Rosny soit qui mal y pense saison 3, le retour


Hello mes polardeux

je reviens vous parler de Rosny soit qui mal y pense

qui aura lieu le week-end prochain.

Il y a eu quelques petits changement du coup voici les toutes dernières infos à savoir.

Pour la 3ème année consécutive, le salon du polar de la Fnac Rosny 2 revient le week-end du 18 et 19 mai prochain.

Ce salon nous est toujours proposé par la sémillante libraire de la Fnac, j’ai nommé Caroline Valat

Claire Favan succède à Olivier Norek et à Sire Cédric pour présider cette nouvelle édition. Elle sera présente sur les deux journées, voici le reste du casting :

Patrick Bauwen, Maxime Chattam, Paul Colize, R.J. Ellory, Johana Gustawsson, Nicolas Lebel, Jérôme Loubry, René Manzor, Agnès Naudin et Olivier Norek seront présents le samedi 18 mai de 11h à 18h.

Amélie Antoine, Solène Bakowski, Olivier Bal, Sandrine Collette, Jacques Expert, Eric Giacometti, Benoît Philippon, Jacques Ravenne, Cédric Sire et Franck Thilliez seront présents le dimanche 19 mai de 11h à 18h.

Cette année, des illustrateurs de bandes dessinées feront également partie du Salon, Stéphane Levallois et Michel Montheillet seront présents le samedi et Yomgui Dumont et Sandrine Goalec le dimanche.

Le comédien Lionel Aknine s’occupera de la partie animation une fois encore et vous fera gagner des lots de livres, des goodies ainsi que votre portrait robot.

Nouvelle nouveauté cette année, des blogueurs animeront des têtes à têtes avec les auteurs tout au long du week-end :

Il y aura toujours mes amis

Yvan Fauth du blog « Emotions-Blog littéraire et musical » https://gruznamur.com/,

David Smadja du blog « C’est contagieux » https://cestcontagieux.com/,

Ophélie Cohen du blog « Quand Ophé’Lit » http://www.quandophelit.fr/,

Jean-Paul Dos Santos Guerreiro du blog « Le ressenti de Jean Paul » https://leressentidejeanpaul.com/,

Mais il y aura aussi d’autres amies pour mon plus grand plaisir et le votre aussi j’espère

Delphine Leroy du blog « Mes évasions livresques »  http://aufildesevasionslivresques.blogspot.com/?m=1

et Maud Vandenbyvanghe du blog « Les lectures de Maud » https://leslecturesdemaud.com/

Et bien sur

Geneviève Van Landuyt (oups c’est moi) la porte-Flingue en chef du blog « Collectif Polar : Chronique de Nuit » https://collectifpolar.com/,

De plus

Un studio photo sera installé à l’entrée du magasin ayant pour décor une salle de tribunal et des ardoises sur cette thématique vous permettront de poser à plusieurs devant la photographe.

L’atelier maquillage a eu un succès fou l’année dernière et revient cette année ! Il vous sera proposé des maquillages effets spéciaux.

 

Les infos pratiques

Pour vous rendre au Salon, la Fnac se trouve au centre commercial Rosny 2 à Rosny sous Bois (93110).

 Si vous venez par le RER E, la station est Rosny Bois Perrier.

 Si vous venez en voiture par l’autoroute A86, prendre la sortie centre commercial Rosny 2.

 (n’hésitez-pas à vous garer sur les parkings du haut, il y a des travaux pour la future ligne de métro qui arrive bientôt)

 https://www.fnac.com/Rosny-2/Fnac-Rosny-2/cl64/w-4

 La Fnac Rosny 2 vous attend nombreux la semaine prochaine !

 https://www.facebook.com/events/2025763167715907/.

Voilà, j’espère vous y voir. Et si par hasard, je ne vous reconnaissais pas, (bien oui j’ai une mémoire de Dory et je ne suis pas physionomiste), venez me faire un petit coucou.

A bientôt mes polardeux.

Sinon ce sera à Saint Maur en Poche

 

Dans la brume écarlate de Nicolas Lebel


La double chronique,

vous connaissez le principe maintenant la double chronique c’est deux avis pour le prix d’un.

Deux Flingueuses vous propose leurs avis respectifs sur une même livre.

Aujourd’hui c’est Mamie Danièle et Ge notre porte Flingue qui s’y collent.

Alors bonne lecture.

Allez on Poursuit par la chronique de Mamie Dany


Le livre : Dans la brume écarlate de Nicolas Lebel. Paru le 27 mars 2019 aux éditions Marabout  dans la collection Black lab . 19.90 € ; (389 p.) ;  15 x 23 cm.

Résumé de l’éditeur

Une femme se présente au commissariat du XIIe et demande à voir le capitaine Mehrlicht en personne. Sa fille Lucie, étudiante, majeure, n’est pas rentrée de la nuit. Rien ne justifie une enquête à ce stade mais sait-on jamais… Le groupe de Mehrlicht est alors appelé au cimetière du Père Lachaise où des gardiens ont découvert une large mare de sang. Ils ne trouvent cependant ni corps, ni trace alentour. Lorsque, quelques heures plus tard, deux pêcheurs remontent le corps nu d’une jeune femme des profondeurs de la Seine, les enquêteurs craignent d’avoir retrouvé Lucie. Mais il s’agit d’une autre femme dont le corps exsangue a été jeté dans le fleuve. Exsangue ? Serait-ce donc le sang de cette femme que l’on a retrouvé plus tôt au Père Lachaise ? La police scientifique répond bientôt à cette question : le sang trouvé au cimetière n’est pas celui de cette jeune femme, mais celui de Lucie…

Un roman gothique dans un Paris recouvert de brouillard à l’heure où un vampire enlève des femmes et les vide de leur sang. Un roman choral qui laisse la parole à plusieurs protagonistes : à ceux qui perdent ou ont perdu, à ceux qui cherchent, à ceux qui trouvent ou pensent trouver. Un roman qui est l’histoire de six hommes qui aiment ou croient aimer chacun une femme : celui qui la cherche, celui qui l’aime de loin, celui qui veut la venger, celui qui la bat, celui qui la veut éternelle, et celui qui parle à ses cendres. Un roman parle des femmes comme premières victimes de la folie des hommes, même de ceux qui croient les aimer.

