Rosny soit qui mal y pense saison 3, le retour


Hello mes polardeux

je reviens vous parler de Rosny soit qui mal y pense

qui aura lieu le week-end prochain.

Il y a eu quelques petits changement du coup voici les toutes dernières infos à savoir.

Pour la 3ème année consécutive, le salon du polar de la Fnac Rosny 2 revient le week-end du 18 et 19 mai prochain.

Ce salon nous est toujours proposé par la sémillante libraire de la Fnac, j’ai nommé Caroline Valat

Claire Favan succède à Olivier Norek et à Sire Cédric pour présider cette nouvelle édition. Elle sera présente sur les deux journées, voici le reste du casting :

Patrick Bauwen, Maxime Chattam, Paul Colize, R.J. Ellory, Johana Gustawsson, Nicolas Lebel, Jérôme Loubry, René Manzor, Agnès Naudin et Olivier Norek seront présents le samedi 18 mai de 11h à 18h.

Amélie Antoine, Solène Bakowski, Olivier Bal, Sandrine Collette, Jacques Expert, Eric Giacometti, Benoît Philippon, Jacques Ravenne, Cédric Sire et Franck Thilliez seront présents le dimanche 19 mai de 11h à 18h.

Cette année, des illustrateurs de bandes dessinées feront également partie du Salon, Stéphane Levallois et Michel Montheillet seront présents le samedi et Yomgui Dumont et Sandrine Goalec le dimanche.

Le comédien Lionel Aknine s’occupera de la partie animation une fois encore et vous fera gagner des lots de livres, des goodies ainsi que votre portrait robot.

Nouvelle nouveauté cette année, des blogueurs animeront des têtes à têtes avec les auteurs tout au long du week-end :

Il y aura toujours mes amis

Yvan Fauth du blog « Emotions-Blog littéraire et musical » https://gruznamur.com/,

David Smadja du blog « C’est contagieux » https://cestcontagieux.com/,

Ophélie Cohen du blog « Quand Ophé’Lit » http://www.quandophelit.fr/,

Jean-Paul Dos Santos Guerreiro du blog « Le ressenti de Jean Paul » https://leressentidejeanpaul.com/,

Mais il y aura aussi d’autres amies pour mon plus grand plaisir et le votre aussi j’espère

Delphine Leroy du blog « Mes évasions livresques »  http://aufildesevasionslivresques.blogspot.com/?m=1

et Maud Vandenbyvanghe du blog « Les lectures de Maud » https://leslecturesdemaud.com/

Et bien sur

Geneviève Van Landuyt (oups c’est moi) la porte-Flingue en chef du blog « Collectif Polar : Chronique de Nuit » https://collectifpolar.com/,

De plus

Un studio photo sera installé à l’entrée du magasin ayant pour décor une salle de tribunal et des ardoises sur cette thématique vous permettront de poser à plusieurs devant la photographe.

L’atelier maquillage a eu un succès fou l’année dernière et revient cette année ! Il vous sera proposé des maquillages effets spéciaux.

 

Les infos pratiques

Pour vous rendre au Salon, la Fnac se trouve au centre commercial Rosny 2 à Rosny sous Bois (93110).

 Si vous venez par le RER E, la station est Rosny Bois Perrier.

 Si vous venez en voiture par l’autoroute A86, prendre la sortie centre commercial Rosny 2.

 (n’hésitez-pas à vous garer sur les parkings du haut, il y a des travaux pour la future ligne de métro qui arrive bientôt)

 https://www.fnac.com/Rosny-2/Fnac-Rosny-2/cl64/w-4

 La Fnac Rosny 2 vous attend nombreux la semaine prochaine !

 https://www.facebook.com/events/2025763167715907/.

Voilà, j’espère vous y voir. Et si par hasard, je ne vous reconnaissais pas, (bien oui j’ai une mémoire de Dory et je ne suis pas physionomiste), venez me faire un petit coucou.

A bientôt mes polardeux.

Sinon ce sera à Saint Maur en Poche

 

Rencontre Jean-Christophe Portes


Rencontre Jean-Christophe Portes

Le 6 Avril à la MéMO D’Osny

Par Maud, aidée de Florence et d’Isabelle

Florence Labbe recevait Jean-Christophe Portes, l’occasion d’échanger avec l’auteur et des lecteurs sur l’ensemble de ses œuvres.

   

J’ai demandé à Florence, pourquoi avait-elle choisit cet auteur ?

A toi Florence :  Pour faire connaître un auteur local, permettre à des lecteurs qui ne connaissent pas, de découvrir le genre policier historique, promouvoir son dernier roman.

Nos lecteurs n’ont pas trop la pratique des salons, et organiser ces rencontres, c’est aussi inciter , préparer les usagers à rejoindre Polar’osny.

Et puis j’ai beaucoup aimé son documentaire, et son dernier roman. C’est aussi un auteur adorable, assez timide au départ mais très disponible.

Sur 5 rencontres, deux auteurs de romans policiers Didier Fossey, Eric Dupuis, ensuite Jean-Christophe Portes, après un univers plus féminin, avec Frédérique-Sophie Braize, qui fait beaucoup de recherche en amont de ses romans (le radium et ses dégâts dans sœurs de lait, une fille mère sans le sous fin du 19e avec des siamoises, pour lily sans logis. Et Isa et ses grenouilles le 8 juin.

(Ndlr : Isa, c’est Isabelle Bourdial avec son livre Sale temps pour les grenouilles)

Pour ma part, je suis venue car j’ai découvert l’auteur à travers son personnage de Victor dans sa série historique et je souhaitais en savoir plus sur ses autres livres. Et j’en appris beaucoup, je me suis laissée tenter et j’ai craqué en prenant tous ceux qui me manquait. Il parle de son écriture avec passion, nous explique ses choix et forcément on se laisse happer par ses récits.

