Les espionnes du Salève, Tome 2 : Bletchley Park de Mark Zellweger.


Samedi prochain j’aurai le plaisir de recevoir à la bibliothèque Mark Zellweger pour un Apéro Polar spécial romans d’espionnages.

Apéro Polar mark

Pour l’occasion Maud nous propose sa lecture du dernier titre de notre auteur invité.


Le livre : Les espionnes du Salève, Tome 2 : Bletchley Park de Mark Zellweger. Paru le 26  2018 Octobre 2018 aux Eaux Troubles. Collection : Thriller 21.00 euros. 312 pages.  21 x 2,6 x 14,5 cm


4ème de couverture :
Ce second volume de la saga à succès qui se déroule entre août 1941 et novembre 1942 nous réserve bien du suspense.
Un pur régal !
Le réseau des Espionnes du Salève se restructure après la trahison d’une des leurs. Elles s’activent sur tous les fronts tant à Genève, Berne, qu’à Lyon, Londres, Varsovie et Oran. La Gestapo, l’Abwehr et les traitres en tout genre se rapprochent d’elles chaque jour un peu plus. Le danger est omniprésent. Combien de nos Espionnes seront encore en vie ?
Hannah Leibowitz apprend le jour de Noël 41, d’une source top secrète, que les nazis construisent des camps d’extermination dans sa Pologne natale, alors qu’elle n’a plus de nouvelle de son mari resté au ghetto de Lodz. Avram Leibowitz sénior est-il encore vivant ?
De l’eau lourde a disparu en Norvège ! Une Espionne part à la recherche d’un centre de recherche atomique nazi ultra secret. Reviendra-t-elle ? Les nazis auront-ils l’arme de destruction massive ?
Le Royaume Uni subit une attaque sans précédent de l’Abwehr. Celle-ci va-t-elle percer les secrets de Bletchley Park ?
À Lyon où la Résistance et le SOE britannique en lien avec les Espionnes du Salève sont devenus très efficaces et organisés, la répression nazie s’intensifie. Qui s’en sortira indemne ?

 

L’auteur : Mark Zellweger, auteur suisse, Fribourgeois, né en 1959. Diplômé d’histoire romaine de la Sorbonne et de marketing stratégique de Business Schools. Il a été directeur marketing-vente dans l’industrie pharmaceutique en Suisse et à l’Etranger une trentaine d’années. En parallèle, il fut conseiller particulier de directeurs de services de renseignement internationaux de tout premier plan. Aujourd’hui, il se consacre à l’écriture et est considéré comme le nouveau maître du roman d’espionnage par de nombreux critiques spécialisés. Certains vont jusqu’à l’inclure dans le club fermé des grands auteurs que sont : Follett, Ludlum, Clancy, Higgins. Les Espionnes du Salève sont son 5e roman. Xtrême préjudice est sélectionné pour le Prix du Polar Suisse Romand 2017 festival Lausan’noir. Mark Zellweger, directeur marketing puis consultant en stratégie pendant une trentaine d’années, a voyagé dans le monde entier. En parallèle, il fut conseiller spécial auprès des directions des actions clandestines appartenant aux plus grands services de renseignement.
Mettant à profit sa connaissance approfondie de la géopolitique internationale et sa compréhension des services secrets, il se consacre désormais à l’écriture. Ses thrillers se placent dans la lignée des maîtres du genre que sont Ludlum, Clancy et Cussler, avec une touche helvétique.

 

Extraits :
« Il était tombé amoureux d’Adèle sans s’y attendre. Il ne savait pas ce qu’était une femme avant elle. Cette jeune femme arborait un sourire irrésistible et si charmeur ! Quelques jours après son arrivée, ils s’étaient aimés passionnément dans la grange alors que Jules se trouvait en ville de Genève à régler des affaires. L’attachement et l’attirance qu’il portait à la jeune femme le poussaient à rester. Mais de l’autre côté, ses convictions et le souvenir du sacrifice paternel lui demandait de combattre pour la liberté. »

Les Lectures de Maud :

 

A peine remise de leurs aventures et mésaventures que les voilà de nouveau à sillonner les routes de France, de Suisse, d’Europe et d’Afrique du Nord ; en quête d’informations ou de messages. L’heure est grave, le décryptage de messages à Bletchley Park alerte, affole et plonge les hauts dirigeants dans la tourmente. En Europe du Nord, les nouvelles ne sont pas plus réjouissantes, une catastrophe se prépare… En Afrique du Nord, le réseau d’espionne œuvre également en renseignant les alliés sur les positions ennemies.

Ravie de retrouver Hannah et son réseau de femmes courageuses et volontaires, prêtes à mettre leur vie en danger pour lutter contre le nazisme. Les revers sont multiples et viennent de toute part, même de là où on ne l’imagine pas. Comment vont-elles mettre en œuvre des stratagèmes afin de remplir leurs missions ?

Après une magnifique lecture du premier volet, je suis enchantée par celui-ci, nous retrouvons à travers des faits historiques, une trame dynamique, entraînante, et peu connue de notre Histoire. De nouveaux personnages apparaissent, les anciens sont plus développés ; on en apprend d’avantage, sur leur vie, leur passé et leur caractère. Je pense principalement à Sev pour cet opus. Je pense que leurs aventures ne vont pas s’arrêter alors je vais patienter sagement jusqu’aux prochaines.

Je remercie l’auteur pour sa confiance

Version lue : Broché

 

Les espionnes du Salève, Tome 2 : Bletchley Park de Mark Zellweger.


La Chronique Duo

Maud et Danièle ont toutes les deux  lu, en même temps, le même livre. Aussi ce matin  elles nous proposent leurs échanges autour de ce titre :

Le livre : Les espionnes du Salève, Tome 2 : Bletchley Park de Mark Zellweger. Paru le 26  2018 Octobre 2018 aux Eaux Troubles. Collection : Thriller 21.00 euros. 312 pages.  21 x 15 cm.


4ème de couverture :
Ce second volume de la saga à succès qui se déroule entre août 1941 et novembre 1942 nous réserve bien du suspense.
Un pur régal !
Le réseau des Espionnes du Salève se restructure après la trahison d’une des leurs. Elles s’activent sur tous les fronts tant à Genève, Berne, qu’à Lyon, Londres, Varsovie et Oran. La Gestapo, l’Abwehr et les traitres en tout genre se rapprochent d’elles chaque jour un peu plus. Le danger est omniprésent. Combien de nos Espionnes seront encore en vie ?
Hannah Leibowitz apprend le jour de Noël 41, d’une source top secrète, que les nazis construisent des camps d’extermination dans sa Pologne natale, alors qu’elle n’a plus de nouvelle de son mari resté au ghetto de Lodz. Avram Leibowitz sénior est-il encore vivant ?
De l’eau lourde a disparu en Norvège ! Une Espionne part à la recherche d’un centre de recherche atomique nazi ultra secret. Reviendra-t-elle ? Les nazis auront-ils l’arme de destruction massive ?
Le Royaume Uni subit une attaque sans précédent de l’Abwehr. Celle-ci va-t-elle percer les secrets de Bletchley Park ?
À Lyon où la Résistance et le SOE britannique en lien avec les Espionnes du Salève sont devenus très efficaces et organisés, la répression nazie s’intensifie. Qui s’en sortira indemne ?