 

L’auteur : Nicolas Lebel est linguiste, traducteur et enseignant. Il est également auteur de romans policiers.
Nicolas Lebel a fait des études de Lettres et d’anglais puis il s’est orienté vers la traduction. Il est parti en Irlande quelque temps avant de devenir professeur d’anglais. Il enseigne aujourd’hui dans un lycée parisien.
Passionné de littérature et de linguistique, il publie en 2006 une première fiction, une épopée lyrique en alexandrins Les Frères du serment.
En 2013, il publie aux Éditions Marabout L’Heure des fous, en 2014, Le Jour des morts, en 2015, Sans pitié, ni remords puis, en 2017,De cauchemar et de feu, quatre romans policiers caustiques où histoire, littérature et actualités se mêlent, des romans noirs qui interrogent et dépeignent la société française contemporaine avec humour et cynisme, dont le ton est souvent engagé, et le propos toujours humaniste. Ces quatre romans mettent en scène le capitaine Mehrlicht.
Finaliste de la Plume de Cristal du FIFP Liège 2013 et finaliste du Prix du meilleur polar francophone Montigny 2013, il vit à Paris.
 Extraits :
« Elle se disait que, pour les femmes, rien n’avait finalement changé. À se demander même si les choses changeraient un jour : il y avait eu les Weinstein, les « MeToo », les « Balance ton porc ». Le monde occidental avait découvert avec effroi, dans un bêlement planétaire, que les femmes du XXIe siècle continuaient de subir harcèlements, insultes, agressions sexuelles et violences à tous les niveaux de la société, parce qu’elles étaient femelles, parce que, depuis le jardin d’Éden, Ève la pécheresse et ses descendantes avaient servi de sac de frappe et d’exutoire fanatique à la moitié couillue de l’humanité, aux Adams revanchards et aux dieux masculins de toutes les civilisations. On avait dès lors posé sur elles tous les anathèmes et tous les tabous, de l’interdiction de paraître en public à celle de jouir de leur corps, de celle d’aller à l’école à celle de parler en leur nom. Ainsi en allait-il depuis toujours de la domination de l’homme sur la femme, sur sa femme comme sur les femmes, au foyer comme au travail ou dans la rue, dans l’espace privé comme dans l’espace public. Il avait fallu qu’une voix célèbre, puis une autre s’élèvent à Hollywood pour que le monde s’offusque benoîtement de sa volontaire cécité. Se frotter aux femmes dans le métro, les insulter dans la rue, les harceler, les frapper, les violer, les opprimer ici ou ailleurs, c’était mal ; il ne fallait pas le faire. Puis le temps avait passé. Quelques championnes du féminisme, à l’acmé de leur ferveur, avaient clamé qu’on pouvait « jouir d’un viol » et qu’« un homme sur deux ou trois était un agresseur ». L’outrance du propos et le scandale médiatisé avaient porté un coup fatal au débat attendu, éteint le vent libérateur, étouffé ce « printemps des femmes ». Et Vincent Demagny avait pu de nouveau tabasser sa femme. »

 

La chronique jubilatoire de Dany

Dans la brume écarlate de Nicolas Lebel

Cette fois Nicolas Lebel nous propose une narration chronologique, sans retours arrière comme c’était le cas dans De cauchemar et de feu et avec ce qui ressemble à deux intrigues parallèles et dont le lecteur se demande si elles ont un rapport entre elles. Une résurgence du mythe des vampires côtoie en plein Paris, le bien cruel problème des immigrés en provenance de la Syrie, confrontés au rejet de l’extrême droite.

Mehrlicht fume toujours autant, Dossantos interpelle le lecteur car il est impossible de le détester et pourtant …, Sophie n’en finit pas d’attendre les papiers de Djibril !

Côté détente on apprécie que Daniel se mette à la magie, qu’il n’abandonne pas « questions pour un champion » et surtout et toujours ses sonneries de téléphone.

L’auteur confirme s’il était besoin, son grand talent de conteur, son don du suspense, sa qualité d’écriture et l’attachement particulier à ses personnages.

Mais ne nous trompons pas, au-delà de cette histoire qui a su me captiver, retenir toute mon attention au cours de ses 320 pages, de nombreux thèmes sociétaux actuels sont abordés : l’immigration et la théorie fumeuse du « grand remplacement », les violences conjugales, la dure réalité des services qui ont pour mission d’assurer notre sécurité au quotidien. Un bien beau bouillon de culture dans la tête de Nicolas Lebel, pour notre plus grand plaisir …

Tous mes vœux de bonne santé à Mehrlicht !
Au fait, Nicolas Lebel n’aurait-il pas une affection particulière au Père Lachaise … ?

Lu en version numérique.  14€99 

Autres extraits
« Dans la Seine, on a ça toute l’année ! En marron… Ça s’améliore, mais pour l’eau cristalline, il vaut mieux plonger aux Caraïbes ! Et puis, avec les pluies qu’on a eues en mars, le débit est anormalement élevé pour la saison, ça secoue la vase, on y voit encore moins ! Non. On a un sonar à bord qui nous renvoie sur écran les signatures vidéo des masses immergées : les carcasses de voitures, les vélos… et les corps, qu’ils soient allongés au fond de l’eau ou qu’ils flottent à la verticale. C’est souvent le cas. Des suicides ou des règlements de comptes… Les cadavres sont lestés par les pieds et balancés à la baille. Une fois, on a eu un bonhomme qui s’est jeté d’un pont, son chien en laisse attaché à un pied et une boîte à outils accrochée à l’autre. On a aussi sorti un gars qui avait un sac à dos rempli de grosses pierres… Alors, lui était allongé, conclut le major, presque déçu par cette exception. »
« En une phrase, le type avait réussi à caser tous les éléments de langage chers à l’extrême droite, et à évoquer le grand complot antifrançais sans même parler de complot. En un tour de mots, les Français devenaient les victimes des envahisseurs migrants. Derrière lui, ses troupes continuaient de lancer des pierres et des boulons sur des familles à la rue, et raillaient les premiers blessés. Droit du sol, droit du sang. Où était le droit dans ce lynchage ? Ne restait que le sang sur le sol. Encore. »
« — On va finir par croire que vous portez malheur… Si tous les flics de France tombaient sur autant de cadavres que vous, le pays serait désert en moins de deux ans ! Remarquez, je me plains, mais à ce rythme-là, je pourrais tout aussi bien ouvrir ma boîte, ma start-up ! Ma startopsie ! Startopsie, le numéro un de l’autopsie ! Vue à la télé ! Offre de lancement : deux autopsies achetées, une autopsie offerte ! Parce que vos proches ont droit à une autopsie de qualité ! »

Dans la brume écarlate – Nicolas Lebel.


La double chronique,

vous connaissez le principe maintenant la double chronique c’est deux avis pour le prix d’un.

Deux Flingueuses vous propose leurs avis respectifs sur une même livre.

Aujourd’hui c’est Mamie Danièle et Ge notre porte Flingue qui s’y collent.

Alors bonne lecture.

Allez on démarre par la chronique de Ge

Le livre : Dans la brume écarlate de Nicolas Lebel. Paru le 27 mars 2019 aux éditions Marabout  dans la collection Black lab . 19.90 € ; (389 p.) ;  15 x 23 cm.

4ème de couverture :

Dans la Brume écarlate

« Il n’y eut pas un bruit dans la rue désolée, dans la ville morte, et pourtant elle sut que quelqu’un, quelque chose était là, qui l’épiait, vorace et concupiscent, avide, alors son coeur détona et elle se mit à courir, son haleine se mêlant à la brume épaisse qui accrochait son corps, ses vêtements, ses cheveux, qui collait à sa vie, la freinait, l’empêchait de fuir ce cauchemar éveillé. Elle hurla dans sa course impossible car quelqu’un, quelque chose était là qui la talonnait, s’enivrait de sa terreur, en voulait à sa vie. »

Paris, XIIe arrondissement. Une étudiante disparaît. À travers la ville engluée dans une brume épaisse, le capitaine Mehrlicht et son équipe mènent une course contre la montre pour retrouver celui qui sème derrière lui des cadavres exsangues.