Sur place, ravie d’avoir croisé Lolo Brodeuse, lectrice passionnée avec qui j’ai beaucoup échangé. Mais aussi une auteur, flingueuse Isabelle Bourdial, à qui je me suis permise également de demander pourquoi elle était venue et son ressenti sur cet moment de partage.

Isabelle c’est à toi : voilà ce que je peux te dire à propos de la rencontre-dédicace de Jean-Christophe Portes à la MéMO.

Jean-Christophe est un des auteurs les plus prolifiques que je connais. Son oeuvre est particulièrement diversifiée. On le doit à son insatiable curiosité et à son envie de partager, des qualités mises à profit et développées par ses activités de journaliste.

En janvier 2018, lors de l’inauguration de Polar’Osny, il rencontre le colonel Touron, qui dirige l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale. D’une discussion impromptue nait l’idée d’un livre sur les scientifiques qui y travaillent. Les experts du crime verra le jour à peine quelques mois plus tard.

La série historique autour des aventures de Victor Dauterive, gendarme sous la Révolution française, s’enrichit d’année en année, et compte pas moins de 4 titres.

Jean-Christophe a également signé un livre témoignage du Dr Colette Brull-Ulmann, publié comme les autres aux éditions City.

Et voilà que sort un nouveau roman, Minuit dans le jardin du manoir, présenté comme un polar classique.

Autre nouveauté, il est publié cette fois aux célèbres éditions du Masque.

Forcément, j’ai voulu en savoir plus sur ce titre, sa genèse, les circonstances de sa sortie. J’étais poussée à la fois par mon envie de lectrice de découvrir ce roman au titre évocateur (l’histoire commence avant même d’ouvrir le livre !) et ma curiosité d’auteure.

Qu’est-ce qui avait bien pu pousser Jean-Christophe Portes à délaisser pour un temps le roman historique ?

Pourquoi ce changement d’éditeur ?

Et voilà comment j’ai atterri à la MéMO ce samedi 6 avril. Comme à son habitude, Jean-Christophe était serein, prenait le temps de répondre à chaque personne. Lorsque mon tour est venu, j’ai enfin eu les réponses à mes questions.

Minuit a été écrit après le premier tome de Victor Dauterive.

Le romancier ne pensait pas que son gendarme remporterait un tel succès et s’était essayé au polar contemporain.

Ce n’est que récemment qu’il a envoyé le manuscrit aux éditions du Masque qui a immédiatement voulu le publier.

Il me reste à pousser la barrière et à pénétrer, au beau milieu de la nuit, dans ce mystérieux jardin.

Voilà de nouveau un excellent moment, le temps a filé à une vitesse vertigineuse !!! Je remercie Florence pour son accueil et les dragibus !!! Je reviendrai c’est sûre !!!

Salon du livre de Bussy Saint Georges, le rapide retour de Maud


Salon du livre de Bussy Saint Georges,

le rapide retour de Maud

Le 16 Février 2019 se tenait la 2ème Edition du Salon de Bussy Saint Georges (77)

De nombreux auteurs ont participé à l’événement, toutes littératures confondues.

Avec mes deux complices, Delphine et Claire, nous nous sommes retrouvées vers 14H00, afin de profiter ensemble de cet après-midi.

J’ai été très heureuse d’échanger avec BA Paris sur ma lecture Les Dix Petites Poupées, un moment très agréable facilité par le fait que l’auteur parle très bien français.

Ensuite, un petit bonjour à Jean-Marie Palach que j’avais découvert avec Du Sang sur le Tapis Rouge

Un petit coucou à Didier Fossey que je n’ai pas encore lu mais qui est présent dans ma PAL

J’ai été ravie de retrouver la pétillante Sacha Erbel, dont j’avais lu l’Emprise des Sens et dont je suis impatiente de lire le suivant, en compagnie de Thierry Berlanda

Et maintenant passons aux découvertes fantastiques avec Pierre Brulhet

et David Royer.

C’est Dead Note qui va être content

 

Lors de nos déambulations dans les allées, nous avons pu croiser un Homme hors du temps, Un Gardien du Salon peut être 😉

Et voilà un très bon moment de passé, de très bons échanges, des fous rires et bien sûre quelques emplettes (raisonnables) !! A bientôt pour le prochain salon

Salon paris 7 : 5e Lire c’est Livre


Salon paris 7

26 Janvier 2019, 5ème Edition du Salon du Livre de la Marie du 7ème !!

Nous nous rendons sur les lieux vers 14H, malgré les soucis de transports liés aux différentes manifestations des gilets jaunes.

Je remercie chaleureusement David Smadja pour l’organisation de ces rencontres, une très belle affiche.

Pour moi, connaissant peu d’auteurs présents je suis ravie de faire de nouvelles connaissances.

Toujours équipée de mon cadavre je suis ravie de le faire gribouiller à Yvan Fauth, Isabelle Bourdial

et Danielle Thiery, entre autres.

 

Timidement je suis allée à la rencontre de Karine Giebel, que je n’ai pas encore lu

et de Romain Slocombe dont j’ai découvert le premier volet sur les bons conseils de notre Cheffe Geneviève.

Toujours un plaisir de croiser René Manzor, un auteur que j’apprécie beaucoup.

Ayant lu Les loups à leur porte et Héléna, c’est enthousiaste que je vais à la rencontre de l’auteur, Jérémy Fel.