 

 

L’auteur : Mark Zellweger, auteur suisse, Fribourgeois, né en 1959, est diplômé d’histoire romaine de la Sorbonne et de marketing stratégique de Business Schools. Il a été directeur marketing-vente dans l’industrie pharmaceutique en Suisse et à l’Étranger une trentaine d’années. En parallèle, il fut conseiller particulier de directeurs de services de renseignement internationaux de tout premier plan. Aujourd’hui, il se consacre à l’écriture et est considéré comme un maître du roman d’espionnage classique par de nombreux critiques spécialisés. Bletchley Partk est son 7e roman.
Xtrême préjudice, son 6e roman, a été sélectionné pour le Prix du Polar Suisse Romand 2017 au festival Lausan’noir. ((@Photo by Jean-Marc ZAORSKI/Gamma-Rapho via Getty Images))

La Chronique Duo

Papote de Flingueuses autour du tome 2 les espionnes du Salève,  : Bletchley Park de Mark Zellweger.

Maud : Bonjour Danièle,

Dany : Salut la jeunesse ! Au boulot ?

Maud : oui oui petite pause post déjeuner 😉
et toi ?

Dany : Je devais te demander … tu as lu le dernier de Mark Zellweger ?

Maud : Oui oui, lu et il n’as pas fait long feu !!!

Dany : Moi je suis en pause tous les jours … du moins c’est ce qu’on dit des retraités !

Maud : J’ai découvert Mark il y a peut de temps avec le premier opus 🙂
Super !!! et toi l’as tu lu ?

Dany : Oui , j’avais lu le tome 1 en Février alors … Encore que je pense qu’on peux lire le tome 2 sans avoir lu le tome 1 …

Maud : En effet, les histoires sont indépendantes, évolutives chronologiquement mais pour suivre les personnages c’est préférable de lire dans l’ordre
Avisdemoiquinengagequemoi 🙂

Dany😆

Dany : Comme toujours, on y gagne dans la compréhension des personnages, ici le passé de Hannah est essentiel

Maud : Oui, on en apprend beaucoup plus sur elle, son mari, leur passé. Sev aussi se révèle également dans cet épisode

Dany : et moi qui croyais que la Suisse était neutre !

Maud : Alors, comme moi suivant les souvenirs de mes cours d’histoire, on ne parlait pas du tout du rôle de la Suisse, autre qu’avec la mention de la neutralité. Et pourtant… Il s’en est passé des choses

Dany : C’est pour ça que le tome 1 est est incontournable si l’on veut y voir un roman historique ...

Maud : oui oui on apprend à la fois, le rôle de refuge qu’à pu être la Suisse. Des français, Allemands, Polonais et sûrement d’autres sont venus s’y réfugier. Mais aussi, on prend conscience du rôle actif de ce pays, dans les service de renseignements et d’espionnages, notamment.

Dany : Oui tout ça est très étonnant et l’auteur a fait preuve de beaucoup de rigueur dans sa documentation.
Son passé professionnel y est sans doute pour quelque chose 😉

Maud : C’est à la fois très documenté, préface d’un historien, sans être ni rébarbatif, ni redondant. Le juste ce qu’il faut !!

Dany : Oui très vivants ces 2 tomes !

Maud : Les expériences professionnelles de l’auteur y sont sûrement pour beaucoup !
Oui il y a du rythme de part les déplacements des personnages et les récits de scènes d’action !!

Dany : A la fois aventure et espionnage … la vraie vie dans son monde !

Maud : Oui et aussi le côté original dans ce domaine, qui pour l’époque devait être unique, le réseau est essentiellement composé de femmes
Elles partent sur les routes, braver tous les dangers pour se procurer des informations qui seront essentielles pour les Alliés
Et puis avec les moyens de l’époque, communication, transport, vie… Sans notre tout numérique de nos jours. Tu en penses quoi ?

Dany : Sûr que vu son âge l’auteur n’a pas connu la seconde guerre mondiale mais son souci du détail est très présent, alors il s’est inspiré de personnes ayant vécu cette époque … de leurs méthodes et des moyens dont ils disposaient !

Maud : oui c’est épatant, aucun faux pas !!!

Dany : Maintenant le numérique n’étant pas vraiment dans la sécurité et la confidentialité, heureusement que les infos de l’époque étaient protégées …

Maud : L’auteur est très précis et méticuleux, ce qui immerge le lecteur et lui fait ressortir l’ambiance de l’époque
oui oui entièrement d’accord

Dany : L’ambiance et ces femmes comme tu dis, bienheureusement moins visibles du fait que c’était des femmes justement … qui aurait pu croire à leur courage !

Maud : Le décryptage de messages ennemis est aussi un des thèmes de ce volet

Dany : Oui je me souviens du film ENIGMA et bien on est en plein dedans

Maud : oui elles se meuvent plus discrètement et attirent beaucoup moins la méfiance que des hommes.
Je n’ai pas vu ce film, je m’en remets à toi pour la comparaison

Dany : Méfiance oui car pour le reste elles jouent sur leur féminité !

Maud : oui tout à fait, justement elles vont très loin pour remplir leur mission ; parfois ce qui leur est facile, elles se travestissent aussi
comme tu le soulignais très justement ; quel courage !!!

Dany : Ce que je trouve astucieux c’est d’avoir mis les cartes en début d’ouvrage … moi qui note toujours les personnages ça m’a bien aidée
point besoin d’être historien ou géographe, on suit très bien ces intrigues plurielles.

Maud : oui ça nous donne un très aperçu des zones citées, des déplacements, de l’environnement
Oui l’auteur ne perd pas son lecteur en cours de route, que ce soit l’histoire, la géographie, la géopolitique, les intrigues, tout est très bien narré et situé

Dany : Ensuite les rencontres masculines ne sont pas des mieux traitées mais … c’est leur faute après tout

Maud : ha ha ha, oui c’est vrai qu’à part certains ; sinon les hommes n’ont pas forcément les meilleurs rôles

Dany : Hormis l’équipe avec laquelle nous avons fait connaissance dans le tome 1 on découvre aussi les enjeux de pouvoir des autres nations, même si elles sont alliées, les guerres de réseaux et d’influence pouvaient faire du tort à la cause

Maud : tout à fait, rien n’est laissé au hasard, les emplacements, les choix stratégiques, … les réseaux sont une puissance à part entière dans ce conflit

Dany : Pour avoir eu l’occasion d’en parler avec mes grands-parents et ma mère qui ont fait leur part de taf dans ce domaine, je constate que c’est très réaliste, même en Suisse 😉

Maud : J’imagine très bien… La communication sécurisée, les échanges d’information font partie de la stratégie et sont bien mis en avant

Dany : La petite histoire côtoie la grande et c’est une œuvre de mémoire

Maud : oui et aussi cet épisode montre aussi les batailles en Afrique du Nord. Le conflit ne se limitait pas qu’à un nombre réduit de pays

Dany : c’était une guerre mondiale …
on voit bien aussi la façon dont les EU sont entrés dans le conflit

Maud : Oui mais parfois que se soit dans l’enseignement, on a tendance à ne se souvenir que d’une partie des protagonistes

Dany : Certes… Mark fait état d’Allemands qui n’adhéraient pas au nazisme aussi

Maud : Oui tous les Allemands n étaient pas pour Hitler, beaucoup ont fuit l Allemagne

Dany : Je me demande ce qu’il nous réserve pour le tome 3 …

Maud : Que des surprises et de rebondissements je pense …

Dany : Oui il est doué pour ça ...

