La GAV : @Samuel Delage sous le feu des flingueuses, 4e audition. 4/4


La GAV : @Samuel Delage sous le feu des flingueuses, 4e audition. 4/4

Fin de la Garde à vue de monsieur

Samuel Delage

 dernier interrogatoire par Ge le double maléfique de notre porte flingue.

La GAV, Garde à vue d’un auteur par Collectif polar c’est : 4 interviews d’un même auteur par 4 flingueuses différentes.

La GAV c’est des interviews en direct, du vrai live, en conditions réelles.

Durant 2 jours nous kidnappons en quelques sorte un auteur de polar.

Nous lui demandons de nous consacrer au minimum 4h de son temps sur les deux jours que dure la Garde à Vue.

Et durant ce temps nous lui posons une série de questions en batterie auxquelles il ou elle doit répondre instantanément. Nous ne lui laissons pas le temps de réfléchir à ses réponses. C’est un échange en live. Comme sur un plateau, sur un salon. C’est pas préparé,  ce que l’on recherche c’est la spontanéité. Et croyez moi au réveil ou en fin de journée, nos auteurs sont comme nous, soit pas bien réveillés soit crevés de leur journée. Et là nous les cueillons !

Nous recueillons leurs confidences.

Et c’est celles-ci que nous vous proposons en direct live. ( enfin presque juste en léger différé).

Nous allons vous proposer la retranscription de ces 4 interrogatoires sur 2 jours, 1 en matinée et un le soir entre ce matin et demain  après-midi

Allez place à la GAV de Samuel Delage


Geneviève : Puisque notre prévenu est là….Dis moi Samuel, cette GAV ça se passe comment pour toi ?

Samuel : A merveille 😉
je vais sortir sans égratignures visibles 😉

Geneviève : Ah oui ! 

Samuel : 😧

Geneviève : Tu n’as même pas demandé d’avocat ?

Samuel : il m’aurait enfoncé 😉

Geneviève : Hahaha
Alors puisque tu sembles d’humeur joueuse, jouons.

Faisons un rapide portrait chinois
Dis moi si tu étais une œuvre romanesque ?

Samuel : Vendredi ou la vie sauvage

Geneviève : Tu nous dis pourquoi ?

Samuel : C’est assez représentatif de mon état d’esprit et créatif. Découverte, aventure, recherche… nature

Geneviève : 👍 Une œuvre cinématographique  et toujours pourquoi ?
Un personnage de fiction

Samuel : Personnage de fiction, Tintin, le petit bonhomme mi enquêteur mi aventurier 😉

Geneviève : Je vois
Et le film

Samuel : Le film… sélection en cours…
Un choix difficile
Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain
Le coté artistique, l’amour, et la passion, c’est un film que je suis allé voir 3 fois en salle.

Geneviève : Si tu ne devais apporter qu’un livre sur une île déserte lequel serait-il ?

Samuel : Mon manuscrit en cours pour le terminer … 😉
je triche

Geneviève : Non excellente réponse

Samuel : avec un max de bouteille pour les remplir de feuillets et lui donner une chance d’être découvert
en numérotant bien les pages 😀

Geneviève : Quelles sont les principales, allez les trois on va dir, principales qualités ?

Samuel : mes qualités ?

Geneviève : Oui

Samuel : Je dirai l’écoute, c’est vraiment important pour moi.

Geneviève : En voilà une

Samuel : Mon énergie, que je partage avec plaisir. Elle permet tout.

Geneviève : Une dernière si tu veux bien

Samuel : Mon état enthousiaste et passionné, que je partage également, un rayonnement qui profite aussi à ceux qui m’entourent et qui me le rendent bien !

Geneviève : C’est ce que nous avions perçu tout au long de ces entretiens

Samuel : 😆 ça et le bavardage 😉

Geneviève : Pour être un peu plus personnel … Pourrais-tu me citer trois défauts ou trois traits de caractère que tu aimerais changer chez toi

Samuel : l’impatience… mais ça s’améliore d’année en année

Geneviève : Ouais

Samuel : être moins craintif en général, oser davantage… j’y travaille aussi 😉
C’est mon côté cartésien et analyste qui me bride pas mal

et pour le troisième.. j’hésite encore un peu…
c’est comme les 3 voeux du génie, faut pas se rater 😉
Se calmer sur le chocolat…
à un moment, faut être honnête avec soit même

Geneviève : Hahaha belle pirouette
Bon redevenons sérieux Samuel …
Tu as travaillé un temps sur France 3 région, peux-tu me dire en quoi consiste et ce travail ,

Samuel : C’est une activité extra. J’ai participé régulièrement en tant que chroniqueur livre sur la matinale. Je vais reprogrammer d’autres passages… c’est juste une question de temps en fait. L’idée est de mettre en avant des livres et des libraires via Les Petits Mots des Libraires. C’est le plaisir de partager ma passion pour les livres sur un plateau TV dans une ambiance très TéléMatin pour ceux qui connaissent. C’est un bonheur avec l’équipe de France 3.
C’est une chronique en direct, j’aime le direct, et les surprises du live. La première prise est toujours la bonne 😉

Geneviève : 😆

Geneviève : Dis-moi n’y a-t-il pas comme une sorte de dichotomie à être à la fois auteur et chroniqueur ?

Samuel : J’adore les deux. Écrire c’est beaucoup lire. Et quand on aime lire, on ne souhaite qu’une chose : c’est de partager ces moments de délice. En tout cas chez moi, ça irradie
J’aime l’adrénaline des plateaux TV, vraiment j’adore. Et partager avec le plus grand nombre, c’est encore plus stimulant.

Geneviève : Tu sous entends que pour être un bon auteur il faut une grosse culture livresque

Samuel : Un livre apporte tellement que c’est vraiment le meilleur des médicaments à notre époque.
Disons que pour écrire le mieux possible et que cela soit le plus épanouissant, il faut lire énormément
C’est un peu comme un chef étoilé, il faut goûter à toutes les saveurs et à tous les plats pour créér davantage.

 

Geneviève : Lecteur/auteur indissociable en somme

Samuel : Je m’émerveille en lisant des récits que me conseillent des libraires… des livres à côté desquels je serai passé sans les libraires. Et je vibre vraiment avec des émotions parfois nouvelles, très inspirantes et qui influence considérablement ce que je créé en suite.
+ j’écris + j’ai besoin de lire.

C’est d’ailleurs un conseil prodigué par les plus grands. King et beaucoup d’autres.

Geneviève : Mais revenons à nos chroniques. À tes chroniques …
N’as-tu pas peur de blesser un de tes petits camarades en faisant une chronique mitigée ou en donnant un avis moins favorable

Samuel : Généralement je ne consacre du temps que pour les livres que j’ai aimé.
Ceux que j’ai moins aimé, je peux en parler mais sans l’étaler publiquement.

Geneviève : Jamais de chroniques négatives donc !

Samuel : Je fais surtout en sorte d’être bien conseillé pour éviter les livres qui m’apporteraient peu 😉

Geneviève : Car ça répond aussi au conseil de lecture. La lecture est tellement subjective.

Samuel : Certains se spécialisent dans le négatif, je suis plus dans le positif. Si on ne parle pas beaucoup d’un livre qui est raisonnablement mis en avant, c’est qu’il manque peut-être d’énergie.
Encore une fois, les paroles à l’occasion d’échanges privés, me suffisent pour éviter certains livres.

Geneviève : Je te comprends parfaitement je suis un peu pareille avec mes avis

Samuel : Une critique négative, écrite, à la vue de tous, c’est assez délicat à gérer. Surtout si le livre en question n’est pas propulsé comme les grands noms.
Ça fait très très mal en termes de ventes.
L’auteur peut en souffrir considérablement, ça peut lui fermer l’accès à la version poche, et pas mal d’autres choses aussi.
les critiques et les notes sont vraiment prisent en compte par les lecteurs. Si un livre est modestement mis en place ou diffusé, ça peut mettre fin prématurément à sa chance d’être découvert

Geneviève : Là c’est l’auteur qui parle,non ?

Samuel : Tous les auteurs ne bénéficient pas des mêmes chances, à la fois dans les conditions de travail pour écrire le livre (temps, dispo, contraintes), ni dans les corrections éditoriales et ni dans la mise en place et diffusion
Oui, c’est parce que je suis auteur et parce que j’interviens sur certains médias que je tâche d’être vigilant
C’est important d’avoir un avis et de le partager. Mais suivant les canaux, il est parfois de bon aloi d’être moins incisif ou plus modéré.

Geneviève : Bienveillant  ?

Samuel : une modération à minima.
Enfoncer un livre sur un plateau TV, ça fait mal.
Dire qu’on l’a moyennement apprécié pour telle et telle raison, dans le cadre d’un échange, c’est déjà suffisant.
Un livre c’est 1 à 2 ans de travail, de sacrifices.
Et un avis négatif c’est un éclair de 300 000 volts en une fraction de seconde.

Pour des auteurs primés, qui vendent à millions, qui se fichent des lecteurs… là, c’est différent.

Geneviève :👍

Geneviève : Et sur un blog  penses tu que l’on puisse donner nos avis négatifs  ?

Samuel : Sur un blog l’avis négatif ça peut aussi être lapidaire pour l’auteur, mais si l’avis est modéré et qu’il n’y en a pas 3 pages, ça limite la casse

Geneviève : 👍

Samuel : Mieux vaut en mettre moins par écrit public et dire plus de choses à l’auteur, soit par mail ou sur un salon.

Geneviève : Tu parlais de Best-sellerisation mais Quid de l’auto édition

Samuel : L’auto-édition est nécessaire, car c’est une solution qui permet des découvertes incroyables.