J’ouvre maintenant la partie grande découverte de ce salon,

j’ai eu la joie de faire la connaissance de Jérôme Attal, récemment rencontré lors de la soirée « Rock Fictions » ;

d’Elsa Roch

et de Ludovic Misérole.

Je repars équipée afin de découvrir ces nouveautés.

Les salons sont aussi l’occasions de retrouver les copains lecteurs, blogueurs et chroniqueurs.

Les photos parlent d’elles-mêmes.

Nous avons passés un excellent moment ensemble.

Afin de prolonger ce moment, nous cheminons ensemble jusqu’au métro.

Bref, en un mot c’était génial et je me félicité d’avoir su rester raisonnable, pour combien de temps ?

Papote d’auteur, Maud était avec Cécile Pellault


Papote d’auteur, Maud était avec Cécile Pellault

Papote d’auteur, Maud était avec Cécile Pellault

Bonjour Cécile Pellault, Je vous remercie d’avoir accepté cet entretien qui va nous permettre de mieux vous connaître. Ne vous inquiétez pas, il ne s’agit pas d’un interrogatoire, pas besoin de témoins ou d’avocat. (humour)

Me voilà rassurée par ce préambule, je suis tout de suite plus à l’aise de ne pas avoir à brandir la convention de Genève à tout bout de champ 😉

Maud : Pouvez-vous nous parler un peu de vous : que faîtes-vous dans la vie ? Vos passions ? Vos goûts musicaux ? Vos loisirs ? Comment êtes-vous venue à l’écriture ?

Et oui les lecteurs sont très curieux !

Oh punaise, tout ça !!

Mes passions : les voyages et les préparer ! Le bonus ; je le fais avec mes trois hommes et ils nourrissent mon écriture.

Mes gouts musicaux : assez variés quoique, pas très français, à part mon amour de jeunesse JJG, je suis plutôt anglo-saxonne ; rock, folk, 90’s, jazz, soul et un peu de rap et de RNB. Mes playlists accompagnent mon écriture. Très 90s pour le Brouillard d’une vie, très Folk pour le prochain à paraître, très pop mélancolique pour celui que je suis en train d’écrire.

Mes loisirs ; lecture, musées, expos, ciné, les séries coréennes sur Netflix 😉 enfin tout ce qui nourrit les voyages physiques ou imagniaires !

L’écriture : Après mes études en école de commerce international, j’ai enchainé les jobs dans des PME, start-up, multinationale, j’ai détesté chacune de mes expériences ! Quand nous avons déménagé à Bruxelles, je suis devenue Bénévole pour Oxfam, Maman et Auteure de mon premier roman Sérial belle fille. C’est trois axes sont ce qui me définit encore aujourd’hui même si les lieux et les domaines de bénévolat et d’écriture sont différents.

Maud : Sérial Belle-Fille est votre premier roman. Comment a germé cette histoire ? 

C’est toujours assez dur de dire comment les idées germent. Mais mes premiers écrits étaient des comédies et le rire est une bonne thérapie. Je voulais une histoire d’amitié, des relations qui peuvent parler à tout le monde qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Et j’ai certainement fait un mash-up dans un coin de mon esprit entre les réunions des Alcooliques Anonymes et le chaos des relations belle-mère, belle-fille !

Maud : Une anecdote sur cet opus en particulier ? Lors de l’écriture ou retour de lecture ?

Ce livre sera pour moi toujours associé à l’image de mon petit garçon de deux ans qui souffle sur les enveloppes de mes manuscrits envoyés à la poste d’Ixelles pour leur porter chance.

En souvenir moins émotionnel mais qui me fait tout autant sourire à chaque fois, la première chose dont mon frère m’a parlé après sa lecture, c’est d’un bref passage où il est question d’une petite culotte arrachée !! On a tous des niveaux de lectures différents.

 

Maud : Vos plus belles joies en tant qu’auteur ? Vos « pires » moments ?

Pour en avoir discuter avec mes collègues, je crois que l’une de nos plus belles réussites est d’arriver à captiver un lecteur qui lit peu mais en gros tous les lecteurs et lectrices qu’on embarque avec nous dans nos histoires font chaud au cœur. Les rencontres avec d’autres auteurs, les salons où les organisateurs nous accueillent avec chaleur, les simples curieux, les bloggeuses passionnées qui au moins viennent à notre rencontre, tous ces moments sont les moments qui nous font avancer.

Les pires moments sont souvent liés à la promotion, à la recherche d’une maison d’édition qui sont souvent aussi synonymes de piétinement du notre infime confiance en nous 😉 Et les mauvaises critiques qui voudraient qu’on les prenne avec grâce et qui sont souvent persuadés que c’est pour notre bien et bien plus véridiques que les bonnes, majoritaires.

Maud : Quelle lectrice êtes-vous ? Votre genre de prédilection ? Un moment et/ou endroit qui est propice à la lecture ?

Terrible, j’ai l’attention d’un poisson rouge parfois. Si je n’accroche pas, j’abandonne sans un regard pour ma victime enfin si avec un peu de culpabilité pour le travail de l’auteur ! C’est pour moi le seul domaine littéraire où je ne veux aucune obligation ! Par contre, quand je dévore, je ne suis là pour personne et ce depuis l’enfance ! Sinon n’importe quand et n’importe où, pourvu qu’on est l’ivresse !

 

Maud : Successivement vous avez écrit On ne choisit pas sa famille et Le brouillard d’une vie, dont j’espère nous aurons l’occasion de reparler ensemble. Etes-vous déjà sur d’autres projets ? Oui oui, là c’est lectrice impatiente que je suis qui s’exprime.