Maud : Très doué

Dany : J’aime bien sa plume et le côté exotique de la langue suisse 😃

Maud : Oui plume, rythme, langage très agréables

Dany : Tu l’as déjà rencontré en salon ?

Maud : Oui je l ai rencontré au dernier salon de Nemours, je ne l avais pas encore lu. Auteur très gentil et accessible.  Et toi?

Dany : Non jamais mais c’est pour juin 2019, il vient à Bordeaux ! J’espère qu’il a un chapeau d’été !!!

Maud : Je te souhaite une très belle rencontre !!!

Dany : Il commence à être reconnu un peu partout … sur les sites il est plutôt bien côté  ! Et il va au Québec aussi régulièrement

Maud : Oui j ai vu et je suis très heureuse pour lui!!

Dany : Très accessible sur FB …

Maud : Oui comme en vrai, tu verras, il est totalement dans l échange et le partage

Dany : Tu penses qu’on peut le recommander aux polardeux … espionnage certes mais suspense oui !

Maud : Mais je pense que oui !!! Suspense, rebondissements et intrigues au rendez vous

Dany : Alors on dit : « nous, papoteuses du jour, on adopte et on recommande 👍👌👏 »

Maud : Tout à fait d accord!!!!

Dany :  Maud …Tu bosses bientôt ?

Maud : Je te remercie Danièle pour cet échange !!! Je découvre actuellement Jean Christophe Portes avec L’Affaire des corps sans tête, et toi?
Je reprends le travail dès que nous en avons fini

Dany : Moi je suis sur le tome 4 de la saga guyanaise de Colin Niel Sur le ciel effondré … pas besoin de les lire dans l’ordre … attachés à l’actualité et une façon de voir les TOM-DOM d’une autre façon … J’aime beaucoup !

Maud : 👍

Maud : Merci Danièle …(Suis au bureau donc je fais ce que je veux)

Dany : Bisous ma belle et travaille bien pour payer ma retraite

Torrents de Christian Carayon


Le livre : Torrents de Christian Carayon. Paru le 06 octobre 2018 aux éditions Fleuve éditions dans la collection Fleuve noir policier . 19.90€ ;  (336 pages) ; 21 x 14 cm. epub 13.99€

 4ème de couverture :

  1. Des morceaux de corps humains sont découverts dans une rivière qui dévale vers la ville de Fontmile. On finit par identifier deux victimes, deux femmes portées disparues depuis longtemps. La peur et l’incompréhension s’emparent des habitants, jusqu’à l’arrestation de Pierre Neyrat, un chirurgien à la retraite. Ce dernier connaissait une des victimes, l’amie intime de son fils. Il a les compétences pour démembrer ainsi les cadavres et un passé trouble. Mais surtout, il a été dénoncé par sa propre fille. Bouleversé par ces événements qui réveillent la douleur de la perte de la femme de sa vie et font imploser sa famille, son fils François décide alors de remonter le cours de l’histoire. Car derrière les silences, ce sont les violences de l’Occupation que Pierre Neyrat a tenté d’oublier. Mettant ses pas dans ceux de son père, François va reconstituer ce passé dont il ignorait tout, où se sont noués les fils fragiles de son existence. Deux époques, deux enquêtes, pour un polar mené de main de maître.
L’auteur : Christian Carayon, originaire du Sud-Ouest, enseigne l’histoire et la géographie en lycée depuis plus de 15 ans. Il vit actuellement dans la Sarthe.
Véritable cinéphile, il est également féru d’écriture depuis son enfance. Il se lance dans l’écriture en 2012 et publie Le Diable sur les épaules (Les Nouveaux Auteurs, 2012 ; Pocket, 2013), un thriller historique se déroulant dans le Tarn, finaliste du prix du jury du Polar historique de la revue Ça m’intéresse-Histoire.
Les Naufragés hurleurs, son deuxième roman, reprend le personnage du criminologue Martial de la Boissière.
Un souffle, une ombre (Fleuve Editions, 2016) est son troisième roman, vendu en plusieurs langues avant même publication française. Torrents est son quatrième roman, chez le même éditeur en 2018. Pour en savoir plus, son site ICI
Extrait :
« Je ne crois pas qu’on puisse revenir de l’autre côté une fois qu’on y a basculé, contrairement à ce qu’a avancé un soi-disant expert en psychologie. Une troisième possibilité, ma préférée, est apparue, et c’est cette dernière que je tente de suivre. Notre gars a eu peur de se faire pincer. Il a commis une erreur, une imprudence, appelle cela comme tu veux, mais il a cru que les poulets allaient débarquer chez lui. Ce qui l’a obligé à faire le ménage.
— Cette fameuse erreur, ce serait d’avoir été repéré par sa future victime.
— Tu réfléchis aussi vite que ton paternel… Je penche cependant pour quelque chose de plus radical. Tu ne fais pas déplacer les flics parce que tu affirmes qu’un inconnu n’arrête pas de mater tes jolies fesses. En revanche, pour une tentative d’agression… Je crois qu’il a raté son coup. Qu’il y a quelque part une miraculée qui ne se doute sûrement pas de ce à quoi elle a échappé. Je dirais dans un maximum de trois semaines avant que, ton père et mézigue, on se mette à repêcher des bras en lieu et place des truites. »

   

La chronique jubilatoire de Dany

Torrents de Christian Carayon

 

François, dessinateur de vocation, a tout perdu quand sa compagne Emilie a disparu en 1979. D’autres disparitions, par la suite, perturbent le microcosme campagnard où vit sa famille, avec en prime la découverte de restes humains dans le torrent. François va revenir dans son village natal car il ne croit pas en la culpabilité de son père, soupçonné d’être « le dépeceur ».  L’enquête qu’il va mener avec l’aide de Camus, ancien flic, va l’entraîner à révéler les secrets de famille, ceux que le père a enfouis quand il a changé de région, après la seconde guerre mondiale et les exactions commises au nom de « l’épuration sauvage ». Ce père va passer de la position de notable à celle de proscrit … et s’il était innocent ? Comment François va-t-il pouvoir passer du doute au mensonge pour préserver le peu d’honneur qu’il reste à sa famille ?

Ce sont bien ces questions que se pose le lecteur au cours de cette double enquête. On sent très bien la patte de l’historien quand François est obligé de rouvrir les vieux dossiers.

Des chapitres courts et rythmés, trois narrateurs, contribuent à impliquer le lecteur dans la quête de la vérité avec un suspense final bien mené.

C’est le quatrième roman de Christian Carayon … auteur à suivre notamment pour l’ambiance campagnarde qui n’est pas sans rappeler celle de Franck Bouysse, attirante et étouffante à la fois où le silence est une valeur partagée, complice de la religion du secret.

Lu en version numérique.