 

L’auteur : Nicolas Lebel est né à Paris où il vit encore aujourd’hui. Après quelques allers-retours aux quatre coins du globe, il revient à Paris où il tente depuis plusieurs années d’enseigner l’anglais aux Français. Passionné de littérature et de linguistique, il publie en 2006 une première fiction, une épopée lyrique en alexandrins : Les Frères du serment, qui sort dans un silence prometteur. En 2013, il publie aux Éditions Marabout L’Heure des fous, en 2014, Le Jour des morts, puis en 2015, Sans Pitié ni remords (2017-Livre de poche), puis en 2017 De Cauchemar et de feu, quatre romans policiers caustiques où histoire, littérature et actualités se mêlent, des romans noirs qui interrogent et dépeignent la société française contemporaine avec humour et cynisme, dont le ton est souvent engagé, et le propos toujours humaniste.
Animal carnivore à sang chaud, Nicolas Lebel est un roux émotif, partiellement fumeur, explorateur intrépide des Côtes du Rhône et des Whiskies Islay, une quête que les lecteurs encouragent en lui faisant de nombreux cadeaux dans les festivals
Extrait : 
« Lucie percuta un arbre surgi du brouillard, perdit une chaussure et tomba au sol, hébétée, s’empêtra un instant dans les ombres osseuses des ramures noires, se releva, reprit sa fuite aveugle, des larmes dans les yeux, traversa une ruelle en piaulant à l’aide, boitant sur son pied nu, trouva un hall d’immeuble, une porte fermée, des rangées de boutons d’Interphone, lueurs dans la nuit, pressés du plat de sa main écorchée, des anonymes qui décrochèrent mais n’entendirent que le cri aigu et lointain d’une femme avalée par le brouillard. »

 

 

Le post-it de Ge

Dans la brume écarlate de Nicolas Lebel.

Quel pied, mais quel pied que ce nouveau roman de Nicolas Lebel.

Décidément je ne regrette en rien d’en avoir fait mon chouchou. Il est vraiment talentueux ce garçon et il a une vraie plume.

Dans la brume écarlate on retrouve le petit capitaine Mehrlicht et son équipe engluée dans de sombres histoires. On retrouve la gouaille de Mehrlicht, son sale caractère. On retrouve ses lieutenants, Dos Santos, ses doutes et ses travers, Latour et son âme d’infirmière toujours au chevet de la veuve et l’orphelin.

Notre joyeuse bande d’enquêteurs, joyeuse pas si sure, va être confronter à de drôles d’enquêtes.

Sa fille, Lucie, une étudiante, n’étant pas rentrée de la nuit, une femme sollicite le capitaine Mehrlicht au commissariat du XIIe arrondissement de Paris. Dans le même temps, son équipe est appelée au cimetière du Père-Lachaise, où les gardiens ont découvert une mare de sang, mais pas de corps. Un peu plus tard, le cadavre exsangue d’une femme est retrouvé dans la Seine.

Avec ce 5e opus des aventures de Merlich, Nicolas Lebel a décidé de rendre hommage au roman gothique. Dans les brume écarlate en utilise tout les codes, un lieu inquiétant, des éléments naturels appropriés, la présence de l’au-délà et et une atmosphère d’angoisse et de mystère.

Notre auteur joue à merveille avec ces codes. Il distille tout au long de cette enquête classique des petites touches de surnaturel. Il soigne ses décors, il s’attache même à ceux ci, les eaux trouble de la seine, les histoires mystérieuses du cimetière du Père-Lachaise …

Mais il n’en oublie pas pour autant la réalité sociale de notre époque. L’Immigrations.  Les migrants sont aussi un de thème de ce roman. La peur de l’autre, la xénophobie, l’invasion de notre pays par des milliers de musulmans potentiels terroristes. Ces émigrés révélateurs de nos peurs ancestrales. L’insécurité sur laquelle surfe quotidiennement l’extrême droite et la droite extrême propageant insidieusement ses idées nauséabondes.

On aborde aussi ici le thème des violence faites aux femmes. Nicolas Lebel se pose en féministe, évoquant la place de la femme dans notre société. La vision que le monde a et a eu de la femme à travers le temps. La femme victime de l’oppressions des hommes et des classes dominantes.

D’ailleurs l’idée du roman gothique est une nouvelle fois bien vu, les femmes, notamment les britannique ayant été les pionnières du genre. On pense à Clara Reeve, Ann Radcliffe, Sophia Lee et Charlotte Smith. De Charlotte Drake à Mary Shelley et son Frankenstein. Ces femmes qui ont façonné la littérature gothique pour en faire une littérature noire.

D’ailleurs il est très plaisant de retrouver des citations de ses œuvres majeures du roman noir anglais tout au long de notre lecture. Mary Shelley bien-sur mais aussi  Bram Stocker et son Dracula ou encore Oscar Wilde et Le Portrait de Dorian Gray. On y entrevoit aussi Edgar Allan Poe mais aussi le docteur Jekyll et son  double M. Hyde. 

Et puis la poésie, l’onirisme sont toujours présent dans les livre de Nicolas Lebel. Les mythes, les légendes aussi. Cette fois c’est vers la Roumanie qu’ils vont nous transporter avec la figure de Vlad l’empaleur et de toutes ses représentations contemporaines.

Bref vous l’aurez compris je me suis régaler à la lecture de ce titre de Nicolas Lebel.

Surtout que notre auteur sait distiller à merveille des petites touches d’humour bienvenues au milieu de toute cette tension. Et croyez moi, vous aussi vous allez vouloir tenter les sélections pour « Question pour un champion. » Mais quelle trouvaille mister Niko….Je ne vous en dis que ça, je ne vous en dis pas plus….

Une lecture enthousiaste comme lorsque je j’avais découvert il y a une petite quinzaine d’année  Les ogres du Gange de Philippe Cavalier , le premier volume de la tétralogie Le siècle des chimères.

Dans la brume écarlate est un roman brillant,  intense , flamboyant un grand roman

Dans la brume écarlate est de ces titres qui vous mettent du baume au cœur et qui vous redonne goût à la lecture. Merci pour cela aussi Nicolas.

 

Extraits :
« Aujourd’hui on percevait encore le célibat d’une femme comme la dernière des tares, et chacun de ses proches s’ingéniait à proposer untel, l’ami d’amis, souvent Prince des Tocards ou Archiduc des Blaireaux, parce que à leurs yeux il valait mieux qu’une femme fût mal accompagnée que seule. Il en allait ainsi depuis la nuit des temps : la femme seule ne savait pas se tenir. »
« – Tout ça parce que vous prenez la tangente ? Vous laissez les potos clapoter dans la mistoufle ? La mistoufle ? répéta Matiblout , cueilli . La mistoufle ! Parce qu’on va se dorer la lune dans les sphères . Mais enfin capitaine… Y’a pas de  » capitaine « , patron ! La demande de bornage ! Ca fait deux plombes qu’on l’attend ! Et l’autre jean-foutre de Dubois qui a de la pisse de chat dans les veines et qui tricote des pincettes dès qu’il a une responsabilité ! Les  » pincettes  » ? Mais…et c’est pas avec les quiches qu’on a ici , les Truffeau et consort,qu’on va relever le niveau ! A croire qu’on regroupé tous les décébrés de la police nationale dans le même zoo ! »

 

 

Rosny soit qui mal y pense, 3e épisode


Rosny soit qui mal y pense, 3e épisode

Rosny soit qui mal y pense, 3e épisode

Pour la 3e année consécutive, Caroline Vallat, libraire à la Fnac de Rosny sous Bois nous propose son salon du polar.