En matière d’écriture, depuis 2005, même si j’ai fait de longues pauses pour le long entre On ne choisit pas sa famille et Le brouillard d’une vie, il y a ou il y a eu toujours quelque chose, quelques projets ;  des blogs, des nouvelles, des poèmes, des lectures … L’année dernière, j’ai eu par exemple la publication successivement d’un poème « Le grésillement de la radio » dans une revue, d’une nouvelle « Désespoir fraternel » qui revisite Hansel et Grethel et le décorticage d’un cadavre exquis avec le Collectif Polar. Mes différentes activités se nourrissent les unes de autres.

Le Brouillard d’une vie est né d’une courte nouvelle que je n’ai pas pu lâcher et Les voix meurtries dont je vais pourvoir parler bientôt et qui devrait sortir en juin est aussi inspirées de nouvelles et de personnages que j’ai parfois esquissé ici et là. Et j’ai commencé depuis peu l’écriture d’une aventure anglaise…

Merci beaucoup Cécile de nous avoir accordé ces instants, je vous laisse le mot de la Fin :

Merci à vous de m’avoir écoutée, faite parler et de faire vivre mes personnages en les lisant. Ils sont nés avec moi mais ils vivent grâce à leurs lecteurs et lectrices et grâce à ceux qui ont la passion de faire partager leurs lectures avec les autres !!

Papote d’auteur : Maud était avec Mickaël Koudero


Papote d’auteur : Maud était avec Mickaël Koudero

Bonjour Mickaël, je vous remercie de nous accorder quelques instants.

 

Maud : Pourriez-vous nous parler un peu de vous… Les lecteurs sont en général très curieux…

Mickaël : Vastes questions. Dans la vie j’ai la chance de passer mon quotidien à écrire. Que ce soit des scénarios, des romans ou alors pour un jeu vidéo. J’aime varier ces formes d’écriture. Sinon j’aime beaucoup l’Histoire, tout ce qui touche à la culture en générale ou encore le football (supporter du PSG depuis tout petit). Niveau musical, j’écoute énormément de bandes originales en écrivant. Autrement, je privilégie les podcasts (émission de faits divers, émissions historiques ou sportives).

Quant à l’écriture, j’ai commencé très tôt, tout gamin. À l’époque j’écrivais des scénarios et m’amusait à les tourner avec mes copains.

Maud : Parlons de la dernière sortie, le 7 Février dernier, La Faim et la Soif, votre troisième livre. Comment vous est venue l’inspiration de ce thème ?

Mickaël : Pour être plus précis, c’est mon deuxième roman. Le premier,  Les enfants d’Érostrate  est paru en autoédition et, ensuite, il a été réédité par une maison d’édition sous le titre  Des visages et des morts.

Quant à l’histoire de  La faim et la soif, elle est arrivée progressivement, au fil de l’écriture. À la base, j’avais le contexte général : la Roumanie, Ceaușescu, le mythe du vampire (les vrais comme les faux). Ensuite, c’est en me documentant que j’ai pu appuyer les détails de l’histoire et tisser ma toile. Avant toute chose, j’ai besoin de trouver MON idée principale. Une idée suffisamment forte pour pouvoir tenir plusieurs mois d’écriture sans m’en lasser et qui peut me permettre de dériver sur d’autres sujets annexes.

Maud : Une anecdote sur ce livre en particulier?

 Mickaël : La première anecdote qui me vient à l’esprit est celle-ci : le livre a été écrit sur trois continents. En Europe, en Amérique et en Océanie. Respectivement Paris, Montréal et Wellington.

 

 Maud : Vos plus belles joies en tant qu’auteur? Vos «pires» moments?

 Mickaël : Je retiens de très beaux moments comme ma signature chez Hugo et Cie et ma rencontre avec Bertrand (éditeur chez Hugo). Je suis convaincu qu’être bien entouré est primordial si l’on souhaite avancer et construire quelque chose de solide sur la durée. Que ce soit avec Bertrand ou toute l’équipe d’Hugo et Cie, je me sais chanceux.

Il y a aussi les retours de lectures qui sont de magnifiques récompenses tout comme ceux des blogueurs (ses).

Quant aux pires moments, ils ne valent pas la peine qu’on en parle.

Maud : Après le côté auteur, quel lecteur êtes-vous?

 Mickaël : Je suis un lecteur qui ne lit pas assez à mon goût. Quand j’écris, je lis pas ou peu de romans. Me lecture principale se concentre sur la documentation. En revanche, entre deux phases d’écritures, j’en profite pour rattraper mon retard sur certains titres.

Généralement, je lis le soir, essentiellement du thriller ou du roman noir.

Maud : Je vais terminer par une indiscrétion, un projet de roman ou autre?

 Mickaël : Le prochain roman est dans les tuyaux. Je suis en plein travail. J’espère pouvoir le finir en milieu d’année et le présenter à mon éditeur. Le sujet ? Trop vague pour le moment, mais ce sera un thriller avec une dose d’horreur/fantastique…

Nous verrons bien ! 😉

Maud : Impatiente je suis déjà!!! Je vous remercie pour cet échange très sympathique 

Mickaël : Merci à vous Maud !

Assigné à résidence : L’interview bracelet électronique 4, Cyril Carrère


Nouvelle innovation au collectif Polar :

l’interview « bracelet électronique ».

C’est une mesure d’aménagement de peine permettant de réaliser une interview de longue haleine sans obliger l’auteur à être incarcéré. Juste  » Assigné à résidence »

Contrairement à la GAV qui est bien délimitée dans le temps, l’interview bracelet électronique est plus « libre ». Elle peut se dérouler sur plusieurs jours.