Geneviève : En librairie peu ou pas d’auto édition

Samuel : Car l’accès aux éditeurs est complexe… il faut presque être un agent pour y parvenir aujourd’hui.
L’auto-édition offre un catalogue immense. Pas certain que les libraires puissent aussi les auto-édition en plus des livres déjà publiés
L’auto-édition repose sur une part de chance en plus de celle déjà nécessaire dans l’édition classique.
Aujourd’hui, c’est l’auto-édition numérique qui peut permettre à certaines pépites d’émerger.
C’est très suivi par les éditeurs d’ailleurs.
Il y a toujours une ligne de tendue
Écrire c’est une passion, elle est d’autant plus grande quand elle est partagée, alors plutôt que de laisser les manuscrits dans des tiroirs, si le travail est fait avec sérieux, autant le proposer en auto-édition. Mais en redoublant d’effort sur le job de construction, de correction, et en finançant à minima une lecture pro par exemple.

Geneviève : Un jour des auto édités sur les petits mots des libraires  ?

Samuel : Les petits mots des libraires, ce sont les libraires, donc s’ils accordent des coups de cœur à des livres auto-édité, c’est tant mieux pour les auteurs concernés !
C’est arrivé une ou deux fois déjà

Geneviève : 😍

 

Geneviève : C’est la solution que tu aurais choisi l’auto édition si tu n’avais pas été publié  ?

Samuel : Absolument
http://lespetitsmotsdeslibraires.fr/2016/07/21/regis/
en voilà un que j’ai retrouvé sur Les Petits Mots des Libraires

Geneviève : 👍

Samuel : Si un éditeur le repère et qu’il apprécie les livres de cet auteur, peut-être aura-t-il d’heureuses perspectives.

Geneviève : Je sais que tu as d’autres activités comme intervenir en collège.  Tu m’en dis 2 mots ?

Samuel : Et comme je suis bavard, que j’aime les gens, et partager ma passion, intervenir auprès d’un jeune public c’est une nécessité.
C’est fabuleux, vraiment ce sont des moments d’échanges marquant et qui peuvent influencer les élèves.

Ils sont très créatifs, curieux, réceptifs, en quête d’avenir
Ils posent des dizaines de questions

Geneviève : Tu y parles de tes livres ou aussi d’autres bouquins

Samuel : Je propose des ateliers d’écriture, en prenant quelques exemples de livres, pas seulement les miens. Mais je parle de mon parcours et de mon quotidien… l’énergie et la passion débordent un peu… forcément

Geneviève : 😍

Samuel : Un petite page à ce sujet sur mon site –> http://samueldelage.com/atelier-ecriture/
Des photos souvenir géniales
http://samueldelage.com/news/Lycee-Sable-sur-Sarthe-Decembre-2018.jpg

La presse se déplace et c’est du bonus pour les élèves et de super projets pédagogique, ça reconnecte les élèves avec le français, l’écrit, la communication
http://samueldelage.com/presse/La-Presse-de-la-Manche-Samuel-Delage-Arcanes-Medicis-Decembre-2018.pdf
« Les Lycéens percent les secrets du roman policier », j’adore –> http://samueldelage.com/presse/Ouest-France-Sable-sur-Sarthe-Decembre-2018.pdf

Geneviève : En parlant de passion, as tu d’autres choses à m’avouer ?

Samuel : je pourrai passer des heures encore aux aveux… ce ne serait pas raisonnable 😉

Geneviève : T’inquiète je crois que les flingueuses te réservent d’autres surprises.

Miss Aline & Dany👍

Samuel : oups 😉

Geneviève : D’autres formes dITW

Miss Aline & Dany : 👍

Samuel : je vais m’équiper en kevlar alors 😉

Geneviève : Et pas très fan de cette série même si je trouve le principe très sympa et de temps en temps il retrouvait des grands auteurs de polars jouant au poker c’est sympa aussi

Samuel : 😆

Geneviève : 😮

Geneviève : Bon avant de conclure je vais demander au flingueuses présente si elle est encore quelques questions à te poser
Les flingueuses c’est à vous …

Dany : Une question : est-ce qu’il t’arrive de dormir ? ………..

Samuel : Je m’allonge, et on discute pas mal avec mes neurones pour savoir qui va éteindre la lumière

Dany : 😆

Samuel : généralement, ils sont jamais tous ok en même temps

Florence : 😮

 

Geneviève : Une chance ouf !
Plus personne pour Samuel ?

Miss Aline : Le livre est un accès à l’imaginaire, il le nourrit, le développe. Ne penses tu pas qu’il est peu offert aux enfants cet imaginaire ?

Samuel Les enfants disposent d’un riche panel de livres, mais il faut, à mon sens, de plus en plus les accompagner pour les découvrir.
Les écrans sont très forts 😉

Miss Aline : C’est de cet accompagnement que je parle oui.

Samuel : je pense que les interventions dans les écoles peuvent aider.
mais il faut sensibiliser les parents, et qui tiennent bon et persistent avec astuce
des livres différents, lire avec les enfants

Miss Aline : Certes mais pas lire pour lire.

Samuel : certains enfants tombent dans la lecture et dévorent sans limite, et d’autres font un rejet total… sans prendre le temps de goûter
De nombreux éditeurs jeunesse me demandent des textes. J’ai des projets pour ça aussi… livres illustrés, moderniser certaines histoires, apporter du ludique voir interactif ça peut être une solution. Mais il faut du temps pour soigner ce travail… et dans le milieu de la jeunesse, ça ne paie pas beaucoup… donc difficile d’en vivre ou de ne pas pénaliser d’autres projets.

Miss Aline : Merci Samuel

Geneviève : Voilà une nouvelle corde à ton arc. 
Merci Samuel

Samuel : 👍

 

Geneviève : Je crois que l’on peut clore cette 4e et dernière audition

 

Samuel : Geneviève, je vais sortir sans les bracelets … oh pinaise… 😉

Geneviève : Oui que l’on libère notre auteur

Samuel : J’étais pas si mal avec vous 😉

Geneviève : Mais attention tu risques d’être à nouveau passé à la question par des flingueuses

Samuel : 😍

 

Geneviève : Alors fin de la garde à vue du sieur Samuel Delage

Samuel : 👍

Dany : Merci pour ce bon moment d’échange

Miss Aline : Merci beaucoup pour cet échange passionnant et passionné.

Samuel : 👍 C’était vraiment sympa

Geneviève : Bon les flingueuses, va falloir faire quelques choses là ! Voilà que nos auteurs prennent goûts à nos GAV. Va peut-être falloir que l’on soit plus tranchante les fois prochaines. Mais c’est vrai qu’avec Samuel s’était difficile de ne pas être bienveillantes. 

Alors n’hésitez plus découvrez Samuel.

Et voici c’est polar

Les 4 premiers :

Son derniers

 Et pour vous celui qui sort en poche

Et celui à venir

Derrière les murs

Savoir sur quelles flingueuses compter


Saint Valentin Spéciale Flingueuse.

Cécile crie son amour au reste des Flingueuses


Savoir sur quelles flingueuses compter

par Cécile Pellault

 

Quatre heures du matin, quelque part en banlieue, une colonne d’intervention d’une vingtaine d’hommes investit un quartier paisible. Seuls la lune, le réverbère et le chat du voisin sont les témoins de cette scène fort inhabituelle dans ces rues proprettes. Quatre hommes se détachent du groupe pour s’approcher de la porte, un bélier en main. Une autre partie du groupe fait le tour du pavillon slalomant entre les géraniums et les rosiers pour couvrir toutes les issues. Le signal est donné, la porte tombe. Une dizaine d’hommes rentre dans la maison. Bien renseignés, ils grimpent les escaliers et s’approchent du lit conjugal. Les  canons de quelques carabines d’assaut accueillent le réveil en sursaut d’une auteure ébouriffée.

« Cécile P ?

-Oui ?

-Je vais vous demander de vous lever doucement les mains sur la tête et de bien vouloir nous suivre sans opposer de résistance.

– D’accord, d’accord mais vous êtes sûrs que c’est moi que vous recherchez ? C’est mon mari, le barbu aux origines exotiques !

-Putain, Cécile, arrête tes conneries!

-Madame, veuillez me suivre !

Un flash jaillit derrière l’une des épaules en noir des policiers.

« Maman, Maman, je peux poster sur Insta !!

-Môman, je pourrai quand même aller chez Gaëtan cet après-midi ?

-Veuillez reculer les enfants ! Allez, Madame, suivez-nous maintenant !

-Mais je ne peux pas sortir en pyjama Hello Kitty, j’essaie de percer dans le Thriller, moi !

-Redoine a bien été photographié hagard en burqa, on est pas à un chaton rose près !

– Qu’est-ce que tu as encore foutu, Cécile ? Avec tes histoires de cadavre toute la journée aussi !

******

Frigorifiée quelque part dans les locaux de la DGSI, Cécile avance dans un couloir bordé de cellules. Par les meurtrières des deux premières, elle aperçoit le dos d’une chemise fleurie très colorée puis le profil d’une amie. Les policiers la font entrer dans une pièce nue avec seulement un lit en fer et une couverture. La porte de la cellule se referme.

-Psst, Michael, Nathalie ? Vous savez ce qu’on fait là ?

-Hier, je me suis fait choper par un réparateur avec sur mon portable des pages sur les différents calibres d’armes et sur Sumatra et, apparemment, je suis fiché jusqu’au cou chez eux depuis un bout.

– Moi, ils me soupçonnent de vous fournir en logos avec des messages subliminaux d’appel aux meurtres. Notre dernière conversation sur FB les aurait mis en émoi. Et ils auraient été tuyautés anonymement sur notre action imminente.

-Putain, hier, j’ai passé mon temps à surfer sur des sites russes ! Vous avez déjà été interrogés par la DGSI ?

-Oui, souvent, entre deux patients ! Non, à ton avis !

-Oh putain, j’ai une résistance ridicule à la douleur, je vais avouer n’importe quoi.

-Déconne pas Cécile. Y a bien quelqu’un qui va nous sortir de là.

-Ce n’est pas Lou qui arrive ?

******

Geneviève suivie d’Ophélie pénètre dans le QG des flingueuses.

« C’est joli aussi la bibliothèque la nuit ! souligne Ophélie»

Fanny et Eppy, des casques de moto à la main arrivent à leur tour.

« Désolée, j’ai eu un peu du mal à convaincre Eppy que ma Ducati serait plus rapide pour traverser trois départements franciliens.

-Vous êtes mignonnes, je suis en convalescence, moi !

-Alors, Geneviève, l’urgence vitale ?