Caroline vous avez pu la découvrir dans nos pages, c’est une vraie passionnée du noir et du polar. Si vous aviez raté Caroline,c’est ici pour vous rattraper.

Cette année elle nous propose encore une sacrée belle affiche.

La samedi et le dimanche 22 auteurs de polar se relaieront pour notre plus grand plaisir

Samedi 18

Maxime Chattam

Patrick Bauwen

Paul Colize

 RJ Ellory

 Claire Favan

 Johana Gustawsson

 Nicolas Lebel

 René Manzor

 Agnes Naudin

 Olivier Norek

Jérome Loubry

En BD

 Stéphane Levallois

 Michel Montheillet

 dimanche 19

Franck Thilliez

Amélie Antoine

 Solène Bakowski

Olivier Bal

 Sandrine Collette

 Jacques Expert

Eric Giacometti

 Benoit Philippon

 Jacques Ravenne

 Cédric Sire

En BD

 Yomgui Dumont

 Sandrine Goalec

Si la Saison 3 est  en approche avec une affiche de rêve!
Il a y une nouveauté cette année, « les rendez-vous blogueurs »

Des ITW flash en tête à tête entre un blogueurs et un auteurs

Il n’ y aura là que des ami(e)s

Yvan Fauth du blog Emotions – Blog littéraire et musical

David Smadja du blog C’est Contagieux

Lucile du blog l’oeil de luciole

Mais aussi 2 autres Flingueuses de Collectif Polar.

2 Flingueuses qui ont depuis ouvert leur propre blog


Jean-Paul du blogs Le ressenti de Jean-Paul et Collectif Polar! 

et Ophélie  de Quand Ophé’Lit  et Collectif Polar

Des blogueurs dont j’ai la joie de faire partie, avec bien sur les blogs Collectif Polar, Chronique de nuit et  A vos Crimes

Au programme de ces Têtes à Têtes

 

 le samedi :

@David Smadja René Manzor

@Yvan Fauth : Roger J Ellory

@Ophé Lit : Patrick Bauwen

@Geneviève Van Landuyt : Nicolas Lebel

@Lucile Muller : Claire Favan.

@Yvan Fauth : Johana Gustawsson

@Ophé Lit :  Olivier Norek/Agnès Naudin  pour une spéciale  trio Flic

@Yvan Fauth : Paul Colize

@Geneviève Van Landuyt : Jérôme Loubry

le dimanche

@Jean-Paul Dos Santos Guerreiro :  Franck  Thilliez

@Ophé Lit : Olivier Bal

@Lucile Muller : Sandrine Collette

@Geneviève Van Landuyt :Claire Favan

@Ophé Lit : Cédric Sire

@Lucile Muller : Jacques Expert

@Geneviève Van Landuyt : Benoit Philippon

Il y aura aussi des têtes à têtes à 4, Et oui c’est possible…

2 Flingueuses pour deux auteurs

@Ophé Lit et @Jean-Paul pour  Eric Giacometti et Jacques Ravenne

@Geneviève  et @Jean-Paul avec Solène Bakowski et Amelie Antoine

Sans oublier les tables rondes et les autres animations sympas tout au long du week-end .

Et aussi les illustrateur de BD

Les ardoises pour l’animation photo

Un grand merci à Caroline Vallat pour ces supers propositions d’entretien en direct !

Nous, on vous attend

Le Samedi 18 et le dimanche 18 mai de 11h à 18h

Centre Commercial – Rosny 2

Avenue du Général de Gaulle

93110 Rosny-sous-Bois

 

Nicolas Lebel à l’honneur # 21 – mars 2019


Nicolas Lebel à l’honneur # 21 – mars 2019

En ce mois de mars c’est Nicolas Lebel que j’ai décidé de mettre en avant.

Mais avant de vous expliquer pourquoi c’est Nicolas qui poursuit cette nouvelle rubrique sur notre blog, je vous en rappelle le principe.

L’idée est que chaque mois, on se fasse découvrir un auteur qui nous tient à cœur. Étant tous des lecteurs d’horizons différents, cela permet aux uns et aux autres d’explorer d’autres univers qui nous tentent ! Pour participer, rien de plus simple :
  • une photo de l’auteur
  • une bref biographie de lui
  • Et enfin, deux ou trois livres que vous avez aimés et pourquoi !
Pour participer, vous n’avez plus qu’à me laisser un commentaire avec le lien vers votre article et je l’ajouterai au mien 🙂 Alors à vos claviers !

 

Mais revenant à notre auteur à l’honneur

Nicolas Lebel

Pourquoi je vous parle de cet auteur

Il y a un peu plus de 6 ans je découvrais un nouvel auteur et son premier polar m’a tout de suite plu. Un coup de cœur immédiat.

J’ai aimé tout de suite son écriture, l’humour qui parcourait son roman et je me suis instantanément attaché à ses personnages.

Aussi forcément dés que je l’ai vu à l’affiche de son premier salon, je suis allée à sa rencontre. Et les jeune homme était à la hauteur de mes attentes ! hahaha !

Nouveau coup de coeur.

Aussi je lui demandais s’il voulais bien participer à un apéro polar. Il a répondu sans hésiter. Émue que j’étais. Et après avoir réussi à accorder nos agendas le 19 décembre 2015 la chose fut faite !

 

Apéro polar Nicolas Lebel et Martine Nougué

 

Sa Biographie

Nicolas Lebel  est né le 29 novembre 1970 à Paris.

Il est linguiste, traducteur et enseignant.

Il est également auteur de romans policiers.

Nicolas Lebel a fait des études de Lettres et d’anglais puis il s’est orienté vers la traduction. Il est parti en Irlande quelque temps avant de devenir professeur d’anglais. Il enseigne aujourd’hui dans un lycée parisien.

Passionné de littérature et de linguistique, il publie en 2006 une première fiction, une épopée lyrique en alexandrins: « Les Frères du serment ».

En 2013, il publie aux Éditions Marabout « L’Heure des fous », en 2014, « Le Jour des morts », en 2015, « Sans pitié, ni remords » puis, en 2017, « De cauchemar et de feu », quatre romans policiers caustiques où histoire, littérature et actualités se mêlent, des romans noirs qui interrogent et dépeignent la société française contemporaine avec humour et cynisme, dont le ton est souvent engagé, et le propos toujours humaniste. Ces trois romans mettent en scène le capitaine Mehrlicht.

Finaliste de la Plume de Cristal du FIFP Liège 2013 et finaliste du Prix du meilleur polar francophone Montigny 2013, il vit à Paris.

 

 

Sa Bibliographie.

Le tout dernier

Dans la brume écarlate

 Paru le 27 mars 2019

Suite à la disparition en pleine nuit de sa fille Lucie, une étudiante, une femme sollicite le capitaine Mehrlicht au commissariat du XIIe arrondissement de Paris. Son équipe est alors appelée au cimetière du Père-Lachaise où les gardiens ont découvert une mare de sang, sans présence de corps. Un peu plus tard, le corps exsangue d’une femme est retrouvé dans la Seine.