 

 Extraits :
« Il y a ce film qu’il adore où un shérif défend sa prison, seulement secondé par un jeunot, un boiteux et un soûlaud. Putain ! Il en parle tout le temps. C’est quoi le titre, déjà ?
— Rio Bravo. Papa t’écorcherait vif de ne pas t’en souvenir.
— Ouais, c’est ça : Rio Bravo. Lui, il était comme John Wayne. Un John Wayne désarmé et en cravate. Il leur a répliqué que toute personne qui passerait outre à la loi serait poursuivie jusqu’à ce qu’elle ait l’occasion de voir ce qu’était la vraie justice, pas celle des lâches qui, à dix contre un, ont la prétention d’être à la fois juges et bourreaux. Ça, je m’en souviens très bien. Il a ajouté que l’empressement avec lequel certains éliminaient ou souhaitaient éliminer les suspects ressemblait fort à une manière de les faire taire à jamais, de peur qu’ils n’aient à livrer les noms de leurs complices qui, entre-temps, étaient peut-être devenus leurs accusateurs. Nom de Dieu ! Il était en train de les pousser à bout. Avec les deux autres, on s’est regardés, fatalistes. On s’est dit que, ce coup-ci, ça y était, qu’on allait tous y passer. »
« Je sais qu’on me trouve froid et parfois indifférent au sort des autres. Ce n’est pas vraiment de l’indifférence. C’est simplement que me soucier des miens accapare tout mon temps. Cette inquiétude constante est épuisante. J’ai trouvé une parade pour m’en soulager quelque peu : m’éloigner, me retirer de la scène. D’une certaine manière, je fuis. Je ne fuis pas une vie qui me déplaît, au contraire. Je fuis le fait d’avoir trop à perdre. Mon refuge a été mon travail, puis Combe-Sourde. J’ai déplacé cette peur, je l’ai emportée dans la montagne, comme on envoyait les tuberculeux soigner leur mal en altitude. Je l’ai confinée là-haut, promettant de venir la voir tout le temps si elle acceptait de ne plus redescendre. »

Les sanglots de pierre – Dominique Faget


Les sanglots de pierre - Dominique FagetLe livre :Les sanglots de pierre de Dominique Faget. Paru le 28 mars 2018. 16€90 ; (235 p.) ; 24 x 16 cm

4e couv :

« Depuis ce jour terrible de l’été 1942, il lui semblait qu’il s’était écoulé des milliers d’années… »

Hortense règne d’une main de maître sur le domaine de La Louvière. Cette femme indomptable et forte a connu des années difficiles. La Grande Guerre lui a volé son mari, le grand amour de sa vie, et son fils aîné est mort lors de la Seconde guerre mondiale.

En cet été 1955, elle aurait mérité que sa vie soit enfin douce et tranquille… Mais tout est compliqué par les manigances de son petit-fils qui projette de transformer le domaine familial en maison d’hôtes. Sans compter également ces meurtres qui se produisent dans le voisinage.

Est-ce un fou qui a décidé de semer la terreur dans la région ? À la Louvière, Hortense pressent qu’il s’agit d’autre chose et que certains secrets du passé risquent de remonter à la surface et de bouleverser de nombreuses existences…

Quand la vengeance attend son heure…

 

Dominique FagetL’auteur : Dominique Faget vit en Gironde où elle situe le cadre de ce roman. Elle est l’auteur de trois autres ouvrages, notamment Celui qui ne meurt pas, un best-seller qui a remporté le Prix VSD du Polar.

 

 

Extrait :
Dehors, les ombres mystérieuses et sombres des grands arbres du parc se détachaient dans une nuit obscure constellée de milliers d’étoiles brillantes.
Elle resta un moment à contempler l’immensité du firmament, avec l’impression d’être aspirée dans une spirale enivrante.
Soudain, une chauve-souris vola si près d’elle que d’instinct, Juliette eut un moment de recul. Alors quand en plus, un papillon se mit à tourbillonner avant de pénétrer à l’intérieur, elle abandonna son poste pour revenir s’étendre sur son lit.
Sachant qu’elle ne trouverait pas le sommeil, elle resta hébétée, la bouche grande ouverte à contempler les meubles de sa chambre. Il y avait tellement de luminosité qu’elle voyait nettement le petit secrétaire placé contre le mur en face d’elle et qu’elle arrivait même à y distinguer le cahier qui lui faisait office de journal intime posé dessus.
À l’arrière, le papier peint dessinait des volutes et des arabesques énigmatiques. Juliette se sentit peu à peu sombrer dans une torpeur ankylosante…
Tout à coup, elle se raidit.
Ses yeux s’écarquillèrent.
Son sang se glaça.
Son cœur s’emballa.
Elle se mit à suffoquer.
Ce qu’elle entraperçut en face d’elle la cloua d’effroi…

Le Kronik d’Eppy Fanny

Sanglot de pierre

Dominique Faget nous entraîne une fois de plus en Gironde pour cette nouvelle aventure qui nous renvoie aux heures les plus sombres de notre histoire.
L’histoire :
Eté 42. Le régime de Vichy est en place. Bousquet et Laval mènent les exactions contre les juifs. Les bus de la CTRP déversent des êtres sans distinction de sexe ou d’âge au Vel’ d’Hiv. Puis direction la gare de Bobigny et Auschwitz-Birkenau pour grand nombre d’entre eux. Une famille parmi d’autres échappera à la rafle grâce au sacrifice de l’un de ses membres et passera en zone libre. Une famille de résistants les accueillera et fera tout pour les aider à passer en Espagne.
De son côté Hortense n’a pas eu une vie facile. La grande guerre lui a volé son premier mari, Jules Laborde, l’amour de sa vie. La seconde lui a pris son fils Pierre. De cette première vie ne lui reste que son petit-fils, Lucien, un jouisseur. En secondes noces Hortense a épousé Georges Beaulieu de Chayssac, notaire bordelais. De leur union deux filles sont nées, Violaine, puis Nicole mariée et mère de Juliette.
Hortense règne sur le domaine de la Louvière, à Saint-Laurent-des-Vignes. Cette superbe propriété traditionnelle bordelaise vit aux rythmes des saisons, des odeurs de confitures chaudes, de pain grillé, et de bons plats qui mitonnent. En cet été 1956 les femmes des trois générations sont sous le même toit. Nicole et Juliette sont en congés dans la maison familiale. Elles doivent rejoindre mari et père en Algérie. Algérie où les premiers incidents d’importance sont en train de se produire ce qui préoccupe la doyenne.
Juliette fait des cauchemars et voit des fantômes dans sa chambre. Chaleur lourde de l’été, lubie de la jeunesse, souvenirs lointains enfouis et occultés ? La journée elle court la campagne. Par curiosité, elle aperçoit le corps horriblement mutilé d’un voisin qui vient d’être retrouvé assassiné. Le seul point positif pour Juliette est la rencontre avec ce charmant jeune brigadier qui éveille ses premiers sentiments amoureux.
Puis avec l’insouciance de la jeunesse elle se réjouit de l’arrivé de son oncle Lucien qu’elle adule. Ce dernier arrive avec une actrice à son bras. Il aime les femmes et l’argent et spécule déjà sur l’héritage à venir de la Louvière. Une vision du domaine bien éloignée de celle de sa grand-mère.
D’autres morts suspectes touchent des habitants du village. Que se passe-t-il ? Qui est cet assassin qui rôde ? Une vengeance ? La guerre pas si lointaine a laissé des séquelles.
Des secrets de famille inavouables ne demandent qu’à resurgir et la vérité est un dû pour celui qui a vécu le pire.