Le quatrième auteur ayant dû vivre son quotidien avec le bracelet électronique est…

Cyril Carrère


Aline : Bonsoir à tous, C’est ici que se déroulera l’interview bracelet électronique Grand Froid. Merci Cyril d’accepter cet échange. Peux-tu te présenter aux lecteurs / lectrices qui ne te connaissent pas encore ?

Maud et Jean Paul : 😍

Jean-Paul : Bonsoir Cyril, merci à toi de te prêter au « jeu » !

Maud : 😍

Geneviève : Ok je vous suis de loin mais je garde un oeil sur vous les Flingueuses

Maud : Ah OK ! 

Cyril : Bonjour Aline Jean-Paul et Maud, merci à vous de me proposer cette interview !
Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis un jeune auteur de thriller de 35 ans, français expatrié au Japon depuis début 2018.
Bien que Messin de naissance, j’ai grandi à Nîmes où j’ai encore de solides attaches.
J’ai publié deux thriller cette année :
Le Glas de l’innocence, dont l’intrigue se déroule au Japon sur deux époques différentes ;
Grand Froid, dont l’intrigue prend racine dans l’ouest de la France. Ce roman a été finaliste du concours VSD-Michel Bussi, qualifié avec le plus grand nombre de votes du public.
Hormis l’écriture, j’aime faire du sport, voyager, découvrir de nouvelles cultures et… lire  🙂 . Avant d’être un auteur je suis un lecteur passionné.

Maud 😍et Jean Paul👍

Maud : Bonjour. Comment t’es venu le thème de Grand froid? Les personnages ?

Cyril : J’avais le thème en tête depuis un certain moment déjà, bien avant le concours. J’ai fait énormément de recherches, beaucoup lu sur le sujet… je laisserai le soin aux lecteurs de découvrir de quoi il en retourne 🙂
Quant aux personnages, au départ je n’avais que Lucas et Gaëlle (sa mère) en tête.
Très vite Jean-Philippe s’est ajouté à l’équation.
Loïc Mandé est un personnage que j’avais aussi prévu de faire apparaître. Pour les autres, ils sont nés au fur et à mesure, même si ma trame était prête (dans les grandes lignes)

Jean-Paul : Combien de romans as-tu écrit à ce jour ? Mais surtout à quel moment et pourquoi as-tu eu l’envie de partager tes textes et d’être publié ?

Maud : Tu veux bien nous parler de ton aventure dans le concours Fyctia?

Cyril : J’ai écrit 3 romans. Avant Le Glas de l’innocence et Grand Froid, j’ai écrit une dystopie, Greyworld (avec laquelle j’ai fait mes armes sur le site Fyctia il y a un peu plus de 2 ans).
Sinon, j’ai toujours écrit dans mon coin. C’est en découvrant le site Fyctia que j’ai essayé de partager mes écrits – sans grande conviction au début. Mais les retours ont été bons, et je me suis pris au jeu. J’ai participé à deux concours :
Un concours thriller parrainé par B.A. Paris, où j’ai été finaliste (classé second) avec la première version du Glas ;
Puis le concours VSD-RTL Michel Bussi avec la première version de Grand Froid, qui a recueilli un grand nombre de votes du public (autant que Vincent Hauuy l’année précédente avec Le Tricycle Rouge).
L’aventure Fyctia a été riche sur le plan humain, je m’y suis fait des amis parmi les auteurs, j’y ai aussi gagné un lectorat – Grand Froid a été très suivi, très commenté, et certains « Fyctionnautes » lisent encore les chapitres que j’ai écrits dans le cadre du concours… 🙂
Une très belle expérience.

Maud 😍et Jean Paul👍

Aline : Qu’est ce qui a fait qu’un jour tu as eu envie de partager tes textes ? Une sorte de test pour savoir si tu devais continuer ou pas d’écrire ?

Jean Paul : 👍

Cyril : Une sorte de test pour voir comment ce serait reçu… mais même si ça n’avait pas été concluant, j’aurais continué à écrire dans mon coin  🙂

Aline :  👍 Dans Le Glas de l’innocence, nous avons un enfant malmené. Dans Grand froid, encore une enfance particulière. Pourquoi ce thème récurrent de l’enfance ?

Jean-Paul : Ton écriture est-elle influencée par d’autres auteurs ? Des auteurs que tu aimes forcément. Si oui, lesquels ?

Cyril : C’est un sujet qui me tient à cœur – l’enfance que l’on vit conditionne en grande partie l’adulte que l’on devient. Au départ c’est plus une réflexion d’ordre général, pas forcément reliée aux événements violents ou tragiques que l’on peut subir. Violence physique et/ou morale, mensonges, abandon… Peuvent radicalement une vie et c’est ce que j’ai voulu mettre en avant dans mes écrits.

Jean-Paul oui, j’aime beaucoup Maxime Chattam (notamment la trilogie du mal), Linwood Barclay et Stephen King.
Ça influence mon écriture, que je veux directe, précise et toujours du point de vue des personnages – l’auteur reste en retrait.🙂

Jean Paul👍

Maud : Alors justement tu abordes le sujet… quel lecteur es-tu ?

Cyril : Je suis gros consommateur de thriller, j’aime me poser des questions, échafauder des théories, être baladé et surpris  🙂

Maud : Des auteurs au-delà de ceux déjà cités ? Un endroit de prédilection pour lire?