 

Le premier polar

L’heure des fous

janvier 2013

Paris : un SDF est poignardé à mort sur une voie ferrée de la gare de Lyon. « Vous me réglez ça. Rapide et propre, qu’on n’y passe pas Noël », ordonne le commissaire au capitaine Mehrlicht et à son équipe : le lieutenant Dossantos, exalté du code pénal et du bon droit, le lieutenant Sophie Latour qui panique dans les flash mobs, et le lieutenant stagiaire Ménard, souffre-douleur du capitaine à tête de grenouille, amateur de sudoku et de répliques d’Audiard…
Mais ce qui s’annonçait comme un simple règlement de comptes entre SDF se complique quand le cadavre révèle son identité. 
L’affaire va entraîner le groupe d’enquêteurs dans les méandres de la Jungle, nouvelle Cour des miracles au cœur du bois de Vincennes, dans le dédale de l’illustre Sorbonne, jusqu’aux arrière-cours des troquets parisiens, pour s’achever en une course contre la montre dans les rues de la capitale.
Il leur faut à tout prix empêcher que ne sonne l’heure des fous…

 

Ce titre devrait reparaître chez Le Livre de poche en mai prochain

 

 Le deuxième polar

Le jour des morts

mai 2014

 

Paris à la Toussaint. Le capitaine Mehrlicht, les lieutenants Dossantos et Latour sont appelés à l’hôpital Saint-Antoine : un patient vient d’y être empoisonné.

Le lendemain, c’est une famille entière qui est retrouvée sans vie dans un appartement des Champs-Élysées. Puis un couple de retraités à Courbevoie…

Tandis que les cadavres bleutés s’empilent, la France prend peur : celle qu’on surnomme bientôt l’Empoisonneuse sévit et semble décimer, au hasard, des familles aux quatre coins de France depuis plus de quatre décennies. Les médias s’enflamment alors que la police tarde à arrêter la coupable et à fournir des réponses : qui est cette jeune femme d’une trentaine d’années que de nombreux témoins ont croisée ?

Comment peut-elle tuer depuis quarante ans et en paraître trente ? Surtout, qui parmi nous sera sa prochaine victime ? Dans la tornade médiatique et la vindicte populaire, chacun reconnaît la tueuse – elle est une voisine, une soeur, une ex -, et la chasse aux sorcières s’organise.

Mais derrière l’Empoisonneuse, c’est la Mort elle-même qui est à l’oeuvre, patiente et inexorable : nul ne lui échappera.

 

3e polar

Sans pitié ni remords 

 août 2015

Une enquête sous haute tension

9 novembre. Le capitaine Mehrlicht assiste aux obsèques de son ami Jacques Morel. Quelques heures plus tard, un notaire parisien lui remet une enveloppe contenant un diamant brut : l’oeil d’une statue dérobée au Musée des Arts d’Afrique et d’Océanie dix ans plus tôt, le Gardien des Esprits, recherchée depuis par la Police de l’Art.

De leur côté, les lieutenants Latour et Dossantos sont appelés pour constater un suicide, puis assistent à la défenestration d’une femme qui avait réclamé la protection de la police. Les deux victimes avaient un point commun : elles travaillaient ensemble au musée…

La chasse au trésor organisée par Jacques vire alors au cauchemar. Que cherchent ces anciens légionnaires, qui apportent la guerre à Paris dans un jeu de piste sanglant jalonné de cadavres ? Et comment les arrêter ?

Mehrlicht et son équipe ont quarante-huit heures pour boucler cette enquête sous haute tension, dans laquelle bouillonnent la fureur et les échos des conflits qui bouleversent le monde en ce début de XXIe siècle.

le 4e polar

 

De cauchemar et de feu

Paris, à quelques jours du dimanche de Pâques.

Un homme d’une soixantaine d’années est retrouvé assassiné dans un pub, une balle dans chaque genou, une troisième dans le front.

L’autopsie révèle sur son corps une fresque d’entrelacs celtiques et de slogans nationalistes nord-irlandais. Trois lettres barrent le haut de son dos : IRA.

Le capitaine Mehrlicht fait la grimace. Enquêter sur un groupe terroriste en plein état d’urgence ne va pas être une partie de plaisir. Pourtant, le conflit irlandais semble bien s’inviter à Paris…

Nicolas Lebel nous entraîne sur la piste d’un tueur pyromane, un monstre né il y a plus de quarante ans au coeur des violences de la guerre civile, qui vient rallumer les feux de la discorde dans les rues de la capitale.

 

Son premier roman

Norik, conteur vagabond, arrive dans un village un jour de foire, et commence à raconter l’histoire oubliée du Royaume de Lorn. La magie de ses mots opère, et son auditoire se voit transporter à travers l’espace et le temps au commencement de leur histoire, en une époque trouble et sanglante. « Des cornes et des crocs, des croûtes et des piques, Des monstres de l’enfer se ruent sur le château. Grognant et rugissant, ils chargent en troupeau, Toute vie détruisant de leurs pieux maléfiques. Des cornes et des crocs, des croûtes et des piques, Des skerns, maudits cornus, ont l’humeur à la mort Sous les plaies, les bubons, c’est l’âme qui se tord De ces bêtes de pus aux relents méphitiques […] »

 

Voilà, cher Polardeux,  j’espère vous avoir donné envie de découvrir Nicolas Lebel et de vous lancer dans la lecture de ses 2 romans.

Et si vous le connaissez déjà alors, laissez ici vos impressions de lectures.

La Saint Valentin des flingueuses 2019


La Saint Valentin des flingueuses 2019

L’année 2018 fut riche en rencontres, et aventures polardeuses au Collectif Polar.  Les Flingueuses sont ravies de vous présenter leurs amoureux(ses) littéraires de l’année : auteur(e)s, flingueuses, livres, partenaires de crime, porte-flingue, polymorphes… Nous ne sommes pas sectaires dans nos amours au Collectif et vous, quels ont été en 2018 ou seront vos amoureux en 2019?

51530741_360864038089392_6197309870195081216_n

Je laisse la parole aux Flingueuses pour vous dévoiler leur Valetin(e) :

 


Ophélie : Elsa, ma Dark Swan de la littérature noire, un coup de foudre!

 

Elsa Roch et Ophélie

 

Marc : L’amour c’est aussi « Ça ».

 

(NDLR : Il fallait bien que chez les flingueuses il y ait un fan du Maître, stephen King)

Sacha : Alors voilà mon coup de coeur littéraire, de l’année mais pas que…

 

Sacha Erbel et sire Cédric Sire

 

Geneviève: Une des plus belles rencontres de l’année. Cela a d’accord été un coup de foudre pour son écriture de laquelle je suis ressortie en mode « Cabossé » Ensuite j’ai rencontré le jeune homme, il m’a tout de suite présentée à sa Mamie, centenaire, féministe et serial Killeuse. Vous pensez, je les ai tout de suite adoptés lui et sa Mamie Luger.

Ge et Benoit Philippon

So Fiou : Un valentin ? SAUF m’a emmenée au 7ème ciel.

 

Hervé Commère et Sofia

Aline :  Une Flingueuse, ça ne rigole pas ! Non, Flingueuse ce n’est pas une partie de rigolade !

Miss Aline et Ge son porte Flingue en goguette !

Sylvie : Mon coup de cœur littéraire de l’année !