Le vallon des Parques de Sylvain Forge


Le vallon des Parques Vichy 1943 de Sylvain ForgeLe livre : Le vallon des Parques  : Vichy 1943 de Sylvain Forge. Éditeur Toucan + collection Toucan noir / prix broché : 20 € , poche et e-pub : 9€90  / (506p.) ; 18 x 11 cm

 4ème de couverture :

Aux portes de la ville, une série de crimes frappe la communauté paysanne de la montagne bourbonnaise. Des vaches sont mutilées, des fillettes retrouvées mortes et amputées. Sanglier sauvage ? Truands profitants du désordre ou aliéné maraudant sur les routes d’Auvergne ? Les autorités se perdent en conjectures.
Pour André Lange, directeur de la Police judiciaire et ancien des Brigades mobiles, l’occasion est toute trouvée de revenir en grâce aux yeux des caciques du nouveau régime. Mais réunir ses anciens inspecteurs, dispersés par la guerre, n’est pas une entreprise facile, surtout quand l’un d’entre eux, d’origine juive, croupit dans un camp d’internement.
Pour les enquêteurs, coincés entre les exigences de l’occupant qui traque les maquis et les intrigues de la Milice, l’enquête est délicate. Heureusement, ils vont pouvoir compter sur Adèle, une jeune femme passionnée et courageuse.
Ils découvrent finalement que les crimes semblent liés à des tablettes anciennes exhumées dans un lieu étrange : « le Vallon des Parques». Un site qui intéresse au plus haut point les nazis…

 

extrait :
« Le siège de l’Ahnenerbe se trouvait à Berlin. La vaste demeure servait d’épicentre à la plus étonnante organisation qu’il lui fut donné de connaître. La Société pour l’étude de l’histoire des idées premières comportait de nombreux départements scientifiques, allant de l’archéologie à l’anthropologie. Elle réunissait des experts venus de toute l’Allemagne. Ces sommités s’employaient à retrouver les croyances, les pratiques et le langage des ancêtres de la race germanique. Un très discret « département R» faisait même de la prospective militaire. Les allées et venues d’officiers de la Luftwaffe rattachés au centre de recherche de l’armée de l’air de Dachau en témoignaient. Toutefois, le conventicule le plus secret de l’Ahnenerbe, dont on disait que ses membres rendaient compte directement à Himmler, concernait les sciences paranormales. La cellule possédait une galerie de bourlingueurs aussi farfelus que passionnés. Leur champ d’études transcendait tous les dogmes du national-socialisme en se basant sur l’analyse des grandes traditions ésotériques. L’objectif était toujours le même: remonter aux sources et démontrer que les grandes civilisations de l’humanité procédaient d’un seul et même tronc commun: la race immémoriale des Aryens “

 

Sylvain-ForgeL’auteur : Sylvain Forge, né en 1971 à Vichy. Après une enfance en Auvergne, des études de droit et un passage à Paris, Sylvain Forge voyage et s’imprègne de multiples ambiances, de l’Afrique du Sud au Canada. Il vit désormais à Nantes.
Un premier roman – resté dans un tiroir – plante en lui les germes d’une passion future pour l’écriture. Durant plusieurs années, il bâtit des scénarios de jeux de rôle qui lui donnent le goût de raconter des histoires. Élaborer une intrigue bien ficelée : voilà son plaisir.

 

La chronique Jubilatoire de Dany

Le vallon des Parques  : Vichy 1943 de Sylvain Forge.

Le vallon des Parques de Sylvain Forge

 

Que de souvenirs ce roman a remis au jour.
Il y a juste vingt ans, nous avions passé avec mon mari, quelques heures avec Emile Fradin le co-découvreur des tablettes d’argile de Glozel, dans son habitation transformée en musée.
La raison de tout cela, ce roman palpitant, au temps de Pétain, où la guerre des polices masquait la guerre tout court et la chasse à la promotion « autorisait » tous les excès. Une énigme autour d’un sérial killer, cannibale au demeurant, proche de Himmler et de ses fantasmes sur les origines de la race aryenne, une enquête menée par des anciens des Brigades du Tigre et Sylvain Forge nous livre là une page peu glorieuse de la France de Vichy, très documentée, au point où l’on peut parfois se demander s’il s’agit de souvenirs vécus. Tout un art de rendre vivant cette époque que même la ville de Vichy aimerait oublier. Beaucoup de sang, de violence mais la guerre n’est pas un long fleuve tranquille.
Cerise sur le gâteau : l’auteur nous a promis une suite pour la fin de cette année ! Alors faites vous plaisir en faisant dès à présent connaissance avec ce vallon des Parques qui aura été pour moi un très bon moment de lecture et de souvenirs.

 

 

guerre, Pétain,  Vichy, résistance, gestapo

Délation sur ordonnance de Bernard Prou


Délation sur ordonnance Bernard ProuLe livre : Délation sur ordonnance de Bernard Prou. Paru le 2 novembre 2017 chez Anne Carrière.18€50; (279 p.) ; illustrations en noir et blanc, cartes ; 21 x 14 cm.

4e de couv :

Délation sur ordonnance

Au cours des années 2010, Oreste Bramard est amené à expertiser la bibliothèque de feu Grégoire Saint-Marly, médecin à Pau, à la demande de la petite-fille et héritière du notable. Un jour, une étrange « ordonnance » s’échappe sous ses yeux d’une édition originale des Beaux Draps, de Céline. C’est une lettre de délation datée du 19 décembre 1942, dénonçant auprès de la préfecture quatre « mauvais Français » et signée : « Grégoire Saint-Marly, ancien combattant de 14-18, père de quatre enfants ».

Oreste comprend alors que la bibliothèque renferme des secrets. Conçue par le médecin bibliophile comme une « chasse au trésor », la découverte de documents cachés lui permettra de reconstituer fidèlement ce qui s’est réellement passé à Pau, durant les dernières années de la Seconde Guerre mondiale. Ironie de l’histoire, les enfants Saint-Marly eux-mêmes ont été pris dans la tourmente engendrée par la lettre de dénonciation de leur père.

Communistes, francs-maçons, Juifs, résistants, collaborateurs ou foule des anonymes… Bernard Prou n’omet aucune des factions en présence. Il brosse une fresque animée et jubilatoire de cette période trouble, où chacun s’était déterminé à agir selon son coeur et selon sa conscience.

 

bernard prouL’auteur : Né à Paris, ancien professeur de physique, Bernard Prou est l’auteur de Alexis Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils de Maupassant.

 

 

Extrait :
Vous avez lu comme moi, arrêtez-moi si je me trompe ! Si j’ai bien compris le contenu de cette ordonnance, le docteur Saint-Marly, mon grand-père maternel, y dénonce aux autorités de l’époque maître Lepayeur, mon grand-père paternel. C’est ahurissant ! J’ai connu un homme certes un peu renfermé – mais gentil et attentionné. Comment a-t-il pu écrire une lettre pareille ?

Le chouchou du week end

Le post-il de la bibliothécaire

Encore un fois Bernard Prou nous propose un livre bien malicieux. Il part d’un fait divers réel . Une lettre de dénonciation, comme il y a en eu tant malheureusement durant la seconde guerre mondiale. Une lettre qu’il a trouvé alors qu’il fouillait dans une boite de papiers anciens dont il avait fait l’acquisition. Et il brode autour.

Il réinvente la vie des personnages de l’époque, imaginant la vie de ce docteur Grégoire Saint-Marly, Bon père de famille avec ses 4 enfant, bon français puisqu’il a fait la guerre 14. Admirateur de Pétain en bon soldat de la grande guerre. Un français ordinaire quoi !