Sylvie pousse les portes de la bibliothèque. Quelques instants plus tard, Maud et Jean-Paul débarquent essoufflés.

« Désolée, je sors des soirées d’Albin Sud, de Fleuve Rivage,  d’Acte Noir et j’ai attrapé Jean-Paul à sa soirée Rock and Roll & Crochets au passage. Nous avons fait aussi vite qu’on a pu.

– J’appelle Mamie Danièle et Isabelle et on peut commencer notre réunion, les informe Geneviève en activant l’appel vidéo de son ordinateur via Messenger.

– Je suis là et prête, répondit Danièle dès que son visage apparaît sur l’écran.

– En direct de Corée, présente ! réplique Isabelle

– Bon tous, voilà l’histoire ; Cécile, Michael, Nathalie et Lou se sont faits arrêter par la BRI. Leurs dernières activités sur le net semblent les incriminer dans un projet d’attentat

– Ils sont mal, ils sont mal. Faut qu’on les sorte de là.

– Je vous ai réunis pour ça. Il nous faut un plan sans accroc, confirme Geneviève.

– Ok, moi, je peux faire marcher mes contacts pour voir où ils sont retenus. Voir appeler Sacha pour confirmer ! propose Ophélie

– Il nous faudrait un plan des locaux pour les faire évader, renchérit Sylvie.

– Sur le dark web, il doit y avoir ça. Je contacte le petit Nikos, une bière et il nous fait ça, ajoute Eppy.

– J’ai ce qu’il faut en motards pour organiser la fuite, offre Fanny.

– Moi, j’ai ce qu’il faut en planque dans des communautés peu enclines à fraterniser avec les autorités ! Je faisais ça que vous n’étiez pas nés, clame Danièle.

– Avec ma palette graphique, je peux peut-être tenter des faux papiers ! s’enthousiasme Jean-Paul

– Sinon, les flingueuses,  je peux aussi juste interpeller mes contacts dans la presse pour alerter sur cette situation ridicule, les stoppe Isabelle. Je peux vous préparer un communiqué de presse à la virgule près.

-Oui, on s’emballe peut-être un peu vite. J’aurai bien envie d’un Mojito, pas vous ?! temporise également Maud.

-Oui, les collègues ne sont pas des abrutis. Ils vont vite se rendre compte. On parle tout de même de Cécile, de Michaël, de Lou  et de Nathalie. Tu gardes où ton rhum, Geneviève ?  acquiesce Ophélie.

– Oui au pire, ils auront de la matière pour créer. Rien de tel qu’un petit passage à la BRI dans la vie. Dans le tiroir de droite, Ophélie ! indique Geneviève.

-Vous avez de la chance,  j’ai pensé à amener des petits produits du Périgord ! salive Eppy.

-Je propose un toast ! A nos auteurs, et à notre graphiste sans qui nous ne serions pas là aujourd’hui en train de trinquer ! Santé et pleins de bébés littéraires !

******

– Tu es sure Nathalie que quelqu’un va venir nous aider ? Michaël, tu me prêtes ta chemise, j’ai froid ! S’il vous plait, j’avoue tout, je dénoncerai qui vous voulez ! Pour commencer, tout est de la faute de Jean-Marc ! S’il vous plait, je veux rentrer chez moi ! J’écrirai plus que des Tchoupi, je vous promets !

 

La Saint Valentin des flingueuses 2019


La Saint Valentin des flingueuses 2019

L’année 2018 fut riche en rencontres, et aventures polardeuses au Collectif Polar.  Les Flingueuses sont ravies de vous présenter leurs amoureux(ses) littéraires de l’année : auteur(e)s, flingueuses, livres, partenaires de crime, porte-flingue, polymorphes… Nous ne sommes pas sectaires dans nos amours au Collectif et vous, quels ont été en 2018 ou seront vos amoureux en 2019?

51530741_360864038089392_6197309870195081216_n

Je laisse la parole aux Flingueuses pour vous dévoiler leur Valetin(e) :

 


Ophélie : Elsa, ma Dark Swan de la littérature noire, un coup de foudre!

 

Elsa Roch et Ophélie

 

Marc : L’amour c’est aussi « Ça ».

 

(NDLR : Il fallait bien que chez les flingueuses il y ait un fan du Maître, stephen King)

Sacha : Alors voilà mon coup de coeur littéraire, de l’année mais pas que…

 

Sacha Erbel et sire Cédric Sire

 

Geneviève: Une des plus belles rencontres de l’année. Cela a d’accord été un coup de foudre pour son écriture de laquelle je suis ressortie en mode « Cabossé » Ensuite j’ai rencontré le jeune homme, il m’a tout de suite présentée à sa Mamie, centenaire, féministe et serial Killeuse. Vous pensez, je les ai tout de suite adoptés lui et sa Mamie Luger.

Ge et Benoit Philippon

So Fiou : Un valentin ? SAUF m’a emmenée au 7ème ciel.

 

Hervé Commère et Sofia

Aline :  Une Flingueuse, ça ne rigole pas ! Non, Flingueuse ce n’est pas une partie de rigolade !

Miss Aline et Ge son porte Flingue en goguette !

Sylvie : Mon coup de cœur littéraire de l’année !

 

Lou Vernet avec notre Sylvie K

Eppy Fanny : Avec le Flamboyant Nicolas Lebel, créateur d’une grenouille faisandée dont je suis fan.

 

Eppy Fanny et Nicolas Lebel

Isabelle : En 2018, Sandrine Collette m’a bluffée par sa plume sobre et percutante, par sa finesse et sa gentillesse. J’en suis toute éblouie !

 

Isabelle Bourdial notre légiste en chef interviewant Sandrine Collette lors du 1er Festival Polar’Osny

Danièle : Deux flingueuses en accord parfait pour feu de tout bord ! Le collectif … une merveilleuse occasion de rencontre.

Miss Aline et Mamie Danièle lors de leur première rencontre.

Jean-Paul : Deux bonnes têtes de vivant, deux loups, un pouce et trois têtes de mort…

Jean Paul et Jacques Saussey

 

Maud : Anniversaire et intronisation inoubliables entre flingueuses et une auteure flingueuse, légiste et Reine des gommettes.

de gauche à droite, Ge porte Flingue, Cécile Pellault, auteur et légiste, Maud intronisée Flingueuse le jour de son anniv. et Ophélie sa Jumelle

Nick : Je refuse de faire partie d’un club qui m’accepterait comme membre.

Nick Gardel notre Nervi avec Henri Loevenbruck, Ian Manook et Jean Luc Bizien, 3 auteurs de la ligue de l’imaginaire

Florence : Un coup de coeur pour un roman noir magnifique. Il y est aussi question d’amour, alors pour la Saint-Valentin, il me va bien.

Florence notre nouvelle flingueuse stagiaire a un coup de cœur pour Hervé Commère, elle aussi !

Isabelle : Coup de foudre littéraire 2019 ! Angoissant, troublant, intense, puissant. Entrée fracassante d’Antoine Renand’.

Isabelle Cerruti

La petite dernière des Flingueuses, Isabelle du coup nous présente un coup de cœur 2019.

Ge², le double maléfique  : Ni dieu ni maitre ! Quelques maîtresses… Et un Pouy.

Jean Bernard Pouy et Ge notre porte Flingue

Cécile : A fleur de cadavre ; mon aventure polyamoureuse exquise de 2018 !

Les légistes, Cécile Pellault, Isabelle Bourdial et Ge la porte Flingue et notre exquis macchabée

BONNE ST VALENTIN  de POLARDEUX(SES) A VOUS !!!

4 ans du blog : le concours duo


4 ans du blog : le concours duo.

Aujourd’hui c’est officiellement nos 4 ans.

Et pour fêter nos 4 ans j’ai voulu associer une flingueuse à la fête. 

En effet Maud vient juste de créer son blog, Les lectures de Maud,

Aussi  allons nous organiser un  jeu-concours en commun.


Le concours duo

 

Alors pour jouer ça va être simple

Il vous faudra être abonner à nos deux blogs

Les lectures de Maud et Collectif Polar, chronique de nuit

et allez liker les pages facebook respectives de nos deux blog

Collectif Polar

Les lectures de Maud

Ensuite il vous faut répondre aux questions posées sur chaque blog.

 

3 questions sur Les lectures de Maud

et

3 questions sur Collectif Polar

Répondez au 6 questions et donner les bonnes réponses et vous pourrez gagner un de nos exquis cadavres exquis.

6 questions, 6 exemplaires à gagner, 6 lauréats.

Oui je sais ça fait peur ces trois 6 alignés !

 

C’est vrai qu’au départ j’avais pensé 4 ans du blog, 4 questions et 4 exemplaires à gagner.

Mais c’est sympa aussi qu’il y ait 4 + 2 gagnants en plus, non  ?

 

A fleur de cadavre exquis 5 ex

Les lauréats seront tirés au sort !

 

Les questions maintenant.

Quel surnom à Maud chez les flingueuses ?

Qui accompagne Maud dans ses lectures fantastiques ?

Qui a fait le bandeau du blog Les lectures de Maud  ?

 

Pour continuer à jouer, retrouvez les 3 dernières questions Ici sur le blog de Maud

Bonne chance à vous tous

Le 2000e : le deux millième article ! Le jeu


Le 2000e

Je n’en reviens pas, alors que l’on s’apprête à fêter les 4 ans de Collectif Polar, voilà que se profile le 2000 articles.

Si au commencement on m’avait dit cela je n’y aurais jamais cru.

2000 articles publiés, des tas de livres présentés, une kyrielle d’auteurs rencontrés, mais aussi pas mal d’autres choses… une sacrée aventure, une drôle et passionnante aventure et tout cela avec vous !

2000e collectif polar

Le 2000e : le deux millième article !

 2000e article, ça se fête non ?

 Aussi j’organiserai bien un petit jeu concours, histoire

de fêter cela avec vous,

 et de vous faire gagner quelques bouquins.

Et pourquoi pas aussi notre Exquis Cadavres Exquis.

Alors mes polardeux prêts et prêtes à me suivre ?