 

Lou Vernet avec notre Sylvie K

Eppy Fanny : Avec le Flamboyant Nicolas Lebel, créateur d’une grenouille faisandée dont je suis fan.

 

Eppy Fanny et Nicolas Lebel

Isabelle : En 2018, Sandrine Collette m’a bluffée par sa plume sobre et percutante, par sa finesse et sa gentillesse. J’en suis toute éblouie !

 

Isabelle Bourdial notre légiste en chef interviewant Sandrine Collette lors du 1er Festival Polar’Osny

Danièle : Deux flingueuses en accord parfait pour feu de tout bord ! Le collectif … une merveilleuse occasion de rencontre.

Miss Aline et Mamie Danièle lors de leur première rencontre.

Jean-Paul : Deux bonnes têtes de vivant, deux loups, un pouce et trois têtes de mort…

Jean Paul et Jacques Saussey

 

Maud : Anniversaire et intronisation inoubliables entre flingueuses et une auteure flingueuse, légiste et Reine des gommettes.

de gauche à droite, Ge porte Flingue, Cécile Pellault, auteur et légiste, Maud intronisée Flingueuse le jour de son anniv. et Ophélie sa Jumelle

Nick : Je refuse de faire partie d’un club qui m’accepterait comme membre.

Nick Gardel notre Nervi avec Henri Loevenbruck, Ian Manook et Jean Luc Bizien, 3 auteurs de la ligue de l’imaginaire

Florence : Un coup de coeur pour un roman noir magnifique. Il y est aussi question d’amour, alors pour la Saint-Valentin, il me va bien.

Florence notre nouvelle flingueuse stagiaire a un coup de cœur pour Hervé Commère, elle aussi !

Isabelle : Coup de foudre littéraire 2019 ! Angoissant, troublant, intense, puissant. Entrée fracassante d’Antoine Renand’.

Isabelle Cerruti

La petite dernière des Flingueuses, Isabelle du coup nous présente un coup de cœur 2019.

Ge², le double maléfique  : Ni dieu ni maitre ! Quelques maîtresses… Et un Pouy.

Jean Bernard Pouy et Ge notre porte Flingue

Cécile : A fleur de cadavre ; mon aventure polyamoureuse exquise de 2018 !

Les légistes, Cécile Pellault, Isabelle Bourdial et Ge la porte Flingue et notre exquis macchabée

BONNE ST VALENTIN  de POLARDEUX(SES) A VOUS !!!

Bloody Fleury 4ème édition


Bloody Fleury 4ème édition

1er au 3 février 2019

Le festival Bloody Fleury connaîtra sa 4ème édition du 1er au 3 février 2019 salle Auguste Delaune à Fleury-sur-Orne.

Souvenez vous, il y a quelques année Perrire Savary sa coordinatrice nous faisait quelques confidences et nous parlait des début de ce Festival

Bloody Fleury Acte 1

Bloody Fleury Acte 2

Bloody Fleury Acte 3

Bloody Fleury Acte 4

Le Festival Bloody Fleury attire chaque année un public fidèle, toujours plus important et friand de lectures, comme en témoignent les nombreux livres achetés lors de cet évènement.

Ce festival, un des rares en Normandie, consacré aux littératures policières témoigne du succès de ce genre littéraire et rappelle l’importance du livre dans le paysage culturel.

Centré autour des rencontres avec les auteurs, il mélange néanmoins des propositions autour du livre, du jeu ou encore du cinéma afin de découvrir le polar sous toutes ses facettes. Entièrement gratuit, le festival s’adresse à tous les âges, et pour tous les publics, amateurs ou initiés.

42 auteurs Cette année

Ce sont 42 auteurs français et internationaux qui seront présents à Bloody Fleury, avec une programmation de choix qui mixe nouveaux invités et habitués du festival. Dans une ambiance conviviale, le public pourra les rencontrer et découvrir leurs romans fraîchement publiés à l’occasion des tables rondes ou des «Papotes» nouvelle formule d’échanges. De la politique au polar jeunesse, l’éventail des thématiques abordées est très large.

Des activités inédites pour tous

Pour un festival interactif, Bloody Fleury diversifie ses animations, toujours gratuites. Entre les débats et le nouveau village enfants, petits et grands y trouveront leur compte. Programmation cinématographique, siestes littéraires, animations numériques ou encore murder party et enquêtes sont aussi au programme !

Bloody Fleury offre un cadre convivial pour découvrir ou développer son amour du noir.
+ de 2000 visiteurs en 2018 + de 1200 scolaires 42 auteurs 9 tables rondes 5 Papotes 2 projections cinéma 1 village enfants

Plein d’autres surprises ! Entièrement gratuit !

Détails de la programmation

les invités : Claudine AUBRUN, Hubert BEN KEMOUN, Jean-Luc BIZIEN, André BLANC, Max CABANES, Franck CALDERON, Antoine CHAINAS, Patrick DELPERDANGE, Régis DELPEUCH, Hervé DE MORAS, Sylvie DESHORS, Christophe DUBOURG, Eric EYDOUX, Marc FERNANDEZ, Romain GUYARD, Alicia JARABA, Arne JYSCH, Hervé JUBERT, Daniel JURE, Grégory LAIGNEL, Nicolas LEBEL, Guillaume LE CORNEC, Jérôme LEROY, Laurent LOISON, Michaël MENTION, David MOITET, Michel MONTHEILLET, Nadine MOUSSELET, Patrick PECHEROT, Stanislas PETROSKY, Anne RIVIERE, Michel ROBERT, Elsa ROCH, Anne SCHMAUCH, Gilles SEBHAN, Benoît SEVERAC, Romain SLOCOMBE, Cyrille TERNON, ERIX AXL SUND, Marie VAN MOERE, Valérie VALEIX, N.M ZIMMERMANN


prix des lecteurs

Pour la première fois 17 bibliothèques du territoire se sont associées pour proposer une sélection de 6 romans publiés entre 2017 et 2018. Le lauréat du public sera annoncé à l’occasion du festival.

La sélection : – Oublier nos promesses , Elsa Roch (Calmann Levy) – Cirque mort , Gilles Sebhan (Le Rouergue) – Plus jamais seul , Caryl Ferey (Série Noire) – Cyanure , Laurent Loison (Hugo Thriller) – Guérilla Social Club , Marc Fernandez (Préludes) – L’été circulaire , Marion Brunet (Albin Michel)

enquêtes & murder party

Cette année les séances de murder party ont été doublées afin d’accueillir un maximum de participants. Le public est invité à jouer un rôle dans les différents scénarios afin de trouver le coupable. Une enquête spécifiquement conçue pour le festival avec la collaboration de Normandie Aménagement et de l’INRAP vous emmènera sur les traces de la nécropole néolithique découverte sur le terrain de l’écoquartier, entre découvertes archéologiques et jeu d’énigmes.
Pour la première fois Petits Meurtres entre Amis propose une grande soirée d’enquête pour résoudre en équipe différentes énigmes !

village enFants Nouveauté 2019

 le festival se dote d’un village enfants qui accueillera des ateliers, lectures et jeux.

prix des Jeunes leCteurs

Pour sa 4ème édition le prix des jeunes lecteurs concerne 52 classes du CP à la 4ème. Les élèves rencontreront tous un auteur de la sélection et les lauréats seront annoncés le vendredi 1er février.