Cyril : Pour l’écriture ? Non 🙂

Maud :  Non en tant que lecteurs 🤗

Cyril : En tant que lecteur je suis assez bon public, j’aime découvrir de nouveaux auteurs. Cette année j’ai découvert Denis Zott avec Maudite et la chute du cafard, mon ami Jacques Pons avec Organigramme

Je m’apprête à lire Mattias Koping (les démoniaques, le manufacturier) et Armelle Carbonnel (Sinestra). La liste est encore très longue (et le temps manque)  🙂

Jean Paul👍

Maud : Nous te comprenons tout à fait, c est pareil pour nous 😂

Cyril et Jean Paul😆

Cyril : Toujours côté lecture, j’aime être au calme, chez moi. Je ne lis pas dans les transports par exemple. J’ai besoin d’être dans ma bulle, comme quand j’écris.

Maud : 👍

Maud : Tu as déclaré faire des recherches pour ton prochain livre. Peux-tu nous en dire un peu plus?

Cyril : Il y a plusieurs axes de recherches, mais pour en citer un, je dirai les montages financiers et leurs dérives. C’est un exemple très spécifique qui sert le pan initial de l’intrigue, et en particulier le savoir d’un des personnages…
Dur d’en dire plus à ce stade, mais on ne sera pas du tout dans du thriller « financier » .🙂
Je passe souvent beaucoup de temps sur le background des personnages, leurs spécificités afin de « maîtriser » leurs connaissances du mieux possible, puisqu’elles vont conditionner leurs actions, leurs décisions, ainsi que leurs interactions avec les autres protagonistes.
J’ai utilisé la même méthode pour Grand Froid, par exemple avec la médecine légale.

Maud : 👍

Aline : Dans vos deux romans c’est « dis-moi ou tu veux aller et on ira ailleurs ». C’est une technique d’écriture ? Une façon de capter l’attention du lecteur ?

Cyril :  (hors interview: mince, je pensais avoir répondu!!! 😮 … pardon…) Une technique, je ne sais pas, mais en tant que lecteur, j’aime être baladé, manipulé… donc j’essaie de penser à cet aspect. Est-ce que j’ai ce qu’il faut pour surprendre le lecteur? Est-ce que c’est cohérent? Ce questionnement m’accompagne à chaque étape de l’écriture.

Aline : Parle-nous du lieutenant Loïc Mandé. Un auteur mettant souvent une par le lui dans ses romans, quelle part de vous empreinte-y-il ?

Cyril : Loïc est un personnage fort, c’est vrai. Bourru au grand cœur, je pense que c’est sa générosité et sa spontanéité qui sont un reflet de moi-même… toujours « à fond », réactif, brut de décoffrage, qui ne remet pas à demain ce qu’il pourrait faire tout de suite.  🙂
Un personnage que j’affectionne tout particulièrement.

Aline : Sauf erreur de la part, Grand froid a une fin ouverte. Pourrait-on être amené à retrouver Loïc dans d’autres aventures ?

Cyril : Exact… pour être honnête j’aimerais beaucoup revoir Loïc Mandé. Est-ce que ce sera une suite directe ou pas? Au vu de la fin de Grand Froid, ça n’est pas obligatoire (j’aime l’idée de laisser le lecteur se faire sa propre idée de la suite) C’est donc à voir… Mais j’y pense.

Jean Paul : 👍

Aline : Pourquoi cet attachement à ce personnage ?

Cyril : Pour les valeurs qu’il véhicule, et qui sont proches des miennes. Il est intègre, humble, un peu impulsif parfois, mais toujours dans l’humain et l’affectif. Je me reconnais fortement en lui et je veux le voir évoluer devant les lecteurs au-delà de Grand Froid.

Jean Paul : 👍

Aline : En lisant ce roman, Grand froid représente également la Mort. Elle est très présente, elle est même (pour moi) ombre de Lucas. Pourquoi cette place importante ?

Cyril : Parce qu’elle se prête bien à l’intrigue, à l’ambiance que je voulais instaurer pour cette histoire. Elle est toujours là, non loin, menaçante et contribue à l’atmosphère oppressante du livre. Le rythme s’en ressent également. Mais hormis cela, pas d’autre raison sous-jacente.

Aline : Originaire de Nîmes, expatrié au Japon. Grand froid se passe à Nantes. Pourquoi ce choix géographique ?

Cyril : C’est vrai que c’est le grand écart 😂. J’ai aussi passé 5 ans en Angleterre (Canterbury et Londres).
Nantes est une ville que je connais, qui me parle, et j’avais déjà en tête l’ouverture du récit et notamment l’île de Nantes.

Même hors écriture, je reste attentif aux lieux, aux évènements, l’inspiration n’est jamais très loin et j’ai toujours un cahier noir (mon « thriller book » 😂 – moi qui suis fan de death note) dans lequel je gribouille dès qu’un thème, un lieu, ou un personnage me vient à l’esprit.

C’est comme ça que « Nantes » s’est retrouvée couchée sur papier il y a un sacré moment déjà.

Aline : Le prochain roman se trouve dans le « thriller Book »?

Cyril : Le thème principal en fait partie ainsi que certains personnages forts que je voulais utiliser.
Pour le reste, tout évolue au fil de l’écriture – surtout sur la forme.
Pour Grand Froid, l’intrigue a énormément évolué en cours de route, j’avais notamment un « découpage » de l’intrigue assez différent (mais je ne peux pas en dire plus sans spoiler les potentiels lecteurs).

Aline : Est-il prévu des salons en France, Cyril ?

Cyril : Oui, pour l’instant seulement les Géants du Polar à Douai au mois de juin, pour lequel une seconde nouvelle devrait venir se greffer en début d’année au sujet de Grand Froid
Sinon, pas d’autres dates à ce jour, même si je ne désespère pas. Le roman a moins d’un mois, c’est déjà génial de recevoir de l’intérêt (et puis je découvre un peu tout ça 🙂 )

Aline : As-tu quelque chose à ajouter pour tes lecteurs ou futurs lecteurs ?