Il invente aussi la vie de ces pauvres types que ce bon docteur a cru bon de dénoncer aux autorités : un instituteur ; un fonctionnaire ; un avocat ; et un journaliste, ancien amant de Mme Saint-Marly. Tous de mauvais français, forcément, un gaulliste, un communiste et en plus sans doute résistant, un arriviste forcené, et bien sur un Juif. et comme si cela me suffisait pas, trois d’entre eux sont francs-maçons. Un sacrilège pire un blasphème pour le bon Docteur Saint Marly.

Avec Délectation sur ordonnance, on va suivre aussi le destin des 4 enfants de Saint Marly, Maurice, Laure, Marie et Charles. Chacun d’eux va vivre différemment la guerre et l’occupation. Tous ont la capacité de devenir des salauds ordinaires ou des héros de l’ombre.

Bernard Prou a cette capacité de nous faire éprouver les choses. Éprouver parfois physiquement. Les ressentir jusque dans notre propre corps. Il arrive à nous émouvoir aussi. J’avoue parfois avoir eu la nausée, parfois avoir ressenti de la colère, parfois peut-être même de la haine.

Il explore tous les comportement humain que cette putain de guerre à pu engendrer.

Mais la question que je me suis posée en lisant ces lignes, une question qui m’a un peu hantée il faut bien le dire, cette question qui me taraudait : de quelle coté de la barrière aurais-je été si j’avais vécu à cette époque. Aurai-je eu assez de crans pour entrar en résistance, me serai-je pas plutôt tenu à carreau ou alors n’aurai-je point succombé aux sirène de la facilité voire de l’amour !

Oui quelle française serai-je, une patriote, oui mais quel genre de patriote. Une fonctionnaire qui suit les ordre ou alors qui désobéit.

Aujourd’hui encore je ne sais répondre, alors oui j’ai jugé Saint Marly mais qui suis-je pour le juger et le condamner.

 

 

 

 

La légende de la morte de Yannick Gloaguen


Le livre : Une enquête du commissaire Le Bleiz : La légende de la morte de Yannick Gloaguen.  Paru le 13 novembre 2013 chez Yoran Embanner. 12€ ; (317 p.) ; 17 x 11 cm

4e de couv : La légende de la morte

Kerguennec et son port de pêche autrefois florissant. La vie est devenue plus dure, la jeunesse sombre dans la drogue et le soleil a définitivement déserté la ville.

A la maison de retraite, on découvre le corps brisé d’une nonagénaire. Cette ancienne résistante, et maire de Kerguennec, est tondue. On lui a tracé une croix gammée sur le front.

Le commissaire Le Bleiz, entouré de ses habituels « complices », va enquêter sur un passé décidément bien obscur, mêlant les actions des uns et des autres pendant la Seconde Guerre Mondiale. Du Parti National Breton et le Bezenn Perrot, en passant par la Résistance, les maquis et le camp Margueritte à Rennes, les survivants et parfois les morts ont leur mot à dire, jusqu’à ce que… une vérité éclate.

Un polar où les évènements de la Seconde Guerre mondiale remontent à la surface comme tant de souvenirs oubliés et qui font éclater les bulles, parfois nauséabondes, d’un passé secret.

L’auteur : Né en 1959, Yannick Gloaguen habite le Pays bigouden. Passionné de livres, il écrit depuis plusieurs années pour son plaisir et pour celui de son entourage. Après le succès des deux premiers volets des enquêtes du Commissaire Le Bleiz, il publie ici son troisième roman. Yannick Gloaguen est l’animateur d’un atelier d’écriture pour adultes dans une médiathèque.
Extrait : 
Les oranges sales des lampadaires se reflétaient dans les flaques d’eau noirâtre. Novembre, décembre, les mois noirs étaient loin. Mars s’était pointé avec sa pluie habituelle, mais sans chaleur. Au début de la journée, un disque blanchâtre avait peiné à apparaître derrière de grosses circonvolutions grisâtres. Mais celui-là ne méritait pas de porter le nom de soleil.
Sur le quai, des petits tas de copeaux blancs tombés d’une remorque de la glacière achevaient de fondre dans cet hiver de pacotille finissant.
La halle à marée froide résonnait du frottement des caisses de poissons morts que l’on traînait sur le sol cimenté.

 La Chronique De Virginie

La légende de la morte – Yannick Gloaguen

Comment choisissez-vous un bon livre ?

Je me suis souvent posé la question sur mes critères de choix pour me décider à l´achat d´un roman. J´ai le chemin facile de l´auteur, celui que je connais et qui ne m´a pas encore déçue. Celui de la curiosité, par une couverture qui attire mon attention ou un titre qui me fait déjà imaginer les contours d´une histoire possible. Et puis celui de la raison, dirigé par la lecture d´un résumé qui fait naitre l´envie d´en savoir plus. Et il y a l´achat facile, celui qui réunit tous ces critères. « La légende de la morte » en fait partie. Mais qu´en est-il du subconscient ? De ces petits détails qui relient un roman à votre vie personnelle ?

Le troisième roman policier de Yannick Gloaguen est ce genre d´acquisition qui a touché ses sentiments palpables mais indescriptibles : un arrière-plan de seconde guerre mondiale par une croix nazi qui évoque un « paysage » franco-allemand, encore lourd à porter de nos jours et auquel je fais face au sein de ma chair. Des coulisses bretonnes ou tous les traits de caractères des fiers porteurs du Gwenn ha Du sont évoqués sans faux-semblant. Une nonagénaire dont ma première question non véritablement formulée était de savoir si elle allait devenir une Tati Danielle à l´image de ma grand-mère ou une petite mamie innocente dont j´ai toujours rêvée et dont l´assassinat de fiction arriverait à me peiner. La fascination de ces personnes âgées, riches de souvenirs d´une période de nos livres d´histoires. De souvenirs et de secrets. Secrets à taire ou secrets à faire taire ?

Et voilà les bases d´une intrigue que l´on suit, réconforté par la présence d´un commissaire bourru mais sympathique et de son équipe dévouée. On se laisse porter par les détails qui vous font découvrir les lieux comme si vous y étiez. Une écriture fluide, colorée, olfactive, rugueuse et délicate qui vous emmène sur de faux chemins derrière des personnages déjà condamnés mais innocents ou vous fait marcher à côté d´autres, chaleureux mais trompeurs. Le doigté des croisements de l´auteur vous tient en haleine de page en page. On s´attache, on se détache, on aime et on commence à haïr…et puis on sait mais ça, je le garde ici pour moi.

Un troisième roman exceptionnel qui me fera faire un autre achat facile : le nouveau roman de Yannick Gloaguen « L´ile des enfants perdus »

Alexis Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils de Maupassant de Bernard Prou


BP  Le livre :  Alexis Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils de Maupassant de Bernard Prou Paru le 20 mai 2014 chez Brouette Editions . Postface de Fernando Arrabal. 18€ ; (362p) ; 148,5 x 210 mm

BP££Réédité en poche  le 11 mai 2016 par Le Livre de Poche. 7€60 ; (424 p.) ; 18 x 11 cm

Le Résumé du livre par un de mes libraire :

À la veille de sa mort, Guy de Maupassant connaît une ultime idylle avec la peintre Lioubov Andréievna Vassilkova. Les tribulations d’Alexis, leur fils irrévélé, le conduisent dans la Russie révolutionnaire. Bientôt le jeune médecin fait partie de l’entourage proche de Staline et se retrouve déporté au goulag de Mirny, en Sibérie, où il est initié à la franc-maçonnerie dans une loge clandestine. Ses engagements, sa bonne fortune, l’appui occulte d’un chamane yakoute et l’amour de la belle Ayami, lui rendent la liberté et la France de son enfance. En 1940, Alexis rejoint la Résistance dans le maquis de Haute-Loire.