 

Boîte à livres

Avant qu’elles ne soient installées dans toute la commune, une des toutes nouvelles boîtes à livres sera posée au festival ! L’occasion de déposer
ou de recueillir peut-être des romans policiers ?

Goodies

Pour la première fois le festival proposera à la vente des goodies souvenirs et le fameux cocktail Bloody Fleury (à consommer avec modération bien sûr !)

 

INDICES PRATIQUES

 

Horaires d’ouverture

Le festival ouvrira ses portes :

Vendredi 1er février : 16h30-19h (hors soirée cinéma Espace Oresme)

Samedi 2 février : 10h30-20h 

Dimanche 3 février : 10h30-18h 

L’entrée du festival ainsi que l’intégralité des animations sont libres et gratuites.

 

Le lieu du crime

Le festival

Salle Auguste Delaune (Gymnase)
rue François Mitterrand
14123 Fleury-sur-Orne (14)

Soirée cinéma

Espace Nicolas Oresme
10 bis rue Serge Rouzière
(à côté de la mairie)

Murder party

Centre Socioculturel
39 route d’Harcourt

 

Accès et stationnement

En train : Gare de Caen

En bus : Lignes 4 – Direction Normandika – Arrêt Château d’eau (au pied du gymnase !)

En voiture : Parking de l’école élémentaire Jean Goueslard, parking au pied du Château d’eau, stationnement route d’Harcourt, parking du stade.

 

Restauration

L’association Fleury-sur-Orne – Mar del Plata vous proposera boissons et délices sucrés. L’ensemble des bénéfices serviront à organiser un échange linguistique avec des élèves argentins.

Le food truck Nomade Burger sera également installé pour vos repas, samedi et dimanche.

Livres personnels

 

Vous pouvez faire dédicacer vos livres personnels dans la limite de 3 exemplaires. Pensez à le signaler à l’accueil pour éviter toute confusion.

 

Le programme complet est disponible sur : bloody.fleurysurorne.fr

Contact  : Perrine Savary, Coordinatrice du Festival : 02 31 84 31 94 – perrine.savary@fleurysurorne.fr

Mes petits tours à la Griffe Noire, acte 2


Il y a trois semaines, la Griffe Noire fêtait ses 30 ans.

Forcément je me devais d’en être.

LA Griffe Noire c’est ma librairie depuis 1991.


2018 c’est l’année des 30 ans de ma librairie.

Et tout au long de l’année, je crois qu’il risque d’y avoir régulièrement quelques événements pour marquer cet anniversaire.

Aussi le 5 avril dernier avec Le livre de Poche, la Griffe Noire a reçu 8 auteurs dons 5 de polars.

Alors ce 5 avril , je voulais que Collectif Polar soit de la partie !

Nous nous étions donné rendez-vous du coté de la librairie. Cécile, Ophélie pour les flingueuses, Sylvie pour les Chroniqueuses et moi leur Porte Flingue avons fini par nous retrouver devant la librairie.

 

 

Très vite nous avons été rejointes par tout un groupe de lecteurs zé lectrices connues. Il y avait là quelques blogueuses, des lectrices et un lecteur, Aurélie, Delphine, Maud, Gilles, Athénaïse…et quelques autres…

 

Il y avait là aussi nos libraires et les patrons de la Griffe Noire. Aussi avant que les festivité ne commencent, je n’ai pas résisté à mettre en boite Tome 1, , le très médiatique  Gérard Collard et son acolyte Tome 2, j’ai nommé l’exceptionnel Jean-Edgar Casel

 

Il y avait aussi les auteurs.

5 polardeux + 3 jeunes auteures que la griffes soutient depuis leur début !

5 femmes et 3 hommes

6 français et deux étrangères.

Mince mon ratio ne fonctionne plus  ! lol

 

6 étaient annoncés, 8 étaient au programme pour notre plus grand plaisir.

L’ambiance été très chaleureuse. On aurait pu croire que nous étions à Saint Maur en poche.

Un SMEP en miniature en quelque sorte !

Puis est arrivé le moment des discours

Puis celui des petits fours

Mais aussi celui du gâteau. Car qui dit anniversaire dit gâteau et là le livre de poche ne s’est pas moqué de nos libraire.

La librairie étant bondée, j’ai du jouer les gros bras pour fondre la foule et laisser nos porteuses de gâteau arriver juste qu’aux invités et à leurs hôtes.

Calées derrière moi qui hurler « pardon », elles sont arrivées à bon port !

 

Aussi était-il temps pour moi de partir à la chasse aux dédicaces.

Non pas pour moi mais pour honorer le concours que nous avions mis en place pour l’occasion.

Concours qui fini à la fin du mois dans quelques jours.

Vous pouvez encore jouer c’est ICI

Je suis donc allée voir les auteurs de polars mais pas que.

J’ai eu la chance d’échanger avec Camilla Grebe.

Il faut dire que j’avais à mes cotés ma traductrice personnelle en la personne de Cécile.

Et heureusement que Cécile était là, car je le répète je suis une brêle en langues étrangères.

Bon bien sur j’ai papoté aussi beaucoup avec nos auteurs français, mais aussi avec pas mal les lecteurs, quelques éditeurs et des libraires.

Bref une belle soirée de partages, de joie et d’échanges.

Et surtout j’ai pu retrouver là 3 personnes que j’apprécie énormément !

Des fadas, des passionnés de leur taf, toujours un projet sur le feu alors que leur journée ne sont déjà pas assez longues pour faire tout ce qu’il font déjà ! Des personnes positives, enthousiastes, généreuses et bienveillantes. Et ça c’est rare de nos jours.

Elle est pas belle la vie! A la griffe Noire avec Caroline Lépée à droite de la photo, Marie Hudelot Verdel au centre et Fred Dufey à droite.

Il y a là, pour ne pas les citer…

Caroline Lépée des éditions de Lépée mais aussi directrice de collection chez Calmann-Levy pour la fiction française et Calmann-Levy Noir. Une vraie dénicheuse de talent….et bien plus encore

Marie Hudelot Verdel qui bosse pour la Griffe Noire à la préparation et à l’organisation de Saint Maur en Poche. Marie elle aussi déborde de projet géniaux. Si vous allez à SMEP, vous la croiserai dans les allée toujours souriante, toujours à régler un petit problème technique ou de planning !

Marie c’est un peu l’attaché de presse de SMEP, moi je l’appelle « La grande Ordonnatrice » mais je sais que SMEP c’est aussi tout plein de monde et en particuliers toute l’équipe de libraires qui entourent Gérard et Jean Edgar.

Et puis il y a Monsieur Fred ! Fred Dufey. C’est lui qui fait toutes les vidéos pour la Griffe Noire. Sur la chaîne de la librairie, sur le blog de la Griffe, pour les diverses émissions, petite librairie, live de Gérard… Mais rassurez-vous il ne fais pas que ça, il bosse 20h par jour, ce type est dingue ! Mais c’est un amour !

Bon sinon je me suis amusée, éclatée, J’aurai pu rentré très tard finir avec nos auteurs et nos libraires… Mais je savais que le lendemain j’avais une grosse journée mais aussi une nouvelle soiré à la bibliothèque cette fois, puisqu’on y avait une rencontre avec deux auteurs !