 

Le 2000e : le deux millième article, le jeu concours

Pour ce concours 2000e j’ai demandé à mes flingueuses de vous poser quelques questions.

Voici celles que j’ai retenues pour ce jeu concours.

1) les questions sur le blog

Comment s’appellent les rubriques qui vous présente des passionnées du polar ?

Donner deux noms d’interview ?

2) les questions sur les Flingueuses

Combien y a-t- il de flingueuses ?

Combien y a-t-il de misters flingueuses ?

Citer les noms des légistes

Comment s’appellent les rencontres polars et autres salons qu’organisent les flingueuses

3)Questions subsidiaire :

Sur quel salon a-t-on pu rencontrer la plus grande concentration de flingueuses ?

Maintenant c’est à vous de jouer

Comme d’habitude afin de participer il faut  :
être abonné au blog
répondre au 8 questions si dessus
Envoyer vos réponses à collectif.polar@gmail.com avant le 26 mars au soir
Seules les meilleurs réponses pourront prétendre à remporter un lot sauf si le chef de meute en décide autrement.
En revanche tous les participants ayant répondu à l’ensemble des questions recevra un prix de consolation.

Les lots

Des badges du blog

 Des polars de toutes sortes dédicacés par leur auteurs.

Voici quelques exemples, mais il y en a pleins d’autres encore.

Julie livres gagnés

photos non contractuelle

Les trois premiers auront droit chacun à au moins…

3 polars et un badge.

Alors bonne change à vous tous zé toutes.

Et 100% des gagnants sont des participants

☺👍😱😛😃😍🙏🤞😁😂😉

Geneviève : Porte Flingue de Collectif Polar

 

 

 

 

Assigner à résidence 3, l’interview bracelet électonique de Sonja Delzongle


L’interview « bracelet électronique ». Vous connaissez maintenant.

Contrairement à la GAV qui est bien délimitée dans le temps, l’interview bracelet électronique est plus « libre ». Elle peut se dérouler sur plusieurs jours.

C’est une mesure d’aménagement de peine permettant de réaliser une interview de longue haleine sans obliger l’auteur à être incarcéré. Juste  » Assigné à résidence »

Nous avions au départ prévu une Garde à Vue avec notre auteure mais les obligations des unes et des autres à fait que celle-ci c’est transformée en assignation à résidence.

Le quatrième auteur ayant dû vivre son quotidien avec le bracelet électronique est…

Sonja Delzongle


SAMEDI 13h16

Aline : Bonjour @Sonja ; @Geneviève ; @Danièle et  @Eppy.

S’ouvre maintenant et ici notre bracelet électronique.

 Sonja : 

Aline : Pour rappel, nous n’avons pas besoin de se bloquer derrière nos écrans, nous n’avons pas de timing. Chacune allant quand elle peut sur cette MP.

Sonja et Geneviève :

Aline : Tout ce qui se dit ici sera forcément retranscrit.

Sonja et Geneviève  : 

Aline : Je laisse la parole à notre cheffe en la personne de  @Geneviève.

Sonja :

Eppy Fanny et Danièle : O

SAMEDI 18:10

Geneviève : @Sonja ne sera en résidence assignée qu’à partir de demain. Aussi je laisserai ici les premières questions. Dès que notre prévenue aura son bracelet électronique, elle viendra me répondre. Voilà pour la procédure.

Sonja, tu valides ?

Sonja : 

 Aline et Danièle : ok on valide aussi.

Eppy Fanny : Bien chef. Du coup… maintenant tu as le droit d’aller prendre l’apéro tranquille lol.

Geneviève  vous pouvez toutes allez prendre l’apéro et trinquer à ma santé et à celle de notre auteure

  Sonja : hahaha

DIMANCHE 06:31

Geneviève : Bonjour @Sonja, Bonjour les Flingueuses.

Sonja :

Geneviève : Ce matin débute une interview un peu spéciale. Pas tout à fait une GAV mais un peu plus qu’une simple assignation à résidence puisque nous allons être 4 à te passer à la question@Sonja Delzongle

Sonja  : 

Geneviève : Aussi j’ai insigne honneur de débuter celle-ci

Sonja : 

Aline : Bonjour @Sonja, bonjour Geneviève , Daniele, Eppy.

Geneviève : Bonjour @Aline

Aline : 

Geneviève : Alors pour démarrer en douceur cette interrogatoire, je vais, @Sonja, te demander quel est chez toi la place du livre et de la lecture. Voici donc une série de questions auxquelles tu devras répondre une à une.

Sonja : 

Geneviève : Mais avant cela j’aimerai que tu te présentes à nos lecteurs et lectrices. Je veux tout savoir, ta scolarité, ton parcours pro, ton âge, ta vie…?

 

DIMANCHE 09h26

Eppy Fanny : Bonjour à vous toutes, Bonjour Sonja

Aline et Sonja : 

Danièle : suis là les filles, bonjour  @Sonja !

Aline et Eppy : 

Sonja : Bonjour à toutes .
Merci pour vos questions actuelles et à venir auxquelles je prendrai bien sûr le temps de répondre avec plaisir.

@Geneviève , m’étant couchée un peu tard ou très tôt, selon (5h30),  je répondrai aux tiennes un peu plus avant dans la journée.
Merci

Eppy Fanny, Aline, Danièle : 

Geneviève :  Pas de soucis @Sonja , à toute à l’heure 😉@Sonja

DIMANCHE 23:11

Sonja : Réponse pour  @Geneviève.

Je me présente…

Après un bac littéraire philo langues, j’ai fait un DEUG LEA (Langues Étrangères Appliquées) et six ans de Beaux-arts à l’École Nationale de Dijon.
Ensuite quinze ans d’exposition de peintures avec des jobs à côté avant de faire six ans de journalisme PQR et mag, puis de me consacrer complètement à l’écriture.
Mon âge : 51
Ma vie : l’écriture de romans et plus précisément de thrillers.

Sonja : Bonnes nuit et belle éclipse de lune !

 

Eppy Fanny et Aline : 

 

LUNDI 05:34

Geneviève : Merci : @Sonja

Mais cette fois c’est moi qui dormais lorsque tu m’as répondu. Et oui hier j’était déjà debout à 4h du mat. Après 23h, ça devient compliqué pour moi.

Alors ce matin j’aimerai savoir qu’elle était la place du livre dans ta famille. ?

Petite étais tu entourée de bouquin ?

 

LUNDI  : 12:33

Sonja : Bonjour aux Flingueuses. Geneviève… Le livre tient une grande place dans le noyau familial. Si grande que chez mes parents il doit y avoir environ cinq mille livres… J’ai toujours été entourée de bouquins, étagères, piles, tas… Et la télévision n’est arrivée que pour les onze ans, je lisais, à la place.

Eppy Fanny : Bonjour @Sonja. Merci pour ta réponse aux questions de la patronne mais ce midi c’est moi qui t’interroge

Voici mes questions listées ci-après pour que tu puisse y répondre au mieux suivant ton planning :

1) Pourrais-tu nous parler de tes 2 premiers romans (ceux parus avant Dust), genèse, genre ?

2) Comment t’es venue l’idée du personnage complexe d’Hanah ? t’a t’il été inspiré par des proches, par toi ?

3) Et en dernier lieu, qui est donc cette Dana qui vit dans ton esprit ? quel est son univers et d’autres histoires de la veine de Sybéria sont-elles prévues ?

Je te laisse à toutes mes interrogations. Le travail m’appelle.

MARDI 20:58

Sonja : Bonsoir Eppy

1) Avant Dust il y a La Journée d’un sniper, le premier, sur fond de guerre des Balkans, un roman court de 50 pages, À Titre posthume, premier thriller dont l’intrigue se déroule dans le milieu (impitoyable) de l’édition et le Hameau des Purs dans lequel je confirme mon goût et mon choix pour ce genre.
Donc genèse en quelque sorte, oui.

2) L’idée d’Hanah m’est apparue dans une sorte de vision provoquée par une musique d’un album dé Buddha Bar.
Une héroïne qui ne m’a pas été inspirée par des proches du tout. Il y a forcément un peu de moi mais pas pour l’essentiel. En fait, je crois que ce personnage était prémonitoire et que je viens de la rencontrer.

Eppy Fanny :  et consernant Dana Skoll

Sonja : 3) Dana Skoll est un pseudo à l’occasion d’une commande d’éditeur. Elle ne vit pas vraiment en moi et pour le moment n’a aucun autre projet que Syberia.

Belle soirée à toutes

Eppy Fanny : Merci Bonne soirée à toi

Aline : Merci et bonne soirée Sonja .

Sonja : 

MERCREDI 05:44

Geneviève : @Sonja tu nous parlais des nombreux livres qui t’entouraient, Pourrais-tu me dire si tu as été tenté de piocher dans la bibliothèque familliale ?

Sonja : 

Geneviève : As tu des auteurs phares ?

 

MERCERDI 14:27

Sonja : Bonjour @Geneviève

Bonjour aux tatas Flingueuses
Bien sûr j’ai été tentée de picorer dans les livres de mes parents, de mon père surtout, qui était professeur agrégé de philo à l’IUFM, des ouvrages de psychologie, philo, mais aussi des romans de Kundera, Moravia, Yourcenar, quelques Agatha Christie, San Antonio pour le fun.
Ma mère m’a fait découvrir les grands classiques russes, Tchékov, Tourguéniev, Dostoïevski, Gogol, également Dickens, Twain, Hemingway, Poe, Carver et des auteurs serbes comme le prix Nobel Ivo Andrić, Milos Tchernianski, Stepanović.

Geneviève : Et quels ont été les bouquins fondateurs pour toi ?

Sonja : Justement tous ces bouquins que je cite, dont les écrivains anglo-saxons pour leur vision de la société américaine ou anglaise et leur efficacité, la littérature française du 19e avec Balzac, Zola, Maupassant, Chateaubriand, Sand.

Geneviève : Quelles types de bouquins affectionnes-tu ?

Sonja : Mes goûts en littérature sont comme en musique, très éclectiques, mais j’avoue que j’ai attrapé le virus du thriller… Sinon j’aime l’aventure et le romanesque.