Les aventures d’Alexis Vassilkov, personnage hors du commun que le dramaturge Fernando Arrabal a qualifié de héros strogoffien, épousent les turbulences du XXème siècle jusque bien après-guerre dans un même souffle épique et picaresque. Un livre qui vous emporte dans un tourbillon de sentiments et qui arrive avec une alchimie rare à mélanger ma passion pour la littérature, l’histoire et les grands espaces désertiques de la Sibérie. Maupassant et Tolstoï chez Sylvain Tesson.

Jean-Edgar Casel – La Griffe Noire

BP£L’auteur : Bernard Prou est diplômé à l’Ecole Nationale de Chimie Physique Biologie à Paris (1963-1967) et à l’Université de la Sorbonne Nouvelle : Paris III (1966-1969).
Il a enseigné les mathématiques et la physique à Vincennes et à Alfortville de 1972 à 2005. Marié et père de cinq enfants, il vit à Paris.
Extraits: 
« Sur cette terre de nulle part, sur cette île de naufragés médusés dans un océan de solitude, les corps abdiquaient et les esprits divaguaient, au cours des jours inachevés et des nuits avortées »
« Près du feu, sur un grand poteau sculpté, des chevaux étaient attachés. De ces petits chevaux trapus, sobres et robustes, à l’épaisse fourrure, animal totem des Yakoutes. Ils servaient à la monte, au bât et au trait et fournissaient aussi la nourriture et les vêtements. Centre de leur exsitence matérielle et spirituelle, ils vivaient en troupeaux de plus en plus clairsemés, dont les hommes prenaient le plus grand soin : il en allait de leur survie.
Tuspüt se pencha vers Alexis :
– écoute! Ecoute! répéta-t-il, tu vas entendre les chevaux qui chantent, depuis le pays de nos ancêtres. »

 

Résumé et petit avis :

Que voilà une belle découverte. Mais pourquoi je n’ai pas écouté plutôt mon ami Fredo qui n’en disait que du bien. Peut-être parce que ce n’était pas un polar. Peut-être aussi parce j’avais trop de romans policiers à lire à ce moment là !

Alors je suis passée à coté de la vie inventée du fils caché que Maupassant aurait eu à la fin de sa vie avec la peintre Lioubov Adréievna Vassilkova. Les aventures d’Alexis le conduisent dans la Russie révolutionnaire, où il fait partie de l’entourage de Staline, puis au goulag, où il est initié à la franc-maçonnerie, et enfin en France où il s’engage dans la Résistance.

Mais c’était inévitable, nous étions fait pour nous rencontrer Alexis et moi. Et ça a été encore mieux que ça… Et toujours grâce à mon ami Fredo.

Me voilà partie pour la Griffe Noire comme souvent un lundi, mais là c’est un peu spécial, je dois rejoindre Fredéric Fontes. Il a rendez-vous avec Jean Edgard Cassel, un des patrons de ma librairie. Nous sommes à quelques semaines de Saint Maur en Poche, et Jean et Fredo ont une table ronde à préparer ensemble. Monsieur Fontes, profite de sa venu (et comme les occasions sont rares)  pour passer l’aprem. avec moi ( oui, j’ai de la chance). Je sais qu’on va parler bouquins, entre autre, alors ça me va.

Ce qu’il ne m’avait as dit c’est qu’il avait rendez vous aussi avec Bernard Prou. Et effectivement, très vite je me retrouve comme une petite souris, à écouter ces trois bonhommes parler littérature. Bon, c’est vrai, je n’ai pas été que passive dans la discussion, je ne suis pas vraiment rester qu’ à écouter. Non je ne suis pas une femme potiche…vous me connaissez maintenant ! lol !

Forcément, j’avais l’auteur sous la main et j’étais à la Griffe Noire, je ne pouvais pas repartir sans son livre et une petite dédicace.

Alors nous sommes allés boire un verre ou deux avec Fredo et l’auteur d’Alexis Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils de Maupassant. Et là j’ai voulu qu’il me raconte son bouquin, son parcours, la genèse, tout quoi. Et vous savez quoi ? Je suis tombée sous le charme de cet homme. Non seulement il est adorable mais il est passionnant et en plus passionné.

C’était plus un bel après-midi c’était un feu d’artifice.

Bernard Prou est parti, je lui promettais de lire son livre mais pas tout de suite car j’avais encore quelques polars à lire et à chroniquer avant Saint Maur en poche.

Et plus le salon approchait, plus j’avais envie de mettre le nez dans ce bouquin. Déjà le titre, vous avouerez que c’est un appel au voyage. Alors j’ai fait comme d’hab, j’ai lu une bonne cinquantaine de pages pour me faire une première petite idée. Et là j’ai été conquise et je savais que j’y reviendrai très vite.

J’ai revu Bernard Prou le soir de l’inauguration du Festival du livre de poche de Saint Maur. Je lui ai dit tout cela., ça a semblé lui faire plaisir.

Et puis ça a été 48 heures de folie, je n’ai qu’un seul regret, c’est de ne pas être aller voir Bernard sur son stand. Oh, je l’ai aperçu, j’ai même assister à son tête à tête avec Gérard Collard, le dimanche matin. Surtout que dans la nuit du samedi ou dimanche, n’arrivant pas à dormir, j’ai avalé Alexis Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils de Maupassant, entre autre. Alors le lendemain matin, je le conseillais à tout le monde. J’avais l’air fine dans le coin polar de renvoyer les lecteurs vers la littérature blanche. Cela fait tellement d’années que je fais le contraire !

Il faut dire que ce roman m’a totalement emportée. C’est de la vraie, de la pure littérature populaire comme je l’aime. C’est un livre avec un souffle épique comme j’aimais en lire adolescente. C’est Michel Strogoff, c’est 2 ans de vacances c’est Jules Verne, C’est Robinson Crusoé, c’est Daniel Defoe. C’est une invitation au voyage, au rêve, à l’imaginaire. C’est une exaltation de l’esprit. C’est irrévérencieux, non conformiste, impertinent et audacieux, j’adore

Et puis quelle formidable idée de raconter cette vie tumultueuse du fils illégitime de Maupassant. Maupassant justement, un de mes auteurs préférés. Une vraie vie dans une vraie fiction. Un mélange savoureux entre réalité historique et inventions littéraires. Une allégorie en somme !

Bernard Prou nous fait traverser la fin du XIXe et le début du XXe siècle.  Il nous plonge dans l’histoire de l’Europe avant l’Europe. Nous parcourons un monde en plein bouleversement. Sillonner une Europe dévastée par des idées totalitaires. Nous allons être des explorateurs de notre histoire passée.  Nous allons devenir un des protagonistes de cette histoire .

Et justement, je ne vous ai même pas parlé de la galerie de personnages qu’il nous propose de rencontrer. Des hommes et quelques femmes de toutes acabits, des hommes fait de chairs et de sang. Du  pire des salauds au héros malgré lui.