Cyril :Je souhaite vous remercier, sans vous, les livres ne vivraient pas bien longtemps… 🙂
C’est grâce à vous si Grand Froid prend un si bon départ…
J’espère que ce roman fera son petit bout de chemin, auprès de vous, dans les mois à venir 🙂.

Je vous souhaite à tous de bonnes fêtes de fin d’année ❄☃️🎄🎁 , surtout profitez de vos proches 😊 !

Jean Paul : 👍

Jean-Paul : Merci Cyril, désolé d’avoir été peu présent sur les échanges, mais j’ai vu que tu étais entre de bonnes mains !
À bientôt

Cyril : @Jean-Paul pas de problème 🙂 , merci à toi ainsi qu’@Aline et @Maud 😊🤗🤗

Maud 😍et Jean Paul👍

Aline : Merci Cyril de nous avoir consacré du temps. On te souhaite de bonnes fêtes de fin d’année. On se retrouve pour le prochain roman ! En attendant on souhaite à Grand froid tout le succès qu’il mérite. À tantôt.

Jean Paul : 👍

Cyril : Merci à tous, j’ai adoré ce format ! 🙂 bonnes fêtes de fin d’année, j’espère à très vite 😊😊

Geneviève : Merci à vous 4 pour cette interview bracelet électronique. Et à très bientôt. Nous vous promettons d’autres auteurs assignés à résidence ou même en GAV.

La Saint Valentin des flingueuses 2019


La Saint Valentin des flingueuses 2019

L’année 2018 fut riche en rencontres, et aventures polardeuses au Collectif Polar.  Les Flingueuses sont ravies de vous présenter leurs amoureux(ses) littéraires de l’année : auteur(e)s, flingueuses, livres, partenaires de crime, porte-flingue, polymorphes… Nous ne sommes pas sectaires dans nos amours au Collectif et vous, quels ont été en 2018 ou seront vos amoureux en 2019?

51530741_360864038089392_6197309870195081216_n

Je laisse la parole aux Flingueuses pour vous dévoiler leur Valetin(e) :

 


Ophélie : Elsa, ma Dark Swan de la littérature noire, un coup de foudre!

 

Elsa Roch et Ophélie

 

Marc : L’amour c’est aussi « Ça ».

 

(NDLR : Il fallait bien que chez les flingueuses il y ait un fan du Maître, stephen King)

Sacha : Alors voilà mon coup de coeur littéraire, de l’année mais pas que…

 

Sacha Erbel et sire Cédric Sire

 

Geneviève: Une des plus belles rencontres de l’année. Cela a d’accord été un coup de foudre pour son écriture de laquelle je suis ressortie en mode « Cabossé » Ensuite j’ai rencontré le jeune homme, il m’a tout de suite présentée à sa Mamie, centenaire, féministe et serial Killeuse. Vous pensez, je les ai tout de suite adoptés lui et sa Mamie Luger.

Ge et Benoit Philippon

So Fiou : Un valentin ? SAUF m’a emmenée au 7ème ciel.

 

Hervé Commère et Sofia

Aline :  Une Flingueuse, ça ne rigole pas ! Non, Flingueuse ce n’est pas une partie de rigolade !

Miss Aline et Ge son porte Flingue en goguette !

Sylvie : Mon coup de cœur littéraire de l’année !

 

Lou Vernet avec notre Sylvie K

Eppy Fanny : Avec le Flamboyant Nicolas Lebel, créateur d’une grenouille faisandée dont je suis fan.

 

Eppy Fanny et Nicolas Lebel

Isabelle : En 2018, Sandrine Collette m’a bluffée par sa plume sobre et percutante, par sa finesse et sa gentillesse. J’en suis toute éblouie !

 

Isabelle Bourdial notre légiste en chef interviewant Sandrine Collette lors du 1er Festival Polar’Osny

Danièle : Deux flingueuses en accord parfait pour feu de tout bord ! Le collectif … une merveilleuse occasion de rencontre.

Miss Aline et Mamie Danièle lors de leur première rencontre.

Jean-Paul : Deux bonnes têtes de vivant, deux loups, un pouce et trois têtes de mort…

Jean Paul et Jacques Saussey

 

Maud : Anniversaire et intronisation inoubliables entre flingueuses et une auteure flingueuse, légiste et Reine des gommettes.

de gauche à droite, Ge porte Flingue, Cécile Pellault, auteur et légiste, Maud intronisée Flingueuse le jour de son anniv. et Ophélie sa Jumelle

Nick : Je refuse de faire partie d’un club qui m’accepterait comme membre.

Nick Gardel notre Nervi avec Henri Loevenbruck, Ian Manook et Jean Luc Bizien, 3 auteurs de la ligue de l’imaginaire

Florence : Un coup de coeur pour un roman noir magnifique. Il y est aussi question d’amour, alors pour la Saint-Valentin, il me va bien.

Florence notre nouvelle flingueuse stagiaire a un coup de cœur pour Hervé Commère, elle aussi !

Isabelle : Coup de foudre littéraire 2019 ! Angoissant, troublant, intense, puissant. Entrée fracassante d’Antoine Renand’.

Isabelle Cerruti

La petite dernière des Flingueuses, Isabelle du coup nous présente un coup de cœur 2019.

Ge², le double maléfique  : Ni dieu ni maitre ! Quelques maîtresses… Et un Pouy.