Geneviève : Et enfin plus globalement que t’a apporté la lecture ?

Sonja : La lecture m’a apporté évasion, émotion, bonheur, réflexion, ouverture et inspiration. Tous les ingrédients de l’écriture. Et de la vie.

Merci encore à vous toutes pour votre intérêt et vos questions. Je retire le bracelet et vous envoie plein de bises.

Danièle : Attention, pas tout de suite …

Sonja : D’accord pour les dernières questions aujourd’hui mais après j’arrête Je n’ai plus le temps, me préparant à partir sur le salon de la mairie du 7 à Paris.

Ah oui et aujourd’hui je ne peux répondre que jusqu’à 15h15 

Danièle et Geneviève : 

Danièle : Ça fait beaucoup de références dans la tête tout ça Sonja, alors au niveau de l’inspiration, de l’envie de passer à l’écriture, qu’est-ce qui arrive en premier … la situation, l’histoire, le message ?

Sonja : Rien n’arrive en premier à part l’inspiration. Tout vient en même temps, indissociable.

Danièle : Quand tu commences à raconter … tu connais la fin de ton histoire ou a-t-elle sa propre vie ?

Sonja : Pour tous mes romans oui, sauf pour le Hameau des Purs et Dust.
Ce qui n’empêche pas les personnages d’avoir leur propre vie ou leur vie propre. Enfin…presque 

Danièle : Pour Boréal par exemple … est-ce que le message écolo était préexistant à l’intrigue ?

Sonja : D’une certaine façon oui. Puisque faisant partie de ma vision de la planète.

Danièle : Est-ce qu’en plus du « divertissement » pour toi l’auteur a un devoir de mémoire, de conscience ?

Sonja : Complètement. De conscience en tout cas. Le reste en découle.

Danièle : Donc les personnages se trouvent au service de l’histoire …

Sonja : D’une certaine façon mais l’inverse est également vrai.

Danièle : Un exemple ?

Sonja : Le personnage d’Hanah Baxter dans la trilogie Dust, Quand la neige danse et Récidive. L’histoire est à son service aussi pour mieux la faire découvrir au lecteur dans toute sa dimension. Ses réactions dans certaines situations, sa personnalité qui se révèle au fil de l’intrigue.

Danièle : C’est l’avantage d’un héro récurrent ! C’est aussi les limites , même si tu peux la faire souffrir le lecteur sait qu’elle s’en sortira en fin de compte.

Sonja : Ah non, pas forcément…

Beaucoup de lecteurs ont douté de son sort dans Récidive.

Danièle : Tu irais jusqu’à la tuer ?

L’auteur s’attache comme le lecteur …

Ta vision pour la planète est bien sombre, tes prochains romans en parleront-ils à nouveau ?

Sonja : Peut-être…j’ai déjà essayé…

Elle est réaliste je crois, mais toujours avec une note d’espoir. Mon prochain roman en parle, oui, sur le thème de l’eau, la folie et la guerre. Désolée mais je dois y aller. Merci pour cet échange. Bel après-midi et attention aux glissades !

Danièle et Aline :

Danièle : Merci Sonja au fait moi c’est Danièle … la doyenne ! A bientôt

Sonja : 

Sonja : Merci @Danièle ! Au plaisir !

Danièle :  On se retrouve quand ?

MER 16:21

Sonja : @Danièle@Aline dans ses instructions m’a dit que ça s’étalait sur 3 jours, 5 grand maximum.
Je suis soumise à l’interrogatoire depuis dimanche, on est mercredi. J’ai donc rempli ma mission de trois jours

Je n’ai que peu de temps et également d’autres ITW et un roman à écrire☺

Pour d’autres questions, je profiterai d’un salon pour y répondre de vive voix avec plaisir

Belle semaine à toutes.

Aline : Merci Sonja pour le temps que vous nous avez consacré. Au plaisir de vous croiser sur un salon prochainement.

Sonja : 

Geneviève : Bon salon parisien@Sonja. Et comme le dis @Aline merci pour cet assignation à résidence. Je te retire ton bracelet électronique que tu puisses voyager tranquille.

Sonja : 

MER 20:08

Eppy Fanny : Pour ma part je te dis à samedi.

Sonja : 

Geneviève : allez laissons Sonja rejoindre la Capitale pour le salon Lire c’est libre où elle retrouveras Eppy et aussi quelques autres flingueuses.

Et je voulais aussi remercier les flingueuses Eppy, Danièle et aussi Aline qui a mis en place cette interview

Apéro Polar, 10 novembre 2018 le ressenti de Jean-Paul


Apéro Polar, 10 novembre 2018 le ressenti de Jean-Paul

Le Collectif Polar, vous commencez à connaître un peu maintenant.
Dirigé d’une main de fer, et d’un cœur en or, par Geneviève Van Landuyt, c’est un collectif de passionnés de lecture. De polar bien sûr, mais pas que…
J’ai intégré ce groupe très dynamique au mois de mars dernier et depuis il n’y a pas un jour que je regrette la proposition de Geneviève de venir rejoindre “les Flingueuses”.
Car depuis j’en suis devenu “une” moi-même, et ce avec le plus grand plaisir,
mais ça c’est une histoire sur laquelle je reviendrai très prochainement…

Alors, Apéro Polar, c’est quoi ?

C’est une sorte de table ronde, où Geneviève accompagnée d’une Flingueuse (aujourd’hui Ophélie), reçoit sur son lieu de travail, la bibliothèque Parmentier, un ou plusieurs auteurs, parfois des éditeurs, qui se prêtent gentiment aux jeux des questions/réponses et nous parlent de leurs derniers ouvrages,
de leurs actualités à venir…
Tout le monde est invité, tout le monde à le droit à la parole durant ces moments d’échanges et vous pourrez si le cœur vous en dit repartir avec un roman dédicacé par l’auteur qui vous aura le plus touché !
Vous pourrez venir avec vos exemplaires ou acheter directement aux auteurs leurs propres titres. (dans ce cas pensez à prendre de la monnaie ou votre chéquier).

Samedi étaient à l’honneur, Sacha ErbelLou Vernet et Marek Corbel, accompagnés par leur éditrice, Hélène Babouot, des éditions de l@ Liseuse !

Nous avons passé deux heures qui sont vraiment passées à toute vitesse, où les auteurs se sont dévoilés petit à petit, au gré de leurs envies. Il y a toujours de belles surprises
et souvent des moments de communion, du fait de la proximité des intervenants.
Des instants de partage, que je vous conseille vraiment si vous avez l’occasion de venir nous rejoindre… Vous serez toujours les bien venus.

Et comme tout Apéro Polar qui se respecte, nous terminons systématiquement autour d’un (ou plusieurs) verre(s) de l’amitié et grignotages divers qui vous permettrons d’échanger des avis ou des idées directement avec les auteurs.

Marek Corbel est né en 1976, à Quimperlé dans le Finistère, département où il a grandi.
Diplômé de l’Institut d’ Etudes Politiques de Toulouse, juriste dans l’Education nationale, amoureux depuis l’adolescence du roman noir, du roman policier et du néo-polar,
sa préférence va plus particulièrement au genre noir inséré dans une époque
et ses réalités sociales.

………………

Écrivaine, voyageuse, photographe, Lou Vernet est une autodidacte. Passionnée.
Têtue. Et libre. Sa devise «Ne prenez pas la vie trop au sérieux, de toute façon vous
n’en sortirez pas vivant.». B le Bovier de Fontenelle al : Un éditeur fou, enthousiaste, curieux et courageux.

………

Sous le pseudonyme de Sacha ERBEL, se cache une fonctionnaire de police,
depuis 24 ans. Elle a travaillé en commissariat, puis à la Brigade AntiCriminalité de Nuit de Paris, et depuis 14 ans, elle travaille au SDLP, en tant qu’Officier de Sécurité chargée de la protection rapprochée de personnalités civiles et politiques.
Depuis janvier 2016, elle est diplômée en Criminologie appliquée à l’Expertise Mentale,
à la Faculté de Médecine René Descartes de Paris. Elle a suivi ce cursus en parallèle
de son travail car l’étude du comportement des tueurs en série la passionne depuis
des années. Elle souhaitait aussi pouvoir approfondir la psychologie, voire l’aspect psychiatrique de certains de ses personnages.

L e dernier’Apéro Polar de l’année 2018 a eu lieu le 1er décembre.
Geneviève ne manquera pas de vous en reparler très vite

Vers le blog de Jean Paul notre Mister Flingueuse

 

Les flingueuses à l’honneur, épisode 2


Les flingueuses à l’honneur, épisode 2

Il y a quelques jours je posais une question cruciale à mes Flingueuses.

Les filles définissez-moi ce qu’est une flingueuses ?

Aussi pour bien finir l’année, je vous faisais part de leur réponse dans un épisode 1 hier soir.

Et donc pour bien démarrer 2019, ce soir voici la suite de leur définition.

 

Les flingueuses à l’honneur, épisode 2

Retrouvez Les flingueuses à l’honneur, épisode 1 ICI

Cécile  Une flingueuse c’est quelqu’un qui ne sait pas dire non à Geneviève et se retrouve embarquer dans de drôles d’aventures 😁

Geneviève Ah enfin quelqu’une de lucide ! Merci Cécile

Cathie: carrément!!!

Geneviève : Hahaha

Cathie : Une flingueuse c’est une lectrice qui lit et chronique plus vite que son ombre…Enfin, elle essaie, tout ça dans la bonne humeur et la détente…sauf quand la chef flingueuse nous met la pression pour des posts et des réponses qui traînent…😜😉😀

Ge  : Dites moi Cathie, vous ai-je déjà mis la pression une seule fois pour des chroniques ? Non jamais même quand les choses n’arrive pas !

Bon ok pour vous faire participer au discussion du collectif de façon plus franche j’avoue. Pour venir nous rendre visite comme aujourd’hui j’avoue aussi ! Pour te faire intégrer la team, que tu sois plus souvent parmi nous là  Cathie,  oui je suis chiante, mais ça c’est mon esprit de meute.😜😉😀

Cathie  Ah!!! comme quoi je dis pas que des conneries…Mais j’avoue que tu as bien raison, car je suis un peu récalcitrante…désolées, je ne peux toujours pas liker, mais le coeur y est …😀😀😀

Geneviève : Oui c’est vrai, j’aime l’esprit d’équipe chez mes flingueuses, que veux-tu je suis comme cela, on ne me refera plus !

