux le voir évoluer devant les lecteurs au-delà de Grand Froid.

Jean Paul : 👍

Aline : En lisant ce roman, Grand froid représente également la Mort. Elle est très présente, elle est même (pour moi) ombre de Lucas. Pourquoi cette place importante ?

Cyril : Parce qu’elle se prête bien à l’intrigue, à l’ambiance que je voulais instaurer pour cette histoire. Elle est toujours là, non loin, menaçante et contribue à l’atmosphère oppressante du livre. Le rythme s’en ressent également. Mais hormis cela, pas d’autre raison sous-jacente.

Aline : Originaire de Nîmes, expatrié au Japon. Grand froid se passe à Nantes. Pourquoi ce choix géographique ?

Cyril : C’est vrai que c’est le grand écart 😂. J’ai aussi passé 5 ans en Angleterre (Canterbury et Londres).
Nantes est une ville que je connais, qui me parle, et j’avais déjà en tête l’ouverture du récit et notamment l’île de Nantes.

Même hors écriture, je reste attentif aux lieux, aux évènements, l’inspiration n’est jamais très loin et j’ai toujours un cahier noir (mon « thriller book » 😂 – moi qui suis fan de death note) dans lequel je gribouille dès qu’un thème, un lieu, ou un personnage me vient à l’esprit.

C’est comme ça que « Nantes » s’est retrouvée couchée sur papier il y a un sacré moment déjà.

Aline : Le prochain roman se trouve dans le « thriller Book »?

Cyril : Le thème principal en fait partie ainsi que certains personnages forts que je voulais utiliser.
Pour le reste, tout évolue au fil de l’écriture – surtout sur la forme.
Pour Grand Froid, l’intrigue a énormément évolué en cours de route, j’avais notamment un « découpage » de l’intrigue assez différent (mais je ne peux pas en dire plus sans spoiler les potentiels lecteurs).

Aline : Est-il prévu des salons en France, Cyril ?

Cyril : Oui, pour l’instant seulement les Géants du Polar à Douai au mois de juin, pour lequel une seconde nouvelle devrait venir se greffer en début d’année au sujet de Grand Froid
Sinon, pas d’autres dates à ce jour, même si je ne désespère pas. Le roman a moins d’un mois, c’est déjà génial de recevoir de l’intérêt (et puis je découvre un peu tout ça 🙂 )

Aline : As-tu quelque chose à ajouter pour tes lecteurs ou futurs lecteurs ?

Cyril :Je souhaite vous remercier, sans vous, les livres ne vivraient pas bien longtemps… 🙂
C’est grâce à vous si Grand Froid prend un si bon départ…
J’espère que ce roman fera son petit bout de chemin, auprès de vous, dans les mois à venir 🙂.

Je vous souhaite à tous de bonnes fêtes de fin d’année ❄☃️🎄🎁 , surtout profitez de vos proches 😊 !

Jean Paul : 👍

Jean-Paul : Merci Cyril, désolé d’avoir été peu présent sur les échanges, mais j’ai vu que tu étais entre de bonnes mains !
À bientôt

Cyril : @Jean-Paul pas de problème 🙂 , merci à toi ainsi qu’@Aline et @Maud 😊🤗🤗

Maud 😍et Jean Paul👍

Aline : Merci Cyril de nous avoir consacré du temps. On te souhaite de bonnes fêtes de fin d’année. On se retrouve pour le prochain roman ! En attendant on souhaite à Grand froid tout le succès qu’il mérite. À tantôt.

Jean Paul : 👍

Cyril : Merci à tous, j’ai adoré ce format ! 🙂 bonnes fêtes de fin d’année, j’espère à très vite 😊😊

Geneviève : Merci à vous 4 pour cette interview bracelet électronique. Et à très bientôt. Nous vous promettons d’autres auteurs assignés à résidence ou même en GAV.