Jean Bernard Pouy et Ge notre porte Flingue

Cécile : A fleur de cadavre ; mon aventure polyamoureuse exquise de 2018 !

Les légistes, Cécile Pellault, Isabelle Bourdial et Ge la porte Flingue et notre exquis macchabée

BONNE ST VALENTIN  de POLARDEUX(SES) A VOUS !!!

4 ans du blog : le concours duo


4 ans du blog : le concours duo.

Aujourd’hui c’est officiellement nos 4 ans.

Et pour fêter nos 4 ans j’ai voulu associer une flingueuse à la fête. 

En effet Maud vient juste de créer son blog, Les lectures de Maud,

Aussi  allons nous organiser


Le concours duo

 

Alors pour jouer ça va être simple

Il vous faudra être abonner à nos deux blogs

Les lectures de Maud et Collectif Polar, chronique de nuit

et allez liker les pages facebook respectives de nos deux blog

Collectif Polar

Les lectures de Maud

Ensuite il vous faut répondre aux questions posées sur chaque blog.

 

3 questions sur Les lectures de Maud

et

3 questions sur Collectif Polar

Répondez au 6 questions et donner les bonnes réponses et vous pourrez gagner un de nos exquis cadavres exquis.

6 questions, 6 exemplaires à gagner, 6 lauréats.

Oui je sais ça fait peur ces trois 6 alignés !

 

C’est vrai qu’au départ j’avais pensé 4 ans du blog, 4 questions et 4 exemplaires à gagner.

Mais c’est sympa aussi qu’il y ait 4 + 2 gagnants en plus, non  ?

 

A fleur de cadavre exquis 5 ex

Les lauréats seront tirés au sort !

 

Les questions maintenant.

Quel surnom à Maud chez les flingueuses ?

Qui accompagne Maud dans ses lectures fantastiques ?

Qui a fait le bandeau du blog Les lectures de Maud  ?

 

Pour continuer à jouer, retrouvez les 3 dernières questions Ici sur le blog de Maud

Bonne chance à vous tous

Salon de Nemours le retour de Maud


Salon de Nemours le retour de Maud

 

 

Salon de Nemours  samedi 12 Janvier 2019

Aux environs de 10H00 je récupère Estelle et nous voici parties pour ce premier salon de l’Année !!!

Comme les dédicaces ne commençant qu’à 14h30 ce samedi…

La première partie du salon se déroule en off  au restaurant

NDLR : Pas de resto auteurs- flingueuses sans mojito !

où se sont retrouvées auteurs, lecteurs et autres blogueurs,

le tout organisé par Annie des Plumes Noires !!!!

Chapeau et mille mercis !!! Un très chouette moment.

Après cette parenthèse enchantée il a fallu se rendre au salon.

NDLR : 4 flingueuses et un mini flingue dans un espace réduit, ça promet

Le trajet restaurant- salon je le ferai en compagnie de Marc, Jean Paul, Ophélie et Gabriele

Les Choses sérieuses et drôles aussi peuvent commencer !!!!

Je vais faire un petit tour afin de récolter quelques Gribouilles sur notre cadavre exquis, A Fleur de Cadavre,

 

Je remercie Marc Schaub, Sylvie Kowalski, Aurélie Ptr, Nicolas Duplessier, Sandrine Destombes, Mark Zellweger, Michael Fenris, Sacha Erbel, Nick Gardel.

Malheureusement je n’ai pas pu faire signer tous les contributeurs.

Mais je continuerai à rendre mon exemplaire unique.

J’ai continué les signatures avec le recueil RockFictons de Carole Epinette

et je remercie, Jean Luc Bizien, Sonja Delzongle, d’avoir accepté d’y apposer un petit mot.

J’ai rencontré pour la première fois, Vincent Hauvy et son Tricycle Rouge.

Un plaisir de revoir Ian Manook accompagné de Françoise, pour la gribouille d’Heimaey.

Ravie de recroiser Henri Loevenbruck (Gallica et Les Cathédrales du Vide)

 

et Ghislain Gilberti (Sa Majesté des ombres).

Voilà des livres que j’avais dans ma bibliothèque, ils sont maintenant dédicacés, il ne me reste plus qu’à les lire.

 

Les choses sérieuses vont bientôt commercer, hein vous attendez mes achats, craquages…

Tenant à conserver mon défi «  Pas d’achat de livre d’un auteur dont je n’ai pas déjà lu tous ceux que j’ai déjà» intact. Ne croyez pas que je n’ai rien pu acheter !!!

Pas de malheur, je suis repartie avec Le Manufacturier de Mattias Köping,

 Sinestra d’Armelle Carbonel,

Sybéria de Dana Skoll :  Sonja Delzongle sous pseudos,

Flics et Frères d’Armes et Devoir de Mémoire de Yann Eric Dupuis.

Mon dernier achat était à la base le seul prévu, sur les recommandations d’Eppy Fanny : Derniers Jours à Alep de Guillaume Ramezi qui a reçu Le Coquelicot Noir.

Mes petit  achats

Bien sûre il y a eu des fous rires, des retrouvailles très sympathiques….

des rencontres curieuses

voici les Daltons de Nemours par exemple (on espère y retrouver Lucky Luke l’année prochaine),

NDLR : Marc Sylvain Masse, Sébastien Lepetit, Didier Fossey, Christophe Dubourg et Eric Dupuis

une  curieuse rencontre

NDLR : Geronimo Stilton, la souris journaliste de l’Echo des Rongeurs

Très heureuse de rencontrer Nelly Burglin Razik « pour de vrai ».

Et je terminerai, juste par c’était Génialll !!!

Prochain rendez-vous le 26 Janvier à Paris !!