Danièle  :  Ce n’est pas parce que l’espèce n’est pas en voie de disparition qu’il faut malmener la flingueuse. Une flingueuse est addicte au noir et au rouge mais pas que… Elle aime partager ses émotions littéraires avec respect et bienveillance, confronter ses approches, découvrir, explorer, expérimenter, avec humour et une bonne dose d’autodérision. Généralement, ses sujets d’observation ne lui en veulent pas et même en redemande.

Flingueuses à l’honneur, épisode 1


Il y a quelques jours je vous faisais part de l’année 2018 chez les flingueuses.

Je vous raconter tous le bonheur que c’est de bosser avec elles toutes au quotidien. Car oui tenir un blog c’est du boulot. Même si la lecture fait parti de nos loisir, faire une chronique ça prends du temps. Et mettre en page ces avis, ces interviews, ces retours de salons c’est un job à part entière, croyais-moi.

Aussi pour changer je leur ai donné un nouveau devoir. Je leur ai posé une seules question.

Mais quelle question !

Les filles définissez-moi ce qu’est une flingueuses ?

, et voilà le résultat

 

Maud  : Une lectrice de polar et roman noir et qui en donne son avis, seule ou à plusieurs. Mais aussi une lectrice au sein d’un collectif qui partage sa passion et ses lectures

So Fiou  : Flingueuse (nom féminin): Chroniqueur (se) de romans noirs appartenant au collectif polar pouvant utiliser toute arme à sa disposition ou de son choix pour faire un retour de lecture, recueillir la parole des auteurs, livrer des indiscrétions. La flingueuse doit être pourvue de grandes qualités humaines, d’empathie. Elle peut parfois, avoir un goût prononcé pour le mojito.

Fanny : So Fiou tu vas avoir des problèmes 🤣🤣🤣🍹🍹🍹

So Fiou :  Fanny tu n aimes pas le mojito?

Fanny   : So Fiou tu rigoles ?!? J’ADORE !!!!!

 

Jean-Paul Contrairement à ce que son nom pourrait le faire envisager, une Flingueuses n’est pas là pour dégommer à tout-va !!!
Par ses actions réfléchies seule ou en groupe, Elle transmettra le « ressenti » de ses lectures, de ses diverses réunions ou tables rondes, à toutes personnes voulant recevoir de bons conseils…
La Flingueuse a tendance à vouloir se retrouver, tels de petits loups et partager le plus possible avec ses pairs, sous le regard bienveillant de leur cheffe de meute.
Déjeuners, papotage et plus si affinités sont toujours les bienvenus !
Par ailleurs, son sourire paraît beaucoup plus épanoui lorsqu’elle a devant elle un verre bien rempli…

Geneviève : J’en veux encore ! Yessss

Fanny Une flingueuse est une serial lectrice, non solitaire, aimant le partage de découvertes et le débat ouvert. Elle doit avoir un sens développé de l’amitié et une plume juste, précise et bienveillante. Rabat-joies s’abstenir.

Nick  : Moi j’étais persuadé que c’était un nom de cocktail assez proche du mojito , mais pour personne qui n’aime pas la menthe…

Geneviève :  On devrait inventer un cocktail « Collectif Polar », héhé Nick, tu en reprendra bien un verre !

Nick  :  forcement

Fanny  On devrait s’appeler le Collectif Mojito, tant cela semble être notre point commun à toutes/tous 🤣🤣🤣

Eppy Fanny Je laisse les amateurs entre eux.

Eppy Fanny Heu alors je suis une flingueuse qui n’aime pas les mojitos. Mais la liberté est pour moi essentielle. Flingueuse est pour moi être avant tout une dévoreuse passionnée qui a pour ambition le partage. Faire vivre et prospérer des mots, des idées, tout comme on fait grandir une amitié. Et le lien qui fait que tous celà est possible, ici au titre du collectif, c’est notre gourou et trait d’union, un condensé de générosité qui se nomme Geneviève Van Landuyt.

Ophé Lit Ben tout le monde a déjà tout dit… je rajouterais juste que les flingueuses c’est avant tout un groupe où doit régner la bienveillance et le soutien et qu’elles sont la garde rapprochée de notre porte flingue…

Sylvie  Une flingueuse est une entité dans le collectif polar. Elle peut être très active, faire des retours de lecture, lire de tout surtout des polars, réaliser des itw, des salons, des GAV, des chapitres dans un livre, papoter avec les autres flingueuses, mettre son badge quand elle sort, porter la cheffe aux nues, soutenir les flingueuses qui n’ont pas le moral, publier sur le collectif, mettre une étoile sur le blog du collectif, publier sur le blog des flingueuses, faire ses retours sans rien oublier, faire découvrir des auteurs, etc…ou elle peut aussi oublier de faire des choses mais ce qui compte c’est qu’elle soit parmi les flingueuses puisque chaque flingueuse et ses petits portes flingues contribuent à faire vivre ce collectif!

Geneviève  : J’aime te savoir de plus en plus Flingueuses Sylvie 😘

Ophé Lit Sylvie j’adore cette définition!!!

 Sylvie  : Geneviève  Le Collectif …C’est contagieux!

 Danièle  : Pas facile d’arriver après toutes ces définitions auxquelles j’adhère … Bienveillance c’est dit et aussi respect pour le travail des auteurs sans qui nous ne serions rien (et eux sans nous un peu tout de même 😂), respect pour le travail et la vie des frangines flingueuses, chacune à son rythme.

Geneviève   :Danièle,  et Ophé Lit, j’aime beaucoup ce que vous dites, vous complétez bien mais j’aurai aimé une définition complète de vous deux, enfin vous voyez quoi ! 

Ophé Lit Geneviève je vais me pencher dessus

Geneviève : Te penche pas trop tu risque de tomber sur une flingueuse mon Ophé Lit

Ophé Lit : pas grave j’adore 😜

Geneviève : Bon ben, du coup, vos définitions complètes et celles de vos petites camarades, ça sera pour demain.

Alors à très vite  pour retrouver aussi les flingueuses manquantes

Allez bon réveillon à vous mes flingueuses

et

bonne saint sylvestre à vous aussi mes polardeux

La GAV de @Vincent Hauuy sous le feu des flingueuses, première audition


La GAV de @Vincent Hauuy sous le feu des flingueuses,

Episode 1

Lundi 15 octobre 15h

Début de la Garde à vue de Monsieur

Vincent Hauuy

1e interrogatoire par Ge notre porte flingue


La GAV, Garde à vue d’un auteur par Collectif polar c’est : 4 interviews d’un même auteur par 4 flingueuses différentes.

La GAV c’est des interviews en direct, du vrai live, en conditions réelles.

Durant 2 jours nous kidnappons en quelques sorte un auteur de polar.

Nous lui demandons de nous consacrer au minimum 4h de son temps sur les deux jours que dure la Garde à Vue.

Et durant ce temps nous lui posons une série de questions en batterie auxquelles il ou elle doit répondre instantanément. Nous ne lui laissons pas le temps de réfléchir à ses réponses. C’est un échange en live. Comme sur un plateau, sur un salon. C’est pas préparé,  ce que l’on recherche c’est la spontanéité. Et croyez moi au réveil ou en fin de journée, nos auteurs sont comme nous, soit pas bien réveillés soit crevés de leur journée. Et là nous les cueillons !

Nous recueillons leurs confidences.

Et c’est celles-ci que nous vous proposons en direct live. ( enfin presque juste en léger différé).

Sauf cette fois, la GAV de Vincent ayant eu lieu la semaine dernière entre le lundi 15 dans l’après midi et le mardi 16 en milieu d’après-midi et jusqu’en début de soirée.

Nous allons vous proposer la retranscription de ces 4 interrogatoires sur 6 jours, 1 tous les deux jours, le 25, 27, 29 et 31 octobre

Allez place à la GAV de Vincent Hauuy

Vincent Hauuy


 

Geneviève : Bonjour les flingueuses. Bonjour Vincent. C’est ici que ce déroulera votre Garde à Vue.

Dany : Bonjour Cheffe, suis prête en soutien à l’oreillette ðŸ˜‰

Ge : 

Clémence : Ça marche à toute à l’heure ðŸ˜‰

Vincent : Bonjour

Ge : Bonjour  Vincent  nous nous sommes jamais rencontrés nous nous connaissons pas et nous allons apprendre à faire votre connaissance durant ces quatre auditions la première débute tout de suite.
Êtes-vous prêt ?

Vincent : Oui, vous pouvez commencer 

Ge : Alors je suis Geneviève, la porte-flingue du collectif polar. C’est moi qui vais avoir le privilège de débuter ce premier interrogatoire
Mais rassurez-vous nous allons commencer en douceur.

Vincent : (glups… le mot fait froid dans le dos  )

Ge : Je vais simplement vous demander de vous présenter … en gros je veux votre pedigree : Nom âge profession

Vincent : Vincent Hauuy, auteur de 43 ans, concepteur de jeu,  marié et père de deux enfants âgés de 10 et 3 ans

Ge : Vincent si vous le voulez bien, durant une petite heure, nous allons parler de votre rapport aux livres et à la lecture

Vincent : Ca me va ðŸ˜‰

Ge : Mais avant cela j’aimerais quand même que vous me précisiez ce qu’est un concepteur de jeux vidéo.

Vincent : En gros, c’est la personne qui invente les règles et les procédures. Cela peut aussi être extensible au papier, par exemple, je peux très bien créer des jeux de cartes ou jeux de société.

Ge : Dans mon esprit j’étais persuadée que vous étiez scénariste de ces jeux

Vincent : Après, c’est une définition générique, le métier s’est « spécialisé », on peut devenir concepteur narratif, concepteur d’économie, concepteur de système.
J’en ai fait également oui, mais pas que cela. J’étais spécialisé dans le système et les règles. Mon dernier jeu est entièrement narratif. C’est un thriller interactif.