Alexis Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils de Maupassant c’est un hymne à la vie, à l’amitié, à l’engagement. C’est un plaidoyer au bonheur d’être sur cette terre, d’être dans ce pays qui prône quelques valeurs humanistes, fraternelles pour ne pas dire universelles.

Et ce Bernard Prou quel conteur !

Bon voilà, vous l’aurez compris c’est un putain de coup de coeur.

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai ma petite idée…, je sens que mon aventure avec cet auteur ne fais que commencer ! Je ne vois bien l’inviter à venir nous parler de tout cela à ma bibliothèque…

Il faut qu’il nous raconte aussi l’histoire de ce livre, son épopée. Car après le refus de nombreuse maisons d’édition, piqué au vif il a décidé d’éditer son ouvrage lui-même. Aujourd’hui, il en a vendu près de 8 000 exemplaires ! Et je ne parle que du « grand format ».

Un petit apéro polar autour de Bernard et d’Alexis ça vous tente ?

 

Les bouches de Nicolas Feuz


CM16
Les bouches  de  Nicolas Feuz. Paru chez The Bookédition en 2015, 9€99 ; 289 p. ; 11×17 cm

$$$&&&ob_65a613_les-bouchesLes Bouches de Bonifacio. Corse-du-Sud. Détroit maritime international séparant l’Ile de Beauté de la Sardaigne.

Résumé :

Septembre 1943. Hitler projette d’y faire remonter ses troupes en direction de Bastia, suite à la capitulation de l’Italie. Pour contrecarrer les plans du Führer, un petit groupe de résistants oeuvre dans l’ombre de l’Opération Vésuve lancée par de Gaulle, visant la libération de l’île.

Juillet 2015. Un cadavre est retrouvé, flottant au pied des falaises de calcaire blanc. A la place de ses yeux, les gendarmes découvrent d’étranges débris de coquillages. Bientôt, d’autres morts similaires surviennent, contraignant l’adjudant-chef Eric Beaussant, fraîchement revenu sur l’île de son enfance, à affronter les fantômes du passé.

$$$&&&ob_19418L’auteur : Nationalité : Suisse, né à : Neuchâtel , 1971. 

Procureur de la République suisse et auteur de thrillers, Nicolas Feuz a étudié le droit à l’Université et obtenu le brevet d’avocat, avant d’être élu en 1999 comme juge d’instruction, puis en 2008 comme président du collège des juges d’instruction, et enfin en 2011 comme procureur de la République helvétique. Il s’est lancé dans l’écriture de romans noirs en 2010.

 

 

Extrait :
Sur l’étroit chemin creusé à même la roche des falaises, à moins de deux mètres des eaux transparentes, la silhouette vêtue de blanc s’était mêlée innocemment à la masse des touristes. A l’aide de jumelles, elle observait la côte à l’est de la cité. Un discret rictus apparut sur ses lèvres lorsqu’elle repéra enfin l’endroit, à mi-chemin en Bonifacio et le cap Pertusato.
Elle avait veillé à donner un faux nom à la réceptionniste, lorsqu’elle avait prévenu la gendarmerie de la présence de ce corps flottant au large des rochers. Elle avait ensuite patienté et assisté à l’arrivée assez rapide des deux premiers hommes.
Le troisième, le grand noiraud qui regardait au large dans les eaux du détroit, devait être le nouveau chef de la brigade de proximité. La presse locale s’en était fait l’écho. Un homme droit, d’une grande expérience. Un adversaire dont elle devait se méfier.

 

L’avis de Marie-Nöelle :

Je me suis laissée transportée par cette sombre histoire qui nous emmène en Corse île chère à mon cœur, par un auteur suisse, pays cher à mon cœur aussi, ça fait beaucoup !

Le ton est donné dès la première page. Deux histoires parallèles qui, on se doute vont finir par se rejoindre.

Ce roman est bien construit et nous oblige à lire les chapitres à grande vitesse avec une issue bien menée.

Je ne suis pas forcément fan d’histoire en général mais à l’issue de ma lecture je suis allée m’informer , ce qui reste positif car ce livre a su attirer mon attention sur le sujet et donc pourquoi pas TOI !?

Par conséquent je vais faire court : je vous souhaite d’obscures vacances en Corse !

 

 

 

 

 

 

L’investigateur de Margarita Khemlin


Mes petites lectures

9782882504036,0-3018774Le livre : L’investigateur  de Margarita Khemlin.Traduit du russe par Bernard Kreise.Paru le 18 février 2016 aux Editions Noir sur blanc.21€ ; (334 p.) ; 23 x 15 cm

 

Quatrième de couverture

« Sache que moins il y a de poissons à l’hameçon, mieux ils tiennent. »

Une nuit de mai 1952, dans une petite ville du nord de l’Ukraine, la belle Lilia est assassinée d’un coup de couteau. Est-ce un règlement de comptes ? Un crime passionnel, un complot antisémite ? Que savent la modiste, le haut fonctionnaire déchu ou la soeur jumelle de la victime ? Dans cette période d’après-guerre, tout le monde a quelque chose à cacher… Le policier Tsoupkoï, figure médiocre et radicalement soviétique, qui est aussi le narrateur du récit, est chargé de l’affaire. À mesure que l’enquête progresse, se dessine le portrait d’une population marquée par les répressions, les privations et les séquelles d’une guerre qui a décimé la communauté juive. Dans la « fraternité soviétique » imposée à toutes les couches de la société, on ne parlait pas de discrimination et d’antisémitisme… Mais l’enquête fera voler en éclats ce consensus hypocrite.

74+78+45L’auteur : Née en 1960 à Tchernigov, en Ukraine, Margarita Khemlin a étudié à l’Institut de littérature Gorki. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages, qui ont été sélectionnés pour les plus grands prix littéraires (Bolchaïa Kniga, Booker prize russe, NOS). Elle revendique l’influence de Tolstoï, Gogol, Agatha Christie et Georges Simenon. L’Investigateur est considéré par la critique russe comme son meilleur roman. C’est le premier traduit en français. Margarita Khemlin est décédée en  octobre 2015 à Moscou.

Mes petites lectures

Résumé et petit avis

En 1952, sous Staline, une femme est assassinée dans une petite ville proche de Tchernigov, en Ukraine. Elle a fait partie de la résistance juive pendant la guerre. Un policier, personnage falot qui est aussi le narrateur du récit, est chargé de l’enquête. Celle-ci va être l’occasion d’un extraordinaire tableau sociologique de la population, marquée par les privations et les séquelles d’une guerre qui a décimé la communauté juive. Dans la « fraternité soviétique » imposée à toutes les couches de la société, on ne parlait pas de ces choses-là. Mais l’enquête fera éclater ce consensus hypocrite et apparaître le mensonge.
Le grand art de Margarita Khemlin, dans ce roman polyphonique, consiste à tenir en haleine son lecteur et à piquer sa curiosité. Chaque personnage semble impliqué dans le meurtre, mais tous se taisent ou ne livrent que des semi-vérités ; ils sont progressivement mis à nu au fil du récit par le policier, figure médiocre et radicalement soviétique, dont la vie personnelle est intimement liée à l’intrigue.

Margarita Khemlin signe un époustouflant roman dans l’URSS répressive et antisémite des années cinquante.

Son  ton et son humour à froid font des ravages.

Un magnifique écriture singulière qui nous transporte dans les méandres de cette société soviétique aseptisée.

Pour lire le début