Et puis, j’était surtout très heureuse de partager ce petit moment dans ma librairie avec des personnes que j’apprécie et en premier lieu ma Cécile et mon Oph. Merci les flingueuses d’avoir été là !

 

 

Allez on vous embrasse les polardeux

 

D’autres images pour vous mettre dans l’ambiance :

         

Et une petite vidéo pour parfaire le tout !

Mon petit tour au salon de Mennecy


 

Le week-end du 3 et 4 février dernier avait lieu  le Salon du livre et de la BD d’Île-de-France. c’était la 8e édition de ce salon généraliste, la deuxième fois que je m’y rendais.

Et oui deux années consécutives, car j’avais un anniversaire à fêter. Que dis-je, nous avions un anniversaire à fêter avec ma Cécile. Mennecy est le salon où je l’ai découverte pour la première fois. Ce fut une très belle rencontre qui a débuté sur une très belle complicité.

Aussi, dés potron -minet, Cécile a fait le détour et elle est venue me chercher. Ainsi ensemble nous avons fait la route afin d’arriver avant l’ouverture au public afin que notre auteure est le temps de s’installer tranquillement à son stand !

C’est toujours agréable d’arriver sur un salon alors que les auteurs débarquent à peine. On a ainsi le privilège de les accueillir. Aussi une fois Madame notre Auteure, Cécile Pellault installée, je suis allée saluer les premiers auteurs de polar déjà arrivé.

Puis Cécile m’a présenté à un couple d’ami à elle. Le monsieur, Patrick Bedier, est auteur de polar et il est édité dans la même maison que Cécile, Le Manuscrit.com

J’ai ensuite fait un tour de table pour aller saluer les auteurs que je connaissais.

Il y avait là Bob et Armel

Les premiers arrivés. Il y avait là  Cicé et Jacques.

 

Il y avait là Ghislain

  Et puis sont arrivés les populaires

Olivier, Claire, Nicolas

Avec Claire nous étions d’humeur taquines

C’est d’abord Olivier qui en a fait les frais !

Puis ce fut le tour de Nicolas

Nous lui avons pourri son stand !

Oui clairette c’est bien toi qui a fait ça, tu peux  donc fièrement porté ton badge Collectif Polar

Et pour changer un peu du polar je me suis rendu sur le stand de Cindy et Laura Derieux de Vinkingar

 Et puis est arrivée l’heure de déjeuner.

Alors avec une joyeuse bande, nous nous sommes rendus dans la salle du restaurant

Je tiens ici à remercier les organisateurs du salon de m’avoir permis avec Eppy Fanny et Laurence de partager le déjeuner des auteurs.

Certains auteurs, toujours les mêmes, se sont même titillés un peu pour un morceau de gâteau au chocolat. Mais pourquoi, les avoir fait mangé dans un dojo.  Nico, Olivier, je vous aurais volontiers laissé ma part si j’ai su !

Après avoir bien ri à table il était temps de retrouver nos auteurs sur leur stand.

 

De retrouver aussi mon Eppy Fanny qui comme d’habitude bosse comme une forcenée sur un salon.

Eppy notre flingueuse en chef est intenable, toujours en reportage…

D’ailleurs elle avait donné rendez-vous à deux auteurs pour une petite séance d’interview.

Aussi nous nous somme éclipsées pour filmer cela.

Interview exclusif d’Eppy Fanny en direct du Festival du livre de Mennecy.
Regard croisé sur 2 générations de policiers.

Avec Olivier Norek et Patrick Nieto 

L’aprem c’est poursuit d’abord auprès de nos auteurs de polars

A discuter avec nos auteurs mais aussi des lecteurs, des blogueuses mais aussi des passionnées de qui se sont lancées dans l’aventure salon du polar.

J’ai aussi fait mieux connaissance avec Laurent Malot et Jess Kaan.

 Et puis je me suis à nouveau éclipser pour aller écouter Bob Garcia qui donner une conférence sur l’art du polar

Même si ces propos sont très sérieux notre journaliste et auteur sait captiver son auditoire en mêlant les fait, les chiffres et l’humour.

Voilà la journée touchait à sa fin

Il était tant pour moi de retrouver Madame notre Auteure Flingueuse et de finir cette belle journée avec Cécile puisque tout avait commencé avec elle !

Et pour vous quelques autres photos de ce samedi de Festival !

 

Et mes petit achats

 

 

 

 

Et encore merci aux organisateurs, aux bénévoles au gens de la mairie pour leur parfaite organisation.

3 ans du blog : Fin du premier jeu-concours


Souvenez-vous !

Il y a dix jours nous vous proposions notre premier jeu-concours pour fêter l’anniversaire de notre blog :

Concours Un Livre – Une mise en scène : 3 ans du blog

Nous vous demandions de prendre parmi les livres chroniqués depuis 3 ans, un titre que vous avez aimé et lu et d’imaginer une mise en scène pour mettre votre lecture en valeur ! Et ensuite de prendre en photo ce montage et de nous soumettre vos œuvres photographiques.

 

Aussi avons nous eu quelques envoies

Quelques lectrices se sont lancées dans l’aventures.

Voici quelques-uns de résultats.

12 photos en Finale de ce premier jeu-concours, 3 ans du blog

1 : Soul of London de Gaëlle Perrin

Chronique de Ge ICI

  2 : Cynure de Laurent Loison

Chronique de Marie No ICI

3 Touch de Claire North

Avis de Julie Ici

4  Sans pitié ni remords de Nicolas Lebel

La chroniques de Ge sur Sans pitié ni remords

5 : Tension Extrème de Sylvain Forge

Chroniqueé par Dany Ici

 

6 : La voix secrète de Michaël Mention

Avis d’Eppy Fanny sur La voix secrète de Michaël Mention

 

 7) Le brouillard d’une vie de Cécile Pellault.

Ma chronique du Brouillard d’une vie ICI

8 : Soul of London de Gaëlle Perrin

La chronique de Ge de Soul of London ICI

 

Certaines contributrices sont  malignes.

Elles ont fait la mise en scène

Mais n’ont pas respecté les instructions à la lettre.

A savoir exposé un livre chroniqué dans les pages de notre blog.

Aussi je ne leurs en tiendrai pas rigueur et accepte que ces clichés participent à la finale de ce 1e concours

9 : La prunelle de ses yeux d’Ingrid Desjours

La chronique est quelques part dans mes vieux brouillons. J’ai sans doute oublié de l’illustrer afin de la publier.

 

10  : J’ai lu et adoré 7 jours avant la nuit mais je n’i pas encore trouvé le temps de donner mon petit avis.

11 : Je n’ai pas encore lu Coupez mais c’est vrai qu’il est dans ma Pal

Aussi j’accepte cette mise en scène !

12 : Sous surveillance de Dorothée Lizion

Ce livre a été chroniqué par une voire deux flingueuses

Mais la chronique n’a pas encore été publiée.

Et ça ne saurait tarder.

 

Voici donc les 12 clichés retenus, vous pouvez dores et déjà nous donner vos 3 préférés.

Avec les Flingueuses nous allons nous réunir et voter pour nos favoris

Je cois que cette concertation peut vite devenir terrible.

Il va falloir vite définir les gagnantes.

mais ne vous inquiétez pas, je reviens vous tenir au courant.

Enfin s’il ne m’arrive rien d’ici là !