Ge : Ok mais … Là vous me perdez !

Vincent : désolé haha. Disons que je suis capable d’écrire des scenarios interactifs, mais aussi des jeux comme le monopoly.

Ge : Vous me parleriez de ce thriller interactif ?

Vincent : Ces derniers temps je me suis concentré sur l’aspect scenario. Oui, il est jouable sur téléphone et tablette.
L’application est : spoken adventure. On peut déjà y jouer et le titre « les traqueurs de l’au de la » qui est un thriller psychologique où l’on se retrouve dans la peau d’un type qui se demande où est passée son équipe de tournage
Oui on peut déjà y jouer. Il est épisodique.

Le premier épisode est sorti : ICI

 C’est un jeu gratuit on peut y accéder facilement. Ca sera plus simple

Ge : J’allais vous demander le lien vous m’avez devancé

Vincent : il est gratuit (du moins le premier épisode, après je ne sais pas ce qu’a prévu le développeur)

Ge : Très bien nos lecteurs pourront se faire ainsi une idée plus précise … Mais revenons à nos moutons.Aussi Vincent, j’aimerais savoir quel est votre rapport avec le livre, l’objet livre.

Vincent : Variable.

Ge : Mais encore

Vincent : J’étais (et je suis toujours) féru du livre papier. Mais mon mode de vie m’a transformé en nomade et je suis devenu par la force des choses un lecteur numérique.

Ge : Ça reste de la lecture

Vincent : j’avais une très grosse bibliothèque dont j’ai dû me séparer.
Tout à fait, mais quand vous parliez de l’objet livre, j’avais en tête… un livre papier  

Ge : 

Vincent : sinon je suis un lecteur de la première heure j’ai commencé très tôt et je n’en suis jamais vraiment ressorti. Même si paradoxalement, je lis moins depuis que je suis auteur

Ge : Oui ça c’était sous-jacent

Vincent : question d’emploi du temps !

Ge : Dans votre famille quelle place avait le livre ?

Vincent : Ma mère est une boulimique du livre, elle déjeune avec un livre posé à côté de la tasse de café. La lecture était donc omniprésente.
Elle m’a transmis la passion et vu qu’elle lisait beaucoup de thriller, polars ou même horrifique. Je suis tombé dans la marmite du noir assez vite. Stephen King à 10 ans.

Sylvie : 

Ge : Vous avez pioché dans la bibliothèque familiale ?

Vincent : c’est exactement ça… je lui empruntais ses livres

Ge : C’est King qui vous a amené à concevoir des Jeux ?
Vincent : elle m’achetait des Club des cinq, Bob Morane, les livres de Tolkien, mais je suis assez vite allé prendre les siens. King m’a donné le gout de faire la même chose que lui. Raconter des histoires

Ge : 

Vincent : le jeu vidéo s’est développé de manière indépendante. Une autre passion, mais cela répondait au même besoin. Se plonger dans un monde « imaginaire »

Ge : On me souffle dans l’oreillette que quelques grands auteurs de thrillers en commencé par le jeu vidéo ( Chattam, Bizien…) pensez-vous que celui-ci amène à l’écriture ?

Vincent : Je ne sais pas s’il amène à l’écriture. Je pense (comme écrit plus haut) qu’il stimule l’appétit de l’imaginaire. Cela ne m’étonne pas de trouver des férus de jeux vidéos ou des cinéphiles chez les auteurs, surtout dans la littérature de genre, comme le noir, le fantastique, la SF.
Je dirais que l’écriture est un médium parmi d’autres pour exprimer son besoin de raconter.

Ge : Vous nous disiez tout à l’heure que depuis que vous écrivez vous lisez moins. Est-ce parce que vous avez peur de vous imprégner de l’imaginaire des autres ?

Vincent : oui. Ou des choses différentes. Disons que je lis moins de fiction.
Non, je ne pas peur de l’imaginaire des autres, je pense qu’on va tous inconsciemment puiser dans l’imaginaire collectif.
Il y a souvent des convergences dans les thèmes abordés

Ge : Qu’est-ce que vous appelez l’imaginaire Collectif

Vincent : les migrants, l’écologie. C’est un espace qui se compose de ce qu’on lit, voit, entend (film, TV, actualité). L’écrivain est un observateur, donc influencé par son environnement forcément

Ge : Ah pardon moi j’étais partie sur les mythes fondateurs, les légendes et autres contes pour enfants.

Vincent : ce qui fera sa spécificité, c’est son vécu personnel, il y a aussi cela. Mais des gens comme Vogler ou Campbell en parlent mieux que moi 

Ge : Car effectivement dans vos romans nous sommes bien dans du réel. Une réalité qui pique comme dirait Danièle

Vincent : Du réel, après cela reste une fiction. Mais les thèmes abordés dans Le Brasier sont bien ancrés dans l’actualité par exemple

Ge : Mais revenons à la lecture. Car je sais que nous allons aborder vos de romans dans les 2 prochaines gardes à vue.

Vincent : pas de soucis

Ge : Vous étiez lecteur boulimique vous nous l’avez dit, mais pour vous, la lecture enfant c’était un refuge ou plutôt une échappatoire ?

Vincent : bonne question. Je dirais plus une échappatoire. Mais si je devais m’échapper de quelque chose, alors je dirais que c’était la « banalité » du monde réel. Attention je dis cela avec une analyse rétrospective de mes états d’âme d’enfant 
Le besoin de « magie ». C’est pour cela que j’étais attiré par la fantaisie, la SF et le fantastique de King.

Ge : La lecture est donc pour vous avant tout un moyen de se divertir, enfin la fiction ?

Vincent : Oui, un véritable divertissement.

Ge : C’est comme cela que vous envisagez votre écriture ? Divertir vos lecteurs avant tout ?

Vincent : Alors, je dois être le premier diverti par l’écriture en fait  .

J’écris ce que je voudrais lire. Mais oui, je me place dans la peau d’un conteur et je joue avec un lecteur hypothétique dans ma phase d’écriture.
La magie opère pendant cette phase, et les personnages prennent forme (je sais, c’est un peu spécial, mais cela fonctionne comme cela chez moi)
Il y a une grande part d’improvisation … et je me rends compte que je n’ai peut-être pas répondu à la question !

Ge : ðŸ˜‰  

Ge : C’est le but de l’exercice se laisser porter par l’improvisation. C’est aussi ça une garde à vue

Vincent : Je suis pareil quand j’écris alors, je fais des plans qui ne me servent jamais. J’ai besoin d’être un hybride lecteur / écrivain et tout savoir à l’avance, m’empêche de profiter de l’histoire

Ge : Ça je peux comprendre. Je crois savoir que vous avez passé une partie de votre vie à l’étranger. Est-ce aussi pour ça que vous aviez besoin de vous réfugier dans la lecture notamment en lisant en français

Vincent : J’ai commencé par travailler au Luxembourg (bon la ce n’est pas très loin)

Ge : ðŸ˜‰

Vincent : Six ans au Canada, et là je suis au Portugal. Ha ba… j’ai toujours parlé Français à l’étranger donc non

Ge : mauvaise pioche, pardon ! 樂

Vincent : et pour être honnête, j’ai passé une bonne partie ces dernières années à lire… en anglais. Dès que je peux lire un auteur anglophone dans sa langue et me passer de traduction …

Ge : Double mauvaise pioche. 

Vincent :  ha ha pas de soucis,  je lis aussi en Français, mais pas King

Ge : Vincent tout à l’heure je vous parlais de mythes et de légendes. Avez-vous été bercé par les contes de fées ?

Vincent : quand j’étais petit oui, énormément. Lus, mais aussi écoutés dans des « mange disque » et j’avais une passion dévorante pour la mythologie grecque.
C’est pour cela que j’ai eu un coup de foudre pour Tolkien dont les ouvrages allaient piocher dans plusieurs mythologies (celtique, nordique…)

Ge : Mais alors pourquoi ne pas avoir écrit de la Fantasy même de la Dark fantasy mais plutôt vous êtes tournés vers le thriller ?

Vincent : J’ai aimé plusieurs genres et en fait j’ai des ouvrages de fantasy dans les tiroirs et non édités (pour le moment). Et aussi je me suis rendu compte que dans les histoires de SF ou fantasy que j’écrivais, il y avait toujours… du thriller.
C’était dans L’ADN de ce que j’écrivais, donc je me suis dit : Allons-y pour du Thriller pur !
Je lis plus de Thriller que de SF ou Fantasy en ce moment. Et aussi après avoir dévoré les Trône de fer, j’ai du mal à renouer avec la fantasy traditionnelle. Je m’en suis lassé.
il me faut du Dark  … En fantasy ET en SF. Il me faut du noir

Ge : Un peu comme dans les comptes de fée : des bons, des méchants…

Vincent : Ha… pas forcément. Je préfère le gris à ce moment-là. Mes héros ne le sont jamais vraiment et mes « méchants » ne se voient jamais comme l’incarnation du mal : l’absolu m’ennuie.
Je préfère voir mes antagonistes comme des personnes motivées qui sont capables de franchir la zone rouge pour parvenir à leur fins.

Ge : Je vous sens mûr pour une seconde audition là, Vincent

Vincent : une seconde audition ?

Ge : Oui un 2e audition pour parler de votre 1e forfait…

Moi je voulais revenir sur un truc que je vous ai dit tout à l’heure…

Vincent : oui ?

Ge : Je parlais d’auteur de thrillers et de jeu vidéo, en fait c’était de jeu de rôles.

Vincent : j’ai aussi fait du jeu de rôles ! Sur table et aussi en grandeur nature

J’ai collectionné (et joué) les jeux de rôles durant ma vingtaine – trentaine, en fait même un peu avant : j’ai commencé à y jouer à 12 ans.

Ge : Dites-moi comme moi avez-vous était tenté à l’adolescence par ce phénomène grandissant. Enfin vous êtes plus jeune que moi ! Mais bon étiez-vous adepte, outre de les concevoir, de ce genre de jeu ?

Vincent : J’ai été poussé vers le jeu de rôles par les livres dont on est le héros

Ge : Oui je vois bien ! 

Vincent : un cadeau de ma mère qui m’a contaminé à la première prise 

Après je me suis trouvé des amis et on a essayé l’œil noir (jeu de rôles allemand) puis « donjon et dragons ».
J’étais le maitre de jeu (celui qui raconte les histoires que vivent les autres joueurs

Sylvie : 

Ge : Déjà à cette époque, donc ?

Vincent : Oui. Les autres jeux plus « adultes » comme l’appel de Chtulu basé sur l’univers de Lovecraft sont venus plus tard (vers mes 16 17 ans)

Ge : C’était important pour vous d’être  » le maitre de jeu  » ?

Vincent : non, mais il en fallait un ! Et après j’y ai pris gout (je concevais mes propres scenarios). 

On pouvait en acheter ou en créer. Je trouvais cela plus « fun » d’en créer

Ge : Enfin ça dévoile quand même quelque chose de votre personnalité et de votre imagination

Vincent : oui, c’est un composant important
je veux dire l’imaganition, l’imagination

Ge :  hahaha

Vincent : oups je dérape sur le clavier … j’invente des mots 

Ge : Ça aussi ça fait partie de la spontanéité de la garde à vue

Vincent : oui je vois bien, haha

Ge : Si vous le voulez bien Vincent je vais conclure cette première audition

Vincent : Oui, pas de soucis.

Ge : Mes petites camarades flingueuses auront des tas de questions toutes plus intéressantes les unes que les autres  à vous poser durant les trois prochaines.
J’ai juste une dernière question et là c’est la bibliothécaire qui vous parle
Enfin une question qui se décline

Vincent : pas de soucis je suis prêt  ok

Ge : Avez-vous fréquenté les bibliothèques dans votre vie ?

Vincent : oui

Ge : Que vous ont-elles apporté

Vincent : bibliothèques et médiathèques

Ge : Oui bibliothèque est un terme générique

Vincent : alors déjà j’ai pu découvrir des auteurs que je n’aurais pas forcément découverts à l’achat en librairie, et j’ai aussi testé des genres et je me suis essayé à la littérature blanche.
Et avant pour faire des recherches (à l’époque il n’y avait pas internet). Donc pour la « non fiction » c’est la voix royale.
A Montréal j’y suis aussi allé pour l’ambiance. J’ai écris une partie du Brasier là-bas

Ge : Oh chouette ça !

Vincent : et on a aussi donné nos livres à une bibliothèque avant de partir de France.
Voila !

Ge : Vous nous avez dit tout à l’heure que vous aviez dû abandonner votre bibliothèque personnelle, cela a-t-il été un crève-cœur ?

Vincent : Oui, bien sûr. Mais c’était un des prix à payer. On voulait absolument faire un déménagement light.
j’ai dû aussi laisser mes instruments de musique.

Ge : Oui forcément ! 

Vincent : mais on se sent plus libre lorsque l’on se sépare de ses objets

Ge : Une vrai philosophie de vie

Vincent : Oui, tout à fait !

Ge : Allez dernière question cette fois

Vincent : haha ok

Ge : Pensez-vous que les bibliothèques aient un rôle social à jouer

Vincent : oui, dans l’accès à l’objet culturel.

Ge : Je parle de bibliothèque de quartier de bibliothèque municipale mais ça peut être aussi eu pour les autres bibliothèques universitaires, de recherches, etc…

Vincent : j’ai peur (j’ai peut-être tort,  à vérifier) que le temps de lecture baisse
Je pense qu’il y a un enjeu et que les bibliothèques sont des acteurs importants pour stimuler le gout et l’accès.
Après je pense que cela est encore plus vrai dans les grandes villes où les gens vivent en appartement.
Je l’ai expérimenté moi-même à Montréal.
Je ne connais pas la situation en France par contre, alors il ne m’est pas facile de juger.
Est-ce que les municipalité communiquent autour de la bibliothèque ? Crée des événements, etc…

Ge : Elles essaient, mais les bibliothèques sont le parent pauvre de la culture. Et pourtant à Paris quand on pose la question aux personnes dans des milieux défavorisés ou/et précaires, le seul lieu culturel qu’elles fréquentent c’est la bibliothèque.

Vincent : Mon oncle était bibliothécaire à Paris (à la retraite) il m’avait parlé de chute de fréquentation et c’était déjà il y a quelques années..

.
Ge : Paris à un taux de fréquentation au-dessus de la moyenne nationale. Les chiffres ont changé ses 10 dernières années. Doit-on s’en réjouir ? Mais c’est là une autre débat.
Voilà Vincent  notre tête à tête prend fin ici.
Pour autant vous n’en n’avez pas fini avec moi !

Vincent : Ok, j’espère que vous avez tout ce que vous voulez pour ce premier round !

Ge : Oui vous avez été parfait 

Vincent : haha OK, je suis prêt pour la suite

Ge : Je vais donner la parole aux flingueuses maintenant et Danièle va vous exposer les sujets traités dans vos trois prochaines auditions

Vincent : ok 

Dany : Bonjour Vincent, vous avez commis deux crimes « le tricycle » et « le brasier », vous aurez à en répondre demain heures françaises à 16 h avec moi et à 17h30 avec Clémence. Enfin vous aborderez votre mode de vie d’auteur avec Aline vers 19h30 (heure française toujours) et notre porte-flingue viendra en conclusion vous signifier votre sort !

Ge : Je vous demande pardon je n’ai pas été un très bon partenaire de jeu aujourd’hui. Petite forme 

Vincent : ha je n’ai pas trouvé ni remarqué ! Je suis en petite forme aussi

Ge : Oui aujourd’hui ce n’était qu’une mise en jambe

Vincent : Glups quel programme 

! Je vais me faire secouer ! 

Ge : Le temps demain c’est 3 auditions alors pensez à vous reposer car c’est assez éprouvant

Dany : secouer certes mais on est là pour ça et vos prédécesseurs, même s’ils en parlent encore, en ont gardé un bon souvenir

Vincent : ok bon je vais préparer mon argumentaire ? J’ai le droit à un avocat ?

Ge : Oui vous pouvez choisir un avocat

Vincent : ok à réfléchir alors !

Dany: si vous voulez mais alors ça risque de prendre beaucoup plus de temps …
et qui pourrait bien accepter ce challenge

Ge : Il faut que vous sachiez que tout ce qui est dit ici est retransmis ensuite

Vincent : non non, ça va aller alors, sinon c’est ma famille qui va me mettre en GAV
oui je me doute qu’il y aura une retranscription

Ge : Oui procès-verbal sera dressé, 1 par audition

Vincent : entendu

Ge : Aussi si vous n’avez plus rien à déclarer je clos cette entrevue

Vincent : Non, plus rien si ce n’est bonne fin d’après-midi

Dany : A demain Vincent,  l’horaire vous convient ?

Vincent : oui, je serai présent

Ge : Parfait alors à demain

Dany : Merci et bonne soirée !

Vincent : A dlemain !
Demain
grrr le clavier  😛

Ge : Et merci pour tout cela et ce qu’il reste à venir cher Vincent Hauuy
Vincent : De rien !

Ge : Belle fin d’après-midi et belle soirée à vous tous

Vincent : merci de même !

Ge : 16h30 heure française : La première audition est désormais terminée.

Les Lectures de Choux

ce sont les lectures de tous !

Quand Ophé Lit

Les lectures éclectiques d'une passionnée et de son fils

La page qui marque

Parce qu'on ne sort jamais complètement indemne d'un livre

Quoi lire ?

Blog d'un amateur de lecture papier et numérique

Worldwide

ISIT school newspaper

LES FRINGALES LITTERAIRES

Librairie Salon de thé - 16 Grande Rue - Les Herbiers

Garin Bustin

Bustin Garin

Livres Sur Table

Je vous dis ce que j'en pense, ou je me couche !

Ouvrez-moi!

Viens choisir le livre que tu vas ouvrir!

A book is always a good idea

Des livres, des mots, des photos...

Le Sushi Qui Bouquine

Blog Littéraire mais pas seulement

Bizarreries & Co

Images et nouvelles par Anna Coquelicot

La Papivore

Thriller, polar & cie

Nature & Zen

Bois et Bambou, Santé et bien-être, décoration zen et nature, bijoux & matières naturelles

Soif de Joie

Le développement personnel par la pensée positive

À travers les mots

à travers mes mots , je vous donne mon avis .

VOYAGE ONIRIQUE

Photos, Artistes, Livres, Wallpapers et fonds d'écran

Parole de Libraire !

Chroniques et blablas d'une libraire passionnée

PRO/PROSE MAGAZINE

Un magazine. Des mots. Des (contre-)cultures.

American-Cinéma

American-Cinéma est un blog dédié aux classiques peu connus du grand public. Le film noir sera à l'honneur mais des incursions dans d'autres genres cinématographiques ne sont pas exclues

Des Plumes et des Ailes

Quelques mots sur les livres qui m'accompagnent - Blog de littérature

Comme dans un livre

Blog littéraire

Les lectures d'Emy

Les chroniques d'une passionnée de lecture

Mumu dans le bocage

Jamais sans un livre

lesateliersdesam

Smile! You’re at the best WordPress.com site ever

Alice Neverland

"Ne grandis pas, c'est un piège."

a touch of blue... Marine

Just a Mad Girl and her Books

Les chroniques de Fleur

Mes précieuses envolées littéraires !

LivrEnigme

Le roman policier dans tous ses états

Amélire en rouge

Petits avis livresques au grè de ma curiosité

Les chroniques de Lucie

Un peu de positivité

Les Lectures d'Amandine

Chroniques littéraires

Cathie Louvet écrivain

Tous mes écrits

D'encre et de lumière

Parce que les passions méritent d'être partagées

Revue de Thrillers

Partage de mes lectures

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Pause Earl Grey

Littérature, culture, petits bonheurs

Steve Sirois

Univers virtuel de l'écrivain Steve Sirois

Ecrire pour un rien, pour un tout

créé maison par Cécile C

Des plumes et des livres

A vos livres... Prêts ? Lisez !!

%d blogueurs aiment cette page :